vendredi, 26 août 2016

Communicatoin - Communicatie

Les membres du personnel qui désirent obtenir la newsletter du S.L.F.P. ou les différents avis et procès-verbaux des comités sont priés d’envoyer leur adresse mail à l’adresse suivante :

 

slfp-vsoa@firebru.brussels

 

De personeelsleden die de nieuwsbrief van het VSOA of de verschillende adviezen en verslagen van de comités willen ontvangen, worden verzocht hun e-mailadres door te sturen naar:

 

slfp-vsoa@firebru.brussels

 

S.L.F.P.-V.S.O.A.

http://slfp-siamu.skynetblogs.be/

02/208.82.57

 

12:16 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 25 août 2016

PV-Notulen CPPT-CPBW 06.2016

PROJET DE PROCES-VERBAL ET NOTE DE SEANCE DE LA REUNION

DU 23 JUIN 2016

A la demande du S.L.F.P. :

Quid de la sécurisation des fenêtres au CS100 ?

Ce problème a aussi été relevé pendant la dernière visite des lieux de travail au CS100, qui reflète ainsi une inquiétude qui vit au sein du personnel concerné.

Le SIAMU annonce que cette mission a été confiée à notre architecte qui a contacté des entreprises spécialisées. Le service attend à présent des offres. Toutefois, il souligne l’importance du respect des dispositifs déjà existants ; souvent, ceux-ci sont contournés par les agents mêmes du CS100. Un audit sur la sécurité du bâtiment a par ailleurs été commandé ; celui-ci étudiera à un niveau plus global cette thématique et abordera notamment aussi l’idée de l’installation de caméras à l’extérieur de la caserne.

Quid de l’identification des postes de Pompiers « Paul Brien » et « Anderlecht » ?

et

Quid de l’état d’avancement de l’audit relatif au postes et casernes ?

Et

Quid des travaux urgents au poste d’Anderlecht ?

Le SIAMU répond que le travail préparatoire a été lancé dans la mesure où une société a été désignée pour exécuter un travail global. Le 7 juillet prochain, elle doit remettre un rapport sur le P.A.S.I. Anderlecht. La direction ignore par contre que l’installation électrique du poste Chênaie aurait été refusée. Il termine son intervention en ajoutant que le département Logistique prend très au sérieux le rapport de l’inspection du travail.

Quid de la masse 2016 ?

et

Quid de la masse 2015 (gabardine, etc…) ?

 

Après la faillite de XXXXX, une autre firme a été désignée pour fournir la Masse de nos agents. Malheureusement, celle-ci a aussi connu des problèmes d’ordre informatique. Normalement, les dotations devraient pouvoir être modifiées manuellement mais pour l’instant, cela n’est pas possible. Les reliquats 2014 et 2015 doivent être ajoutés à la Masse 2016 mais elle ne sera ouverte qu’en août de cette année, ce qui est déjà relativement tard. En effet, l’encodage manuel des commandes dans le logiciel Coswin ne pourra commencer qu’en août. A moyen terme, il est prévu de passer à un autre système informatique au lieu de Coswin, ce qui devrait faciliter les choses. Enfin, les commandes Arzoni seront livrées cette année-ci.

Le SIAMU déclare que le 30 juin prochain, une réunion est prévue à laquelle seront présents différents acteurs.

Quid de l’ouverture de Cité : communication du suivi du chantier, avis du S.I.P.P. + réception, rapport des S.E.C.T. et visite des lieux de travail par le comité ?

Le service est en attente des derniers rapports officiels, en particulier celui des S.E.C.T. Le S.I.P.P. a donné un avis favorable. La réception s’est passée sans problèmes.

Quid du remplacement des châssis suivants :

Poste Delta : Cuisine, réfectoire ; Poste UCL : Téléphonie, chambre adjudant, cafétéria.

La demande a été effectuée depuis des semaines et le bon de commande est toujours bloqué ? On attend quoi ? L’hiver prochain ? Un vol dans la caserne ? Un stylo pour la signature du bon ?

Il faut attendre qu’un architecte ait eu l’occasion de faire le tour des problèmes. La semaine prochaine, une réunion est prévue avec la société qui a fait l’étude pour le P.A.S.I. Anderlecht.

Le S.L.F.P. signale un problème avec une des portes à Chênaie, qu’on ne sait plus fermer à clé.

La Logistique examinera cela.

NOTULENONTWERP EN VERSLAG VAN DE VERGADERING

VAN 23 JUNI 2016

Op verzoek van het VSOA :

Is er nieuws over de beveiliging van de ramen in het HC100 ?

Dit probleem werd ook aangestipt tijdens het laatste werkplaatsbezoek aan het HC100, dat daarmee ook een bezorgdheid weergeeft die leeft bij het betrokken personeel.

Het DBDMH kondigt aan dat deze opdracht werd toevertrouwd aan onze architect, die contact opnam met gespecialiseerde bedrijven. De dienst wacht nu op offertes. Hij benadrukt echter ook het belang van de naleving van wat reeds bestaat; vaak worden deze maatregelen omzeild door het personeel van het HC100 zelf. Een doorlichting over de veiligheid van het gebouw werd overigens besteld: deze zal breed ingaan op dit thema en ook het idee bestuderen om camera’s te plaatsen rondom de kazerne.

Is er nieuws over de identificatie van de brandweerposten “Paul Brien” en “Anderlecht” ?

en

Is er nieuws over de voortgang van de doorlichting over de posten en kazernes?

en

Is er nieuws over de dringende werken aan de post Anderlecht?

Het DBDMH zegt dat het voorbereidend werk gestart is ; er werd namelijk een bedrijf aangesteld om alle werken uit te voeren. Op 7 juli e.k. moet het een verslag over de VOPO Anderlecht indienen. De directie was er daarentegen niet van op de hoogte dat de elektrische installatie van Eikenbos zou zijn afgekeurd. Hij rondt zijn antwoord af met de bemerking dat het departement Logistiek het verslag van de arbeidsinspectie erg serieus neemt.

Is er nieuws over het kledingfonds 2016 ?

en

Is er nieuws over het kledingfonds 2015 (regenjas, enz.) ?

Na het faillissement van XXXX werd een ander bedrijf aangezocht om het kledingfonds van ons personeel te leveren. Helaas kende dit ook informaticaproblemen. Normaal moeten de dotaties manueel kunnen worden gewijzigd, maar momenteel is dat niet mogelijk. Wat overblijft van de fondsen van 2014 en 2015 moet worden toegevoegd aan het kledingfonds van 2016 maar dat zal pas in augustus van dit jaar worden geopend, wat vrij laat is. Het manueel invoeren van de bestellingen in het computerprogramma Coswin kan immers dan pas beginnen. Op middellange termijn willen we overschakelen op een ander programma dan Coswin, wat een vereenvoudiging zou moeten opleveren. De bestellingen van Arzoni tot slot zullen dit jaar worden geleverd.

DBDMH verklaart dat op 30 juni e.k. een vergadering gepland is waarop de diverse stakeholders aanwezig zullen zijn.

Is er nieuws over de opening van RAC : kennisgeving van de follow-up van de bouwwerf, advies van de IDPB + oplevering, verslag van de EDTC en werkplaatsbezoek door het comité ?

De dienst wacht nog op de laatste officiële verslagen, met name dat van de EDTC. De IDPB gaf een positief advies. De oplevering verliep zonder problemen.

Is er nieuws over de vervanging van de volgende raamwerken :

Post Delta : keuken, refter,

Post UCL : telefoonlokaal, kamer adjudant, cafetaria.

De vraag werd enkele weken geleden gedaan en de bestelbon blijft geblokkeerd ? Waarop wacht men : de volgende winter, een diefstal in de post, een balpen om de bon te ondertekenen ?

 

Eerst moet een architect een volledig beeld hebben gekregen van de problemen. Volgende week is een vergadering gepland met de onderneming die de studie verzorgde voor de VOPO Anderlecht.

Het VSOA signaleert een probleem met een van de deuren in Eikenbos die niet meer op slot gaat.

De Logistiek zal dat nagaan.

16:36 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

CPPT-CPBW 08.2016

La prochaine réunion du C.P.P.T. du service d’Incendie aura lieu, le jeudi 8 septembre 2016 à 9 heures.

Direction :

Etablissement des lignes.

Remplacement BG4 par des « bi-bouteilles ».

Evaluation échelle à emboîtement à 6 hommes.

Alimentation autopompe.

Tableau blanc dans le véhicule de commandement.

Proposition d’adaptation du R.O.I. du C.P.P.T.

A la demande du S.L.F.P :

  • Quid du résultat audit des postes et casernes par bureau d’étude WHY (juin 2016) ?
  • Quid du plan d’action rénovation poste Anderlecht (mai 2016) ?
  • Caméra(s) au P.A.S.I. Paul Brien relié(es) au bureau du téléphoniste (mai 2016) ?
  • Publicité sur les véhicules d’interventions : dégradation de la peinture des véhicules et des marquages et dégradation de la publicité elle-même. Nos les véhicules ne sont pas très présentables. Quand va-t-on enlever ses publicités ?
  • Quid de la mise en conformité de nos locaux de travail en vertu de l’arrêté royal du 10 octobre 2012 fixant les exigences de base générales auxquelles les lieux de travail doivent répondre ?
  • Les plaintes se multiplient quant à la gestion auCS100 :
  • les communications dans une seule langue ;
  • éviction injustifiée de certains centralistes sans tenir compte des procédures de "mutation d'office" qui sont en vigueur au sein de notre service et décrite dans le statut ;
  • Quelle est la procédure d’évaluation qui permet d’écarter un agent de ses fonctions à la centrale 100 ;
  • Service théâtre : qui vérifie que les pompiers envoyé sur les évènements sont en ordre d'AMU?   La transparence de ce service à la CS100 doit être faite immédiatement.
        • Quel service doit être chargé de signaler les AT à la caisse d'entraide des pompiers ? Il semblerait que cela ne soit pas fait ou fait bien trop tard pour que le pompier en AT puissent bénéficier de leurs services.
        • A quand le déménagement et l’aménagement de la salle de sport ?
        • Quid de la modification du R.O.I. du C.P.P.T. ?

De volgende vergadering van het CPBW-Brandweer zal plaatshebben op donderdag 8 september 2016 om 9 uur.

Directie:

Afleggen leidingen.

Vervanging BG-4 door zogenaamde “bi-bouteilles”.

Evaluatie steekladder met 6 personen.

Voeding autopomp.

Whiteboard in de commandowagen.

Extra materiaal in de autopomp (halligan).

Voorstel tot aanpassing HR van het CPBW

Op verzoek van het VSOA:

  • Is er meer nieuws over het resultaat van de audit van de posten en kazernes door het architectenbureau WHY (juni 2016) ?
  • Is er nieuws over het actieplan m.b.t. de renovatie van de post Anderlecht (mei 2016)?
  • Camera(‘s) in de VOPO Paul Brien waarvan de beelden naar het bureau van de telefonist worden gestuurd (mei 2016)?
  • Reclame op interventievoertuigen: beschadiging van de lak en de markering op de voertuigen en ook van de reclame zelf. Onze voertuigen zijn niet erg toonbaar. Wanneer zal men de reclame verwijderen?
  • Is er nieuws over de aanpassing van onze werkplekken conform het KB van 10 oktober 2012 tot vaststelling van de algemene basiseisen waaraan arbeidsplaatsen moeten beantwoorden?
  • Er komen steeds meer klachten m.b.t. het beheer in het HC100:

Eentalige mededelingen,

Onterechte verwijdering van sommige operatoren zonder rekening te houden met de procedures omtrent de “ambtshalve mutatie” die van kracht zijn in onze dienst en beschreven worden in het statuut,

Welke is de evaluatieprocedure waarmee een personeelslid uit zijn betrekking in het HC100 kan worden geweerd,

Dienst schouwburgen: wie verifieert dat de voor evenementen ingezette brandweerlieden in orde zijn qua DGH? Er moet meteen transparantie komen over deze dienst binnen het HC100.

      • Welke dienst moet men aanduiden om de AO’s te signaleren aan de Kas van Onderlinge Hulp der Brandweerlieden? Naar verluidt gebeurt dit niet of laattijdig opdat brandweerlieden die een AO hadden een beroep kunnen doen op hun diensten.
      • Voor wanneer is de verhuizing en inrichting van de sportzaal gepland?
      • Is er nieuws over de wijziging van het HR van het CPBW?

 

 

 

16:34 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

samedi, 20 août 2016

NEWSLETTER 08.2016

APPEL A CANDIDATURES AU GRADE D’ADJUDANT-SERGENTS

OPROEP TOT KANDIDAASTELLING BEVORDERING IN DE GRAAD VAN ADJUDANT-SERGEANT.

PROMOTIONS AUX GRADES D2 ET C2 POUR LES ADMINISTRATIFS.

BEVORDERING IN DE GRADEN D2 EN C2 VOOR DE ADMINISTRATIEVEN.

Depuis le remplacement du cadre par un plan de personnel, le Conseil de Direction a décidé de ne plus définir, au moment de l’appel à candidatures, le nombre de places à pourvoir.

C’est au moment de la clôture de la procédure que le nombre de places sera défini.

Sinds de vervanging van het kader door een personeelsplan, heeft de Directieraad beslist om, op het moment van de oproep tot kandidaatstelling, het aantal te begeven plaatsen niet meer te bepalen.

Het is op het ogenblik van het afsluiten van de procedure dat het aantal plaatsen bepaald zal worden.

Afin de garantir la bonne organisation de la procédure et, si possible, sa rapidité, les agents qui souhaitent se porter candidats sont invités à venir signer au plus vite la note de service 2016-175/2016-176 (Héli II bureau 4.16) ou en accuser réception par mail.

Teneinde een goede organisatie van de procedure te verzekeren en, indien mogelijk, een snelle afhandeling, worden de personeelsleden die zich kandidaat willen stellen verzocht om dienstnota 2016-175/2016-176 zo snel mogelijk te komen ondertekenen

(Héli II bureel 4.16) of hiervan ontvangst te bevestigen via mail.

Pour tenter de raccourcir les délais de procédure, les NS portant appel aux candidatures et proposition de classement seront envoyés par mail à l’adresse professionnelles ****@firebru.brussels de tous les agents concernés. Ils pourront en accuser réception par voie électronique.

 Teneinde de proceduretermijnen te verkorten, zullen de DN met betrekking tot de oproep tot kandidaatstelling en het voorstel tot klassement via mail opgestuurd worden naar het werkadres ***@firebru.brussels van alle betrokken personeelsleden. Deze kunnen hiervan ontvangst via e-mail.

Suite à l’approbation du plan personnel du 14juillet, des places vacantes de niveaux D2 et C2 sont ouvertes.

Naar aanleiding van de goedkeuring van het personeelsplan van 14 juli 2016, staan er betrekkingen van niveau D2 en C2 open.

Les promotions au grade D2 et C2 sont ouvertes aux agents qui remplissent les conditions suivantes :

Les agents porteurs d’un grade D1 ou C1 ;

Compter au moins 3 années d’ancienneté de grade ;

Disposer d’une évaluation « favorable ou « très favorable »

 De bevorderingen in de graden D2 of C2 staan open voor de personeelsleden die aan volgende voorwaarden voldoen:

 Houder zijn van de graad D1 of C1:

Ten minste 3 jaar graadanciënniteit tellen;

Een evaluatie “gunstigé of “zeer gunstig” hebben.

06:32 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

samedi, 13 août 2016

Promotions-Suite de la saga

Bruxelles, le 13 août 2016

 

Madame la Secrétaire d’Etat

Botanic Buding

Boulevard Saint-Lazare 10

 

B-1210 Bruxelles

 

  

Concerne : Procédure de promotions.

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

 

Le 06 mars 2015, par décision ministérielle, 20 emplois de sergent et 4 adjudants ont été déclarés vacants. Un an et quelques mois plus tard, pour divers motifs ou diverses excuses, ces procédures de promotions n’ont pas encore abouti.

Le 21 janvier 2016 un arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale abroge l'arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 12 mai 2005 fixant le cadre organique du Service d'Incendie et d'Aide médicale urgente de la Région de Bruxelles-Capitale.

En l’absence de cadre organique, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, présente un premier plan du personnel. Il n’a jamais été publié au moniteur belge, alors que la législation l’impose.

Plus aucuns textes ne fixe le nombre, par domaine d'activités, par niveau, par rang et par grade, le nombre de membres du personnel statutaires et contractuels au S.I.A.M.U.

La fixation ou l'accord par le Gouvernement du plan de personnel implique aussi l'autorisation d'occupation des emplois y prévus par recrutement, promotion, mobilité ou engagement.

L’autorité nous présente un deuxième plan du personnel en mai 2016. En plus de l’augmentation du nombre de promotions au grade de sergent (On annonce +/- 50 sergents) et d’adjudants (+/- 10), 4 agents administratifs de niveau A (1 communication, 1 juriste, 1 RH et 1 psychologue) seraient engagés pour octobre 2010.

Questions :

  1. Les promotions de sergents et d’adjudants, qui semblent venir d'un gouffre de profondeur infinie, seront elle a effet rétroactif ? Encore un peu de patience et nous battrons vraiment la période de gestation des éléphants.
  2. N’aurait-il pas fallu attendre avant d’abroger le cadre organique d’avoir effectivement un plan du personnel ?
  3. Quand ce plan du personnel sera-t-il présenté au personnel et publié ?
  4. Quand aurons lieu toutes les promotions annoncées depuis des mois voire des années ?
  5. Le psychologue annoncé peut-il être remplacé par un psychiatre ?
  6. Vu l’état du service, le niveau A pour la communication est-il vraiment prioritaire ou peut-il être remplacé par un deuxième juriste ou agent RH ?

 

Dans l’attente de réponses à nos questions, veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

 

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours »



11:43 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 11 août 2016

Promotions

Le Gouvernement a marqué son accord sur le plan de personnel. Il sera présenté au personnel courant septembre.

 De regering heeft zijn goedkeuring gegeven aan het personeelsplan. Dit zal worden voorgelegd aan het personeel in de maand september.

 Le conseil de direction a pris acte de la décision et a décidé de procéder aux promotions de sergents/adjudants. Les (+ /-) 50 premiers sergents ayant postulés seront nommés. Une autre procédure de promotion suivra rapidement. Les listes doivent être vérifiées, validées lors un conseil de direction fixé au 18 août, puis les arrêtés de promotion seront présentés au Ministre pour signature.

 De directieraad heeft nota genomen van het besluit en heeft besloten over te gaan tot de promoties van sergeant/Adjudant. De eerste (+/-) 50 sergeanten die heeft gepostuleerd zullen worden benoemd. Een andere procedure zullen snel volgen. Deze lijsten moeten worden gecontroleerd, gevalideerd door de directieraad vastgesteld op datum van 18 Augustus.

 

Le plan du personnel n’a pas encore été adopté par le Gouvernement (congé)

  Art. 58. Les emplois de sergent sont ouverts aux titulaires du grade de sapeur-pompier, sapeur-pompier qualifié ou caporal qui satisfont aux conditions suivantes :

  1° compter une ancienneté de niveau de 6 ans au moins dans un ou plusieurs des grades mentionnés ci-dessus ;   2° être porteur du brevet de sergent conformément à l'arrêté royal du 21 février 2011 relatif à la formation des membres des services publics de secours

  3° remplir les conditions pour être porteur d'un badge d'aide médicale urgente en vertu de l'arrêté royal du 13 février 1998 relatif aux centres de formation et de perfectionnement des secouristes-ambulanciers ;   4° avoir obtenu la mention d'évaluation favorable ;

  5° satisfaire aux tests physiques bisannuels.

  Art. 58. De betrekkingen van sergeant staan open voor de titularissen van de graad van brandweerman, eerste brandweerman of korporaal die aan de volgende voorwaarden voldoen:   1° ten minste 6 jaar niveauanciënniteit tellen in één of meerdere van de hierboven vermelde graden;   2° houder zijn van het brevet van sergeant overeenkomstig het koninklijk besluit van 21 februari 2011 betreffende de opleiding van de leden van de openbare hulpdiensten;

  3° voldoen aan de voorwaarden voor het bezit van een badge dringende geneeskundige hulp in toepassing van het koninklijk besluit van 13 februari 1998 betreffende de opleidings- en vervolmakingscentra voor hulpverleners-ambulanciers;   4° de evaluatievermelding gunstig hebben verkregen;   5° voldoen aan de tweejaarlijkse fysieke testen.

 Pour ce qui concerne les promotions du personnel administratif, cela sera à l’ordre du jour du conseil de direction du 18 août également.

De promotie voor het administratief kader staan ook op de dagorder van de directieraad van 18 augustus.

 Le conseil de direction a décidé de lancer des fonctions supérieures pour les officiers (1 commandant en second, 3 majors, 8 commandants et 2 commandants f.f.).

De directieraad heeft besloten de aanstellingen van 1 Commandant tweede in bevel, 3 betrekkingen van wnd. Majoor, 8 betrekking van Commandant en 2 bettrekingen van wnd. Commandant)

06:04 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 10 août 2016

Promotion

Bruxelles, le 10 août 2016                      

 

 

                                                                                             Monsieur le Directeur Général

                                                                                             Avenue de l’Héliport, 11-15

                                                                                             1000                     Bruxelles

 

  

Monsieur le Directeur Général,

 

Le 5 août 2016, le caporal XXXXXXXXXXX  a reçu un courriel, du service des sports, lui indiquant que, dans le cadre des promotions de sergents et d’adjudants, le service a remarqué qu’il n’était plus en ordre de tests physiques.

 

Le S.L.F.P. vous rappelle que Monsieur XXXXXX  a été réaffecté à XXXXXX suite à un accident de travail.

 L’article 79 de l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 20 juin 2002 portant le statut administratif et pécuniaire des agents du personnel opérationnel du SIAMU indique que les membres du personnel réaffecté peuvent encore prétendre à une promotion dans des fonctions qui ne requièrent pas de participation directe à l'intervention. Ils sont dispensés de la condition relative aux tests physiques bisannuels.

D’après l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 20 juin 2002 portant le statut administratif et pécuniaire des agents du personnel opérationnel du SIAMU, Monsieur XXXXXXX  ne doit plus être en ordre de tests physique et à le droit de prétendre à une promotion au grade de sergent.

Le S.L.F.P. demande le respect de la législation en vigueur.

Veuillez agréer, Monsieur le Directeur Général, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.,

 

 

Eric LABOURDETTE

 

 

 

Dirigeant responsable                                            

Président du secteur « Zones de secours »            

 

 

14:56 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 09 août 2016

OJ CPPT

Bruxelles, le 10 août 2016

 

 

S.I.A.M.U.  R.B.C.

Directeur Général

Avenue de l’Héliport 15

 

B-100 Bruxelles

 

 

Monsieur le Président,

 

 

Le S.L.F.P. vous demande d’inscrire à l’ordre du jour du prochain C.P.P.T. les points suivant :

 

 

  • Quel service doit être chargé de signaler les AT à la caisse d'entre-aide des pompiers? Il semblerait que cela ne soit pas fait ou fait bien trop tard pour que le pompier en AT puisse bénéficier de leurs services.
  • Les plaintes se multiplient quant à la gestion à la centrale 100 :

 

  • les communications dans une seule langue ;
  • éviction injustifiée de certains centralistes sans tenir compte des procédures de "mutation d'office" qui sont en vigueur au sein de notre service et décrite dans le statut.
  • Quelle est la procédure d’évaluation qui permet d’écarter un agent de ses fonctions à la centrale 100 ;
  • Service théâtre : qui vérifie que les pompiers envoyé sur les évènements sont en ordre d'AMU? La transparence de ce service à la CS100 doit être faite immédiatement.
  • A quand le déménagement et l’aménagement de la salle de sport?
  • Publicité sur les véhicules d’interventions : dégradation de la peinture des véhicules et des marquages. Dégradation de la publicité elle-même, nos les véhicules ne sont pas très présentables. Quand va-t-on enlever ses publicités ?

 

 Photo 077.jpgPhoto 078.jpg

 

  

  • Quid de la mise en conformité de nos locaux de travail en vertu de l’arrêté royal du 10 octobre 2012 fixant les exigences de base générales auxquelles les lieux de travail doivent répondre.
  • Quid de la modification du R.O.I. du C.P.P.T.

 

Conformément à la législation en vigueur, nous demandons au Président de mentionner le délai dans lequel les points doivent être terminés et de rédiger les avis motivés.

 

                                                               ¬¬¬¬¬¬¬¬    

Nous vous prions de considérer la présente comme documentation de travail et d’en transmettre, à ce titre, une copie aux membres du comité.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations syndicales.

 

                                                                                          Pour le S.L.F.P.,

 

 

 

                                                                                         Eric LABOURDETTE

                                                                                                           Membre effectif.                   

08:07 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Comité de concertation

Bruxelles, le 06 août 2016

 

 

Madame la Secrétaire d’Etat

Cécile Jodogne

Botanic Buding

Boulevard Saint-Lazare 10

 

B-1210 Bruxelles

 

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

 

L’arrêté royal du 28 septembre 1984 portant exécution de la loi du 19 décembre 1974 organisant les relations entre les autorités publiques et les syndicats des agents relevant de ces autorités indique que, dans les comités de concertation les membres de la délégation de l'autorité, y compris le président, sont des personnes qui, à quelque titre que ce soit, ont qualité pour engager les autorités publiques intéressées.

Le S.L.F.P. souhaite connaître la personne mandatée pour le comité de concertation de base et la personne mandatée pour le comité de prévention et de protection au travail au S.I.A.M.U.

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

08:04 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 04 août 2016

Masse

La masse d’habillement 2016 sera ouverte le lundi 08.08.2016.

Het kledingsfonds 2016 zal geopend zijn op maandag 08.08.2016.

 

Les commandes de masse sont à remettre au plus tard le vendredi 30.09.2016.

Beestellingen moeten ten laatste op vrijdag 30.09.2016 doorgeven worden.

 

Comme l’année dernière les commandes se feront exclusivement :

 

Par fax au n° 02/208 82 41

Par courrier, adressé à la lingerie.

 

 

Net zoals vorig jaar zullen de bestellingen uitsluitend gebeuren :

 

Per fax op het nr. 02/208 82 41

Per brief, gericht linnendienst.

 

Vous trouverez sur l’intranet, dans l’onglet Logistique, Masse :

 

  • Le catalogue
  • Votre dotation 2016
  • Le formulaire de commande

 

U vindt op het intranet door te klikken op de tab Logistiek, Kledingfonds :

  • De catalogus.
  • Uw dotatie 2016
  • Het bestelformulier.

S.L.F.P.-V.S.O.A.

Labourdette Eric

14:28 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 29 juillet 2016

PROMOTIONS-PROMOTIES

News Letter 07.2016

 

Le Gouvernement a marqué son accord sur le plan de personnel. Il sera présenté au personnel courant septembre.

De regering heeft zijn goedkeuring gegeven aan het personeelsplan.  Dit zal worden voorgelegd aan het personeel in de maand september.

Le conseil de direction a pris acte de la décision et a décidé de procéder aux promotions de sergents/adjudants.  Les listes doivent être vérifiées, validées lors un conseil de direction fixé au 18 août, puis les arrêtés de promotion seront présentés au Ministre pour signature.  Le tout devrait être terminé pour début septembre.

De directieraad heeft nota genomen van het besluit en heeft besloten  over te gaan tot de promoties van sergeant/Adjudant.  Deze lijsten moeten worden gecontroleerd, gevalideerd door de directieraad vastgesteld op datum van 18 Augustus.

Pour ce qui concerne les promotions du personnel administratif, cela sera à l’ordre du jour du conseil de direction du 18 août également.

De promotie voor het administratief kader staan ook op het dagorder van de directieraad van 18 augustus.

Le conseil de direction a décidé de lancer des fonctions supérieures pour les officiers (1 commandant en second, 3 majors, 8 commandants et 2 commandants f.f.).

De directieraad  heeft besloten de aanstellingen  van 1 Commandant tweede in bevel , 3 betrekkingen van wnd.Majoor, 8 betrekking van Commandant en 2 bettrekingen van wnd. Commandant)

Le S.L.F.P. vous informe/Het V.S.O.A. informeet u.

09:05 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 24 juillet 2016

SIAMU suite agression

Monsieur le Directeur Général,

 

Suite au courrier du S.L.F.P. daté du 12 juillet 2016, relatif à l’agression d’un agent opérationnel lors d’une intervention pour personne bloquée dans un ascenseur, le S.L.F.P. désire connaître le suivi que l’autorité a donné à cette agression. Plainte avec constitution de partie civile a-t-elle été déposée par le service ?

Le S.L.F.P. rappelle que la loi du 08 mars 2010 relative à la circonstance aggravante pour les auteurs de certaines infractions commises envers certaines personnes à caractère public a modifié, afin de durcir certains articles, le code pénal :

8 JUIN 1867. - CODE PENAL.

Art. 276. L'outrage paroles, faits, gestes ou menaces, dirigé, dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de leurs fonctions, contre un officier ministériel, un agent dépositaire de l'autorité ou de la force publique, ou contre toute autre personne ayant un caractère public, sera puni d'un emprisonnement de huit jours à un mois et d'une amende de vingt-six [euros] à deux cents [euros].   

Art. 280. Si le crime ou le délit a été commis envers un officier ministériel, un agent dépositaire de l'autorité ou de la force publique, ou envers toute autre personne ayant un caractère public, dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions, les peines seront les suivantes :   

1° dans les cas visés à l'article 398, alinéa 1er, les peines seront un emprisonnement d'un mois à un an et une amende de cinquante euros à trois cents euros;   

2° dans les cas visés à l'article 398, alinéa 2, les peines seront un emprisonnement de deux mois à deux ans et une amende de cinquante euros à trois cents euros;   

3° dans les cas visés à l'article 399, alinéa 1er, les peines seront un emprisonnement de quatre mois à quatre ans et une amende de cent euros à cinq cents euros;   

4° dans les cas visés à l'article 399, alinéa 2, les peines seront un emprisonnement d'un an à cinq ans et une amende de cent euros à cinq cents euros;   

5° dans les cas visés à l'article 400, alinéa 1er, la peine sera la réclusion de cinq ans à dix ans;   

6° dans les cas visés à l'article 400, alinéa 2, la peine sera la réclusion de dix ans à quinze ans;   

7° dans les cas visés à l'article 401, alinéa 1er, la peine sera la réclusion de dix ans à quinze ans;    8° dans les cas visés à l'article 401, alinéa 2, la peine sera la réclusion de quinze ans à vingt ans.

La violence contre des agents destinées à apporter les secours, doit être considérée comme une atteinte à l’Etat de droit, ce qui signifie que le phénomène doit être combattu par tous les moyens et la société a le devoir moral d’oser les solutions les plus dures pour l’endiguer.

 Le S.L.F.P. demande à ce que la direction du S.I.A.M.U. prenne au sérieux chaque agression envers un membre du personnel en déposant plainte auprès des autorités compétentes.

 Le S.L.F.P. souhaite qu’un rappel de la procédure à suivre par un membre du personnel victime de comportements indésirables et/ou excessifs au travail commis par des tiers par note de service et lors de différents recyclages.

Veuillez agréer, Monsieur le Directeur Général, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.,

  

Eric LABOURDETTE

                                         

 

Dirigeant responsable                                            

Président du secteur « Zones de secours »            

 

07:46 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 22 juillet 2016

Pension

Objet: Problématique de la pénibilité dans le secteur public

L’accord de Gouvernement du 9 octobre 2014 contient un point relatif aux « Métiers lourds ».

Ce point prévoit que « le gouvernement prendra, en concertation avec les partenaires sociaux, des dispositions spécifiques en matière de pension pour des métiers lourds dans le secteur privé (travailleurs salariés et indépendants) et dans le secteur public sur la base des principes suivants :

 - Des critères objectifs seront définis et serviront de base à l’établissement d’une liste révisable reprenant les métiers lourds et les tantièmes préférentiels ;

 - Des modalités plus favorables pour les conditions de carrière pour la pension (anticipée) et pour le calcul des pensions seront possibles ».

 La Commission spéciale du secteur public a pris en considération quatre catégories de critères qui sont susceptibles d’identifier les fonctions pénibles :

 1) les conditions de travail contraignantes suite à des inconvénients physiques au niveau de l’environnement de travail ou de la charge physique ;

2) l’organisation de travail contraignante ;

3) la charge de travail émotionnelle ou mentale ;

4) les risques de sécurité accrus.

 La commission a, pour chacune de ces catégories, identifié les critères suivants :

 1) Les conditions de travail contraignantes suite à des inconvénients physiques au niveau de l’environnement de travail ou de la charge physique :

  1. Un travail physiquement lourd
  2. Environnement de travail impliquant l’exercice de tâches :
  3. Situations de travail où le travail est répétitif

 Au cours des discussions, les membres représentant les organisations de travailleurs ont déjà indiqué qu’ils souhaitent préciser davantage ces catégories, de la manière suivante :

 - Un travail physiquement lourd, c’est-à-dire un travail qui engendre des postures pénibles ou qui nécessite une certaine aptitude physique.

 - Un environnement de travail agressif ou dangereux entraînant une exposition à des agents physiques, biologiques et chimiques comme des conditions météorologiques défavorables, grands écarts de température (exposition à la chaleur/au froid), environnements hyperbares, bruit, vibrations, éclairage artificiel, problèmes hygiéniques et d’intimité personnelle ou exposition à des substances toxiques, radiologiques ou radioactives.

 - Des situations de travail où, plus que la moyenne, le travail est répétitif, où le rythme de travail est élevé, où le travail doit être réalisé dans des limites de temps, où une ponctualité permanente est requise.

 

2) L’organisation de travail contraignante :

 

  1. le travail de nuit ;
  2. le travail en équipes successives ;
  3. le travail en services interrompus ;
  4. le travail pour lequel le travailleur doit également rester disponible en dehors des heures de travail normales.

 En ce qui concerne les critères en matière d’organisation du travail contraignante, les membres représentant les organisations de travailleurs souhaitent ajouter le critère des travailleurs mobiles. Un travailleur mobile est tout travailleur faisant partie du personnel roulant ou navigant qui est au service d'un employeur effectuant des services de transport de passagers ou de marchandises par route, air ou voie navigable. La nature de ce travail peut être contraignante en raison de facteurs internes et externes.

Les membres représentant le Gouvernement Fédéral ne souhaitent pas retenir le critère de la mobilité parce qu’ils le considèrent comme trop général.

 3) La charge de travail émotionnelle ou mentale :

 

  1. confrontation à des expériences traumatiques ou responsabilité envers d’autres personnes ;
  2. relations avec les utilisateurs/clients ou missions de coordination (passagers, patients, élèves...) – exercice de tâches qui consistent à prodiguer des soins aux personnes nécessitant des soins spéciaux.

 

Tant les membres représentant les entités fédérées que les membres représentant les organisations de travailleurs estiment que, pour ce critère, il faut également tenir compte des tâches pénibles du point de vue psychique, pour lesquelles il faut partir de critères objectifs formulés avec précision qui soient également applicables à l’avenir.

Les représentants du ministre des Pensions indiquent que la pénibilité peut en effet être de type émotionnel ou mental. Ils soulignent qu’il est cependant difficile d’établir la pénibilité émotionnelle ou mentale en tant que telle.

 4) Les risques de sécurité accrus :

 

  1. confrontation à des situations manifestes de sécurité où l’intégrité physique peut être menacée ;
  2. incidents possibles lors de l’exécution de la tâche pouvant avoir de lourdes conséquences sur l’intégrité d’autres personnes ;

Les membres représentant les organisations de travailleurs du secteur public souhaitent également souligner, en ce qui concerne les deux points ci-dessus, qu’un régime de responsabilité civile spécifique peut également s’appliquer à certains de ces fonctionnaires. Cette dimension peut aussi être reprise dans la catégorie des risques de sécurité accrus.

  1. un risque d’accident du travail supérieur à la normale.

 

  • Conséquences de la reconnaissance comme fonction pénible Les membres représentant les organisations de travailleurs du secteur public estiment qu’une reconnaissance en tant que « fonction pénible », et ce, conformément aux critères et à la procédure susmentionnés, doit pouvoir conduire à des modalités plus avantageuses pour les conditions de carrière concernant la retraite (anticipée) et le calcul de la pension.

 

Ils considèrent qu’il faut se baser dans ce cadre sur le mécanisme actuel des tantièmes préférentiels et du coefficient de majoration. Dans cette optique, ils proposent de développer, sur la base de ce mécanisme, une formule concrète qui permettrait de partir à la retraite de manière anticipée suite à la reconnaissance d’un métier comme « pénible ». Lors de l’élaboration de cette formule, il faudra se baser, pour le calcul de la pension, sur le système existant des tantièmes préférentiels. S’agissant de la constatation de la durée de carrière requise, les années de service auxquelles s’applique une fraction de carrière plus avantageuse doivent peser proportionnellement plus lourd (poids) en les multipliant par un coefficient de majoration.

  •  Mesures transitoires Étant donné que le nouveau cadre légal relatif à la pénibilité dans le secteur public pourrait mener à certains glissements au niveau de ce qui est reconnu comme « fonction pénible », la Commission considère qu’il faut prévoir certaines mesures transitoires.

 Comme mesure transitoire pour le calcul de la pension, la Commission estime que les années de service prestées avant la date d’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation en matière de pénibilité doivent être prises en considération, et ce, sur la base des tantièmes préférentiels qui étaient en vigueur conformément à l’ancienne réglementation. Pour les fonctionnaires qui ne relèvent plus du champ d’application de la nouvelle réglementation en matière de pénibilité, les années de service prestées après la date d’entrée en vigueur de cette nouvelle réglementation seront calculées à l’aide de la fraction de carrière de 1/60 par année de service.

 Les représentants du ministre fédéral des Pensions estiment par contre que le régime ne pourra être appliqué qu’à partir de la date d’entrée en vigueur, notamment parce qu’aucun enregistrement de ces prestations n’a été effectué par le passé. Les tantièmes préférentiels appliqués autrefois restent d’application pour ces années de service.

  1.  Financement du régime en matière de pénibilité

 Du point de vue du financement et de la soutenabilité sociale des pensions, la Commission des pensions du secteur public est d’avis que la pénibilité du travail doit être reconnue correctement dans le régime de pension des personnes concernées.

Les membres représentant les organisations de travailleurs insistent en ce sens pour que le gouvernement fédéral précise au plus vite le montant de l’enveloppe budgétaire qui sera dégagée pour cette mesure. Dans tous les cas, ils souhaitent que les économies réalisées grâce à la réforme des tantièmes préférentiels soient exclusivement utilisées pour l’enveloppe des pensions du secteur public. Ils font également référence à la déclaration que leur a faite le ministre des Pensions le 13 avril 2016 selon laquelle l’adaptation des tantièmes préférentiels ne constitue pas une mesure budgétaire, sont but étant d’actualiser le système afin de le rendre plus équitable.

19:41 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 12 juillet 2016

Agression d'un membre du personnel

Bruxelles, le12 juillet 2016                      

 

 

                                                                                     Monsieur Mercken Thierry

                                                                                     S.I.A.M.U. – R.B.C.

                                                                                     Directeur Général a.i.

                                                                                     Avenue de l’Héliport, 11-15

                                                                                    1000                     Bruxelles

 

 

Monsieur le Directeur Général a.i.,

 

Lors d’une intervention pour personne bloquée dans un ascenseur, avenue de l’Héliport, un des agents sur place a été frappé par un individu. Il a été à l’hôpital et l’individu a été appréhendé.

Le service s’est-il porté partie civile face à cette agression ?

En l’absence de service juridique au S.I.A.M.U. quel est l’agent en charge de ces dossiers ?

L’agression par des tiers est un phénomène qui s’est développé parallèlement à notre société.

Une politique de gestion des agressions a pour but de proposer un accompagnement dans l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique concrète de gestion des agressions, essentiellement axée sur la gestion des agressions par des tiers.

Cette politique vise à éviter, canaliser, gérer, suivre et évaluer l’agression au travail sous quelque forme que ce soit, afin que les membres du personnel se sentent respectés et en sécurité sur leur lieu de travail.

 

Assurer la gestion des agressions au travail représente un bénéfice :

 

  • pour l’organisation, car cela contribue à la réalisation des objectifs de l’organisation ;
  • pour les membres du personnel, grâce à l’amélioration du sentiment de sécurité, de la   qualité de la vie / du travail, de la satisfaction au travail et de la productivité.

 

Il est important de disposer non seulement de matériel de support (chiffres des accidents du travail, cas d’agression, absences pour maladie, rapport annuel, plan d’action annuel faisant partie du plan global de prévention, …), mais aussi de faire référence à l’expérience accumulée grâce à des projets déjà réalisés en matière de gestion des agressions et aux disponibilités en termes de temps, personnel, moyens financiers, …

 

Le S.L.F.P. vous demande d’inscrire à l’ordre du jour du prochain C.P.P.T. les points suivants :

 

  • Quelle est la politique de gestion des agressions au S.I.A.M.U. ?
  • Quelle est la procédure à suivre par un membre du personnel victime de comportements indésirables et/ou excessifs au travail commis par des tiers ?
  • Quel est le moyen permettant d’analyser les risques de charge psychosociale occasionnée par des tiers au sein du S.I.A.M.U. ?
  • Le S.I.A.M.U. se porte-t-elle partie civile suite à des agressions commises par des tiers envers le personnel ?
  • Quelle est le soutien apporté par le S.I.A.M.U. aux membres du personnel victime d’agression ?

 

 

Conformément à la législation en vigueur, nous demandons au Président de mentionner le délai dans lequel les points doivent être terminés et de rédiger les avis motivés.

 

                                                           ¬¬¬¬¬¬¬¬

Nous vous prions de considérer la présente comme documentation de travail et d’en transmettre, à ce titre, une copie aux membres du comité.

                                                                              

                                                               ¬¬¬¬¬¬¬¬    

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.,

 

 

Eric LABOURDETTE

                                              

 

Dirigeant responsable                                            

Président du secteur « Zones de secours »            

06:11 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 06 juillet 2016

Remarques PV juin 2016

Bruxelles, le 06 juillet 2016                      

 

 

                                                                                     Monsieur Mercken Thierry

                                                                                     S.I.A.M.U. – R.B.C.

                                                                                    Directeur Général a.i.

                                                                                     Avenue de l’Héliport, 11-15

                                                                                     1000                     Bruxelles

 

 

Concerne: remarques relatives au projet de procès-verbal de la réunion du comité de cocnertation du 23 juin 2016.

 

Monsieur le Directeur Général a.i.,

 

Le S.L.F.P. vous rappelle l’article 22 de l’arrêté royal du 28 septembre 1984 portant exécution de la loi du 19 décembre 1974 organisant les relations entre les autorités publiques et les syndicats des agents relevant de ces autorités.

Art. 22. Ni l'absence d'un ou de plusieurs membres, régulièrement convoquées, de la délégation de l'autorité ni celle d'une ou de plusieurs délégations d'organisations syndicales, régulièrement convoquées, ne vicie la validité des négociations.

Il est en effet impensable que l’absence, délibérée ou non, d’un membre de la délégation de l’autorité ou d’une organisation syndicale puisse conduire à un blocage de l’ensemble du système des négociations. (Il est vrai qu’au S.I.A.M.U. on n’a pas besoin de l’absence de l’une ou l’autre partie pour bloquer les négociations, l’autorité sans charge à merveille !!!)

 

A la demande du S.L.F.P. :

Quid du respect des articles 78 et 79 de l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 27 juin 2002 portant le statut administratif et pécuniaire des agents du personnel opérationnel du S.I.A.M.U. (en attente de réponse depuis juin 2015 !) ?

et

Quid de la liste prévue au point 4.2.4. du ROI (point en attente de réponse depuis juin 2015!) ?Suite au départ du S.L.F.P., ces points sont reportés.  

A la demande du S.L.F.P. :

Quid de l’adaptation de la feuille de service ?

et

Quid de l’appel à candidatures pour une personne de confiance au S.I.A.M.U. (Voir N.S. 2016-068) ?

et

Quid des procédures de promotions ?

et

Quid de la création du service RH opérationnel (cf. la réunion du 4 février dernier) ?Suite au départ du S.L.F.P., ces points sont reportés.

Ces questions sont posées depuis plusieurs mois et restent sans réponses ! Le S.L.F.P. exige une réponse à ces revendications légitimes qui ne font que demander le respect d’un arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale !Il est tout aussi impensable de demander au personnel de respecter un arrêté du Gouvernement alors que les autorités de ce même Gouvernement ne le respectent pas. Veuillez agréer, Monsieur le Directeur Général a.i., l’expression de nos salutations syndicales.    

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours »

 

14:31 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

23.06.2016

NOTE DE SEANCE DE LA REUNION DU 23 JUIN 2016

 Questions relatives à l’informatique : présentation du projet d’Intranet.

Fin août, la nouvelle version d’intranet devrait être prête. Elle a été conçue autour du concept de l’agent.

Le personnel aura la possibilité de suggérer des améliorations et le formulaire de demande de mutation y sera disponible, tout comme l’ensemble des textes de référence (statuts etc.).

Normalement, cette version de l’intranet devrait aussi accessible à partir de la maison de l’agent.

 En juillet, l’ensemble des collègues administratifs devrait passer à Windows 10 et à Office 2016. Les officiers suivront mais pour eux, il reste encore à régler certains aspects. Une partie du personnel se trouve déjà actuellement dans le nouveau domaine (Windows 2008).

Les techniciens, les agents de la remise ou de l’atelier recevront également de nouveaux pc.

 Mise à jour du Plan de personnel 2016 : avis motivé.

 Le S.L.F.P. répète sa position que le plan de personnel doit refléter les besoins en ressources humaines. Il ne doit pas être établi en fonction des moyens disponibles. Le S.L.F.P. demande un suivi par rapport aux remarques formulées par les organisations syndicales.

 Avis motivé de la part des organisations syndicales au sujet du plan de personnel 2016 actualisé :

C.G.S.P. : elle remet un avis positif mais a en même temps des remarques.

ACV Openbare Diensten : elle remet un avis négatif.

S.L.F.P. : il remet un avis positif mais renvoie aussi à ses remarques.

 VERSLAG VAN DE VERGADERING VAN 23 JUNI 2016

 

Vragen m.b.t. de informatica: voorstelling ontwerp Intranet.

 

Eind augustus zou de nieuwe versie van het intranet klaar moeten zijn. Het werd ontworpen rondom het concept van het personeelslid.

Het personeel zal verbeteringen kunnen suggereren en het formulier voor een mutatie-aanvraag zal erop beschikbaar zijn, evenals alle referentieteksten (statuten enz.).

Normaal gezien zou deze versie van het intranet ook van thuis raadpleegbaar moeten zijn.

 In juli zouden alle administratieve collega’s moeten overschakelen op Windows 10 en Office 2016. De officieren zullen volgen, maar voor hen moeten nog een aantal zaken worden geregeld. Een deel van het personeel werkt nu al in het nieuwe domein (Windows 2008).

De technici het personeel van de remise of de werkplaats zullen ook nieuwe pc’s krijgen.

 Bijgewerkt personeelsplan 2016 : met redenen omkleed advies.

 Het VSOA herhaalt zijn standpunt dat het personeelsplan de behoeften aan personeelsbehoeften moet weergeven. Het moet niet worden opgesteld op basis van de beschikbare middelen. Het VSOA vraagt een follow-up van de door de vakorganisaties gemaakte opmerkingen.

 Met redenen omkleed advies vanwege de vakorganisaties m.b.t. het bijgewerkte personeelsplan 2016:

 ACOD: verstrekt een positief advies maar heeft tegelijk opmerkingen,

ACV Openbare Diensten: verstrekt een negatief advies,

VSOA: verstrekt een positief advies maar verwijst eveneens naar zijn opmerkingen.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13:55 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 30 juin 2016

Paul Brien-VUB

Bruxelles, le 30 juin 2016

 

S.I.A.M.U. R.B.C.

Commandant Devijver Ivo

Avenue de l’Héliport 15

 

B-100 Bruxelles

 

 

Mon commandant,

 

Le S.L.F.P. rappelle le point 3.3.3.1. de la réunion du C.P.P.T. du 21 avril 2016 :

  • Le S.L.F.P. demande une projection du nombre d’interventions du poste Paul Brien lors de l’ouverture du poste Cité.

 

  1. ADAMS et DUBIÉ rejoignent la réunion à 12h00.

 

D’après M. LEDEGHEN on dénombre sur base annuelle 22 sorties quotidiennes par ambulance. On verra comment ce chiffre évoluera après l’ouverture de Cité.

Après la réunion du 4 février dernier, MM. ADAMS et DUBIÉ se sont mis au travail et ont fait une étude qui porte sur toute l’année 2015. Celle-ci a montré de grandes différences. Ils craignent que la cohésion du groupe actuel sera compromise si on constitue des groupes de Paul Brien et VUB d’un côté et de l’Héliport et Cité de l’autre. Cette situation continue d’inquiéter et de stresser le personnel. Les trois critères sur lesquelles la direction se base, ne leur semblent pas valables.

Le Dr PETE confirme que la cohésion des groupes est certainement un facteur qu’il convient de prendre en compte, certainement dans le contexte actuel, après le 22 mars.

  1. DEVIJVER répète le point de vue de la direction : le 1er janvier 2017, la situation sera évaluée. En outre, à cette occasion tous les secteurs de la Région seront examinés de près et pas seulement Paul Brien, Cité et VUB. Enfin, le lundi 25 avril une réunion est prévue où ce point sera discuté. Le personnel sera certainement informé de l’évolution de ce dossier et les arguments apportés ne seront pas tout simplement balayés.

Pourtant, l’attitude de la direction opérationnelle avait donné à MM. ADAMS et DUBIÉ la ferme impression qu’on ne reviendra plus sur cette décision.

Le S.L.F.P. demande une communication claire et rapide à l’attention des membres du personnel concernés.

 

A ce jour, le personnel n’est toujours pas informé et certainement pas rassuré.

Pourriez-vous avoir diligence dans cette communication, qui je vous le rappelle était également soutenue par la médecine du travail afin de prévenir la cohésion de groupe importante !

D’avance, nous vous remercions pour le respect que vous accordez à ce personnel.

Veuillez agréer, Mon commandant, l’expression de nos salutations syndicales.

 

S.L.F.P.-A.L.R.

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours »

0475/86 75 85

10:22 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 26 juin 2016

Avis motivé ROI centre 100-112 Bruxelles

Bruxelles, le 26 juin 2016

 

 

S.I.A.M.U. R.B.C.

Monsieur Mercken Thierry

Avenue de l’Héliport 15

 

B-1000 Bruxelles

 

 

Monsieur le Directeur Général a.i.,

  

Concerne : Avis motivé du S.L.F.P. relatif au R.O.I. du centre de secours 100/112 de Bruxelles

 

Le S.L.F.P. émet un avis motivé positif relatif au R.O.I. du centre de secours 100/112 de Bruxelles avec les remarques suivantes :

Le S.L.F.P. souhaite que l’effectif minimal pour les opérateurs soit augmenté dès les prochains recrutement d’opérateurs.

Le S.L.F.P. rappelle que l’absence de règlement de travail pour le personnel du S.I.AM.U. n’empêche pas de rédiger un règlement d’ordre intérieur et ne doit pas être un frein pour des initiatives telles que celles-ci.

Le S.L.F.P. souhaite que le R.O.I. des agents opérationnels (fragilisé par un arrêt du Conseil d’Etat) et le règlement de travail du personnel du S.I.A.M.U. soient une priorité pour la direction.

Le S.L.F.P. souhaite voir apparaître dans ce R.O.I. les fonctions de l’adjudant du centre de secours décrites au point 6.2. du R.O.I. des agents opérationnels.

 .6.2. Chef de détachement du centre de secours unifié «100» (centre de secours 100 ou C.S. 100)

 

Fonction : liaison et coordination opérationnelle entre les équipes de garde du C.S. 100 (aussi appelé « centrale 100 »).

 Il supervise le travail des coordinateurs / chefs de poste en exécutant les missions suivantes :

  • Vérification de la conformité de l’emploi des appareils mis en service au C.S. 100 avec les prescriptions (en la matière) ;
  • Contrôle de la rédaction des rapports et statistiques du C.S. 100 ;
  • Tenue à jour du livre de bord du système d’aide à la décision et à la gestion et présentation quotidienne du journal des interventions à la Direction des opérations ainsi que des rapports techniques à l’officier responsable du C.S. 100 ;
  • Vérification et coordination de l’exécution des tâches administratives et d’entretien des locaux et des appareils du C.S. 100, selon l’attribution et la répartition des tâches convenues dans le service 100.Il assiste l’officier responsable du C.S. 100 en matière de :
  • Formation des stagiaires au C.S. 100 ;
  • Formation permanente et perfectionnement des agents affectés au C.S. 100, tant dans le domaine propre du 100 que dans les domaines des autres départements du SIAMU (en collaboration avec le département Instruction) ;
  • Formation technique et tactique particulière des coordinateurs (chefs de poste) ;
  • Amélioration, mise à jour régulière des notices et instructions qui constituent des fascicules / manuels techniques distribués aux stagiaires et préposés ;
  • Tenue à jour et amélioration des renseignements généraux dont doit disposer le C.S. 100 : plans d’intervention, cartes, liste de numéros de téléphone, adresses utiles, …Il assiste la Direction des opérations dans la mise à jour des plans d’intervention (I.P.I.)En l’absence du chef de détachement, les fonctions principales de celui-ci sont reprises par les chefs de poste / coordinateurs ou par leurs remplaçants, selon les instructions de l’officier responsable du 100.  

 

Veuillez agréer, Monsieur le directeur général a.i., l'expression de mes sentiments distingués.

 

Labourdette Eric 

 

11:34 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 22 juin 2016

Accord de coopération

Projet d’accord de coopération

Ontwerp van samenwerkingsakkoord

 

Vous voudrez bien trouver ci-dessous l'ordre du jour actualisé de la réunion du Comité C qui se tiendra le mardi 5 juillet 2016 à 14h00 au SPF Intérieur, rue de Louvain 1 à 1000 Bruxelles.

 

Hieronder vindt u de bijgewerkte agenda van de vergadering van het Comité C die zal plaatsvinden op dinsdag 5 juli 2016 om 14u00 bij de FOD Binnenlandse Zaken aan de Leuvenseweg 1 te 1000 Brussel.

 

Présent à cette réunion pour le S.L.F.P. Labourdette Eric, Hendrickx Joël

Aanwezig voor het V.S.O.A. aan deze vergadering Labourdette Eric, Hendrickx Joël

 

Projet d’accord de coopération exécutant l’article 306, § 2, de l’arrêté du 19 avril 2014 relatif au statut administratif du personnel opérationnel des zones de secours.

Ontwerp van samenwerkingsakkoord tot uitvoering van artikel 306, §2, van het besluit van 19 april 2014 betreffende het administratief statuut van het operationeel personeel van de hulpverleningszones.

Chapitre II – Coopération concernant les articles 5 et 308 du statut fédéral

Article 2.

  • 1. Les différentes fonctions à remplir au sein du SIAMU sont assurées par le cadre de base, le cadre moyen et le cadre supérieur. À ce propos, le Gouvernement bruxellois garantit que le statut bruxellois comprend, les grades suivants dans les cadres de base, moyen et supérieur.

1° Le cadre de base comprend les grades de sapeur-pompier et de caporal ;

2° Le cadre moyen comprend les grades de sous-officiers : sergent et adjudant ;

3° Le cadre supérieur comprend les grades d'officiers : lieutenant, capitaine, major et colonel.

  • 2. La Région de Bruxelles-Capitale peut toutefois prévoir, dans le statut bruxellois, les grades intermédiaires suivants : au cadre de base, le grade de sapeur-pompier qualifié, au cadre moyen, le grade de sergent-major.

Le cas échéant, et tant que ces grades intermédiaires ne sont pas prévus par le statut fédéral, l’autorité fédérale prévoit, dans le statut fédéral, que les grades de sapeur-pompiers qualifiés et de sergent-major sont, pour les besoins de la mise en œuvre du droit fédéral à leur propos, équivalents aux grades de sapeur-pompier et de sergent.

Hoofdstuk II – Samenwerking betreffende de artikelen 5 en 308 van het federaal statuut

Artikel 2.

  • 1. De verschillende in te vullen betrekkingen binnen de DBDMH worden verzekerd door het basiskader, het middenkader en het hoger kader. In dit opzicht verzekert de Brusselse Regering dat het Brussels statuut, de volgende graden omvat in het basiskader, het middenkader en het hoger kader.

1° Het basiskader omvat de graden van brandweerman en korporaal;

2° Het middenkader omvat de graden van onderofficiers: sergeant en adjudant;

3° Het hoger kader omvat de graden van officiers: luitenant, kapitein, majoor en kolonel.

  • 2. Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest kan echter, in het Brussels statuut, volgende tussenliggende graden bepalen: in het basiskader, de graad van eerste brandweerman, en in het middenkader, de graad van sergeant-majoor.

In voortkomend geval en voor zover het federale statuut niet in deze tussenliggende graden voorziet, voorziet de federale overheid, in het federaal statuut, dat de graden van eerste brandweerman en van sergeant-majoor, voor de noden van de toepassing van het federaal recht ten aanzien van hen, gelijkgesteld zijn met de graden van brandweerman en sergeant.

Chapitre III – Coopération concernant les articles 87 et 88 du statut fédéral

Article 4.

La Région de Bruxelles-Capitale prévoit, dans le statut bruxellois, que l’agent opérationnel professionnel d’une zone de secours ne doit, pour entrer en ligne de compte pour un emploi ouvert à la mobilité dans un grade supérieur, respecter que les conditions que le statut fédéral demande.

Article 5.

L’autorité fédérale et la Région de Bruxelles-Capitale prévoient dans leur statut respectif que l’agent professionnel d’un service incendie transféré par mobilité dans un grade supérieur entre le SIAMU et une zone de secours est soumis au statut administratif et pécuniaire applicable au service vers lequel il est transféré, conserve son ancienneté administrative et son ancienneté pécuniaire et est en droit de faire valoir celles-ci, y compris lorsqu’un régime de promotions  contingentées est prévu conformément à l’article 12§2, dans le service incendie dans lequel il est transféré

Hoofdstuk III – Samenwerking betreffende de artikelen 87 en 88 van het federaal statuut

Artikel 4.

Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet, in het Brussels statuut, dat de professionele operationele ambtenaar van een hulpverleningszone, om in aanmerking te komen voor een betrekking die wordt opengesteld voor mobiliteit in een hogere graad, enkel de voorwaarden gesteld door het federaal statuut moet naleven.

Artikel 5.

De federale overheid en het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorzien in hun respectievelijk statuut dat de professionele ambtenaar van een brandweerdienst die overgeplaatst wordt via mobiliteit in een hogere graad tussen de DBDMH en een hulpverleningszone, onderworpen is aan het administratief en geldelijk statuut van de dienst waarnaar hij overgeplaatst wordt, zijn administratieve en geldelijke anciënniteit behoudt en deze kan doen gelden, ook wanneer een stelsel van gecontingenteerde bevorderingen is voorzien zoals bepaald in artikel 12, §2, in de brandweerdienst waarnaar hij overgeplaatst wordt.

 

Chapitre IV – Coopération concernant le livre 4 du statut fédéral

Article 6.

La Région de Bruxelles-Capitale prévoit, dans le statut bruxellois, que le recrutement a lieu soit dans le cadre de base, au grade de sapeur-pompier soit dans le cadre supérieur, au grade de capitaine.

Article 7.

  • 1. La Région de Bruxelles-Capitale prévoit, dans le statut bruxellois, que les candidats doivent, pour pouvoir participer aux campagnes de recrutement du SIAMU, remplir les conditions de l’article 35, § 2, alinéa 3, du statut fédéral et réussir les épreuves d’aptitude spécifiques.
  • 2. Le Centre de formation des pompiers de Bruxelles organise selon les besoins du SIAMU, des épreuves d’aptitude spécifiques préalables au recrutement, dont le contenu est déterminé par le ministre de l’Intérieur, pour le cadre de base et le cadre supérieur visé à l’article 5 du statut fédéral, à la demande du ministre bruxellois.

La Région de Bruxelles-Capitale prévoit, dans le statut bruxellois, que l’ensemble du contenu et des modalités d’organisation qui concernent les épreuves d’aptitude spécifiques est réglé par le statut fédéral et la réglementation prise en application de celui-ci.

Article 9.  

  • 1. La Région de Bruxelles-Capitale prévoit, dans le statut bruxellois, que les candidats à un emploi de sapeur-pompier au SIAMU remplissent les conditions prévues à l’article 37, § 1, du statut fédéral.

 (Certificat d’aptitude fédéral)

  • 2. La Région de Bruxelles-Capitale prévoit, dans le statut bruxellois, que le recrutement est subordonné à la réussite d’un examen médical éliminatoire, tel que défini à l’article 26 de l’arrêté royal du 28 mai 2003 relatif à la surveillance de la santé des travailleurs. Cet examen médical éliminatoire est organisé par le SIAMU.

Article 11. 

  • 5. La Région de Bruxelles-Capitale prévoit, dans le statut bruxellois, que le stagiaire professionnel doit, pendant son stage, obtenir le permis de conduire C, s’il a plus de 21 ans, ou C1, s’il a moins de 21 ans et investit le SIAMU du pouvoir d’exiger du stagiaire d’obtenir son brevet d’ambulancier, en le mentionnant, le cas échéant, dans l’appel aux candidats.

Hoofdstuk IV – Samenwerking betreffende boek 4 van het federaal statuut

Artikel 6.

Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet, in het Brussels statuut, dat de aanwerving gebeurt, hetzij in het basiskader, in de graad van brandweerman, hetzij in het hoger kader, in de graad van kapitein.

Artikel 7.

  • 1. Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet, in het Brussels statuut, dat de kandidaten, om te kunnen deelnemen aan de aanwervingscampagnes van de DBDMH, moeten voldoen aan de voorwaarden van artikel 35, § 2, derde lid, van het federaal statuut en moeten slagen voor de specifieke geschiktheidsproeven.
  • 2. Het Opleidingscentrum van de Brandweer Brussel organiseert, naargelang de noden van de DBDMH, specifieke geschiktheidsproeven voorafgaand aan de rekrutering, waarvan de inhoud vastgelegd is door de minister van Binnenlandse Zaken, voor het basiskader en het hoger kader bedoeld in artikel 5 van het federaal statuut, op vraag van de Brusselse minister.

Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet, in het Brussels statuut, dat het geheel van de inhoud en van de modaliteiten voor de organisatie van de specifieke geschiktheidsproeven geregeld wordt door het federaal statuut en de regelgeving genomen in toepassing hiervan.

Artikel 9.  

  • 1. Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet, in het Brussels statuut, dat de kandidaten voor een betrekking van brandweerman bij de DBDMH dienen te voldoen aan de voorwaarden voorzien in artikel 37, § 1, van het federaal statuut.

 (Fédéraal geschiktheidsattest)

 

  • 2. Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet, in het Brussels statuut, dat de aanwerving onderworpen is aan het slagen in een eliminerend medisch onderzoek, zoals bepaald in artikel 26 van het koninklijk besluit van 28 mei 2003 betreffende het gezondheidstoezicht op de werknemers. Dit eliminerend medisch onderzoek wordt georganiseerd door de DBDMH.
  • 3. Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet, in het Brussels statuut, dat de aanwerving ook onderworpen is aan het slagen in een vergelijkend examen en dat de Brusselse minister de inhoud en alle modaliteiten ervan bepaalt.

Artikel 11. 

  • 5. Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet, in het Brussels statuutdat de beroepsstagiair, tijdens zijn stage, zijn rijbewijs C moet behalen, indien hij meer dan eenentwintig jaar is, of C1, indien hij minder dan eenentwintig jaar is, en bekleedt de DBDMH met de macht om van de stagiair zijn brevet van ambulancier te eisen, en vermeldt dit desgevallend in de oproep tot kandidaten.

 

Chapitre V – Coopération concernant le livre 5, titre premier, du statut fédéral.

Hoofdstuk V – Samenwerking betreffende boek 5, eerste titel van het federaal statuut.

Article 12.

  • 1. La Région de Bruxelles-Capitale prévoit, dans le statut bruxellois, la promotion par avancement de grade.
  • 2. La Région de Bruxelles-Capitale peut prévoir, dans le statut bruxellois, que les grades suivants constituent à chaque fois un groupe contingenté :

1° sapeur-pompier, sapeur-pompier qualifié ;

2° sergent, sergent-major.

Plus de groupe contingenté sapeur-pompier, sapeur-pompier qualifié et caporal.

Artikel 12.

  • 1. Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet, in het Brussels statuut, de bevordering door verhoging in graad.
  • 2. Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest kan, in het Brussels statuut, voorzien dat de volgende graden telkens een gecontingenteerde groep vormen:

1° brandweerman, eerste brandweerman;

2° sergeant, sergeant-majoor.

Geen gecontingenteerde groep brandweerman en korporaal.

 

Article 15. 

La Région de Bruxelles-Capitale prévoit, dans le statut bruxellois, que la promotion aux grades de sergent et de lieutenant commence par un stage de promotion, et y détermine l’autorité compétente pour établir l’ensemble du contenu du stage de promotion. 

La Région de Bruxelles-Capitale prévoit, dans le statut bruxellois, l’évaluation pendant et en fin de stage de promotion.

Artikel 15.

Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet in het Brussels statuut dat de bevordering tot de graad van sergeant of luitenant aanvangt met een bevorderingsstage, en bepaalt de bevoegde overheid om de inhoud van de bevorderingsstage vast te leggen.

Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet, in het Brussels statuut, de evaluatie tijdens en op het einde van de bevorderingsstage.

Chapitre VI – Dispositions transitoires

Article 17.

  • 1. La Région de Bruxelles-Capitale prévoit, dans le statut bruxellois, que les procédures de recrutement et de promotion, en ce compris les exigences demandées aux candidats admis dans une réserve ou aux candidats à une promotion, qui ont débuté avant la date d’entrée en vigueur du présent accord de coopération, sont poursuivies sur la base des dispositions qui leur étaient applicables avant cette date.

 

  • 2. La Région de Bruxelles-Capitale prévoit, dans le statut bruxellois, que les agents titulaires des grades de sapeur-pompier et sapeur-pompier qualifié, au moment de l’entrée en vigueur du présent arrêté, peuvent bénéficier de la promotion contingentée jusqu’au grade de caporal.

 

  • 3. À l’entrée en vigueur du présent accord de coopération, les lauréats se trouvant dans une réserve de recrutement de sapeur-pompiers sont considérés être titulaire d’un certificat d’aptitude fédérale du cadre de base visé à l’article 5 du statut fédéral.

À l’entrée en vigueur du présent accord de coopération, les lauréats se trouvant dans une réserve de recrutement de sous-lieutenant sont considérés être titulaire d’un certificat d’aptitude fédérale du cadre supérieur visé à l’article 5 du statut fédéral.

 

Hoofdstuk VI - Overgangsbepalingen

Artikel 17.

  • 1. Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet, in het Brussels statuut, dat de aanwervings- en bevorderingsprocedures, met inbegrip van de voorwaarden gesteld aan de kandidaten opgenomen in een reserve of aan de kandidaten voor een bevordering, die gestart zijn voor de datum van inwerkingtreding van onderhavig samenwerkingsakkoord, worden voortgezet op basis van de bepalingen die op hen van toepassing waren voor deze datum.

 

  • 2. Het Brussels Hoofdstedelijk Gewest voorziet, in het Brussels statuut, dat de ambtenaren die houder zijn van de graad van brandweerman en eerste brandweerman, op het moment van de inwerkingtreding van onderhavig samenwerkingsakkoord, kunnen genieten van de gecontingenteerde bevordering tot de graad van korporaal.

 

  • 3. Bij de inwerkingtreding van onderhavig samenwerkingsakkoord, worden de laureaten die zich in een aanwervingsreserve voor brandweerlieden bevinden, beschouwd als zijnde houder van een federaal geschiktheidsattest van het basiskader bedoeld in artikel 5 van het federaal statuut.

Bij de inwerkingtreding van onderhavig samenwerkingsakkoord, worden de laureaten die zich in een aanwervingsreserve voor onderluitenants bevinden, beschouwd als zijnde houder van een federaal geschiktheidsattest van het hoger kader bedoeld in artikel 5 van het federaal statuut.

 

Chapitre VII – Dispositions finales

Article 18

  • 1er. Cet accord produit ses effets le jour de sa publication au Moniteur belge.

 

  • 2. Cet accord cesse de produire ses effets à partir du moment où, dans un délai qui expire neuf mois après la publication de l’accord au Moniteur belge, la Région de Bruxelles-Capitale omet d’adopter l’ordonnance bruxelloise nécessaire à la mise en œuvre mutatis mutandis de l’inspection fédérale prévue aux articles 168, 169, 170, 173 et 174 de la loi du 15 mai 2007 relative à la sécurité civile.

 

  • 3. Cet accord cesse également de produire ses effets à partir du moment où, après le délai déterminé à l’article 2, la Région de Bruxelles-Capitale promulgue d’initiative une ordonnance qui rend inapplicable l’inspection prévue au paragraphe précédent.

 

Hoofdstuk VII - Slotbepalingen

Artikel 18

  • 1. Onderhavig akkoord treedt in werking op de datum van publicatie in het Belgisch Staatsblad.

 

  • 2. Onderhavig akkoord houdt op uitwerking te hebben op het ogenblik dat het Brussels Hoofdstedelijk Gewest nalaat, binnen een termijn van negen maanden na de publicatie van het akkoord in het Belgisch Staatsblad, om de Brusselse ordonnantie goed te keuren die nodig is voor de uitvoering mutatis mutandis van de federale inspectie voorzien in de artikelen 168, 169, 170, 173 en 174 van de wet van 15 mei 2007 betreffende de civiele veiligheid.

 

  • 3. Onderhavig akkoord houdt eveneens op uitwerking te hebben op het moment dat het Brussels Hoofdstedelijk Gewest, na de termijn vastgelegd in artikel 2, op eigen initiatief een ordonnantie afkondigt die de inspectie bedoeld in de vorige paragraaf onuitvoerbaar maakt.

 

Nous attendons vos remarques ou propositions :  slfp-vsoa@firebru.brussels

Wij kijken uit naar jullie opmerkingen of voorstellen: slfp-vsoa@firebru.brussesls

08:14 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 21 juin 2016

CPPT-CPBW

La prochaine réunion du C.P.P.T. aura lieu le jeudi 23 juin 2016 à 9 heures

Logistique :

A la demande du S.L.F.P. :

Quid de la sécurisation des fenêtres au CS100 ?

Quid de l’identification des postes de Pompiers « Paul Brien » et « Anderlecht » ?

Quid de l’état d’avancement de l’audit relatif au postes et casernes ?

Quid des travaux urgents au poste d’Anderlecht ?

Quid de la masse 2016 ?

Quid de la masse 2015 (gabardine, etc…) ?

Quid de l’ouverture de Cité : communication du suivi du chantier, avis du S.I.P.P. + réception, rapport des S.E.C.T. et visite des lieux de travail par le comité ?

Quid du remplacement des châssis suivants :

Poste Delta : Cuisine, réfectoire ; Poste UCL : Téléphonie, chambre adjudant, cafétéria.

La demande a été effectuée depuis des semaines et le bon de commande est toujours bloqué ? On attend quoi ? L’hiver prochain ? Un vol dans la caserne ? Un stylo pour la signature du bon ?

De volgende vergadering van het CPBW zal plaatshebben op donderdag 23 juni 2016 om 9 uur.

Logistiek:

Op verzoek van het VSOA:

Is er nieuws over de beveiliging van de ramen in het HC100?

Is er nieuws over de identificatie van de brandweerposten “Paul Brien” en “Anderlecht” ?

Is er nieuws over de voortgang van de doorlichting over de posten en kazernes?

Is er nieuws over de dringende werken aan de post Anderlecht?

Is er nieuws over het kledingfonds 2016?

Is er nieuws over het kledingfonds 2015 (regenjas, enz.) ?

Is er nieuws over de opening van RAC: kennisgeving van de follow-up van de bouwwerf, advies van de IDPB + oplevering, verslag van de EDTC en werkplaatsbezoek door het comité?

Is er nieuws over de vervanging van de volgende raamwerken:

Post Delta: keuken, refter,

Post UCL: telefoonlokaal, kamer adjudant, cafetaria.

De vraag werd enkele weken geleden gedaan en de bestelbon blijft geblokkeerd? Waarop wacht men: de volgende winter, een diefstal in de post, een balpen om de bon te ondertekenen?

05:12 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 20 juin 2016

Promotions

Bruxelles, le 20 juin 2016

 

 

Madame la Secrétaire d’Etat

Cécile Jodogne

Botanic Buding

Boulevard Saint-Lazare 10

 

B-1210 Bruxelles

 

 

 

Concerne : Procédure de promotions.

 

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

 

Les éléphants ont la plus longue gestation parmi les Mammifères terrestres : elle dure de 20 à 22 mois.

Le 06 mars 2015, par décision ministérielle, 20 emplois de sergent et 4 adjudants ont été déclarés vacants.  Quinze mois plus tard, ces procédures de promotions ne sont pas encore clôturées !

Encore un peu de patience et nous battrons la période de gestation des éléphants.

Le S.L.F.P. demande que ces procédures soient clôturées dans les plus brefs délais et qu’un nouvel appel à candidatures soit lancé pour des places vacantes de sergents et d’adjudants supplémentaires afin de pouvoir d’une part respecter les procédures d’interventions à six hommes sur l’autopompe et d’autre part respecter la législation fédérale en vigueur ( Voir article 11 de l’arrêté royal du 10 novembre 2012 : un sous-officier par autopompe et sur certains véhicules logistique)

Le S.L.F.P. demande que les nominations des sergents et adjudants soient à effet rétroactif. Le S.L.F.P. estime que ce n’est pas au personnel à payer les délais anormalement long de ces procédures de promotions.

Pour ce qui est des autres procédures au niveau des Officiers, on verra des a.i. ou des fonctions supérieures, ou encore autre chose bientôt ?

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

 

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours »

11:44 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 08 juin 2016

Pension-Pensioen

La pension des agents opérationnels des zones de secours :

La précédente loi sur la réforme des pensions a été profondément discriminatoire envers la profession de sapeur-pompier.

Aujourd’hui, la Commission de réforme des pensions estime que les métiers pénibles ne devraient pas bénéficier de conditions d'âge plus avantageuses de départ à la retraite que les autres métiers. 

Position du S.L.F.P.

Le S.L.F.P. peut difficilement imaginer des pompiers âgés de plus de soixante ans continuer à jouer un rôle actif dans le cadre d’interventions parfois périlleuses et souvent lourdes physiquement ou psychologiquement, sans mettre en péril leur sécurité ou celle d’autrui. Il suffit, pour s’en convaincre, de consulter le rapport au Roi relatif à l’arrêt relatif au congé préalable à la pension de 1999 que peuvent prendre les pompiers. Ce rapport met, en effet, en exergue :

- « que les agents opératifs des services d'incendie sont confrontés à des tâches physiques dures qui, à partir d'un certain âge, comportent des risques, car la condition physique de ces agents est telle qu'elle ne leur permet plus d'assurer ces tâches de manière aussi efficace, sûre et rapide que leurs collègues plus jeunes »;

- « que ces agents doivent fournir des prestations spécifiques, par lesquelles ils sont exposés à des températures extrêmes, des substances dangereuses et au bruit; que ces prestations lourdes et dangereuses soumettent le système cardio-vasculaire des sapeurs-pompiers à dure épreuve »;

- « que ces risques peuvent mettre en péril le caractère opérationnel et la qualité des interventions des services d'incendie, ce qui, compte tenu de leur caractère de sécurité et de la protection à assurer à la population et aux biens, doit absolument être évité »;

- « que cette situation comporte des risques tant pour les agents plus âgés en question, que pour leurs plus jeunes collègues avec lesquels ils doivent exécuter ces tâches »;

- « qu'il existe peu de possibilités de confier des tâches administratives à ces agents plus âgés, étant donné, entre autres, qu'il y a peu d'emplois vacants, et que les agents en question ne peuvent, pour ce faire, se prévaloir des qualifications nécessaires ».

Loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile (France)

Article 67. La présente loi reconnaît le caractère dangereux du métier et des missions exercés par les sapeurs-pompiers.

Quid de la reconnaissance du métier dangereux pour les sapeurs-pompiers en Belgique ? On passe, encore une fois, au second plan ?

Het pensioen van de operationele medewerkers van de hulpverleningszones:

De vorige wet in verband met de pensioenhervorming was erg discriminerend m.b.t. het beroep van brandweerman/-vrouw.

Vandaag is de Commissie pensioenhervorming van mening dat het niet nodig is om zware beroepen te laten genieten van een lagere pensioenleeftijd in vergelijking met andere beroepen. 

Standpunt van het S.L.F.P./V.S.O.A.

Het S.L.F.P./V.S.O.A. kan zich maar moeilijk inbeelden dat brandweerlui ouder dan zestig nog een actieve rol kunnen spelen in het kader van soms riskante en meestal zware fysieke en psychische interventies zonder hun eigen veiligheid of die van anderen op het spel te zetten. Om zich hiervan te overtuigen is het genoeg om het verslag aan de Koning te consulteren m.b.t. het stopzetten van het verlof voorafgaand aan het pensioen van 1999 dat de pompiers kunnen opnemen. In het verslag worden de volgende punten duidelijk gesteld:

- « dat de operationele medewerkers van de brandweer geconfronteerd worden met zware fysieke taken die vanaf een bepaalde leeftijd risico's inhouden gezien de fysieke conditie van deze medewerkers het niet meer toelaat om hun taken op een even efficiënte, veilige en snelle manier uit te voeren als hun jongere collega's »;

- « dat deze medewerkers specifieke prestaties moeten leveren waarbij zij aan extreme temperaturen, gevaarlijke stoffen en lawaai blootgesteld worden; dat deze zware en gevaarlijke prestaties het cardiovasculaire systeem van de brandweermannen/-vrouwen zwaar op de proef stellen »;

- « dat deze risico's de operationele taken en de kwaliteit van de brandweerinterventies in gevaar kunnen brengen, wat absoluut te vermijden is gezien hun beveiligende en beschermende rol moet gewaarborgd worden naar de bevolking en de goederen toe »;

- « dat deze situatie risico's inhoudt zowel voor de oudere medewerkers in kwestie, als voor hun jongere collega's waarmee zij hun taken moeten uitoefenen »;

- « dat er weinig mogelijkheden bestaan om administratieve taken aan de oudere medewerkers toe te vertrouwen gezien er o.a. maar weinig vacante betrekkingen zijn en de medewerkers in kwestie zich niet kunnen beroepen op de nodige kwalificaties hiervoor ».

Wet n° 2004-811 van 13 augustus 2004 over de modernisering van de civiele veiligheid (Frankrijk)

Artikel 67. Deze wet erkent het gevaarlijk karakter van het beroep en de door de brandweerlui uitgeoefende missies.

Wat is er met de erkenning van het gevaarlijk beroep van brandweerman/-vrouw in België? Worden wij opnieuw als tweederangs beschouwd?

04:58 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 01 juin 2016

24H00

Brussel de 31 mai 2016

 

 

 

Mijnheer de minister van Veiligheid en

Binnenlandse Zaken

Jan Jambon

Wetstraat 2

 

1000 Brussel

 

 

 

Monsieur le Ministre,

 

Le S.L.F.P souhaite une réunion, en urgence, afin de pouvoir connaître vos intentions relatives au projet de loi qui mettra fin à la possibilité d’organiser des shifts de 24 heures, tout en prévoyant des dispositions transitoires pour les postes de secours qui travaillent actuellement sur cette base.

La question des horaires pour les agents opérationnels des zones de secours a fait l’objet, depuis plusieurs années, de changement constant dans l’optique de l’autorité politique. Une fois, la zone allait pouvoir choisir entre 08H00, 12H00 ou 24H00 de prestations, l’autre fois la zone allait pouvoir choisir de laisser certains postes en 08h00, 12H00 ou 24H00 et maintenant votre circulaire qui annonce la fin, pour l’instant, de pouvoir étendre le régime de travail par shifts de 24H00. Comprenez, Monsieur le Ministre, que les agents opérationnels des zones de secours en ont marre d’être les dindons d’une farce organisées par le pouvoir politique qui donne l’impression de ne pas savoir comment faire pour gérer un service de sécurité.

Les pompiers sont exposés à un risque accru de décès par cancer par rapport à la population générale conclut une étude du NIOSH, l'institut fédéral américain chargé de mener des recherches sur les maladies liées au travail. Sur un total de huit types de cancer examinés, les chercheurs ont identifié un risque accru de leucémie et cancer du poumon parmi une population de pompiers.

"Ces résultats apportent une preuve supplémentaire d'une association causale entre la profession de pompier et le cancer", ont déclaré les auteurs de l'étude.

En vertu de l’article 17 de la directive européenne relative à l’aménagement du temps de travail (2003/88/CE), les services d’incendie, à l’instar des autres activités caractérisées par la nécessité d’assurer la continuité du service (24 heures sur 24, 7 jours sur 7), sont autorisés à déroger à certaines prescriptions minimales définies par cette même directive, par exemple en matière de repos journalier (art. 3), de repos hebdomadaire (art. 5) et de durée du travail de nuit (art. 8). De fait, la continuité du service impose aux services incendie de disposer à tout moment d’effectifs suffisants pour assurer leurs missions, en ce compris la nuit et les week-ends. En conséquence, les services d’incendie recourent généralement à une organisation du temps de travail fondée sur le "régime de garde". Les pompiers prennent leur service pour une période de "garde" qui équivaut le plus souvent à 24 heures. À la suite immédiate de celle-ci, comme l’impose la directive, les pompiers doivent bénéficier d’une période de repos compensateur suffisante, en dehors de leur environnement de travail.

 

Quels sont les risques auxquels sont exposés les pompiers dans le cadre de leurs missions de lutte contre l’incendie ? Pour la facilité de l’exposé, les principaux risques associés à cette activité sont classés en quatre groupes :

  1. Ceux qui résultent de la chaleur ;
  2. Ceux qui résultent des fumées ;
  3. Ceux qui émanent des caractéristiques physiques des lieux concernés ;
  4. Ceux qui procèdent de la charge psychosociale de l’activité.

Certains de ces risques sont spécifiques à la lutte contre l’incendie. C’est le cas, par exemple, de la plupart des risques associés à la chaleur. D’autres risques, comme les risques psychosociaux, peuvent très bien se manifester dans le cadre d’autres types de missions.

 

1.Travailler dans la chaleur, même s’il n’y a pas d’agression cutanée, comporte des risques importants pour la santé des pompiers. Lors d’une intervention de lutte contre l’incendie, les pompiers évoluent dans un environnement dont la température peut être largement supérieure à celle du corps humain ― laquelle oscille normalement entre 36,5 et 37,5 degrés Celsius. Deux troubles principaux, de gravité variable, sont susceptibles de résulter de cette exposition à des chaleurs extrêmes. Le premier est celui de l’épuisement dû à la chaleur (heat exhaustion).

Les symptômes de l’épuisement à la chaleur sont nombreux : augmentation du rythme    cardiaque,   maux de tête, nausées, étourdissements ou vertiges, vomissements et même évanouissement.

 

2. Les fumées issues de la combustion ou de la pyrolyse sont composées de particules solides, de gaz et d’aérosols. Leur composition chimique est fonction des matériaux impliqués dans la combustion, de l’état de cette dernière (combustion complète vs incomplète) ainsi que de la concentration en oxygène (Brandt-Rauf et al. 1988 : 606).

Les fumées libérées lors d’incendies d’habitations peuvent contenir pas moins de 200 gaz toxiques. Les plus courants sont le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde de carbone (CO2), le chlorure d’hydrogène (HCl), l’acide cyanhydrique (HCN), les oxydes d’azote (NOx), ainsi que les particules de suie. Il n’est pas rare non plus de se trouver en présence de benzène, de toluène, de dioxyde de soufre (SO2), d’aldéhydes, d’acroléine, de trichloréthylène,

etc.

 

3.Lors d’une intervention de lutte contre l’incendie, les pompiers sont exposés à de nombreux risques physiques ou structurels. Ceux-ci sont largement déterminés par les caractéristiques du site concerné par le sinistre. Tout d’abord, la progression dans un espace dont le périmètre, l’encombrement et les dénivelés sont dissimulés par l’opacité des fumées est propice aux chutes, aux glissades et aux heurts avec des objets.

4.Les conditions dans lesquelles les pompiers effectuent leur travail sont propices au développement du stress. Plusieurs facteurs de stress peuvent être identifiés, tant au niveau du travail lui-même, qu’au niveau de son organisation. Le caractère d’urgence constitue évidemment un facteur majeur de stress, car il impose une forte contrainte temporelle. Lorsque l’alarme retentit, le rythme routinier du service est rompu. Les pompiers sont rompus aux interventions difficiles. L’engagement opérationnel ― c’est à-dire le fait de savoir ce qu’ils doivent faire et comment ils doivent le faire lors de l’arrivée sur les lieux d’un sinistre ― leur permet généralement de concentrer leur attention sur le travail et de maintenir une saine distance vis-à-vis des souffrances endurées par les éventuelles victimes (Boullier et Chevrier 2000 : 59) et d’éviter de développer des états d’âme négatifs (sentiment d’impuissance, angoisse, insécurité, culpabilité). Certains événements sont cependant de nature à briser ce rempart psychologique primordial. C’est souvent le cas lors de sinistres où des vies sont en jeu, plus encore lorsqu’il s’agit de vies d’enfants ou de connaissances, et quand des blessures ou un décès sont à déplorer parmi les intervenants. Ces drames confrontent les pompiers à un choc émotionnel ou traumatique important qui est susceptible de provoquer un syndrome de stress post-traumatique.

 Aucune de ces études, aucuns de ces symptômes ne met en cause l’organisation des shifts de 24H00 mais bien la nature de notre travail ! De plus ces shifts en sont contraires à aucunes législations.

 Une autre de vos motivations, est de remplacer les professionnels par des volontaires la nuit et le week-end. Les agents volontaires qui prestent chez un autre employeur 38H00 semaine seraient donc moins sujet à des dépressions, des problèmes cardiaques et des burn out en augmentant, pour un autre employeur, la durée de leur prestation ? Encore une motivation à revoir.

 En plus de cette problématique, lors de cette réunion, le S.L.F.P. souhaita aborder les nombreux problèmes rencontrés dans les zones de secours. Absence de plan de personnel, d’analyse de risque, d’organisation d’une véritable concertation, absence de dialogue avec l’autorité, non-respect du statut en matière de rémunération lors de formations, non-respect de la loi sur le code du bien-être, etc…

 Le S.L.F.P. souhaite connaître le résultat de vos services d’inspections suite à leur visite dans les zones de secours.

 

Dans l’attente d’une réponse de votre part, veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations syndicales.

  

Pour le S.L.F.P.,

  

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

0475/86 75 85

05:06 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 31 mai 2016

RDV Intérieur-Afspraak IBZ

Brussel de 31 mai 2016

 

Mijnheer de minister van Veiligheid en

Binnenlandse Zaken

Jan Jambon

Wetstraat 2

 

1000 Brussel

  

Monsieur le Ministre,

 

Le S.L.F.P souhaite une réunion, en urgence, afin de pouvoir connaître vos intentions relatives au projet de loi qui mettra fin à la possibilité d’organiser des shifts de 24 heures, tout en prévoyant des dispositions transitoires pour les postes de secours qui travaillent actuellement sur cette base.

La question des horaires pour les agents opérationnels des zones de secours a fait l’objet, depuis plusieurs années, de changement constant dans l’optique de l’autorité politique. Une fois, la zone allait pouvoir choisir entre 08H00, 12H00 ou 24H00 de prestations, l’autre fois la zone allait pouvoir choisir de laisser certains postes en 08h00, 12H00 ou 24H00 et maintenant votre circulaire qui annonce la fin, pour l’instant, de pouvoir étendre le régime de travail par shifts de 24H00. Comprenez, Monsieur le Ministre, que les agents opérationnels des zones de secours en ont marre d’être les dindons d’une farce organisées par le pouvoir politique qui donne l’impression de ne pas savoir comment faire pour gérer un service de sécurité.

Les pompiers sont exposés à un risque accru de décès par cancer par rapport à la population générale conclut une étude du NIOSH, l'institut fédéral américain chargé de mener des recherches sur les maladies liées au travail. Sur un total de huit types de cancer examinés, les chercheurs ont identifié un risque accru de leucémie et cancer du poumon parmi une population de pompiers.

"Ces résultats apportent une preuve supplémentaire d'une association causale entre la profession de pompier et le cancer", ont déclaré les auteurs de l'étude.

En vertu de l’article 17 de la directive européenne relative à l’aménagement du temps de travail (2003/88/CE), les services d’incendie, à l’instar des autres activités caractérisées par la nécessité d’assurer la continuité du service (24 heures sur 24, 7 jours sur 7), sont autorisés à déroger à certaines prescriptions minimales définies par cette même directive, par exemple en matière de repos journalier (art. 3), de repos hebdomadaire (art. 5) et de durée du travail de nuit (art. 8). De fait, la continuité du service impose aux services incendie de disposer à tout moment d’effectifs suffisants pour assurer leurs missions, en ce compris la nuit et les week-ends. En conséquence, les services d’incendie recourent généralement à une organisation du temps de travail fondée sur le "régime de garde". Les pompiers prennent leur service pour une période de "garde" qui équivaut le plus souvent à 24 heures. À la suite immédiate de celle-ci, comme l’impose la directive, les pompiers doivent bénéficier d’une période de repos compensateur suffisante, en dehors de leur environnement de travail.

 Quels sont les risques auxquels sont exposés les pompiers dans le cadre de leurs missions de lutte contre l’incendie ? Pour la facilité de l’exposé, les principaux risques associés à cette activité sont classés en quatre groupes :

  1. Ceux qui résultent de la chaleur ;
  2. Ceux qui résultent des fumées ;
  3. Ceux qui émanent des caractéristiques physiques des lieux concernés ;
  4. Ceux qui procèdent de la charge psychosociale de l’activité.

Certains de ces risques sont spécifiques à la lutte contre l’incendie. C’est le cas, par exemple, de la plupart des risques associés à la chaleur. D’autres risques, comme les risques psychosociaux, peuvent très bien se manifester dans le cadre d’autres types de missions.

 

  1. Travailler dans la chaleur, même s’il n’y a pas d’agression cutanée, comporte des risques importants pour la santé des pompiers. Lors d’une intervention de lutte contre l’incendie, les pompiers évoluent dans un environnement dont la température peut être largement supérieure à celle du corps humain ― laquelle oscille normalement entre 36,5 et 37,5 degrés Celsius. Deux troubles principaux, de gravité variable, sont susceptibles de résulter de cette exposition à des chaleurs extrêmes. Le premier est celui de l’épuisement dû à la chaleur (heat exhaustion).

          Les symptômes de l’épuisement à la chaleur sont nombreux : augmentation du rythme   cardiaque, maux de tête, nausées, étourdissements ou vertiges, vomissements et même évanouissement.

 

2. Les fumées issues de la combustion ou de la pyrolyse sont composées de particules solides, de gaz et d’aérosols. Leur composition chimique est fonction des matériaux impliqués dans la combustion, de l’état de cette dernière (combustion complète vs incomplète) ainsi que de la concentration en oxygène (Brandt-Rauf et al. 1988 : 606).

Les fumées libérées lors d’incendies d’habitations peuvent contenir pas moins de 200 gaz toxiques. Les plus courants sont le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde de carbone (CO2), le chlorure d’hydrogène (HCl), l’acide cyanhydrique (HCN), les oxydes d’azote (NOx), ainsi que les particules de suie. Il n’est pas rare non plus de se trouver en présence de benzène, de toluène, de dioxyde de soufre (SO2), d’aldéhydes, d’acroléine, de trichloréthylène,

etc.

 3. Lors d’une intervention de lutte contre l’incendie, les pompiers sont exposés à de nombreux risques physiques ou structurels. Ceux-ci sont largement déterminés par les caractéristiques du site concerné par le sinistre. Tout d’abord, la progression dans un espace dont le périmètre, l’encombrement et les dénivelés sont dissimulés par l’opacité des fumées est propice aux chutes, aux glissades et aux heurts avec des objets.

 4. Les conditions dans lesquelles les pompiers effectuent leur travail sont propices au développement du stress. Plusieurs facteurs de stress peuvent être identifiés, tant au niveau du travail lui-même, qu’au niveau de son organisation. Le caractère d’urgence constitue évidemment un facteur majeur de stress, car il impose une forte contrainte temporelle. Lorsque l’alarme retentit, le rythme routinier du service est rompu. Les pompiers sont rompus aux interventions difficiles. L’engagement opérationnel ― c’est à-dire le fait de savoir ce qu’ils doivent faire et comment ils doivent le faire lors de l’arrivée sur les lieux d’un sinistre ― leur permet généralement de concentrer leur attention sur le travail et de maintenir une saine distance vis-à-vis des souffrances endurées par les éventuelles victimes (Boullier et Chevrier 2000 : 59) et d’éviter de développer des états d’âme négatifs (sentiment d’impuissance, angoisse, insécurité, culpabilité). Certains événements sont cependant de nature à briser ce rempart psychologique primordial. C’est souvent le cas lors de sinistres où des vies sont en jeu, plus encore lorsqu’il s’agit de vies d’enfants ou de connaissances, et quand des blessures ou un décès sont à déplorer parmi les intervenants. Ces drames confrontent les pompiers à un choc émotionnel ou traumatique important qui est susceptible de provoquer un syndrome de stress post-traumatique.

Aucune de ces études, aucuns de ces symptômes ne met en cause l’organisation des shifts de 24H00 mais bien la nature de notre travail ! De plus ces shifts en sont contraires à aucunes législations.

Une autre de vos motivations, est de remplacer les professionnels par des volontaires la nuit et le week-end. Les agents volontaires qui prestent chez un autre employeur 38H00 semaine seraient donc moins sujet à des dépressions, des problèmes cardiaques et des burn out en augmentant, pour un autre employeur, la durée de leur prestation ? Encore une motivation à revoir.

En plus de cette problématique, lors de cette réunion, le S.L.F.P. souhaita aborder les nombreux problèmes rencontrés dans les zones de secours. Absence de plan de personnel, d’analyse de risque, d’organisation d’une véritable concertation, absence de dialogue avec l’autorité, non-respect du statut en matière de rémunération lors de formations, non-respect de la loi sur le code du bien-être, etc…

Le S.L.F.P. souhaite connaître le résultat de vos services d’inspections suite à leur visite dans les zones de secours.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations syndicales.

 Pour le S.L.F.P.,

 

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

0475/86 75 85

Brussel, dinsdag 31 mei 2016

 

 

 

Mijnheer de minister van Veiligheid en

Binnenlandse Zaken

Dhr. Jan Jambon

Wetstraat 2

 

1000 Brussel

 

 

 

Geachte Mijnheer de Minister van Binnenlandse Zaken,

 

Het S.L.F.P./V.S.O.A. vraagt om zeer dringend een vergadering te plannen om uw intenties te kennen m.b.t. het wetsvoorstel die de 24 urenshiften afschaft met overgangsmaatregelen voor de hulpposten die momenteel op deze basis werken.

Sinds meerdere jaren werd de dienstregeling van de operationele medewerkers voortdurend gewijzigd door de inmenging van de politieke overheid. De ene keer kon de zone kiezen uit 8-, 12- of 24-prestatieuren, een andere keer kon de zone ervoor kiezen om bepaalde posten 8, 12 of 24 uren te laten werken en nu komt u met uw huidige omzendbrief waarin u het einde aankondigt van de uitbreiding van de arbeidsregeling met 24 urenshiften.   U kunt wel begrijpen, Mijnheer de Minister, dat de operationele medewerkers van de hulpverleningszones er genoeg van hebben om de pineuten te zijn van de politieke macht die de indruk geeft dat ze niet weet hoe de veiligheidsdiensten bestuurd moeten worden.

Volgens een studie van het NIOSH, het Amerikaanse instituut voor veiligheid en gezondheid op het werk dat onderzoek verricht naar beroepsziekten, lopen brandweermannen en -vrouwen in vergelijking met de rest van de bevolking een verhoogd risico om aan kanker te overlijden. Op een totaal van acht kankertypes die onderzocht werden hebben de onderzoekers een verhoogd risico op leukemie en longkanker bij brandweerlui vastgesteld.

"Deze resultaten leveren een bijkomend bewijs dat er een oorzakelijk verband bestaat tussen het beroep van brandweerman/-vrouw en kanker", verklaarden de auteurs van de studie.

Krachtens artikel 17 van de Europese richtlijn m.b.t. de organisatie van de arbeidstijd (2003/88/EG), is het aan de brandweerdiensten toegestaan, net als bij andere activiteiten waarbij de continuïteit van de dienst (24 uur op 24, 7 dagen op 7) moet worden gewaarborgd, om van bepaalde minimumvoorschriften van diezelfde richtlijn af te wijken, bv. inzake dagelijkse rusttijden (art. 3), wekelijkse rusttijden (art. 5) en de duur van de nachtarbeid (art. 8). De facto vereist de continuïteit van de dienst dat de brandweerdiensten op eender welk moment genoeg aantal manschappen ter beschikking moeten hebben om hun missies te verzekeren, ook 's nachts en tijdens het weekend. Bijgevolg organiseren de brandweerdiensten in het algemeen de arbeidstijd op basis van een "wachtdienst". De brandweerlieden beginnen hun dienst voor een "wacht"-periode die meestal overeenstemt met 24 uren. In de direct hierop volgende periode, zoals voorgeschreven door de richtlijn, moeten de brandweermannen/-vrouwen over een passende compenserende rustperiode buiten hun werk kunnen beschikken.    

 

Wat zijn de risico's waaraan brandweerlui blootgesteld worden in het kader van hun brandbestrijdingsmissies?

 

Om het eenvoudig te kunnen toelichten worden de hoofdrisico's die met deze activiteit verbonden zijn in vier groepen verdeeld:

  1. Risico's te wijten aan de hitte;
  2. Risico's te wijten aan de rook;
  3. Risico's te wijten aan de fysische kenmerken van de omgeving;
  4. Risico's te wijten aan de psychosociale belasting van de activiteit.

Bepaalde van deze risico's zijn specifiek verbonden met de brandbestrijding. Dit is bijvoorbeeld het geval bij de meeste risico's die te wijten zijn aan de hitte. Andere risico's, zoals psychosociale risico's, kunnen even goed voorkomen in het kader van andere soorten missies.

 

  1. In de hitte werken, zelfs al zijn er geen huidirritaties, omvat belangrijke gezondheidsrisico's voor de pompiers. Bij een brandbestrijdingsinterventie werken de brandweerlui in een omgeving waar de temperatuur vele malen hoger ligt dan hun eigen lichaamstemperatuur die normaal rond 36,5 en 37,5°C schommelt. Twee hoofdklachten van variabele ernst kunnen zich voordoen door de blootstelling aan extreme hitte. De eerste klacht is uitputting ten gevolge van de hitte (heat exhaustion).

De symptomen van uitputting door hitte zijn talrijk: verhoging van het hartritme, hoofdpijn, misselijkheid, versuftheid of duizeligheid, braken en zelfs flauwvallen.

 

2. De rookgassen die ontstaan door verbranding of pyrolyse zijn samengesteld uit vaste deeltjes, gas en aerosols. Hun scheikundige samenstelling hangt af van de materialen die bij de verbranding betrokken zijn, de staat van de verbranding (volledige of onvolledige verbranding) alsook de zuurstofconcentratie (Brandt-Rauf et al. 1988 : 606).

De rookgassen die vrijkomen tijdens een woningbrand bevatten niet minder dan 200 toxische gassen. De meest voorkomende zijn koolstofmonoxide (CO), koolstofdioxide (CO2), waterstofchloride (HCl), waterstofcyanide (HCN), stikstofoxiden (NOx) en eveneens roetpartikels. Het is evenmin niet ongewoon om benzeen, tolueen, zwaveldioxide (SO2), aldehyden, acroleïne, trichloorethyleen, etc. aan te treffen.

 3. Bij een brandbestrijdingsinterventie worden de brandweerlui blootgesteld aan talrijke fysische of structurele risico's. Deze worden grotendeels bepaald door de karakteristieken van de door brand getroffen site.   In de eerste plaats kan het vorderen in een ruimte waar de omtrek, allerhande objecten en de niveauverschillen door de ondoorzichtigheid van de rookgassen verborgen zijn, aanleiding geven tot valpartijen, uitglijden en botsingen met voorwerpen.

4. De omstandigheden waarin de pompiers hun werk uitvoeren brengen stress met zich mee. Meerdere stressfactoren kunnen worden geïdentificeerd zowel met betrekking tot het werk zelf, alsook met de organisatie ervan. De dringendheid vormt natuurlijk ook een belangrijke stressfactor gezien deze een sterke tijdsdruk oplegt. Wanneer het alarm afgaat, wordt de routine van de dienst onderbroken. De pompiers worden in hun bezigheden onderbroken om moeilijke interventies uit te voeren. Hun operationeel engagement ― d.w.z. het feit dat ze weten wat en hoe ze het moeten doen bij de aankomst op de plaats van het incident ― laat hun in het algemeen toe om hun aandacht op hun werk te richten en een gezonde afstand te houden voor wat betreft het eventuele leed van de slachtoffers (Boullier et Chevrier 2000 : 59) en om te voorkomen dat zich negatieve gemoedstoestanden ontwikkelen (gevoel van machteloosheid, angst, onzekerheid, schuld). Desondanks zijn bepaalde gebeurtenissen van dien aard dat ze deze essentiële psychologische muur kunnen doorbreken. Dit is vaak het geval bij incidenten waar levens in gevaar zijn, en nog meer wanneer levens van kinderen of kennissen op het spel staan en als er verwondingen of overlijdens van hulpverleners te betreuren zijn. Door deze drama's worden de brandweerlui met een belangrijke emotionele of traumatische schok geconfronteerd die een post-traumatisch stresssyndroom kan veroorzaken.

 

Geen enkele van deze studies, geen enkel van deze symptomen stelt de organisatie van de 24 urenshiften op de helling, maar wel de aard van ons werk! Bovendien zijn deze shiften niet in tegenstrijd met eender welke wet.

 

Uw ander voornemen houdt in dat de beroepsbrandweer 's nachts en in het weekend dient vervangen te worden door de vrijwillige brandweer.   De vrijwillige brandweerlui die 38 uur werken bij een andere werkgever zouden dus minder vatbaar zijn voor depressies, hartklachten en burn-outs doordat ze voor een andere werkgever de duur van hun prestatie verlengen? Dit voornemen dient opnieuw herbekeken te worden.

 

Tijdens de vergadering zou het S.L.F.P./V.S.O.A. bovenop deze problemen graag nog een aantal andere problemen willen aankaarten die zich in de hulpverleningszones stellen. Geen personeelsplan, geen risicoanalyse, geen echt overleg, geen dialoog met de overheid, geen respect voor het statuut voor wat de vergoeding betreft tijdens opleidingen, geen respect voor de wet over het welzijn, enz.

 

Het S.L.F.P./V.S.O.A. wenst de resultaten te kennen van uw inspectiediensten ten gevolge van hun bezoek in de hulpverleningszones.

 

In afwachting van uw antwoord verblijven wij, Mijnheer de Minister, met vriendelijke en syndicale groeten.

 

 Voor het V.S.O.A.,

 

 

Labourdette Eric

Verantwoordelijke leider

0475/86 75 85

 

 

 

05:06 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 30 mai 2016

24H00

Suite à un contact avec le Cabinet du Ministre de l’Intérieur ce lundi 30 mai, le S.L.F.P. annonce que l’intention du Ministre n’est absolument pas de toucher aux gardes de 24H00 pour les services qui ont adoptés ce système de garde.

Il déconseille aux services qui font des gardes de 12H00 de ne pas passer en 24H00. Le S.L.F.P. prendra connaissance du projet de loi dans les prochains jours.

Nous participerons à la manifestation de ce 31 mai dans le calme et sans provocations,  destructions et bagarre avec les forces de l’ordre.  Nous ne faisons pas partie de bande de casseurs !  Il nous faut garder la sympathie du publique.

Bien à vous,

Labourdette Eric

 

Na een contact met het Kabinet van de Minister van Binnenlandse Zaken op deze maandag 30 mei, kan het VSOA aankondigen dat het absoluut niet de intentie van de Minister is te raken aan de wachten van 24u voor de diensten dit wachtsysteem hanteren.

 

Hij raadt diensten die wachten van 12u presteren af over te schakelen naar het 24u-systeem. Het VSOA zal de komende dagen kennis nemen van het wetsontwerp.

 

We nemen op 31 mei in alle kalmte deel aan de manifestatie, zonder provocaties, vernielingen of rellen met de ordediensten. Wij zijn geen vandalen! Het is belangrijk dat we de sympathie van de bevolking behouden.

 

Hoogachtend,

 

Labourdette Eric

 

13:34 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

samedi, 28 mai 2016

31.05.2016

« Le SLFP n’appelle pas à la grève générale à partir du 31 mai dans les services publics mais le secteur “Zones de secours” participera à la manifestation du 31 mai. »

 “Het VSOA  roept niet op tot algemene staking in de openbare diensten vanaf 31 mei maar de sector « "Hulpverleningszones"zal meedoen aan de manifestatie van 31 mei.”

Le secteur “Zones de secours” du S.L.F.P.-A.L.R. participera à la manifestation du 31 mai en tenue de pompier.

De sector « "Hulpverleningszones" van V.S.O.A.-L.R.B. zal deelnemen aan de manifestatie in beschermende kledij.

 

Rendez-vous à 10H00 Etat-Major des pompiers de Bruxelles.

Afspraak 10U00  kazerne van de brandweer van Brussel

 

S.L.F.P.-A.L.R.

V.S.O.A.-L.R.B.

 

Labourdette Eric

06:14 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 27 mai 2016

24H00

Jan Jambon vient de se mettre tous les pompiers du pays à dos" (SLFP)

BRUXELLES 27/05 13:48 (BELGA) Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, s'est mis l'ensemble des pompiers du pays à dos en envoyant une circulaire qui vise à réformer les shifts de 24 heures au sein de la profession, affirme vendredi le Syndicat libre de la Fonction publique (SLFP). "Il ne fait que créer des problèmes là où il n'y en a pas et a réussi à motiver les pompiers à rejoindre les prochaines manifestations alors qu'ils n'y participaient pas jusqu'à présent", déplore le syndicaliste Eric Labourdette.

Dans une circulaire datée de mardi et adressée aux présidents des zones de secours, le ministre Jambon fait part de son opposition au système des shifts de 24 heures et de son intention de déposer un projet de loi pour le réformer. Il avance comme arguments des aspects relatifs à la santé des travailleurs et s'appuie sur des études récentes qui font état de risques accrus de problèmes cardiaques et de burn-out en cas de shift supérieur à 12 heures.

Les syndicats, qui soulignent ne pas avoir été consultés sur la question, estiment que le ministre n'a pas à s'immiscer sur ce terrain.

"C'est n'importe quoi", tranche Eric Labourdette, qui peine à comprendre les motivations de Jan Jambon. "La santé des travailleurs est gérée par les chefs de zone, des règles existent et on sait ce qu'on fait. Si des troubles sont effectivement constatés chez les agents opérationnels, ce n'est pas à cause des horaires. C'est dû au travail auquel ils sont soumis et aux mesures qui vont à l'encontre de leurs avantages sociaux."

"S'il s'intéresse vraiment à la santé des travailleurs, le ministre pourrait, par exemple, plutôt consulter les études qui prouvent que 80% des déchets hautement cancérigènes qui restent sur les combinaisons des pompiers après intervention ne disparaissent pas après le lavage", poursuit le syndicaliste. "Ou à nos lieux de travail qui ressemblent à de véritables cavernes."

  1. Jambon voudrait également voir les pompiers volontaires davantage mobilisés la nuit et le week-end car leur taux de disponibilité est plus important à ce moment-là. Une proposition qui consterne tout autant le SLFP. "C'est purement économique. Un volontaire qui a presté chez un autre patron, puis preste des nuits et le week-end dans une zone de secours, est moins dangereux qu'un professionnel ? Ces agents bénéficient donc d'une immunité contre les troubles cardiaques, les dépressions et le burn-out", ironise M. Labourdette.

Le SLFP ne décolère pas de cette sortie de M. Jambon et appellera, après consultation avec les autres organisations syndicales, les membres des zones de secours et de la Région de Bruxelles-Capitale à se joindre à la prochaine manifestation nationale contre les mesures du gouvernement.

Jan Jambon jaagt alle brandweermannen tegen zich in het harnas" (liberale bond VSOA)

BRUSSEL 27/05 15:28 (BELGA) Minister van Binnenlandse Zaken Jan Jambon jaagt alle brandweermannen van het land tegen zich in het harnas met het versturen van een omzendbrief die de 24 urenshift wil hervormen. Dat stelt de Franstalige liberale overheidsvakbond (SLFP). "Hij doet niet anders dan problemen maken waar er geen zijn, en slaagt erin de brandweermannen te motiveren om aan te sluiten bij de komende manifestaties terwijl ze er tot vandaag niet aan deelnamen", betreurt vakbondsman Eric Labourdette.

De omzendbrief is gedateerd op dinsdag en werd gericht aan de voorzitters van de brandweerzones. Minister Jambon kant zich hierin tegen het systeem van 24 urenshifts en kondigt een wetsontwerp aan om dat te hervormen. Hij roept gezondheidsargumenten in en steunt zich op recente studies die melding maken van verhoogde cardiologische problemen en burn-out in geval van shifts van meer dan twaalf uur.

De vakbonden benadrukken dat ze niet werden geraadpleegd en vinden dat de minister op dit terrein niet moet tussenkomen.

"De gezondheid van het personeel wordt beheerd door de zonechefs en de bestaande regelgeving. Men weet wat men doet. Als er effectief problemen worden vastgesteld bij de operationele mensen, is dat niet als gevolg van de dienstregeling, maar te wijten aan het werk waaraan ze onderworpen zijn en aan de maatregelen die ingaan tegen hun sociale voordelen."

Minister Jambon zou ook vrijwillige brandweermannen meer willen mobiliseren 's nachts en tijdens het week-end omdat hun beschikbaarheid op die momenten groter is. Een voorstel dat de SLFP verbaast. "Is een vrijwilliger die gepresteerd heeft bij een andere werkgever, en dan 's nachts en in het weekend in een hulpzone werkt, minder gevaarlijk dan een beroeps? Genieten die medewerkers dus van een immuniteit tegen hartklachten, depressie en burn-out? ", ironiseert Labourdette.

De SLFP blijft boos over het initiatief van Jambon en roept, na overleg met de andere vakorganisaties, de leden van de Brusselse brandweerzone op om deel te nemen aan de komende nationale manifestatie tegen de regeringsmaatregelen.

19:46 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

SHIFTS 24H00

Brussel de 27 mai 2016

 

Mijnheer de minister van Veiligheid en

Binnenlandse Zaken

Jan Jambon

Wetstraat 2

 

1000 Brussel

 

  

Monsieur le Ministre,

 

 Suite à la diffusion de la circulaire du 24 mai 2016 relative aux shifts de 24H00, sans aucune concertation avec les organisations syndicales mais en l’envoyant directement aux Présidents de zone, le S.L.F.P. se doit de réagir face à sa motivation qui n’est pas des plus corrects.

Selon cette circulaire, des études récentes mettraient en cause les effets néfastes pour la santé des shifts de 12 heures ou plus, entre autres en ce qui concerne les risques de troubles cardiaques, de dépression et de burn out.   Si ces troubles sont effectivement constatés chez les agents opérationnels ce n’est pas à cause de nos horaires mais bien à cause des mesures prises, sans cesse, à l’encontre de ces agents.  Perte de nos grades intermédiaires, perte de certaines primes, recul des avantages sociaux, non-reconnaissance de notre métier en dehors des évènements spectaculaires, etc….

Selon cette circulaire, l’organisation des shifts de 24 heures suppose la possibilité de travailler 24 heures d’affiliée lors d’évènements de grande ampleur comme lors des attentats du 22 mars et lors de la catastrophe de Buizingen.


Pour votre parfaite information, les postes de secours de Zaventem, Vilvoorde, Londerzeel, de Halle, d’Asse et de Bruxelles sont tous intervenus lors des attentats et effectuent des prestations en 24H00.  Aucun des agents de ces postes n’est intervenus pendant 24H00 sur les lieux de l’attentat.  Il vous faudra trouver une autre excuse pour cette circulaire qui doit faire plaisir à l’
Association des villes et communes de Flandre dont Monsieur Somers Bart, un des membres et Président de zone de Rivierland a déjà démontré sa réticence aux shifts de 24H00 dans la ville dont il est aussi Bourgmestre, Malines !  Il va changer l’horaire des postes de secours qui travaillent en 24H00 mais bien sur sans plan de personnel, analyse de risques de sa zone, plan pluriannuel et schéma d’organisation opérationnel et ce en toute impunité et sans remarques de la part de vos services.

Le S.L.F.P. réfute vos arguments en rappelant qu’il appartient à l’employeur, donc les zones de secours et la Région de Bruxelles-Capitale, à veiller au remplacement, en temps opportun, de ses agents s’il ils ne sont plus aptes à assurer leur service en toute sécurité.

Autre motivation des plus farfelues, vous pensez utiliser les volontaires la nuit et le week-end car leur taux de disponibilités est plus élevé.  Donc pour vous, un volontaire qui a presté plus de 12 heures d’affiliés chez un autre patron, puis preste des nuits et week-end dans une zone de secours est moins dangereux qu’un professionnel ?  Ces agents bénéficient donc d’une immunité contre les troubles cardiaques, les dépressions et le burn out ?  Pouvez-vous nous transmettre le secret de cette immunité ?

La directive européenne 2003/88/CE fixe la limite du temps de travail à 48 heures par semaine en moyenne.  L’exposé des motifs de la loi du 14 avril 2014 fixant certains aspects de l’aménagement du temps de travail des membres professionnels opérationnels des zones de secours et du Service d’Incendie et d’Aide Médicale Urgente de la Région de Bruxelles-Capitale et modifiant la loi du 15 mai 2007 relative à la sécurité civile indique que des services de garde à la caserne ne sont pas à exclure et que durant ces heures de véritables prestations ne doivent pas être nécessairement fournies, qu’il est possible de se reposer et que le travail est donc moins intensif et peut être par conséquent de plus longue durée.  Dans le même exposé des motifs, il est indiqué qu’une personne qui dispose d’un opt-out de 10H00 et qui travaille dans un régime de 38H00 peut prester en une semaine 2 shifts de 24H00, un shift de 10H00 et encore maximum 2 heures supplémentaires.  Allez-vous modifier l’exposé des motifs de la loi du 14 avril 2014 ?

Le S.L.F.P. vous rappelle qu’un service de rappel a pour conséquence d’allonger le délai d’intervention et donc d’assurer un service de moindre qualité à la population. En avez-vous conscience ?

 D’autres corps de métier prestes des shifts de plus de 12 heures, le Gouvernement va-t-il aussi revoir le système de fonctionnement de ces agents ?

 Au lieu de continuer à démolir un métier, ce Gouvernement ne trouverait il pas les moyens de nous aider ?  Nous vivons dans de véritables cavernes comme lieux de travail, très peu de nos locaux sont en règles avec les normes en vigueur que nous devons faire respecter ailleurs, nos promotions et recrutements sont au point mort faute de plan de personnel, nos heures consacrées à la formation ne sont pas rémunérées dans plusieurs zones de secours alors que les participations à ces formations doivent être rémunérées, etc..

 

Par le biais de cette circulaire, vous venez de donner la motivation, si besoin était, aux agents opérationnels de se joindre aux prochaines manifestations.  Nous ferons avec plaisir, un crochet par les bâtiments de l’Association des villes et communes de Flandre.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.,

 

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

0475/86 75 85

08:18 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

NEWS

Autopompes

Le service est en train de préparer le passage de 5 à 6 personnes dans l’autopompe. Ce changement a aussi quelques implications sur le plan logistique. Les autopompes doivent être adaptées pour pouvoir fonctionner de façon optimale à 6.

Les autopompes actuelles sont équipées de 4 appareils respiratoires à air comprimé situés dans la cabine du personnel. Dans le cadre du projet qui envisage l’embarquement de 6 personnes à bord de l’autopompe, il est nécessaire de prévoir un appareil respiratoire supplémentaire dans la cabine. En effet, les deux binômes doivent pouvoir sortir avec l’appareil sur le dos.

Trois nouvelles autopompes vont être livrées d’ici fin 2016 et début 2017. La particularité de ces autopompes est que les RIA haute pression se trouveront au milieu.

Porteurs protection respiratoire qualifiés

La circulaire ministérielle du 3 juin 2013 – application de l’arrêté royal du 10 novembre 2012 détermine les conditions minimales de l’aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats prévoit que, dans le cadre de l’aide adéquate la plus rapide, chaque premier départ est assuré par au moins 6 membres du service d’incendie partant en même temps du même poste.

L’effectif de 6 pompiers pour le premier départ doit être composé comme suit : un chef des opérations, un chauffeur-pompe et 4 porteurs de protection respiratoire qualifiés.

Selon la circulaire ministérielle du 3 juin 2013, il y a lieu d'entendre par porteurs de protection respiratoire "qualifiés" : les pompiers qui entretiennent régulièrement, et au moins une fois par an, leurs aptitudes en tant que porteurs de protection respiratoire au moyen d'exercices et de formations éventuelles. Ils doivent également être déclarés médicalement aptes à porter la protection respiratoire.

 Il incombe désormais au commandant de zone ou à son délégué de fixer les modalités d’entraînement, le recyclage et les tests d’aptitude au port d’appareils de protection respiratoire.

 Tests PPMO et de la VO2 max ?

 Afin d’avoir un retour d’expérience sur le test PPMO (« EMPP » en français) on demandera aux collègues dont les tests physiques bisannuels sont prévus entre septembre et décembre 2016, d’accomplir le circuit PPMO à la place. Des agents d’âge et de gabarit différents participeront. Une moyenne des temps obtenus sera établi, ce qui permettra une comparaison avec ce qui est mentionné dans la circulaire du 12 septembre 2014 relative à l’aptitude physique des membres opérationnels des zones de secours. Les résultats aideront pour l’organisation du test PPMO. L’agent qui ne réussit pas le test PPMO aura l’occasion de le représenter ou, le cas échéant, de faire quand même le test bisannuel. Le test avec l’escalier auquel nous avons assisté sera remplacé par un test analogue mais sans mesurage cardiaque. En effet, l’achat d’un tel appareil pour chaque poste ou caserne dépasse nos moyens. Ce test est destiné à des sapeurs-pompiers ambulanciers qui partent en intervention. Une adaptation en fonction de l’affectation (CS100 par exemple) peut certainement faire l’objet d’une discussion. La préoccupation principale est une meilleure santé de notre personnel ; il faudra par conséquent éviter que ce soit vécu comme une punition.

Le S.L.F.P. attire l’attention sur le fait qu’il faudra déterminer qui sera soumis au test PPMO (les collègues déclarés médicalement inaptes, les dispatcheurs du CS100 ?) et que cela requiert une adaptation du statut.

 Quid de la statutarisation du personnel administratif ?

 La direction explique que ceci fait partie de l’accord sectoriel et qu’il s’agit également un chantier 2016 de la GRH.

 Logistique : conclusions de la Commission de la Masse sur les nouveaux casques de protection feu.

 Le casque précédent, qui date déjà de 1993, n’est pas compatible avec les brides du nouveau masque respiratoire PSS7000, alors que c’est un aspect important. Actuellement, des casques plus modernes sont disponibles. Les marchés du S.P.F. Intérieur connaissent de nombreux problèmes et ont encouru beaucoup de retard. Pour cette raison, le service a décidé de lancer lui-même un marché. La Commission de la Masse est d’accord sur le contenu de la notice technique.

  Quid de l'entretien de l'airco et du dépoussiérage au niveau des luminaires au CS100 ?

 Cette question revient régulièrement.

La logistique affirme qu’Imtech a contrôlé les gaines d’aération avec une caméra. Il en ressortait que celles-ci étaient propres. Le nettoyage des bouches d’aération lui semble plutôt une responsabilité des services généraux. Le problème de la température est en grande partie imputable au fait que plusieurs collègues modifient les réglages du thermostat. Certaines personnes sont plus frileuses que d’autres.

Le S.I.P.P. suivra cette problématique.

 Quid de l'accès valablement sécurisé du centre 100 (cela a déjà été demandé à plusieurs reprises) ?

 La logistique annonce que pour la sécurisation des postes et casernes, un marché a été conclu avec un spécialiste en cette matière. Celui-ci fera en collaboration avec le C.I.R.B. un audit de nos casernes et postes. Ce travail sera bientôt entamé et s’insère dans une politique globale de sécurisation.

 Quid de l’installation de caméras dans le garage de Paul Brien ?

 Le téléphoniste de ce poste ne sait pas voir quels véhicules se trouvent dans le garage. Une caméra serait par conséquent utile.

La logistique : ceci peut être relativement vite résolu.

 Si vous souhaitez porter des points à l’ordre du jour de ces comités, vous pouvez les envoyer à l’adresse suivante : slfp-vsoa@firebru.irisnet.be

Autopompen

De dienst is volop bezig met het voorbereiden van de overgang van 5 naar 6 op de pomp. Ook voor de logistiek heeft dit enkele implicaties. De autopompen dienen aangepast te worden om optimaal met 6 te kunnen functioneren.

Tegen het einde van 2016 en begin 2016 zullen drie nieuwe autopompen geleverd worden. Een bijzonderheid aan deze autopompen is dat de hoge druk haspels in het midden zullen zitten.

Dragers adembescherming.

De ministeriële omzendbrief van 3 juni 2013 - toepassing van het koninklijk besluit van 10 november 2012 tot vaststelling van de minimale voorwaarden van de snelste adequate hulp en van de adequate middelen, stelt dat bij een eerste uitruk, binnen het kader van de snelste adequate hulp, gelijktijdig met minstens 6 brandweerlieden vanuit één en dezelfde post dient te worden vertrokken.

De bemanning van 6 brandweerlieden voor de eerste uitruk dient als volgt te zijn samengesteld: één bevelvoerder, één chauffeur-pompbedienaar en 4 gekwalificeerde dragers adembescherming.

Volgens de ministeriële omzendbrief van 3 juni 2013, moet onder « gekwalificeerde » dragers adembescherming moet worden verstaan : brandweerlieden die op regelmatige basis, en minstens jaarlijks, hun vaardigheden als drager adembescherming op peil houden via oefeningen en eventuele bijscholingen. Tevens dienen zij medisch geschikt verklaard te zijn om adembescherming te dragen.

Het komt voortaan de zonecommandant of zijn afgevaardigde toe om de modaliteiten van de training, de bijscholing en het testen van de bekwaamheid tot het dragen van adembescherming te bepalen.

 De PPMO- en VO2 max-tests ?

 Om feedback te krijgen over de PPMO-test zal de collega’s van wie de tweejaarlijkse fysieke tests gepland zijn tussen september en december 2016, gevraagd worden om in de plaats het PPMO-circuit af te leggen. Hier zullen personeelsleden aan deelnemen van meerdere leeftijden en met een verschillende lichaamsbouw. Er zal een gemiddelde worden gemaakt van de behaalde tijden, wat dan zal worden vergeleken met hetgeen vermeld staat in de omzendbrief van 12 september 2014 aangaande de fysieke geschiktheid van de operationele personeelsleden van de hulpverleningszones. De aldus behaalde resultaten zullen helpen bij het instellen van de PPMO-test. Wie tijdens deze periode niet slaagt voor de PPMO-test zal hem opnieuw kunnen doen of desgevallend toch nog de tweejaarlijkse test afleggen. De test met de trap die tijdens de demonstratie werd getoond, wordt vervangen door een gelijkaardige test maar zonder hartmeting. De aankoop van een dergelijk toestel per post of kazerne overstijgt ook onze middelen. Deze test is bedoeld voor de brandweerlieden-ambulanciers die mee uitrukken. Een aanpassing naar gelang van de affectatie (HC100 bijvoorbeeld) is zeker bespreekbaar. De hoofdbekommernis in deze is een betere gezondheid van ons personeel ; er moet bijgevolg worden vermeden dat dit wordt ervaren als een straf.

Het VSOA stipt aan dat vooraf moet worden vastgelegd wie onderworpen is aan de PPMO-test (ook medisch ongeschikt verklaarde collega’s, dispatchers van het HC100 ?) en dat dit een aanpassing vereist van het statuut.

 Is er nieuws over de statutarisatie van het administratief personeel ?

 De directie legt uit dat dit deel uitmaakt van het sectoriaal akkoord en dat dit eveneens een project 2016 is van de HRM.

 Logistiek : conclusies van de commissie van het kledingfonds over de nieuwe brandweerhelmen.

 De vorige helm, die dateert van 1993, is niet compatibel met de teugels van het nieuwe ademhalingstoestel PSS7000, terwijl dit wel een belangrijk is. Er zijn thans modernere helmen beschikbaar. De aanbestedingen van de FOD Binnenlandse Zaken verlopen verre van probleemloos en liepen al veel vertraging op. Vandaar het voorstel dat de dienst zelf een openbare aanbesteding uitschrijft. De commissie van het kledingfonds is het eens met de technische instructie.

 Is er nieuws over het onderhoud van de airconditioning in het HC100 en het stofvrij maken van de verlichting ?

 Deze kwestie blijft maar terugkeren.

Logistiek verzekert dat Imtech de verluchtingskokers met een camera heeft gecontroleerd. Daaruit bleek dat deze proper waren. Het reinigen van de verluchtingsmonden is volgens hem een taak voor de algemene diensten. Het probleem van de temperatuur ligt voor een aanzienlijk stuk aan het feit dat sommige collega’s de instellingen van de thermostaat wijzigen. Sommigen hebben het al sneller warmer of kouder dan anderen.

De IDPB zal deze problematiek opvolgen.

 Is er nieuws over een behoorlijk beveiligde toegang tot het HC100 (al meermaals eerder gevraagd) ?

 De logistiek kondigt aan dat voor de beveiliging van de posten en kazernes een contract werd afgesloten met een specialist terzake. Deze zal in samenwerking met het CIBG een doorlichting maken van onze kazernes en posten. Dit werk zal heel binnenkort beginnen en past in een compleet beveiligingsbeleid.

 Is er nieuws over de plaatsing van camera’s in de garage van Paul Brien ?

 De telefonist van de post kan niet zien welke voertuigen in de garage staan. Daarom zou een camera van pas komen.

Dit kan volgens de logistiek vrij snel in orde worden gebracht.

 Indien jullie punten aan de agenda van deze overleg- of onderhandelingscomités willen toevoegen, mogen jullie een e-mail sturen naar volgend adres: slfp-vsoa@firebru.irisnet.be

 

05:09 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 26 mai 2016

Circulaire 24H00

201605241129081951.pdf

18:16 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook