mardi, 15 août 2017

WEBSITE

Chers affiliés,

Geachte leden,

Le S.L.F.P. vous remercie pour votre confiance.

Het V.S.O.A. bedankt u voor het vertrouwen.

Visitez notre site web - Bezoek onze website :

http://www.slfp-vsoa-zonesdesecours-hulpverleningzones.be...

18:09 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 04 août 2017

Plan du personnel

Bruxelles, le 04 août 2017

 

 

 

Monsieur l’Officier-Chef de service,

 Après un contact avec le Cabinet du Ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, le S.L.F.P. vous informe que la période transitoire pour satisfaire aux dispositions de l'arrêté royal du 10 novembre 2012 déterminant les conditions minimales de l'aide adéquate est fixée au 31 décembre 2017.

Pour les interventions mentionnées à l’annexe 1 de cet arrêté royal, les départs avec l’autopompe devront être effectués avec 6 hommes à bord de l’autopompe multifonctionnelle.

L’arrêté royal du 29 juin 2014 déterminant les critères pour établir un plan du personnel n’est pas d’application pour le service d'incendie et d'aide médicale urgente de la Région de Bruxelles-Capitale.

Pour toutes les zones de secours du pays, il faut tenir compte de certains critères pour établir un plan du personnel. En Région de Bruxelles-Capitale, le plan du personnel doit être compatible avec les moyens budgétaires disponibles (Article 18 de l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 27 mars 2014 portant le statut administratif et pécuniaire des agents des organismes d'intérêt public de la Région Bruxelles-Capitale)

Les zones de secours adoptent le plan du personnel opérationnel en tenant compte, notamment, du personnel nécessaire pour assurer les missions opérationnelles à partir de chaque poste de la zone en tenant compte des moyens adéquats arrêtés par la zone sur la base de l'arrêté royal du 10 novembre 2012 déterminant les conditions minimales de l'aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats.

 

Les zones tiennent aussi compte des heures de formations nécessaires pour la carrière et obligatoires pour le maintien des compétences et des qualifications nécessaires à l'exercice de la fonction, des statistiques des interventions, du personnel nécessaire pour assurer les tâches administratives et logistiques pour assurer la prévision, la prévention, la préparation, y compris le personnel nécessaire pour assurer les missions de prévention de l'incendie et de l'explosion, le personnel nécessaire pour assurer les missions du dispatching et du pourcentage d’absentéisme du personnel.

 

Pour le S.I.A.M.U., le plan du personnel est établi en fonction du budget. Néanmoins pour établir un budget, il faut des motivations ! 

 

Vu le manque récurrent de personnel ;

Vu la diminution du nombre total d’agents de garde dans certains postes ;

Vu le nombre de sortie de véhicules à la demande ;

Vu le nombre d’agents qui cumulent les fonctions lors d’une garde dans, pratiquement, tous les postes ;

Afin de s’assurer que le personnel du dispatching soit suffisant ;

Afin de s’assurer que le personnel nécessaire pour assurer les tâches administratives et logistiques pour assurer la prévision, la prévention, la préparation soit suffisant ;

Afin de s’assurer que le personnel puisse intervenir en toute sécurité ;

Afin d’être certains de savoir respecter la législation relative à l’aide adéquate à tout moment ;

 

Le S.L.F.P. vous demande :

 

  • les statistiques des interventions ambulance, pompe et échelle, faubourg, petit-service et autres moyens postes par postes, mois par mois pour l’année 2016.
  • Le pourcentage d’absentéisme.
  • Le reliquats d’heures de compensation par groupement.
  • Le reliquats d’heures de compensation des agents affectés au dispatching.
  • Le nombre de dossiers de prévention rentrés chaque année pour avis du S.I.AM.U.Si l’effectif des postes a été déterminé en fonction de critères objectifs, l’autorité devrait rapidement donner suite à cette demande.Le S.L.F.P. vous rappelle, également, ses demandes d’obtenir :

 

 

  1. Le programme pluriannuel de politique générale.

 

Ce programme détermine, en ce qui concerne les missions opérationnelles, administratives et logistiques, l'analyse de la situation actuelle, les objectifs stratégiques à réaliser durant la durée du programme, accompagnés d'une évaluation financière, les niveaux de services et les moyens nécessaires pour atteindre les objectifs fixés et les niveaux de services.

Ce programme exprime la vision du SIAMU pour accomplir ses tâches.

La vision est une image ambitieuse de l'avenir et requiert la participation de tous les membres du personnel de la zone, quel que soit leur grade.

 

  • Le schéma d’organisation opérationnelle

 

Outre le nombre et le type de véhicule par poste et le nombre d’agents de garde de jour et de nuit par poste, les points relatifs à la sécurité en intervention, au soutien logistique pour le personnel et au soutien psychologique pour le personnel doivent figurer dans ce schéma. Ces points méritent une attention particulière pour le bien-être des travailleurs et sont une priorité pour le S.L.F.P. qui est membre du comité de prévention et de protection au travail au S.I.A.M.U.

Le S.L.F.P. suppose que ces demandes ont également été effectuée par la ligne hiérarchique et les autres membres du comité de prévention et de protection au travail (çà, c’est de l’humour !)

Grâce à ces éléments, non seulement, le S.L.F.P. pourra revendiquer une augmentation du personnel sur des bases concrètes mais la direction pourra justifier auprès du pouvoir de tutelle les crédits nécessaires à l’établissement d’un plan du personnel répondant, réellement, aux besoins du S.I.A.M.U.

Il est temps pour le département « opérations » de se rendre compte de la situation de certains postes. La troisième ambulance part en intervention avec un homme de la pompe, une quatrième ambulance part avec 2 hommes de la deuxième pompe, ensuite une pompe part pour renfort d’un petit service. Nous ne citons pas encore le fait d’envoyer des pompes comme ambulance faute d’ambulance disponibles.  Il faut tricoter des pompiers !!

En cas de manquements lors d’envoi de secours faute de personnel, pensez-vous que nos élus iront se justifier ? Le S.L.F.P. pense que ce sera vous qui serez devant une commission !

Veuillez agréer, Mon Colonel, l’expression de nos salutations syndicales.

  

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.,

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

08:14 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 02 août 2017

Etat des casernes, promesses et beaucoup de vent!!

Aux autorités compétentes du S.I.A.M.U.

Madame la Secrétaire d’Etat,
Monsieur le directeur-général,
Monsieur l’officier chef de service,

Le S.I.A.M.U. a, de nouveau, fait l’objet d’un rapport de l’inspection sociale suite à une visite le 12 juillet 2017. Pour rappel, les précédents rapports dataient de décembre 2013 pour l’Héliport (CBE 6/13/105/MV/22724), pour Chênaie du 15 janvier 2014 (CBE/6/14/105/ELI/203073) et pour Delta du 21 janvier 2014 (CBE/6/14/105/GH/23137), le S.L.F.P. doit encore signaler les rapports de visites du poste Anderlecht qui pointent également de graves problèmes pour la sécurité ou la santé des travailleurs.

Suite à ce dernier rapport, le S.L.F.P. a fait un résumé des problèmes les plus graves soulignés dans ce rapport. Outre le fait que les agents féminins ne disposent pas des aménagements prévus par la législation et soulignés par la presse de façon unanime (quoi de plus normal alors que le législateur prône la diversité au sein des institutions)
Le S.L.F.P. a essayé d’attirer, en vain, l’attention de notre employeur sur les nombreux problèmes rencontrés au sein de nos casernes.

Le S.L.F.P. vous informe que le dossier est envoyé au service des amendes administratives. Si les amendes ne suffisent pas à faire réagir notre autorité, l’étape suivante se règlera devant les tribunaux compétents.

Le S.L.F.P. vous rappelle que, c’est l’employeur qui est responsable de l’approche planifiée et structurée de la prévention, au moyen d’un système dynamique de gestion des risques tel qu’il est décrit dans la loi du 04 août 1996.

Le système dynamique de gestion des risques repose sur les principes généraux de prévention et porte sur la sécurité du travail, la protection de la santé du travailleur au travail, les aspects psychosociaux du travail, l’ergonomie, l’hygiène du travail, l’embellissement des lieux de travail, etc. ... Il est donc inutile de rejeter la faute de cette situation sur l’ensemble du personnel ou sur une partie du personnel (les femmes), un département ou même les organisations syndicales (Depuis l’intervention de la presse, les oreilles du S.L.F.P. sifflent).
Le S.I.A.M.U. dispose d’un service interne de prévention et de protection au travail qui assiste l’employeur, les membres de la ligne hiérarchique et les travailleurs pour l’application des dispositions légales et réglementaires relatives au bien-être des travailleurs lors de l’exécution de leur travail et de toutes les autres mesures et activités de prévention.

Le service interne est chargé de participer à l’identification des dangers, et notamment, de donner un avis sur l’organisation des lieux de travail, des postes de travail, les facteurs d’ambiance et les agents physiques, chimiques, cancérogènes et biologiques, les équipements de travail et l’équipement individuel et sur les autres composantes de l'organisation du travail, du contenu du travail, des conditions de travail, des conditions de vie au travail, rendre un avis sur l’hygiène des lieux de travail.

En vertu de l’arrêté royal du 28 mars 1998, le S.L.F.P. vous demande copies de ces avis. En vertu de ces avis, le S.L.F.P. demande copie des instructions et des moyens donnés par l’employeur au département compétent pour remédier à ces problèmes.
Le S.L.F.P. souhaite également vous rappeler que ces problèmes ont largement été débattus au Parlement de la région de Bruxelles-Capitale depuis l’année 2007, il y a donc 10 ans ! (voir ci-dessous)

C.R.I. COM (2007-2008) N° 48 06-03-2008

À M. BENOÎT CEREXHE, MINISTRE DU GOUVERNEMENT DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE, CHARGÉ DE L'EMPLOI, DE L'ÉCONOMIE, DE LARECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE L'INCENDIE ET L'AIDE MÉDICALE URGENTE,
concernant "la rénovation des infrastructures du SIAMU".

M. M. El K..- Voici un peu moins d'un an, un plan Marshall (Quelqu’un a croisé ce Marschall ?) visant à la rénovation des infrastructures du SIAMU a été lancé. La mise en place de ce plan faisait suite à un ultimatum des syndicats qui dénonçaient le mauvais état de la caserne ainsi que des huit postes avancés que compte la Région bruxelloise. Ces bâtiments, construits entre 1975 et 1980, s'usent en effet beaucoup plus vite que d'autres infrastructures, les postes et les casernes du SIAMU fonctionnant 24 heures sur 24. Pour rappel, les syndicats et les hommes du feu évoquaient la présence de rats, de moisissures, de toits percés, de circuits électriques non conformes. Il s'agissait également de remplacer des châssis de fenêtres et de revoir l'isolation des installations. Un ingénieur et un bureau conseil avaient été désignés afin de réaliser un inventaire complet des problèmes de sécurité et de salubrité en vue d'établir un calendrier précis des chantiers. (S.L.F.P.: Malgré cet ingénieur et le bureau conseil qui ont réaliser un calendrier en 2008, on recommence cet inventaire et cette études en 2017 !! Voilà où passe l’argent des rénovations : en études !!) Il me revient que, à l'heure actuelle, un ingénieur a effectué l'état des lieux sur seulement trois des neuf sites. Est-ce exact ? Le cas échéant, quel est l'agenda concernant les autres sites ?

M. Benoît C., ministre.- Il est vrai que plusieurs postes avancés du SIAMU nécessitent des travaux de rénovation, bien que la situation ne soit pas apocalyptique. C'est la raison pour laquelle des crédits importants ont été réservés pendant plusieurs années, et encore maintenant, à cet effet. Voilà également pourquoi un plan d'action a été mis sur pied, en collaboration avec le SIAMU. (S.L.F.P.: Où sont passé les crédits important et le plan d’action ??)
Ce plan peut être divisé en deux volets : L'un concerne les petits travaux ; l'autre concerne les projets plus volumineux de rénovation complète. Les petits travaux sont assurés par les membres du personnel du casernement et se font selon un planning. En cas d'urgence, il est bien sûr prévu que les réparations soient effectuées prioritairement au respect du planning.
En ce qui concerne la rénovation proprement dite :
Comme vous l'annoncez, il a été décidé d'inventorier précisément tous les travaux à faire dans les trois PASI (poste avancé du service incendie) les plus anciens - Anderlecht, VUB et Chênaie - qui étaient prioritaires vu leur état.
Ce travail préalable était nécessaire pour compléter le plus fidèlement possible une grande partie du cahier des charges rédigé dans le cadre de la seconde procédure, c'est-à-dire la désignation de l'entreprise générale qui effectuera les travaux.
L'inventaire des travaux est terminé depuis longtemps, le cahier des charges a été publié, des offres ont été remises et une société a été désignée. (S.L.F.P.: Elle est passée où aussi cette société ?)

Question n° 590 de Mme Caroline Persoons du 19 mars 2007 (Fr.) :
Conformité des locaux du SIAMU. La presse du 7 mars 2006 faisait déjà état des problèmes de salubrité et de conformité au RGPT des locaux du SIAMU. Cela a d'ailleurs été confirmé par un organisme de contrôle agréé à cette époque. Un an plus tard, les travaux ne semblent toujours pas avoir été entamés.
L'honorable ministre pourrait-il m'indiquer :
1. Quels moyens ont été mis en oeuvre pour rendre les locaux du SIAMU conformes aux prescriptions légales ?
2. Si un agenda des travaux a été dressé ? Dans l'affirmative, quelle en est la teneur ?

Réponse :
J'ai l'honneur de communiquer à l'honorable membre que : Le SIAMU est bien conscient de l'état de certains postes, ce n'est pas pour rien que des budgets importants sont réservés régulièrement pour assurer la rénovation et le remplacement des biens. Le SIAMU a d'ailleurs déjà tenté de faire le nécessaire pour rénover ses postes. Par exemple, l'an dernier, un appel d'offre de services pour la réfection générale des postes avancés a été lancé. Malheureusement aucun soumissionnaire ne s'est manifesté. Suite à cela, il a été proposé de relancer une procédure poste par poste mais les premiers échos n'étaient guères réjouissants. Face à ce second constat, le SIAMU va donc constituer les dossiers nécessaires à la conclusion de contrats-programmes de travaux de bâtiments. Un renfort extérieur sera fourni pour inventariser les travaux à faire et réaliser le métré. En outre, l'aide d'autres institutions va être sollicitée.

Comme tout le monde peut le constater, les promesses de nos autorités se sont multipliés depuis 10 ans sans pour autant que les conditions de travail des pompiers de la Région de Bruxelles-Capitale ne changent ! Le respect de la législation en matière de bien-être au travail n’existe pas au S.I.A.M.U.

Nous ne pouvons rien revendiquer d’autre pour le personnel que le respect de nos conditions de travail, car, à chaque demande d’augmentation des barèmes, d’augmentation des chèques repas, de demande de primes, etc.. la réponse est la même « il n’y a pas d’argent »

Pourtant pour certains agents de la Région de Bruxelles-Capitale, il y a de l’argent puisque l’article 410 de l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 27 mars 2014 portant le statut administratif et pécuniaire des agents du ministère de la Région Bruxelles-Capitale dispose comme il suit que : « Il est octroyé aux agents ayant en charge la gestion de la dette directe et garantie de la Région et/ou de la centralisation des trésoreries pararégionales et/ou d' assurer la comparution en personne au nom de la Région de Bruxelles-Capitale dans le cadre des contestations relatives à l'application d'une loi fiscale, une allocation dont le montant annuel est fixé à 5.000 euro »

Leurs locaux sont-ils dans le même état que les nôtres ?

Il semble que le S.I.A.M.U. soit victime de fameux magiciens qui font disparaître les études, les plans et les crédits important réservés aux travaux de rénovations. C’est même mieux que les plus célèbres des prestations de Houdini « Roi de l’évasion ».

Nous ne doutons pas un seul instant de la réaction de certains à la lecture de ce courrier. Pfff, ils sont encore à se plaindre ! Mais qu’est-ce qu’ils veulent à la fin ? Des femmes ? Pourquoi des douches, des WC, etc rien que pour elles ? Tout ça pour une fuite d’eau et un coup de peintures ! Des exercices d’évacuation ? Pourquoi faire ? C’est une caserne de pompiers non ? (Il ne faut pas oublier nos 200 administratifs qui travaillent dans la caserne et le fait qu’il y a déjà eu un début d’incendie d’origine électrique dans la caserne)

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, Monsieur le directeur-général, Monsieur l’Officier Chef de service, l’expression de nos salutations syndicales.

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

Labourdette Eric
Dirigeant responsable

17:22 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 31 juillet 2017

Inspection des locaux

Rapport de l’inspectrice sociale de la visite d’inspection du 12 juillet 2017

L’employeur n’a pas veillé à ce que les vestiaires, les lavabos et les douches des femmes soient installés dans un seul local ou dans des locaux contigus communiquant entre eux.

Infraction à : art. III.1-44 Code du bien-être au travail

L’employeur n’a pas veillé à ce que les toilettes des femmes se situent à proximité de leur poste de travail, des locaux de repos, des vestiaires et des douches. Il n’y a pas de douche ni de vestiaires pour les femmes officiers. Les équipements sociaux que celles-ci doivent utiliser ne sont pas clairement définis et se trouvent éloignés de leur poste de travail.

Infraction à : art. III.1-45, III.1-56 et annexe III.1-1 Code du bien-être au travail Code du bien-être au travail

Lors de la visite du poste Chênaie, l’inspectrice a constaté que l’employeur n’a pas prévu des vestiaires, des douches et des toilettes séparés pour les hommes pour les femmes. Ceci constitue une infraction à l’article III.1-45 du Code du bien-être au travail. Il ne s’agit pas d’un cas isolé à ce seul poste. Certains postes ne disposent pas du tout d’équipement sociaux pour les femmes, d’autres en disposent mais ceux-ci sont soit fermés à clef, soit utilisés à des fins différentes de leur fonction première. A défaut de règlement de travail, il y a lieu de préciser les modalités d’accès aux équipements sociaux dans une note de service. Cette note de service doit parvenir à l’inspection pour le 1er septembre.

La douche pour femmes se trouvant à côté de la salle de gymnastique à l’Héliport est fermée à clef. Cette clef n’est pas disponible pour le personnel opérationnel et de maintenance.

S.L.F.P. : Pour rappel, il y a plus de 15 ans qu’il y a des femmes au S.I.A.M.U. !!!

Liste non exhaustive des infractions :

Le dossier relatif à la prévention de l’incendie ne pouvait pas être présenté.

Infraction à : art. III.3-24 Code du bien-être au travail

Il n’existe pas de document d’identification du Service Interne pour la prévention et la protection au travail.

Infraction à : art. II.1-7 Code du bien-être au travail

L’employeur n’organise pas d’exercice d’évacuation.

Infraction à : art. III.3-26 Code du bien-être au travail

L’employeur n’a pas effectué une analyse des risques relative au risque d’incendie.

Infraction à : art. III.3-3 Code du bien-être au travail

L’employeur n’a pas effectué une analyse des risques de l’installation électrique.

Infraction à : art. III.2-3 Code du bien-être au travail

L’emplacement de chaque sortie et chaque sorite de secours, nécessaire pour satisfaire aux dispositions de l’article 52.5, ainsi que la direction des voies, dégagements et escaliers conduisant à ces sorites, ne sont pas signalées à l’aide des panneaux de sauvetage qui satisfont aux dispositions concernant la signalisation de sécurité et de santé au travail.

La signalisation est à revoir dans son ensemble. Une attention particulière doit être portée à la partie bunker/lingerie.

Le matériel de lutte contre l’incendie n’est pas aisément accessible. L’accès aux dévidoirs muraux et aux extincteurs est presque systématiquement entravé.

Infraction à : art. III.3-17 Code du bien-être au travail

La signalisation relative au matériel de lutte contre l’incendie présente des manquements. Certains dévidoirs et extincteurs ne sont pas signalés.

Infraction à : art. III.6-6 Code du bien-être au travail

S.L.F.P. : PAS MAL POUR UN SERVICE D’INCENDIE QUI EST SENSE FAIRE RESPECTER SES DISOSITIONS LORS DES AVIS DE PREVENTION !!!!

Plusieurs locaux sociaux ne contiennent pas uniquement du mobilier répondant à la destination de ces locaux. Il y a du matériel de nettoyage stocké dans les douches femmes au deuxième.

Infraction à : art. III.1-41 Code du bien-être au travail

L’employeur ne veille pas à ce que tous les déchets soient, régulièrement et de façon sûre, collectés, entreposés, traités et enlevés du lieu de travail, en tenant compte, le cas échéant, de la réglementation spécifique qui s’applique à l’enlèvement des déchets.

Infraction à : art. III.1-9 Code du bien-être au travail

L’employeur a négligé de veiller à l’entretien technique des lieux de travail et des installations et dispositifs qui s’y trouvent. Il manque des plaques aux plafonds dans divers endroits. Le local de stockage à côté de la cuisine doit être remis en état. Une fuite d’eau au plafond dans une toilettes est endiguée à l’aide d’un seau pendu au plafond. La douche des femmes près de la cantine est bouchée. Certains fauteuils sont troués et/ou ont l’assise cassée. Des portes dans les toilettes ne se ferment plus ou sont complètement hors de leurs gonds.

Infraction à : art. III.1-9 Code du bien-être au travail

L’installation électrique n’est pas conçue et réalisée de façon à ne pas constituer un danger d’incendie ni d’explosion et à ce que les personnes soient protégées de manière adéquate contre les risques d’accident qui peuvent être causés par des contacts directs ou indirects.

Infraction à : art. III.1-5 Code du bien-être au travail

L’employeur a négligé de veiller au nettoyage et à l’entretien des lieux de travail et des bâtiments où il se trouvent afin d’éviter tout risque pour le bien-être des travailleurs. Les grilles d’aération sont très sales. Les douches sont dans un état déplorable. Les joints sont noirs, les rideaux de douche jaunes. L’odeur dans bon nombre de toilettes est incrustée. Les rideaux des chambres sont vétustes. Il est dès lors difficile pour les travailleurs de nettoyer des locaux et de les entretenir en « bon père de famille »

Infraction à : art. III.1-9 Code du bien-être au travail

L’employeur a négligé de veiller de prendre les mesures nécessaires pour que les douches, vestiaires et toilettes répondent aux dispositions du Livre III Titre 1er du Code du bien-être au travail. Les toilettes ne sont pas suffisamment aérées. Les vestiaires et les douches ne sont pas installés dans un seul local ou dans des locaux contigus communiquant entre eux. Ces locaux ne peuvent être fermées à clef. Les cabines de douche ne permettent pas de s’isoler complètement.

Infraction à : art. III.1-9 Code du bien-être au travail

L’employeur a négligé d’aménager les lieux de travail en tenant compte dexs travailleurs handicapés.

Infraction à : art. III.1-3 Code du bien-être au travail

A la lecture, d’une partie seulement de ce rapport, le S.L.F.P. conseille à l’employeur de trouver des fonds pour abattre et reconstruire nos casernes !!!

12:24 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Délégués SLFP-Afgevaardigden VSOA

Le S.L.F.P. représente toutes les catégories de personnel.

Het V.S.O.A. vertegenwoordigt alle categorieën van het personeel.

 

Délégués:

 

Amerijckx Dirk (100)             dirk.amerijckx@firebru.brussels

Beels Alain (42)                        alainbeels@yahoo.fr

Boucher Marianne (41)         marianne.boucher@hotmail.com

De Jaegher Johan (41)            johan.dejaegher@firebru.brussels                0476/26 29 72

de la Brassine Aube (100)    aube.delabrassinne@firebru.brussels

Depauw Dirk (41)                    dirk.depauw@firebru.brussels                       0497/59 97 64

Dessort Yvan  (21)                    yvan.dessort@firebru.brussels                       0475/76 96 86

Destoppeleir Sabrine               sabrine.destoppeleir@firebru.brussels

Georges Frédéric                      cougar18275@hotmail.com

Hendrickx Joël (31)                 jhendricslfp@gmail.com                                    0492/91 73 98

Gronert Herman (11)             hermanbxl@hotmail.com

Hufschmitt Stijn (45)              stijnhufschmitt@hotmail.com           0479/53 17 48

Labourdette Eric (21)            eric.labourdette@firebru.irisnet.be               0475/86 75 85

Lebrun Dominique (Prév)    dominique.lebrun@firebru.brussels

Lecomte Alain (42)                  alain.lecomte@firebru.brussels

Maes Christian (14)

Marien Marc (24)                     marc.marien@fiebru.brussels

Meiresonne Joël (23)             joemeiresonne@hotmail.com

Rozenblat Stéphane (24)      rsjs64@yahoo.fr                                                0471/12 19 25

Vancaillie Monique (Adm)   monique.vancaillie@firebru.brussels         02/208 86 18

Van Elder Nathalie (Adm)    nathalie.vanelder@firebru.brussels             02/208 86 14

Van Petegehem Valérie (100) valerie.vanpeteghem@firebru.brussels

Verheyen Pascal (43)              pascal.verheyen@hotmail.com

Vildaer Stéphane (Tech)         stephane.vildaer@firebru.brussels

Wibin Anne (41)                       anne.wibin@firebru.brussels                          0492/91 73 87

Conseillés technique :

Kool Jean-Francois                  jeanfrancois.kool@gmail.com                         0475/45 18 95

Vanderweyen Patrick             patrick.vanderweyen@firebru.brussels    0475/82 86 85

Van Helsland Christophe      christophe.vanhelsland@firebru.brussels 0475/48 01 53

David Van Nijghem                  david.vneyghem@firebru.brussels

Ponce Peralta José                    jose.ponceperalta@firebru.brussels

 

07:33 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 30 juillet 2017

Pensions-pensioen

Pensions des sapeurs-pompiers.pdf

Pensioen brandweerliedden.pdf

09:51 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 25 juillet 2017

VO2MAX

Bonjour,

En relation avec le point 3.1.1.1. du CPPT de ce jeudi, le SLFP vous envoie l'extrait d'un PV du 11 janvier 2016 

 

PROJET DE PROCES-VERBAL ET NOTE DE SEANCE DE LA REUNION EXTRAORDINAIRE DU 11 JANVIER 2016 CONSACRE AU TEST A L’EFFORT

 

Avec le test VO2 max, on veut connaître la réserve cardiaque d’un agent ; est-elle suffisante pour accomplir le métier exigeant de sapeur-pompier ?

Le S.L.F.P. plaide pour une adaptation des critères en fonction de l’âge des agents. Il estime également que la valeur-seuil de 38 est élevée et que celle-ci pourrait provoquer chez certaines personnes des lésions au niveau des muscles ou des articulations. Cette organisation syndicale se montre très sceptique par rapport à la pertinence du test à l’effort.

 

Le Dr PETE rappelle qu’elle n’a jamais imposé du jour au lendemain un critère qu’il fallait absolument atteindre pour continuer d’exercer son métier de sapeur-pompier. Au contraire, la politique menée en collaboration avec le S.I.P.P. était de conscientiser les agents et de donner le temps à ceux qui avaient de difficultés de se mettre en ordre. La valeur de 38 en soi n’a jamais été considérée par Attentia comme étant à elle seule la panacée. Il faut prendre en considération un ensemble de facteurs. Elle répète sa demande d’établir un protocole clair qui soit le même pour tous et qui permette de faire des comparaisons.

 

Si en 2016, il ne fallait pas absolument atteindre, du jour au lendemain, un critère pour continuer a exercer son métier, qu'en est-il aujourd'hui?

C'est donc la ligne hiérarchique du SIAMU qui impose une valeur à atteindre?

S'il ne fallait pas atteindre, du jour au lendemain, une valeur, c'est que ce n'était pas mortel pour le pompier en 2016 alors qu' aujourd'hui il serait en danger de mort?

 

Le S.L.F.P. souhaite une explication sur ce test et une position de l' autorité relatif au rapport donné par le SLFP lors du dernier CPTT!!

 

Cordialement,

 

SLFP-AFRC

 

Labourdette Eric

14:36 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Droit à la pension agents opérationnel

Droit à la pension.pdf

Vertaling zal volgen

06:41 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 24 juillet 2017

Voordelen Ledden VSOA-Avantages affiliés SLFP

Brochure-maisons-de-vacances.pdf

Brochure-vakantiehuizen.pdf

Leddenprijs Prix affiliés 2017 Middelkerke.pdf

Ledenprijs Prix affiliés Blankenberghe 2017.pdf

AFFILIES-LEDDEN-Lavandiers 2017.pdf

AVANTAGES_2017_0.pdf

VOORDELEN_2017_0.pdf

18:47 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

samedi, 22 juillet 2017

Réunion du 18 juillet 2017

Madame la Secrétaire d’Etat,

 

Le S.L.F.P. vous remercie pour la réunion d’information de ce mardi 18 juillet.

Pour le S.L.F.P., il est important de garder un dialogue constructif avec l’autorité. Nous sommes conscients que de nombreux points devraient être réglés en interne avec notre direction. Le manque de tee-shirt et le fait que les recrues n’ont plus de programme de formation doit être réglé par notre ligne hiérarchique. Nous n’imaginons pas vous demander un rendez-vous parce qu’il manque du papier hygiénique dans les toilettes de nos casernes !

Néanmoins, si ces problèmes arrivent chez vous, c’est que nous n’obtenons pas toujours de réponses en interne. Il manque régulièrement de proactivité, cette capacité à exercer ses facultés d’anticipation pour agir de manière juste afin d’éviter des conséquences indésirables, fait toujours défauts.

Si pour cette raison que le S.L.F.P. demande le plan pluriannuel et le schéma d’organisation opérationnelle. Avoir une vision sur l’avenir du S.I.A.M.U. fait cruellement défaut.

Le S.L.F.P. est également conscient qu’il manque des forces vives au S.I.A.M.U. afin d’effectuer toutes ses tâches. Pourtant, de nombreux recrutements ont eu lieu. Il suffit de s’assurer que ce sont les bonnes personnes au bon endroit.

L’excuse d’attendre la réforme pour établir un règlement de travail est une fausse excuse. Un projet existe, il n’y a plus que le problème des pointages à résoudre. Pensez-vous que seul les sacro saints mandataires, si chers à nos élus, peuvent prendre cette infraction en mains ? N’y a-t-il pas des juristes au S.I.A.M.U. ?

Personne n’est capable, pour l’instant, au S.I.A.M.U. d’établir un plan d’investissement des moyens humains, matériels et financiers ? Personne ne sait décrire l’organisation opérationnelle (le rôle de garde, l'effectif disponible, la coordination, l'optimalisation du principe d'aide adéquate la plus rapide, les procédures opérationnelles, ...), l’organisation logistique, le plan de répartition des postes et des autres infrastructures, le matériel, le personnel ?

Si tel est le cas, Madame la Secrétaire d’Etat, il est urgent de faire appel à des mandataires extérieur au S.I.A.M.U. car l’excuse « Qui voulez-vous mettre à la tête de tel département ? Il n’y a personne d’autre » ne fera remettre les mêmes dysfonctionnements sur la tête des même personne mais avec un mandat !

Le S.L.F.P. reste à la disposition de l’autorité afin de travailler, de manière constructive, dans l’intérêt de TOUT le personnel.

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

S.L.F.P.-A.F.R.C

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

16:47 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 21 juillet 2017

Schéma d'organisation opérationnelle

Monsieur l’Officier-Chef de service,

 

 Le S.L.F.P. a déjà souligné, à plusieurs reprises, que la rédaction d’un schéma d’organisation opérationnelle est une obligation légale que le S.I.A.M.U. ne respecte pas. Nous entendons toujours la même excuse de la part de l’autorité, nous attendons la désignation des mandataires ! Cette excuse ne figure pas dans l’arrêté royal du 25 avril 2014. En effet, l’absence de mandataires n’empêche nullement les agents en place d’avancer sur certains dossiers (D’autant plus que les agents en place seront probablement les futurs mandataires)

Le S.L.F.P. souhaite que, l’actuelle direction opérationnelle, mette en place une partie du contenu du schéma :

Les points relatifs à la sécurité en intervention, au soutien logistique pour le personnel et au soutien psychologique pour le personnel méritent une attention particulière pour le bien-être des travailleurs et sont une priorité pour le S.L.F.P. Le S.I.A.M.U. dispose déjà d’un véhicule de soutien pour les agents en opération (C12). Il suffit de revoir légèrement son aménagement afin d’assurer d’un côté, un plus grand confort pour les agents en intervention et de l’autre côté respecter une obligation légale.

Sécurité en intervention

La sécurité du personnel, en intervention, est assurée par la conjonction de divers moyens de prévention :

- Des formations et exercices réguliers, en garde et hors garde afin de maintenir un niveau de compétence suffisant ;

- D’équipements de protection individuels adaptés et étudiés pour faire face aux risques ;

- De la surveillance et de la supervision de l’intervention par la chaîne hiérarchique déployée (du caporal à l’officier de garde) ;

- Du respect des procédures d’interventions.

 Soutien logistique pour le personnel

Le véhicule Soutien Logistique (C12) sera équipé d’une réserve en bouteilles d’eau. Une partie de celles-ci seront contenues dans un frigo afin de les garder fraîches. Des additifs en sels-minéraux y seront incorporés afin de combler les pertes en sels. Un contrôle de l’état d’hydratation des binômes réengagés sera effectué par le personnel du soutien sanitaire. Ceci permettra :

  • D’assurer un état d’hydratation suffisant du personnel soumis à de fortes chaleurs (climatique, incendie, …).
  • Prévenir un malaise, coup de chaleur, troubles cardiaques et permettre une efficacité physique opérationnelle optimale dans le temps en sécurité.

 

Le véhicule Soutien Logistique (C12) sera équipé d’une réserve en aliments à haut niveau énergétique et glucidique. Un contrôle de l’état d’épuisement et glycémique pourrait être effectué en cas de symptômes d’épuisement physique ou de troubles de la conscience par le personnel du soutien sanitaire.

Ceci permettra :

  • D’assurer un état suffisant du personnel soumis à un effort intensif et long.
  • Prévenir un malaise, épuisement, hypoglycémie et permettre une efficacité physique opérationnelle optimale dans le temps en sécurité. Assurer le confort contre le froid, la chaleur, l’humidité, l’hygiène : Le véhicule Soutien Logistique (C12) sera équipé de couvertures et de vêtements de rechanges afin de permettre au personnel effectuant une mission longue dans des conditions de froids, d’humidité importante de se reconditionner et se réchauffer.

 

Ceci permettra :

  •  D’assurer un confort suffisant au personnel afin d’effectuer sa mission dans de bonnes conditions en évitant l’épuisement psychique du au froid, et/ou l’humidité, ceci afin de permettre une efficacité physique opérationnelle optimale dans le temps en sécurité. Le véhicule Soutien Logistique (C12) sera équipé également du nécessaire afin de garantir des conditions d’hygiène suffisantes, à savoir : possibilité de se laver et désinfecter les mains, le visage ou toute autre partie du corps ayant été souillée. Nécessaires disponibles pour les besoins sanitaires de base. Ceci permettra :

 

Le véhicule Soutien Logistique (C12) disposera aussi d’un matériel destiné à refroidir le personnel soumis à un stress thermique (Porteur ARI soumis à une forte chaleur ou exposé longtemps à celle-ci). Ce matériel se compose de ventilateurs, brumisateurs, siège de refroidissement, poches de glace, …  

  • D’assurer un état d’autorégulation thermique suffisant du personnel.
  • Prévenir un malaise, coup de chaleur, troubles cardiaques et permettre une efficacité physique opérationnelle optimale dans le temps en sécurité. Soutien psychologique pour le personnel

 

Pour porter ses fruits, il importe que le soutien psychologique soit disponible sur le terrain immédiatement après l’exposition. En outre, il a été démontré que le succès de l’assistance psychologique auprès des pompiers est fortement subordonné au respect du principe de comparaison sociale (De Soir 1999 : 28, 32). C’est sur la base de ces exigences et de ces constats qu’ont été créés les Firefighters Emergency Stress Teams (FiST). Il s’agit d’équipes de pompiers spécialement formés aux méthodes de prévention et de gestion du stress post-traumatique.

Ces équipes sont capables d’intervenir rapidement puisqu’elles sont disséminées dans une bonne partie du service et satisfont au principe de la comparaison sociale puisqu’elles consacrent le soutien par les pairs.

 

Dès que le besoin s’en fait ressentir (Par ex : Plusieurs blessés ou DCD) le commandant de garde préviendra le responsable du FIST qui activera l’équipe.

La mise sur pied d’une équipe FiST poursuit un triple but :

  • mettre en place une ligne de prévention primaire composée d’antennes au sein de chaque équipe (sur une base volontaire) ;
  • mettre en place une ligne de prévention secondaire des traumatismes psychologiques ;
  • mettre en place une ligne de prévention tertiaire des traumatismes psychologiques.

 Le reste du contenu obligatoire du schéma existe déjà au S.I.A.M.U. mais dans plusieurs autres documents. Il suffit de les rassembler (il ne faut pas être mandataire pour savoir organiser ce travail !)

 PREMIERE PARTIE : DISPOSITIONS GENERALES.

 1. GENERALITES.

1.1. Raison d'être du schéma d'organisation opérationnelle (portée et limites territoriales de l'action du schéma)

1.2. Table des matières

 2. COMPETENCES ET MISSIONS DE LA ZONE

 3. ORGANISATION ADMINISTRATIVE DE LA ZONE

 Il s'agit de définir les différentes directions au sein de la zone et de définir le rôle du commandant de zone.

 3.4. Composition et mission de la commission technique et de l'équipe de direction (état-major)

3.5. Organigramme de la zone.

 DEUXIEME PARTIE : ELEMENTS GEOGRAPHIQUES ET DEMOGRAPIQUES DE LA ZONE.

 Commune Localisation des infrastructures (poste, bâtiment administratif, bâtiment logistique...) Population, Superficie, Densité population

 Une carte géographique de la zone avec la localisation des infrastructures est annexée.

 N.B. : Pour cette partie, l’analyse des risques de la Région de Bruxelles-Capitale doit pouvoir vous aider.

 TROISIEME PARTIE : ORGANISATION TERRITORIALE ET MISE EN OEUVRE OPERATIONNELLE.

  •  LES POSTES DE LA ZONE ET L'AIDE ADEQUATE LA PLUS RAPIDE - MOYENS ADEQUATS.

 

 1.1. Missions des postes.

1.1.1 Missions générales (missions opérationnelles et missions d'appui réalisées par tous les postes de la zone).

1.1.2 Missions particulières (missions opérationnelles et missions d'appui réalisées par certains postes de la zone).

Le schéma d'organisation opérationnelle renseigne les plans particuliers d'urgence et d'intervention et les plans préalables d'intervention qui seront listés en annexe du schéma

 

1.2. Responsable hiérarchique des postes.

 

Les postes sont placés sous l'autorité hiérarchique d'un officier responsable. Un même officier peut être responsable pour plusieurs postes. L'officier responsable rend compte au commandant de zone ou à son délégué. Le schéma d'organisation identifie l'officier responsable.

 

1.3. Véhicules d'intervention des postes sous forme de tableau. (Ce tableau existe déjà)

 

Poste

Pompe

Echelle aérienne

Petit service

Faubourg

Ambulances

Autres

E.M.

 

 

 

 

 

 

Cité

 

 

 

 

 

 

Anderlecht

 

 

 

 

 

 

Chenaie

 

 

 

 

 

 

HSP

 

 

 

 

 

 

Delta

 

 

 

 

 

 

UCL

 

 

 

 

 

 

Paul Brien

 

 

 

 

 

 

VUB

 

 

 

 

 

 

 

1.4. Effectif minimum de garde en caserne ou rappelables par poste sous forme de tableau. (Ce tableau existe déjà sous la forme d’une note de service)

 

Poste

Jour

Pompier en caserne par grade

Nuit

Pompier en caserne par grade

E.M.

 

 

Cité

 

 

Anderlecht

 

 

Chenaie

 

 

HSP

 

 

Delta

 

 

UCL

 

 

Paul Brien

 

 

VUB

 

 

N.B. : Afin de déterminer le nombre d’agents de garde de jour et/ou de nuit par poste, il faut tenir compte de certaines données comme le pourcentage d’absentéisme, les statistiques d’interventions, le nombre et le type de missions à effectuer, les conditions minimales de l’aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats. Ce n’est pas le cas actuellement. Des postes avec un nombre égal de véhicules que d’autres ont plus d’agents de garde que d’autres, des postes avec un nombre incalculable de véhicules n’ont pas assez de personnel de garde. Cela engendre des situations qui ne sont pas dignes d’un service comme le nôtre !

Le 20 juillet, il n’y avait que deux ambulances qui tournaient à Anderlecht, le faubourg a dû sortir en protection de l’ambulance, la première pompe était en intervention avec l’échelle, les hommes de la deuxième pompe ont dû partir avec le faubourg. Donc plus de deuxième pompe. Régulièrement, les agents doivent intervenir avec en « sautant » d’un véhicule à l’autre ! Plusieurs fois, des pompes (Delta et Paul Brien) ont été envoyé comme premier secours sanitaire faute d’ambulance disponible.

 1.5. Déploiements des moyens.

 Le principe de l'aide adéquate la plus rapide prévaut dans l'envoi des moyens. En cas d'indisponibilité des moyens adéquats du ou des poste(s) le(s) plus rapide(s), ce sont les moyens des deuxièmes postes les plus rapides avec les moyens adéquats qui sont envoyés sur place. Ce principe d'envoi des moyens adéquats les plus rapides en cascade se répète autant de fois que nécessaire.

Le schéma décrit comment est organisée l'aide adéquate la plus rapide au sein de la zone et entre zones. Il établit également les secteurs d'intervention pour les différents postes de la zone en tenant compte de l'aide adéquate la plus rapide. Les secteurs des deuxièmes et troisièmes postes les plus rapides et disposant des moyens adéquats doivent également être mentionnés. Selon l'analyse des moyens disponibles, le principe du réseau de postes est également retenu pour l'envoi des moyens nécessaires. Ainsi, les moyens nécessaires pour une même intervention peuvent provenir de postes différents.

 1.5.1. Incendie

 

 

1er poste le plus rapide

2e poste le plus rapide

3e poste le plus rapide

Secteur 1

 

 

 

Secteur 2

 

 

 

 

N.B. : Il faudra faire les mêmes tableaux pour les autres interventions (Balisage, Faubourg, ambulance, etc.

 3. TRAITEMENT DE L'ALERTE.

 

Le schéma d'organisation opérationnelle détaille comment est traitée l'alerte (de la réception de l'appel à l'envoi des secours) et décrit le fonctionnement et les moyens mis en œuvre pour le traitement de la chaîne d'alerte, par les centres 100-112 jusqu'à l'envoi des moyens à partir des postes de la zone. La collecte des données statistiques est également expliquée.

Si du personnel de la zone est impliqué dans un des maillons de la chaîne d'alerte, le schéma d'organisation opérationnelle décrit les fonctions assurées, les compétences requises et le mode de travail du personnel. Si des procédures particulières sont définies par la zone et mise en œuvre par les éléments de la chaîne d'alerte, celles-ci sont décrites.

 4. MOYENS SPECIFIQUES. (Pour les risques spécifiques)

 La zone identifie les moyens spécifiques utiles à l'exécution des missions liées à des risques

spécifiques sur son territoire. Elle peut faire appel, par convention, aux moyens des autres zones. Une convention décrit les moyens, les modalités d'engagement et les modalités administratives (par exemple : la facturation).

Les conventions par lesquelles la zone de secours s'est engagée à intervenir sur d'autres zones sont également mentionnées.

Pour chaque moyen spécifique que la zone utilise, elle réalise une fiche descriptive qui reprend au moins :

- Le matériel ;

- Le personnel nécessaire et ses qualifications spécifiques nécessaires ;

- Le lieu de stationnement des moyens ;

- Le mode d'alerte des moyens ;

- Le temps

 

  1. COORDINATION OPERATIONNELLE ET GESTION OPERATIONNELLE DU COMMANDEMENT.

 

Le schéma d'organisation opérationnelle décrit la chaîne de commandement. La chaîne de commandement permet la montée en puissance du dispositif de secours d'une manière cohérente et dimensionnée en rapport avec la nature et la gravité des interventions. (N.B. Ces procédures existent déjà au S.I.A.M.U.)

 La loi du 15 mai 2007 relative à la réforme des services de secours avait pour but de moderniser une organisation archaïque des services de secours qui datait de 1963. Si nous pouvons critiquer les statuts des agents opérationnels, il n’en va pas de même pour beaucoup d’arrêtés d’exécution de cette loi. Beaucoup d’arrêtés permettent d’éclaircir ou de moderniser l’organisation des services de secours, d’autres arrêtés prennent en compte la sécurité ou le bien-être des travailleurs (Moyen minimum, équipements de protection minimum en fonction de la fonction, etc.…) Ces arrêtés on fait l’objet d’un protocole d’accord unanime des organisations syndicales.

Pour faire ce schéma, vous disposez de forces (vives ?) au sein du conseil de direction.

Un responsable du département « opération » devrait, en toute logique, remplir une bonne partie de ce schéma (Pas besoin d’attendre le sacré mandat), pour ce qui est de la logistique, vous avez un responsable du département qui pourrait vous aider pour ce qui est de l’aménagement éventuel du véhicule de soutien logistique, pour ce qui est des plans d’intervention, des postes les plus rapides, etc… vous disposez d’un responsable du département compétent, pour décrire les différentes directions, il existe un directeur-général, pour rédiger ce plan sous forme de note de service, il existe 3 secrétaires de direction. Il manque quoi ? Le mandat pour l’exécuter ?

 En rédigeant ce plan, nous ne travaillerons plus à l’aveugle ou au petit bonheur la chance en remplissant des postes de tout un tas de véhicules sans aucune réflexion, sans y mettre le quota de personnel nécessaires et en jouant avec le « feu » En rédigeant ce plan, certaines personnes constateront la situation délicate de certains postes et de nombreux agents qui vont bientôt se retrouver sur les rotules !

 

Veuillez agréer, Mon Colonel, l’expression de nos salutations syndicales.

 

 

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.,

                                                                                     

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

 

 

06:27 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 18 juillet 2017

CCB -BOC 29.06.2017

A la demande du S.L.F.P. :

Quels sont les dispositifs à disposition des ambulanciers pour le transport en ambulance de nouveau-nés et nourrissons ?

La Logistique a lancé un appel afin d’obtenir des offres de prix pour du matériel de contention. Pour des nourrissons, le problème ne devrait pas se poser car un pédiatre se rend normalement sur place muni d’une couveuse. Par contre, pour de jeunes enfants, en dépannage, le ferno-KED peut être utilisé. Cependant, nos ambulances sont en principe équipées d’un harnais pour adultes et il existe même une note de service à ce sujet. Malheureusement, il arrive fréquemment que ceux-ci ne sont pas utilisés, voire même enlevés. Nous répondrons toutefois à la demande de trouver du matériel de contention des enfants.

La C.G.S.P. propose de rappeler son utilité lors des recyclages.

Monsieur L. promet d’y attirer l’attention de l’I.F.A.M.U.

Quels sont les moyens employés par le S.I.A.M.U. pour identifier et remplacer les tenues qui ont été lavées plus de 60 fois (voir notice fournisseur) ?

Actuellement, le personnel comptabilise le nombre de lavages mais notre fournisseur de tenues dispose de matériel de comptage par scannage des vestes et des pantalons et qu’elle nous fournira. Les informations qu’on recueillera ainsi seront gardées à la caserne principale. D’ici deux mois, nous commencerons l’opération de scannage. Jusqu’à ce jour, les agents étaient informés du nombre de lavages.

Le S.L.F.P. veut savoir comment on évitera que le personnel de la remise ne soit contaminé.  Monsieur L. affirme qu’une contamination par la peau des mains ou par les cheveux est un risque réel. On pourrait fournir le même type de gants spécifiques que ceux utilisés au PIVO. Nous rappellerons aussi qu’il convient d’utiliser des gants et de s’équiper d’un masque FFP3 lorsqu’on manipule des tenues feu.

Quels sont les consignes données par l’employeur au personnel pour effecteur un nettoyage de routine sur les lieux d’interventions afin de limiter le plus possible le transfert de contaminants à l’habitacle des véhicules et à la caserne ?

Des mesures minimales post-intervention feront déjà l’objet d’une procédure (évolutive) et seront imposées au personnel. Des formations seront données.

Quelle est la procédure afin de limiter la contamination, incluant notamment des moyens de contrôle de la contamination (ex. : utilisation de housses pour les habitacles et de sacs imperméables pour les EPI), une inspection de l’habitacle des véhicules et leur décontamination au retour à la caserne ?

et

Quelle est la procédure de décontamination des EPI, des équipements et des véhicules utilisés par le S.I.A.M.U. ?

et

Quid des cagoules de réserve et des lingettes humides à disposition du personnel pour se nettoyer, sur les lieux de l’intervention le visage, le cou et les mains ?

et

Quelles sont les mesures prises par la zone pour réduire ou éliminer la contamination de l’habitacle du véhicule ?

 La Logistique a déjà prévu 10 à 15 kits de 5 cagoules pour les autopompes et des lingettes pour se nettoyer les mains et le visage sont à la commande. Nous attendons des prix.

Nous pouvons mettre dans les autopompes des masques ainsi que des sacs jaunes et des kits de 5 cagoules.

La C.S.C. est curieux de savoir s’il reste assez de place dans nos véhicules pour tout ce matériel. M. L.  assure que c’est le cas, en général au-dessus de la « tonne d’eau » dans la plupart des types d’autopompes.

Un groupe de travail sur ce thème a été constitué par M. R. avec comme membres MM. L., M., LABOURDETTE, D., les Docteurs P. et K., quelques collègues déjà sensibilisés à cette problématique ainsi qu’un étudiant ayant fait un travail de fin d’études sur le sujet. Il se réunira bientôt.

Quand le S.I.A.M.U. lancera-t-il l’appel d’offres public pour désigner un prestataire de service spécialisé pour le nettoyage en profondeur des EPI ?

 

Quand le S.I.A.M.U. lancera-t-il l’appel d’offres public pour désigner un prestataire de service spécialisé pour le nettoyage en profondeur des EPI ?

La Logistique a contacté la seule firme qui est en mesure d’effectuer un tel nettoyage mais nous ne savons pas encore avec certitude si elle sait répondre à temps à nos souhaits car cela représente un grand défi organisationnel : la prise des tenue sales, la décontamination et la livraison doivent se faire en 2 jours pour pouvoir livrer à chaque agent les tenues à temps pour la garde suivante et dans le bon PASI.

Pour les casques, il existe deux possibilités :

      1. Glisser les casques dans des housses spéciales et les mettre ensuite dans une machine à laver muni d’un programme spécifique. L’inconvénient de cette solution est que tout le casque est humide. Actuellement des essais sont en cours avec une housse et un casque sale.
      2. Distribuer une deuxième bavette hollandaise de sorte que les agents en ont toujours une à disposition.  M. L. proposera une première note de service qu’il rédigera en collaboration avec le conseiller en prévention. Cela fera l’objet d’une première tâche du groupe de travail décontamination.
      3. La Logistique répète aussi qu’il est conseillé de porter une tenue de service sous la tenue d’incendie.

Quelles sont les pistes évoquées pour l’entreposage des EPI dans les postes et casernes du S.I.A.M.U. ? Quid des études de la société WHY à ce sujet ?

 La Logistique examine cette question, aussi pour les PASI qui n’ont pas d’endroit spécifique pour cet entreposage. Dans certains cas, on construira peut-être des annexes. L’exigence principale est de disposer d’un local obscur afin d’empêcher la pénétration des rayons ultra-violets.

En principe, n’y seront plus entreposées que des tenues propres et décontaminées.

Op verzoek van het VSOA :

 Welke voorzieningen staan ter beschikking van de ambulanciers voor het vervoer per ziekenwagen van borelingen en zuigelingen ?

 De Logistiek heeft een openbare aanbesteding gelanceerd voor offertes betreffende immobilisatiematerieel. Voor zuigelingen zou het probleem zich niet mogen stellen, want normaal gezien begeeft een pediater zich ter plaatse met een couveuse. Voor jonge kinderen daarentegen kan voor ?? de ferno-KED worden gebruikt. Onze ziekenwagens zijn echter uitgerust met een riemenstel voor volwassenen en er bestaat daarover zelfs een dienstnota. Helaas laat men dit vaak ongebruikt of wordt het zelfs uit de ziekenwagen verwijderd. We zullen evenwel tegemoet komen aan het verzoek om immobilisatiematerieel voor kinderen te vinden.

De ACOD stelt voor dat er tijdens bijscholingen nogmaals op het nut ervan wordt gewezen.

Mijnheer L. belooft de aandacht van de IODMH erop te vestigen.

 Welke middelen gebruikt de DBDMH om de tenues te herkennen en vervangen die ruim 60 maal gewassen werden (zie gebruiksvoorschriften leverancier) ?

 Momenteel houdt het personeel het aantal wasbeurten bij maar de leverancier van onze tenues heeft telmaterieel waarbij de broeken en vesten worden gescand en dat hij ons zal leveren. De aldus vergaarde informatie zal in de hoofdkazerne worden bewaard. Binnen twee maanden zullen we kunnen beginnen met scannen. Tot op heden werden de personeelsleden op de hoogte gehouden van het aantal wasbeurten.

Het VSOA wil weten hoe men zal vermijden dat het personeel van de remise besmet wordt.

Mijnheer L. verklaart dat een besmetting via de huid van de handen of het haar een reëel risico vormt. We zouden hetzelfde type specifieke handschoenen kunnen gebruiken als die gebruikt in het PIVO. We zullen eraan herinneren dat men handschoenen dient te gebruiken en een FFP3-masker moet dragen als men brandtenues hanteert.

Welke zijn de door de werkgever aan het personeel gegeven consignes voor een routinereiniging op de plaats van een interventie teneinde zoveel mogelijk de overdracht te beperken van contaminanten in cabines van de voertuigen en in de kazerne ?

Voor minimale postinterventiemaatregelen zal al een (evolutieve) procedure worden uitgewerkt die het personeel zal moeten naleven. Er zullen opleidingen worden gegeven.

 Welke is de procedure om besmetting te beperken, met inbegrip van met name controlemiddelen van de besmetting (bvb. : gebruik van hoezen voor de cabines en ondoorlatende zakken voor de IBU), een inspectie van de cabine van de voertuigen en hun ontsmetting bij de terugkeer naar de kazerne ?

en

Wat is de ontsmettingsprocedure van de IBU, de uitrusting en de door de DBDMH ingezette voertuigen ?

en

Wat met de reservebivakmutsen en natte doekjes die ter beschikking staan van het personeel om zich tijdens een interventie het gelaat, de hals en de handen te wassen ?

en

Welke maatregelen werden door de zone genomen om besmetting van de cabine van voertuigen te beperken of te vermijden ?

De Logistiek heeft reeds 10 à 15 kits met 5 beveiligingsmutsen gepland voor in de autopompen en er zijn vochtige tissues besteld om de handen en het gelaat te reinigen. We wachten op prijzen.

In de autopompen kunnen we maskers, gele zakken en kits met 5 beveiligingsmutsen kwijt.

Het ACV is benieuwd of er wel genoeg plaats is in onze voertuigen voor al dat materieel. M. L. verzekert dat dit het geval is, doorgaans boven de “waterton” in de meeste types autopompen.

Er werd m.b.t. dit thema een werkgroep samengesteld door M. R. met als leden de heren L., M., LABOURDETTE, D., de dokters P. en K. enkele collega’s die zich reeds bewust van het belang van deze problematiek bewust zijn en ook nog een student die over dit onderwerp een eindwerk maakt. Hij zal weldra bijeenkomen.

Wanneer zal de DBDMH een openbare aanbesteding uitschrijven om een gespecialiseerde dienstverlener aan te duiden voor een grondige reiniging van de IBU ?

De Logistiek heeft contact opgenomen met het enige bedrijf dat een dergelijke reiniging kan uitvoeren maar we hebben nog geen zekerheid of het tijdig aan onze wensen kan voldoen want dit vormt qua organisatie een krachttoer : het ophalen van vuile tenues, de ontsmetting en levering moeten gebeuren binnen 2 dagen zodat elk personeelslid tijdig een tenue heeft voor de komende wacht en dat in juiste VOPO.

Voor de helmen zijn er twee mogelijkheden :

      1. De helmen in speciale hoezen stoppen en dan in een wasmachine met een specifiek wasprogramma. Deze oplossing heeft als nadeel dat de volledige helm nat wordt. Momenteel zijn er tests bezig met een hoes en een vuile helm.
      2. Een tweede “Hollandse” nekbeschermer uitdelen zodat de personeelsleden er steeds een tot hun beschikking hebben.M. .zal een eerste dienstnota voorstellen die hij samen met de preventieadviseur zal opstellen. Dat zal de eerste taak zijn voor de werkgroep “ontsmetting”.

Welke zijn de denkpistes voor de opslag van de IBU in de posten en kazernes van de DBDMH ? Wat met de studies van de onderneming WHY hieromtrent ?

De Logistiek bekijkt dit, ook voor de VOPO’s die hiervoor geen specifieke opslagplek hebben. In sommige gevallen zullen we misschien bijgebouwtjes bouwen. Als belangrijkste vereiste moet het er donker zijn om te beletten dat er ultraviolette straling kan komen.

In principe zullen er enkel gereinigde en ontsmette tenues komen.

De Logistiek herhaalt ook dat het raadzaam is een diensttenue te dragen onder het brandtenue.

 

07:22 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 14 juillet 2017

SIAMU

Bref regard, sur le respect de la législation et du personnel au S.I.A.M.U.

Quelques constats

Le règlement de travail

Depuis le 1er juillet 2003, la quasi-totalité des services publics sont également soumis à la loi du 8 avril 1965 suite à l'entrée en vigueur de la loi du 18 décembre 2002. 

Dans le règlement de travail doivent se trouver dans chaque cas un certain nombre de mentions obligatoires, comme par exemple : les horaires de travail (temps plein et temps partiel) ;

Depuis plus de 10 ans, nous sommes en attente d’un hypothétique règlement de travail. Les promesses se sont succédés, aucunes n’a aboutie. ” La promesse a des jambes ; seul le don a des mains.” 

Le S.I.A.M.U. est en infraction par rapport à la loi du 08 avril 1965.

Le schéma d'organisation opérationnelle

Il définit les missions des postes, les responsables hiérarchiques des postes, les véhicules d'intervention des postes sous forme de tableau, l’effectifs minimums de garde en caserne sous forme de tableau, le Déploiements des moyens.

Le S.I.A.M.U. est en infraction par rapport à l’article 22/1 de la loi du 15 mai 2007

Le programme pluriannuel de politique générale

 Il consiste en un plan d’investissement des moyens humains, matériels et financiers du S.I.A.M.U. Il est obligatoire ! Ce programme décrit l’organisation opérationnelle (le rôle de garde, l'effectif disponible, la coordination, l'optimalisation du principe d'aide adéquate la plus rapide, les procédures opérationnelles, ...),l’organisation logistique, le plan de répartition des postes et des autres infrastructures, le matériel (A titre d'exemple, il convient de retrouver dans ce point : le plan de répartition du matériel, le plan de redéploiement et d'acquisition du matériel, la politique de maintenance, ... ), le personnel (A titre d'exemple, il convient de retrouver dans ce point : le recrutement, la formation de base, la formation continue, la formation spécialisée, le suivi de stage, les exercices, ...) Le détail de ce personnel est donné par poste du S.I.A.M.U. Le détail du personnel est également donné par grade. Un état des lieux est réalisé par rapport au plan du personnel.

Le S.I.A.M.U. est en infraction par rapport à l’article 23 de la loi du 15 mai 2007

Parmi les autres infractions nous pouvons aussi noter le fait que les rapports des visites d’inspection ne sont pas transmis aux membres du comité de concertation, les classements des promotions ne sont pas conformes aux prescriptions légales, etc...

L’autorité demande aux représentants du personnel encore et toujours du temps ! Il suffit de voir la situation chaotique du personnel opérationnel. Il faut former près d’une centaine de recrues en même temps à cause du temps que l’on donne pour organiser des procédures de recrutement. 9 mois de formation et les départs qui n’arrêtent pas. Le résultat est visible. Partout, il y a un manque d’effectifs. On assume 2 ou 3 véhicules et quand il n’y en a plus de disponible, on appelle la Croix-Rouge. Fameux professionnalisme. Dix officiers sont également en formation alors qu’ils en manquent bien plus. Pour eux, c’est deux ans de formation !

Après nos chers amis politiciens vont encore dire « ils ne savent pas faire la prévention dans un délai raisonnable, créons un nouvel OIP» (il reste des amis à caser !) 

La situation du personnel administratif, n’est pas au beau fixe non plus. Malgré des promesses de statutarisation, nous ne voyons rien venir. Pire pour certains (100), ils ne savent pas s’ils doivent déménager ni quand !

Au S.I.A.M.U. pas de règlement de travail donc pas de chapitre relatif aux risques psychosociaux au travail.

A force de lire, attentivement, les obligations légales qui ne sont pas respectées, on est en droit de se demander si ce n’est pas fait exprès. Un plan d’investissement des moyens humains, matériels et financiers du S.I.A.M.U., plan de répartition des postes, du matériel, du personnel, l’employeur qui doit prendre des mesures pour mettre fin aux dommages découlant des risques psychosociaux au travail, etc.… toutes ces obligations n’arrangent sans doute pas notre employeur.

Pendant que l’on gaspille, allègrement, l’argent dans d’autres institutions de la Région de Bruxelles-Capitale sous forme de primes diverses, les demandes pour les agents du S.I.A.M.U. restent lettre morte !

Les demandes du S.L.F.P. d’augmenter la valeur des chèques repas : sans réponses !

La demande du S.L.F.P. de rembourser l’abonnement à 100% de la SNCB : sans nulle doute la demande sera rejetée !

La demande du S.L.F.P. de revoir à la hausse les barèmes de tout le personnel : cette demande ne sera même pas examinée par le Gouvernement !

Qui a une idée du nombre d’organisme créé en Région depuis 2 ans ?

Qui a une idée du nombre de mandataires désignés en 2 ans ?

Qui a une idée du nombre de bâtiments loués ou achetés pour abrités ces nouveaux organismes ?

Au vu de ce qui se passe dans notre Région, nous pouvons constater qu’il y a de l’argent mais, il est distribué pour une certaine élite dont nous ne faisons pas partie (sauf un 22 mars !)

Ce constat n’est pas dirigé contre le cabinet de la Secrétaire d’Etat, Cécile Jodogne, mais bien contre l’ensemble des Gouvernements successifs de la Région de Bruxelles-Capitale qui n’ont jamais accordés l’attention que mérite un service comme le nôtre.

Et on nous demande des compromis ! Pour le S.LF.P., les compromis, c’est la promesse de devenir con.

 

 

 

 

18:10 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

CCB-BOC

La prochaine réunion du CCB aura lieu à la caserne de l’Héliport, le jeudi 27 juillet 2017

ORDRE DU JOUR :

A la demande du S.L.F.P. :

Quid du schéma d’organisation opérationnel ?
Quid du règlement de travail ?
Quid du programme pluriannuel de politique générale du S.I.A.M.U. ?
Où sont passés les groupes de travail concernant le règlement de travail, le test à l’effort, le pointage, les chèques-repas… ?
Quid du renfort de personnel ?
Quid des procédures de promotion ?

Pour plus d’informations sur les actions du S.L.F.P. : http://slfp-siamu.skynetblogs.be/

De volgende vergadering van het BOC-Brandweer zal plaatshebben op donderdag 27 juli 2017

AGENDA:

Op verzoek van het VSOA :

Is er nieuws over het operationeel organisatieschema?
Is er nieuws over het arbeidsreglement?
Is er nieuws over het meerjarenbeleidsplan van de DBDMH?
Wat is er gebeurd met de werkgroepen over het arbeidsreglement, de inspanningstest, het prikken, de maaltijdcheques…?
Is er nieuws over extra personeel?
Is er nieuws over de bevorderingsprocedures?

Voor meer informatie over acties van het V.S.O.A. : http://slfp-siamu.skynetblogs.be/

 
 
 

05:29 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

CPTT-CPBW 27.07.2017

De volgende vergadering van het CPBW zal plaatshebben op donderdag 27 juli 2017.

AGENDA:

Op verzoek van het VSOA:

 

  1. Is er nieuws over de VO2 max-test en de talrijke ermee gepaard gaande problemen?
  2. Is er nieuws over het vervoer per ziekenwagen voor borelingen en kleine kinderen?
  3. Is er nieuws over de beveiliging van de posten en kazernes?
  4. Is er nieuws over het eindresultaat van de doorlichting door WHY?
  5. Is er nieuws over het renovatie- en/of bouwplan van de posten en kazernes?
  6. Hoever staat het met de omstandigheden waarin de brandtenues van de brandweerlieden worden opgeslagen in de kazernes, namelijk op droge, nette en goed verluchte plekken?
  7. Hoever staat het met de adviezen die aan de brandweerlieden worden gegeven om snel de vast deeltjes te verwijderen meteen na de beëindiging van een interventie?
  8. Hoever staat het met de omwisselbare beschermmutsen die te verkrijgen zijn na de beëindiging van een interventie?
  9. Hoever staat het met materieel zoals natte doekjes die aan de brandweerlieden worden uitgedeeld om zich het gelaat te wassen na de beëindiging van een interventie?
  10. Hoever staat het met het procedé om IBU te ontsmetten ter verwijdering van gevaarlijke stoffen indien een doorgedreven reiniging niet volstond?
  11. Welke soort gespecialiseerde reiniging, waarvoor de werkgever moet instaan, gebruikt de DBDMH (een ontsmettingsprocédé van de IBU om gevaarlijke stoffen te verwijderen indien een doorgedreven reiniging niet volstond)?
  12. Welk materieel wordt in elke kazerne ter beschikking gesteld voor de reiniging, opslag en vervanging van de tenues?
  13. Is er nieuws over de follow-up van de acties?
  14. Wat is er gebeurd met de werkgroepen over het arbeidsreglement, de inspanningstest, het prikken, de maaltijdcheques…?
  15. Is er nieuws over het evacuatieplan en de evacuatieoefening?
  16. Is er nieuws over de psychosociale analyse en de analyse van enkele werkposten?

La prochaine réunion du CPPT du service d’Incendie aura lieu le jeudi 27 juillet 2017 :

A la demande du S.L.F.P. :

 

  1. Quid du VO2 max et de ses nombreux problèmes ?
  2. Quid des moyens de transport en ambulance pour nouveau-nés et/ou petits enfants ?
  3. Quid de la sécurisation des postes et casernes ?
  4. Quid du résultat final de l’audit de WHY ?
  5. Quid du plan de rénovation et/ou construction des postes et casernes ?
  6. Qu’en est-il des conditions d’entreposage des tenues feu des pompiers au sein des casernes dans des endroits secs, propres et bien ventilés ?
  7. Qu’en est-il des conseils donnés aux pompiers pour retirer rapidement le plus de particules solides dès la fin de l’intervention ?
  8. Qu’en est-il des cagoules de rechange et disponibles dès la fin de l’intervention ?
  9. Qu’en est-il du matériel tel que les lingettes humides distribuées aux pompiers pour se débarbouiller dès la fin de l’intervention ?
  10. Qu’en est-il du procédé de décontamination des EPI pour éliminer les matières dangereuses lorsque le nettoyage avancé n’a pas été suffisant ?
  11. Quelle sorte de nettoyage spécialisé, qui relève de la responsabilité de l’employeur, est utilisé au SIAMU (un procédé de décontamination des EPI pour éliminer les matières dangereuses lorsque le nettoyage avancé n’a pas été suffisant) ?
  12. Quel est le matériel à disposition dans chaque caserne pour le nettoyage, l’entreposage et le remplacement des tenues ?
  13. Quid du suivi des actions ?
  14. Où sont passés les groupes de travail concernant le règlement de travail, le test à l’effort, le pointage, les chèques-repas… ?
  15. Quid du plan et de l’exercice évacuation ?
  16. Quid de l’analyse des risques psychosocial et certains postes de travail ?

03:52 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 13 juillet 2017

Programme pluriannuel-Meerjarenbeleidsplan

Au lieu de revendiquer plus de personnel pour un poste, sans justification valable (non, non, nous ne visons personne), le S.L.F.P. préfère se reposer sur la législation (certains représentants du personnel la connaisse) pour revendiquer une répartition honnête du personnel reposant sur des critères objectifs. 

Chers collègues, pourquoi le S.L.F.P. demande le programme pluriannuel de politique générale du S.I.A.M.U. ?

La structure du programme pluriannuel de politique générale est décrite dans un arrêté royal (24.04.2014)

 Ce programme exprime :

  •  La mission du S.I.A.M.U.

 

La mission exprime la raison d'être de la zone et décrit ce qu'elle fait et pour qui elle agit. La mission de la zone est régie par la loi du 15 mai 2007 relative à la sécurité civile.

Par exemple : la zone de secours contribue sous l'autorité et la responsabilité de ses autorités, à la sécurité du citoyen dans la société. Elle effectue des missions spécialisées de secours.

 

  • La vision du S.I.A.M.U.

 

La vision précise la manière dont la zone souhaite exécuter la mission et le rôle que souhaite jouer la zone à l'avenir. Les lignes directrices générales sont essentielles : comment voulons-nous être perçus à long terme et comment souhaitons-nous atteindre cet objectif ?

La vision est une image ambitieuse de l'avenir et requiert la participation de tous les membres du personnel de la zone, quel que soit leur grade.

  •  Les valeurs du S.I.A.M.U.

 

Le S.I.A.M.U. se réalise en affirmant ses convictions et ses principes qui constituent ses valeurs. Elles orientent les attitudes et le comportement des membres de la zone. Les valeurs sont des caractéristiques individuelles que doit véhiculer tout membre de la zone.

Par exemple : pour réaliser ceci, et dans l'esprit des valeurs de la sécurité civile, nous agissons tout particulièrement avec :

 - intégrité ;

- respect ;

- ouverture d'esprit ;

- flexibilité ;

- esprit de service ;

- fierté.

 Le programme pluriannuel de politique générale doit décrire l’organisation administrative et résumé les éléments principaux et pertinents de l'analyse des risques du territoire.

 Ensuite, ce programme décrit l’organisation opérationnelle (le rôle de garde, l'effectif disponible, la coordination, l'optimalisation du principe d'aide adéquate la plus rapide, les procédures opérationnelles, ...),l’organisation logistique, le plan de répartition des postes et des autres infrastructures, le matériel (A titre d'exemple, il convient de retrouver dans ce point : le plan de répartition du matériel, le plan de redéploiement et d'acquisition du matériel, la politique de maintenance, ... ), le personnel (A titre d'exemple, il convient de retrouver dans ce point : le recrutement, la formation de base, la formation continue, la formation spécialisée, le suivi de stage, les exercices, ...) Le détail de ce personnel est donné par poste du S.I.A.M.U. Le détail du personnel est également donné par grade. Un état des lieux est réalisé par rapport au plan du personnel.

 Ce programme doit également décrire les objectifs stratégiques, les niveaux de service et les moyens nécessaires en matière de planification d'urgence (rédaction des plans, organisation des exercices, ...), de plans d'intervention préalable, d'analyse des risques, ..., les objectifs stratégiques, les niveaux de service et les moyens nécessaires en matière de traitement des dossiers de prévention, d'actions de sensibilisation, ...

 Si nous pouvons critiquer la réforme des zones de secours c’est principalement par rapport au statut administratif et pécuniaire des agents et à l’avancée spectaculaire au niveau du cadre supérieur. Par contre, pour de nombreux points relatifs à l’organisation des services et grâce à de nombreux arrêtés royaux, cette organisation repose sur des bases concrètes.

 Afin de déterminer l’implantation des postes et casernes, il faut tenir compte de l’analyse des risques du territoire, bien souvent, cette implantation ne repose sur aucun critère sérieux.

Afin de déterminer le nombre d’agents de garde de jour et/ou de nuit par poste, il faut tenir compte de certaines données comme le pourcentage d’absentéisme, les statistiques d’interventions, le nombre et le type de missions à effectuer, les conditions minimales de l’aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats (AR 10.11.2012)Sans programme pluriannuel de politique générale le S.I.A.M.U. continuera à travailler à l’aveugle, sans vision sur le futur, sans politique de recrutement, sans politique d’implantation des postes, véhicules et personnels. Bref, sans programme pluriannuel et schéma d’organisation opérationnelle, le S.I.A.M.U. continuera à faire preuve d’amateurisme et travaillera au petit bonheur la chance.   Il est vrai qu’en tant que représentant du personnel nous devons maîtriser, au S.I.A.M.U. plus qu’ailleurs, la législation relative aux Services d’Incendie. 

Pour rappel, en deux ans d’existence, plusieurs zones de secours ont un règlement de travail, un programme pluriannuel de politique générale, un schéma d’organisation opérationnelle, etc...

 

Au bout de 30 ans d’existence, où en est le S.I.A.M.U. ?

 

Geachte collega’s, waarom het V.S.O.A. vraagt het meerjarenbeleidsplan van de D.B.D.M.H. ?

De structuur van het meerjarenbeleidsplan wordt beschreven in een KB (24.04.2014)

 Dit programma spreekt:

  • Missie van de D.B.D.M.H.

 

De missie drukt de bestaansreden van de zone uit en beschrijft wat ze doet en voor wie ze handelt. De missie van de D.B.D.M.H. wordt geregeld door de wet van 15 mei 2007 betreffende de civiele veiligheid.

Bijvoorbeeld : de D.B.D.M.H draagt onder het gezag en de verantwoordelijkheid van haar overheden, bij tot de veiligheid van de burger in de maatschappij. Ze voert gespecialiseerde hulpverleningsopdrachten uit. 

  • De visie van de D.B.D.M.H.

 

De visie preciseert de manier waarop de zone de missie en de rol die de zone in de toekomst wil spelen, wil uitvoeren. De algemene richtlijnen, zijn essentieel : hoe willen we op lange termijn gezien worden en hoe willen we deze doelstelling bereiken?   De visie is een ambitieus beeld van de toekomst en vereist de medewerking van alle personeelsleden van de zone, ongeacht hun graad.

  • Waarden van de D.B.D.M.H.

 

De zone verwezenlijkt zich door haar overtuigingen en haar principes die haar waarden vormen, te bevestigen. Ze oriënteren de houding en het gedrag van de leden van de zone. De waarden zijn individuele eigenschappen die elk lid van de zone moet uitdragen.

Bijvoorbeeld : om dit te verwezenlijken, en in de geest van de waarden van de civiele veiligheid, handelen we in het bijzonder met :

integriteit;

respect;

een open geest;

flexibiliteit;

zin voor dienstverlening;

fierheid.

Het meerjarenbeleidsplan moet een beschrijving geven van het administratieve organisatie en een samenvatting van de belangrijkste en relevante elementen van de risicoanalyse van het grondgebied.

Dan dit programma beschrijft het operationele organisatie (de wachtrol, het beschikbaar personeel, de zonale coördinatie, de optimalisering van het principe van de snelste adequate hulp, de operationele procedures, ...), de logistieke organisatie, het spreidingsplan voor de posten en andere infrastructure, het materiel (Als voorbeeld dient men in dit punt het plan voor de verdeling van het materieel, het herstructureringsplan en het aankoopplan voor het materieel, het onderhoudsbeleid, enz., terug te vinden), het personeel (Als voorbeeld dient men in dit punt de rekrutering, de basisopleiding, de voortgezette opleiding, de gespecialiseerde opleiding, de opvolging van de stage, de oefeningen, enz., terug te vinden) De specificatie van dit personeel wordt gegeven per post van de zone. De specificatie van dit personeel wordt ook per graad gegeven. Er wordt een vergelijkend overzicht gemaakt ten opzichte van het personeelsplan.

Dit programma heeft ook te beschrijven de strategische doelstellingen, de niveaus van dienstverlening en de nodige middelen op het vlak van de noodplanning (opstelling van de plannen, organisatie van de oefeningen, ...), de voorafgaande interventieplannen, de risicoanalyse, de strategische doelstellingen, de niveaus van dienstverlening en de nodige middelen op het vlak van de behandeling van de preventiedossiers, de sensibiliseringsacties, enz.,

Indien wij de hervorming van de hulpverleningszones kunnen bekritiseren, dan is dit voornamelijk ten opzichte van het administratief en geldelijk statuut van de personeelsleden en de spectaculaire doorbraak op het niveau van het hoger kader. Daarentegen, voor tal van punten die betrekking hebben op de organisatie van de wachtdiensten en dankzij tal van koninklijke besluiten, berust deze organisatie op concrete basissen.

Om de inplanting van posten en kazernes te bepalen, dient er te worden rekening gehouden met de risicoanalyse van het grondgebied; al te vaak berust deze inplanting op geen enkel ernstig criterium.

Om het aantal personeelsleden van wacht overdag en/of ’s nachts per post te bepalen, dient er te worden rekening gehouden met bepaalde gegevens zoals het percentage ziekteverzuim, de interventiestatistieken, het aantal en het type opdrachten die dienen te worden uitgevoerd, de minimumvoorwaarden van de adequate snelste hulp en de adequate middelen (KB 10.11.2012)

Zonder enig meerjarenbeleidsplan zal de DBDMH blijven blind tewerk gaan, zonder toekomstvisie, zonder wervingsbeleid, zonder beleid inzake de inplanting van de posten, voertuigen en personeel. Kortom, zonder meerjarenprogramma en operationeel organisatieschema zal de DBDMH blijven het bewijs leveren van amateurisme en op het goed vallen af tewerk gaan.

 Het is waar dat als vertegenwoordiger van het personeel wij bij de DBDMH, meer nog dan elders, de wetgeving betreffende de brandweerdiensten dienen te beheersen.

Ter herinnering: na twee jaar van hun bestaan, hebben meerdere hulpverleningszones een arbeidsreglement, een meerjarenbeleidsplan, een operationeel organisatieschema, enz…

Na 30 jaar bestaan: waar staat de DBDMH?

 

 

 

 

 

17:42 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

points de concertation

Bonjour,

 

Le SLFP désire la clôture des points en attente de réponse depuis des mois voir des années!!

 

A savoir:

 

Règlement de travail,

Suivi des actions,

Schéma d'organisation opérationnelle,

Plan pluriannuel,

Renfort de personnel,

VO2 Max et ces nombreux problèmes,

Sécurisation des postes et casernes,

Résultat final de l'audit WHY,

Promotions,

Plan de rénovation et/ou construction des postes et casernes,

Où sont passés les groupes de travail RT, VO2Max, Pointage, Chèque repas,..

Plan et exercice d'évacuation,

Analyse de risques psychosocial de certains postes de travail,

*Qu’en est-il des conditions d’entreposages des tenues feu des pompiers au sein des casernes dans des endroits sec, propre et bien ventilé ?

*Qu’en est-il des conseils donnés aux pompiers pour retirer rapidement le plus de particules solides dès la fin de l’intervention ?

*Qu’en est-il des cagoules de rechange et disponible dès la fin de l’intervention ?

*Qu’en est-il du matériel tel que les lingettes humides distribuées aux pompiers pour se débarbouiller dès la fin de l’intervention ?

*Qu’en est-il du procédé de décontamination des EPI pour éliminer les matières dangereuses lorsque le nettoyage avancé n’a pas été suffisant ?

*Quelle sorte de nettoyage spécialisé, qui relève de la responsabilité de l’employeur, est utilisé au SIAMU? (Un procédé de décontamination des EPI pour éliminer les matières dangereuses lorsque le nettoyage avancé n’a pas été suffisant)

*Quel est le matériel à disposition dans chaque caserne pour le nettoyage, l’entreposage et le remplacement des tenues ?

*Voir documentation en annexe

 

On attends QUOI???

 

LES MESSIES MANDATAIRES PARACHUTE AU NOM DE LA BONNE GOUVERNANCE ET CETTE FAMEUSE REFORME ?

UN RENFORT ADMINISTRATIF DE 200 AGENTS?

LA SAINT-NICOLAS?

03:30 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 12 juillet 2017

Internet au contrôle

 

Monsieur le directeur-général,

Monsieur l’officier chef de service,

La demande d’interdire «la navigation internet » sur le poste « contrôle » est une demande de la direction. Les autres actions ( accès aux notes de services, intranet, …) sont possibles, seule l’utilisation d’internet y est interdite.

Le S.L.F.P. vous demande quel est le motif qui a amené la direction à interdire l’accès internet au contrôle. Le S.L.F.P. estime qu’il y a une discrimination envers les autres membres du personnel qui ont accès à internet.

Le S.L.F.P. vous suggère de passer 12H00 dans ce lieu de jour ou de nuit afin de vous rendre compte des moments agréables que vous y passerez sans pouvoir rien faire d’autres que de noter les véhicules sortant ou rentrant, d’y décrocher le téléphone afin d’effectuer de nombreux appels et la nuit de pouvoir compter le nombre de bêtes à quatre pattes qui passe devant votre porte !

Le S.L.F.P. vous demande de remettre l’accès internet au contrôle.

Veuillez agréer, Monsieur l’Officier chef de service, Monsieur le Directeur Général, l’expression de nos salutations syndicales.

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

 

11:10 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Constat SIAMU

Bruxelles, le 12 juillet 2017

 

Madame la Secrétaire d’Etat

Cécile Jodogne

Botanic Building

Boulevard Saint-Lazare 10

 

B-1210 Bruxelles 

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

 

Le manque d’agents opérationnels n’est plus a prouvé, il faut prendre des décisions afin de ne plus arriver à des situations d’urgence inadéquate pour un service comme le nôtre.

Depuis quelques semaines, plusieurs secours incendie ont été envoyés comme ambulance à cause du manque de personnel car, à force de jongler avec plusieurs véhicules, le personnel affecté à la troisième ambulance était en intervention avec un autre véhicule.

Fin juin, la pompe Delta est envoyée pour personne blessée sur la voie publique par manque d’ambulance disponible.

Le 3 juillet à 09H00, le poste Paul Brien est vide. Une ambulance est supprimée.

Le 7 juillet, poste Paul Brien, 1 malade donc 1 agent envoyé ailleurs. 1 ambulance supprimée ou troisième ambulance à la demande par le personnel du petit service, la pompe envoyée square de Trooz comme ambulance. Le service est à la limite de l’incapacité à remplir sa fonction dans un temps raisonnable.

Le 3 juillet, des collègues ont dû alterner petit service et ambulance devant se présenter souillé après tronçonneuse chez des patients.... tout va bien !

Régulièrement, au poste Delta, on demande une troisième ambulance et ensuite le véhicule de signalisation en protection. Comment faire alors que c’est le même personnel qui est désigné sur la troisième ambulance, le faubourg et le véhicule de signalisation ? Doit-on attendre un accident grave pour espérer obtenir une réaction ?

A l’Etat-major, des agents sont désignés pour 3 ou 4 services comme au poste Anderlecht !

On jongle de plus en plus. L’excuse du genre : « le salvage ne sort pas souvent » ne tient pas la route. Quand il sort, ce véhicule reste en intervention des heures ! L’un des hommes affectés sur 2 ou 3 véhicules est aussi téléphoniste, on enlève un homme pour faire les courses, bref on tricote, on jongle, sans jeu de mot, on joue avec le feu !

Pourquoi en est-on arrivé là ? Depuis des années, le S.L.F.P. demande une politique de recrutement régulier pour le S.I.A.M.U., depuis des années, le S.L.F.P. demande un plan ou une vision à long terme pour le S.I.A.M.U. Il n’est pas difficile pour un employeur d’avoir une idée des départs annuels en pension, il est donc tout à fait possible de prévoir des recrutements en conséquence de ces départs.

A l’Etat-Major, on supprime le camion faubourg, pourtant certains groupements le font encore sortir ! Le petit service de l’Etat-major doit sortir pour nettoyage voie publique sur un grand axe, normalement le faubourg accompagne en protection. Comme certaines compagnies exécutent les directives et ont supprimés le faubourg, ils envoient une pompe en protection qui n’est pas équipé pour un balisage. A Anderlecht, on cumule les fonctions au poste en plus d’assumer les ambulances à l’HSP. A Delta, 2 hommes assument 3 véhicules.

A Paul Brien, pour le même nombre de véhicules qu’au poste Delta, ils ont 2 hommes de plus.

Est-ce qu’un jour le personnel peut espérer une gestion saine des opérations basée sur des éléments concrets ? Chacun fait ce qu’il lui plaît dans son coin sans véritable contrôle ! Heureusement qu’on nous annonce l’arrivée de 5 messies (mandataires) bientôt !

Vont-ils savoir mettre de l’ordre dans ce capharnaüm ?

Ce n'est pas pour embêter l'autorité que le S.L.F.P. demande le schéma d’organisation opérationnel et le plan pluriannuel du S.I.A.M.U.

  • Premièrement ces deux documents sont obligatoires dans chaque zone de secours et au S.I.A.M.U.

Il s'agit notamment de définir les missions des postes, les missions générales (missions opérationnelles et missions d'appui réalisées par tous les postes de la zone, les missions particulières (missions opérationnelles et missions d'appui réalisées par certains postes de la zone).  Le schéma d'organisation opérationnelle renseigne les responsables hiérarchiques des postes. Les effectifs minimums de garde en caserne ou rappelables par poste sous forme de tableau. Ce schéma renseigne le nombre et le type de véhicules par postes, le déploiement des moyens.

 

  • Deuxièmement, ces documents accompagnés de l'analyse des risques de la Région de Bruxelles-Capitale, des statistiques d’interventions, du taux d’absentéisme, du respect de la loi sur le temps de travail, des heures de formations, etc., permettront de déterminer sur des bases objectives le nombre d'agents dont doivent disposer chaque poste du SIAMU afin non seulement d'assurer un secours optimal à la population mais aussi d'organiser une charge de travail équitable des agents. Ces différents éléments doivent permettre aussi l’élaboration d’un plan du personnel basé sur des éléments concrets.

Vous constaterez, Madame la Secrétaire d’Etat, que les revendications du S.L.F.P. repose sur des textes législatifs que, non seulement nous avons négociés au niveau du pouvoir fédéral mais aussi que nous connaissons parfaitement. Nos revendications ne sont pas des « gueulantes » uniquement pour faire plaisir au personnel ou se faire des affiliés mais des revendications légitimes.Le reste de nos demandes restent, bien sûr, lettre morte ! Malgré l’obligation de disposer d’un règlement de travail depuis 2003, il n’en existe toujours pas au SIAMU. Pas de règlement de pointage, pas de schéma d’organisation opérationnel, pas de plan pluriannuel, pas de consigne d’hygiène après intervention, pas d’explication sur la pension des agents opérationnels, pas de base de données digne de ce nom au SIAMU, etc…Madame la Secrétaire d’Etat, le SIAMU avait 20 ans d’avance sur les services d’incendie communaux, aujourd’hui le SIAMU a du retard sur les zones de secours. Les documents cités plus haut existent dans la plupart des zones en, à peine, 2 ans d’existence ! Force est de constater, que partout dans le pays, l’autorité a réussi en 2 ans à faire ce qu’au S.I.A.M.U. on est incapable à faire en 20 ans !Le S.L.F.P. vous fait part d’un constat, désolant, pour ce qui a été le plus grand service d’incendie du pays. Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

  

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

04:13 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 11 juillet 2017

Situation du SIAMU

 

Bruxelles, le 11 juillet 2017

 

Madame la Secrétaire d’Etat

Cécile Jodogne

Botanic Building

Boulevard Saint-Lazare 10

 

B-1210 Bruxelles

 

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

  

Le manque d’agents opérationnels n’est plus a prouvé, il faut prendre des décisions afin de ne plus arriver à des situations unique pour un service comme le nôtre.

 Depuis quelques semaines, plusieurs secours incendie ont été envoyés comme ambulance à cause du manque de personnel car, à force de jongler avec plusieurs véhicules, le personnel affecté à la troisième ambulance était en intervention avec un autre véhicule.

 Fin juin, la pompe Delta est envoyée pour personne blessée voie publique par manque d’ambulance disponible.

Le 3 juillet à 09H00, le poste Paul Brien est vide. Une ambulance est supprimée.

Le 7 juillet, poste Paul Brien, 1 malade donc 1 agent envoyé ailleurs. 1 ambulance supprimée ou troisième ambulance à la demande par le personnel du petit service, la pompe envoyée square de Trooz comme ambulance. Le service est à la limite de l’incapacité à remplir sa fonction dans un temps raisonnable.

Le 3 juillet , des collègues ont dû alterner petit service et ambulance devant se présenter souillé après tronçonneuse chez des patients.... tout va bien !

 Régulièrement, au poste Delta, on demande une troisième ambulance et ensuite le véhicule signalisation. Comment faire alors que c’est le même personnel qui est désigné sur la troisième ambulance, le faubourg et le signalisation ?

 A l’Etat-major, des agents sont désignés pour 3 ou 4 services comme au poste Anderlecht !

On jongle de plus en plus. L’excuse du genre : « le salvage ne sort pas souvent » ne tient pas la route. Quand il sort, ce véhicule reste en intervention des heures ! L’un des hommes affecté à 2 ou 3 véhicules est aussi téléphoniste, on enlève un homme pour faire les courses, bref on tricote, on jongle, sans jeu de mot, on joue avec le feu !

 Pourquoi en est-on arrivé là ? Depuis des années, le S.L.F.P. demande une politique de recrutement régulier pour le S.I.A.M.U., depuis des années, le S.L.F.P. demande un plan ou une vision à long terme pour le S.I.A.M.U. Il n’est pas difficile pour un employeur d’avoir une idée des départs annuels en pension, il est donc tout à fait possible de prévoir des recrutements en conséquences des départs.

 A l’Etat-Major, on supprime le camion faubourg, pourtant certains groupement le font encore sortir ! Le petit  service de l’Etat-major doit sortir pour nettoyage voie publique sur un grand axe, normalement le faubourg accompagne en protection.  Comme certaines compagnies exécutent les directives et ont supprimés le faubourg, ils envoient une pompe en protection qui n’est pas équipé pour un balisage.  A Anderlecht, on cumule les fonctions au poste en plus d’assumer les ambulances à l’HSP. A Delta, 2 hommes assument 3 véhicules.

A Paul Brien, pour le même nombre de véhicules que Delta, ils ont 2 hommes de plus.

 

Est-ce qu’un jour le personnel peut espérer une gestion saine des opérations basée sur des éléments concrets ?

 Ce n'est pas pour embêter l'autorité que le S.L.F.P. demande le schéma d' organisation opérationnel et le plan pluriannuel du S.I.A.M.U.

  •  Premièrement ces deux documents sont obligatoires dans chaque zone de secours et au S.I.A.M.U.

 Il s'agit notamment de définir les missions des postes, les missions générales (missions opérationnelles et missions d'appui réalisées par tous les postes de la zone, les missions particulières (missions opérationnelles et missions d'appui réalisées par certains postes de la zone).  Le schéma d'organisation opérationnelle renseigne les responsables hiérarchiques des postes. Les effectifs minimums de garde en caserne ou rappelables par poste sous forme de tableau. Ce schéma renseigne le nombre et le type de véhicules par postes, le déploiement des moyens.

 

  • Deuxièmement, ces documents accompagnés de l'analyse des risques de la Région de Bruxelles-Capitale, des statistiques d' interventions, du taux d' absentéisme, du respect de la loi sur le temps de travail, des heures de formations, etc., permettront de déterminer sur des bases objectives le nombre d'agents dont doivent disposer chaque postes du SIAMU afin non seulement d'assurer un secours optimal à la population mais aussi d'organiser une charge de travail équitable des agents. Ces différents éléments doivent permettre aussi l’élaboration d’un plan du personnel basé sur des éléments concrets.Vous constaterez, Madame la Secrétaire d’Etat, que les revendications du S.L.F.P. repose sur des textes législatifs que, non seulement nous avons négociés au niveau du pouvoir fédéral mais aussi que nous connaissons parfaitement. Nos revendications ne sont pas des « gueulantes » uniquement pour faire plaisir au personnel mais des revendications légitimes.Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

 

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

07:29 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 30 juin 2017

Anderlecht

Bruxelles, le 30 juin 2017

 

S.I.A.M.U. R.B.C.

Monsieur l’Officer Chef de service

Avenue de l’Héliport 15

 

B-1000 Bruxelles

 

 

Monsieur l’Officer Chef de service,

Le S.L.F.P. desire revenir sur la charge de travail du poste d’Anderlecht et les réponses de la direction face à diverses questions des organisations syndicales.

Le S.L.F.P. demande les statistiques de sorties ambulances des postes Chenaie, Anderlecht et Saint-Pierre. Anderlecht doit fournir 17 hommes par garde afin d’assurer les departs en aide médicale urgente dans ces 3postes.

2 hommes assurent le petit service, le faubourg, le salvage et le container en plus d’être téléphoniste. Le S.L.F.P. invite votre responsible du département operations à passer une garde de 24H00 au telephone à Anderlecht.

Le S.L.F.P. vous rappelle que lors du bref passages à 6 hommes sur une pompe, à Anderlecht, il n’y a pas eu d’augmentation de personnel. Par contre, quand nous sommes redescendus, rapidement, à 5 hommes, à Anderlecht on a retiré 2 hommes de l’effectif pour descendre à 22 hommes de garde.

En prévision du passage à 6 hommes, le poste à été renforcé par des sous-officiers qui prennent, comme le prévoit la legislation, place sur les secours “rouges”. Pour le S.L.F.P., il est inutile d’enlever des sous-officiers à Anderlecht parce que le Ministre de l’Intérieur n’a pas l’intention de prolonger le délai pour intervenir à 6 hommes sur la pompe.

Le S.L.F.P. demande revenir à l’effectif de garde de 24 hommes à Anderlecht ainsi que de revoir l’effectif des autres grands postes comme Delta (13 hommes pour 1 pompe, 1 faubourg, 1 petit service, 3 ambulances, 1 pompe et 1 échelle.

Veuillez agréer, Monsieur l’Officer Chef de service, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.,

 

Eric LABOURDETTE

15:14 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 28 juin 2017

Réponse du SLFP

Monsieur le Directeur Général,

 

Le S.L.F.P. vous remercie pour les réponses apportées à nos nombreuses questions. Le S.L.F.P. reste persuadé que le dialogue dans notre service est primordial pour garder un certain calme au S.I.A.M.U. et éviter nos célèbres bruits de couloirs !

Néanmoins, le S.L.F.P. désire émettre quelques remarques complémentaires aux procédures de concertations.

 

  • Quelle sera la décision finale de l’autorité pour procéder au classement des promotions aux grades de sergent, d’adjudant et de commandant ? Respect des conditions statutaires ? Classement par ordre alphabétique ? Promotions par contingentement (Tous les agents entrés en service en juin, juillet, octobre, etc. 2001 pour les sergents et tous les agents promus sergent en 2005 et 2008 pour les candidats adjudants) ?

La direction ne répond pas à notre question. Pourquoi le troisième critères est le classement par ordre alphabétique ? Est-ce que la Secrétaire d’Etat va nommer tous les agents entrés en service le même mois de la même année pour éviter le troisième critères de l’âge ?

  • Quand seront finalisées les procédures en cours (année)?

 

 

Il ne vous est pas possible de répondre à cette question à ce stade. Les procédures sont lourdes notamment vu le nombre important de candidats et les possibilités de voies de recours multiples qui sont offertes et utilisées par les candidats. Pourtant, un classement sur base de l’ancienneté de niveau ensuite de service et en cas d’égalité en fonction de l’âge doit pouvoir être possible même en cas de nombreux candidats.

 

  • Quid de l’établissement d’un règlement de travail ?

Le S.L.F.P. n’accepte pas l’excuse de devoir attendre l’établissement du nouveau statut pour établir un règlement de travail.

La loi du 8 avril 1965 énumère une série de mentions obligatoires. Il s'agit des éléments d'information suivants :

  • les horaires de travail : y sont inclus les horaires réguliers de travail ; les horaires de travail des travailleurs à temps partiel ; les horaires des équipes successives ; les horaires flexibles ; les jours et heures d'accessibilité de l'entreprise pour les travailleurs qui sont occupés en dehors ;
  • les modes de mesurage et de contrôle du travail pour déterminer la rémunération ;
  • le mode, l'époque et le lieu de paiement de la rémunération ;
  • les délais de préavis et les motifs graves justifiant la rupture du contrat de travail sans préavis, ni indemnité, par l'une ou l'autre des parties, sous réserve du pouvoir d'appréciation des cours et tribunaux ;
  • les droits et obligations du personnel de surveillance ;
  • les pénalités, le montant et la destination des amendes et les manquements qu'elles sanctionnent, ainsi que les recours ouverts aux travailleurs concernant ces pénalités ;
  • l'endroit où l'on peut atteindre la personne désignée pour donner les premiers soins et l'endroit où se trouve la boîte de secours, ainsi que les noms des médecins désignés par l'employeur à qui peut s'adresser la victime d'un accident de travail ;
  • la durée des vacances annuelles, leurs modalités d'attribution ou la référence aux textes légaux les fixant. Si vacances annuelles collectives, leur date ;
  • les noms des membres du conseil d'entreprise, du comité pour la prévention et la protection au travail (ancien comité de sécurité, d'hygiène et d'embellissement des lieux de travail), de la délégation syndicale ;
  • l'adresse des services d'inspection chargés de la surveillance de l'application des dispositions légales et réglementaires relatives à la protection des travailleurs ;
  • la mention des conventions collectives de travail et/ou accords collectifs conclus au sein de l'entreprise et régissant les conditions de travail.

 

D'autres mentions sont, en outre, imposées par différentes dispositions légales et réglementaires (ex. : la mention des jours fériés, des jours de remplacement, des modalités d'application du repos compensatoire (art. 13 de la loi du 4 janvier 1974 relative aux jours fériés)).

La loi du 18 décembre 2002 a apporté trois aménagements à destination du secteur public concernant ces mentions :

  • L'article 6, § 1er, 1°, de la loi du 8 avril 1965 dispose que le règlement de travail doit indiquer " le commencement et la fin de la journée de travail régulière, le moment et la durée des intervalles de repos, les jours d'arrêt régulier du travail ".  Or, dans nombre de services publics non soumis à la loi du 16 mars 1971 en matière de durée du temps de travail, on a introduit l'horaire variable avec pour conséquence une grande flexibilité.  Chaque travailleur a en effet la possibilité de choisir le moment où il débute et le moment où il clôture sa journée de travail dans des plages horaire déterminées (ex. : les prestations doivent débuter entre 7h30 et 9h).  La loi du 18 décembre 2002 a complété l'article 6, § 1er, 1°, en permettant à ces services de mentionner les horaires variables en vigueur avec mention des limites fixées en relation avec ceux-ci et avec référence aux textes concernés.  
  • Le deuxième aménagement porte sur la forme de ces mentions.  Puisque, dans le secteur public, ce que recouvrent ces mentions figurent généralement dans des textes normatifs, il est prévu qu'on puisse simplement faire référence à ces textes (aménagement visant exclusivement les mentions énumérées à l'article 6, § 1er).

 

Pratiquement aucun des mentions obligatoires qui doivent être mentionnées dans un règlement de travail ne font partie du statut des agents opérationnels.

Veuillez agréer, Monsieur le Directeur Général, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

 

 

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

18:26 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Réponse à certaines questions

Chers affiliés,

 

La direction a répondu à 34 questions posées par le S.L.F.P. par écrit. Nous avons, enfin, des réponses à certaines de vos questions. En voici quelques-unes.

 

Quelle sera la décision finale de l’autorité pour procéder au classement des promotions aux grades de sergent, d’adjudant et de commandant ? Respect des conditions statutaires ? Classement par ordre alphabétique ? Promotions par contingentement (Tous les agents entrés en service en juin, juillet, octobre, etc. 2001 pour les sergents et tous les agents promus sergent en 2005 et 2008 pour les candidats adjudants) 

 

Réponse de la direction :En ce qui concerne les promotions des sergents et adjudants, la note de service a été publiée et transmise par recommandé aux agents qui ne se sont pas présentés auprès de la directionLes candidats qui le souhaitaient pouvaient, conformément au statut, introduire une réclamation ainsi qu’une demande d’audition auprès du conseil de direction. Il est prévu que celui-ci les entende le 27 juin prochain ; un classement définitif pourra ensuite être établi.Suite à l’une des réclamations introduites, les candidats francophones ont dû être réévalués par un officier du rôle linguistique francophone désigné par le chef de corps. 

 

Une nouvelle audition par le conseil de direction sera possible suite à cette nouvelle évaluation. Ce n’est qu’ensuite que ce dernier pourra établir un projet de classement provisoire, lequel pourra également faire l’objet de remarques et de contestations par les candidats.

En ce qui concerne les commandants, les candidats ont été évalués par le chef de corps, conformément à l’AR du 19 avril 1999 (art.23). Suite à cette évaluation, il leur a été permis de faire part de leurs remarques devant le conseil de direction. Les candidats qui en ont exprimés le souhait ont été entendus lors du conseil de direction du 13 juin.

Comme elle les y invitait, pour en accuser réception.

Quand seront finalisées les procédures en cours (année) ?

Réponse de la direction :Il ne nous est pas possible de répondre à cette question à ce stade. Les procédures sont lourdes notamment vu le nombre important de candidats et les possibilités de voies de recours multiples qui sont offertes et utilisées par les candidats.

 

 

Après maintes discussions, combien de recrues seront engagés finalement en juin 2017, septembre 2017 et en 2018 ?

Réponse de la direction :30 nouvelles recrues de rôle linguistique NL ont été engagés dès le 1er juin de cette année. 60 recrues FR arriveront le 1er septembre. 

 

Pour 2018, le plan du personnel doit encore être approuvé mais à priori on peut tabler sur un nouveau recrutement de 30 agents de rôle linguistique Nl et d’un nombre de FR encore à déterminer. 

Quand l’autorité compte-t-elle mettre au point une politique de recrutement régulière ?

Réponse de la direction :Nous sommes conscients des problèmes rencontrés mais tout ne dépend pas du SIAMU.Nous pouvons dire que les réserves seront lancées dès que possible tenant compte, le cas échéant, de l’entrée en vigueur du nouveau statut.

 

Les difficultés structurelles du service ont perturbé la routine du recrutement, de même que les recours contre la précédente réserve du SELOR.

 

L’avenir des agents affectés à la centrale 100 ou au dispatching après les bruits d’un éventuel déménagement décidé par un Gouvernement qui ne maîtrise visiblement pas la chose ! Qu’en est-il de l’information au personnel ?

Réponse de la direction :Effectivement, il existe un projet de mise en commun des différents services d’appel de secours. A ce stade, rien n’est fixé définitivement. Une communication à l’attention du personnel sera faite dès que le SIAMU disposera d’information finalisées.

 

Quel est le nombre de départs d’agents déjà programmé en 2017 et en 2018 ?

Réponse de la direction :Il y a 31 mises à la pension certaines pour 2017, 33 mises à la pension certaines pour 2018 et 34 mises à la pension possibles. 

  En matière de congé préalable à la pension, le chiffre des départs possible est de 87.

 

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

Labourdette Eric

Vu certaines réponses, le S.L.F.P. réagira par un nouveau communiqué !

La liste des questions réponses est encore longue et est disponible pour nos affiliés sur simple demande : slfp-vsoa@firebru.brussels

En matière de congé préalable à la pension, le chiffre des départs possible est de 87.

 

10:08 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 27 juin 2017

SIAMU-DBDMH

Chers membres du personnel,

 

Quelques nouvelles de nos rendez-vous avec la direction administrative et, la direction opérationnelle et la Secrétaire d’Etat.

  • La note de service imposant une diminution de personnel de 8 hommes en 12H00 (6 à l’EM et 2 à Paul Brien) sera retirée.

La direction nous propose la mesure suivante :« Afin de permettre au personnel de pouvoir prendre plus facilement ses congés (de compensation) en juillet et août, la direction opérationnelle a pris les décisions suivantes :

 

  1. L’effectif de garde à l’Héliport peut être réduit de 4 unités ou effectif minimal porté à 48, impliquant alors une sortie des véhicules en fonction de la demande ;
  2. L’effectif de garde à Paul Brien peut être réduit de 2 unités ou effectif minimal porté à 13, impliquant alors la sortie de la 3ème ambulance à la demande.

Par ailleurs, il est rappelé que l’effectif de jour renforcé en semaine ne doit pas être prévu pendant les vacances d’été (voir note de service 2017 – 062 reprenant les véhicules et effectifs à assurer à la caserne Héliport et dans les PASI à partir du 1er mars 2017) »

 Pour le S.L.F.P., nous retournons à la situation d’antan, c’est-à-dire la suppression des services en 12H00 pendant les vacances mais avec une possibilité pour les adjudants de compagnie de descendre l’effectif en cas de demande de congé supplémentaire.

Pour le S.L.F.P., il faut redonner la décision aux adjudants de groupement et la possibilité aux hommes de prendre congé mais aussi en cas de diminution de l’effectif, de veiller à envoyer un secours d’un autre poste (par ex. véhicule de signalement)

  • L’obligation de faire ses tests PPMO et test à l’effort pendant la garde.

Dès septembre, le test PPMO se fera lors du recyclage. Le test à l’effort se fera dans un local aménager à l’Etat-Major.Pour le S.L.F.P., il a toujours été clair que ces épreuves devaient être organisés pendant nos gardes.

 

Le schéma d’organisation opérationnel

Le schéma d'organisation opérationnel, décrit entre autres les hommes et véhicules affectés, de jours et de nuit, à chaque poste, doit être étudié avec la direction opérationnelle lors de la prochaine réunion. Cela va aussi déterminer le plan du personnel et donc le nombre de pompiers nécessaires en tout sur Bruxelles. 

 

L’effectif de garde, le nombre et le type de véhicules par postes doivent être déterminés par des éléments concrets.

  • Test VO2 max

Le groupe de travail composé des organisations syndicales, de la médecine du travail et de la direction opérationnelle s’est réuni une première fois. Plusieurs pistes sont sur la table. Le S.L.F.P. dit oui à une surveillance de la santé mais non à un examen qui retreint les fonctions de l’agent pour la simple raison que l’agent n’atteint pas une valeur donnée. Le S.L.F.P. a donné à l’autorité un rapport d’un médecin Spécialiste en médecine interne, médecin à la Fédération Belge Francophone d’Athétisme Coach fond et demi-fond ADEPS Et Fondateur du laboratoire de physiologie du sport GALIENIX.

 

Conclusions :

 

Le critère ne tenant pas compte de l’âge et du genre est discriminant et ne tient pas compte de la physiologie.

  Un autre paramètre a considéré est qu’un sujet avec une moins bonne VO2max peut avoir une meilleure   endurance qu’un autre sujet.

C’est ainsi que par exemple on voit des coureurs plus âgés battre des plus jeunes au marathon. L’endurance se développe essentiellement en courant lentement alors que la VO2max se développe lors de séance intense qui nécessite le fractionnement de l’exercice en petite séquence afin d’atteindre les intensités prescrites.

Le critère de 42 mL/kilo/minute n’est pas nécessairement pertinent pour déterminer la performance sur le terrain.

 Pour le S.L.F.P. atteindre une certaine valeur n’est pas pertinent. Le S.L.F.P. a demandé l’extension de la surveillance de la santé à un dépistage du cancer chez les agents opérationnels. Plusieurs études en ont démontrés l’utilité urgente !!

Recrutement

Le S.L.F.P. demande à l’autorité une plus grande anticipation dans la création de réserve de recrutement ainsi qu’un recrutement régulier selon les besoins. IL est inconscient de faire rentrer plus de 100 recrues en 3 mois. Une politique de recrutement biannuel nous semble plus logique afin de garantir une instruction de qualité. La Secrétaire d’Etat n’exclut pas la création d’une nouvelle réserve de recrutement avant la fin de la législature afin de ne pas se retrouver sans réserve lors de la création d’un nouveau Gouvernement.

 

Absence de règlement de travail

Le S.L.F.P. demande la création d’un groupe de travail en urgence afin de terminer le règlement de travail. En attendant ce règlement de travail, nous demandons la publication d’un règlement de pointage afin d’instaurer une clarté dans la distribution des chèques repas et le payement des heures supplémentaires.   Le S.L.F.P. estime qu’il y a trop d’anomalies à rectifier chaque jours. Ces anomalies prennent trop de temps et trop d’énergie à être rectifiées.

 

Prise de responsabilités de la part de la ligne hiérarchique.

Le S.L.F.P. demande que la ligne hiérarchique et le conseil de direction prennent ses responsabilités. La Secrétaire d’Etat rencontrera bientôt la ligne hiérarchique. A brève échéance, le S.L.F.P. attends des actes concrets de la part de la direction (parution de plusieurs notes de services, création de groupe de travail qui ne doivent absolument pas s’éterniser, mise en place d’une véritable politique de communication au sein du service, etc..) La prochaine réunion aura lieu au cours du mois de juillet avec la direction opérationnelle, la direction administrative, les 3 organisations syndicales et le Cabinet de Madame Jodogne.

 

Ce n’est pas parce que nous sommes dans une période transitoires qu’il faut laisser dormir certains dossiers. L’autorité doit prendre des décisions intelligentes et concertées.

Mise en congé préalable ou mise à la pension.

Un agent du service du personnel est chargé de compléter le logiciel au service des pensions. Le service du personnel commencera par les agents les plus anciens.  Les autres revendications du S.L.F.P. ont été envoyées à l’autorité compétente à savoir le comité de négociation de la Région de Bruxelles-Capitale :

 

  • Organisation d’examen de promotion pour les fonctions spécifiques.
  • BET révision des sauts d’échelles barémiques.
  • Octroi d’une prime d’insalubrité pour les agents du cadre technique.
  • Création d’un statut spécifique pour les agents administratifs et opérationnels du S.I.A.M.U.
  • Dans le cadre d’une véritable politique de relance de l’emploi et d’une révision barémique demandée de longue date mais non obtenue, le SLFP exige une augmentation de 400 euros brut mensuel (soit une augmentation barémique de 2.925,76 euros à l’indice 138,01) en raison entre autres d’absence d’augmentations barémiques depuis 2008 et l’octroi d’une prime annuelle pour le SPRB Fiscalité de 8.203 euros (soit 5.000 € à l’indice 138,01).
  • Statutarisation des adjoints au 100 afin de respecter l’accord sectoriel 2016.
  • Augmentation de la valeur faciale du chèque-repas (8 euros) sans augmentation de la quote-part du travailleur.
  • Remboursement à 100% des frais de déplacement domicile-lieu de travail pour le Chemin de fer, le TEC et De Lijn.

Pour toute autre informations, vous pouvez contacter par mail ou par téléphone, Labourdette Eric.  

Le S.L.F.P. demande de ne pas prêter attention aux nombreux bruits de couloirs mais de lire les communications soit sur notre blog http://slfp-siamu.skynetblogs.be/, soit envoyé sur vos adresses mails.

Amicalement,

Pour le S.L.F.P.

 Labourdette Eric

 

Beste personeelsleden,

 

Enkele nieuwsfeiten na onze afspraak met de administratieve directie, de operationele directie en de Staatssecretaris.

 

Intrekken van de dienstnota die een vermindering met 8 personeelsleden voorschrijft.

De directie stelt ons de volgende maatregel voor:

 

« Om aan het personeel toe te laten gemakkelijker (compensatie)verlof te kunnen nemen in juli en augustus, heeft de operationele directie de volgende beslissingen genomen:

 

  • Het aantal personeelsleden met wachtdienst aan de helihaven kan verlaagd worden met 4 eenheden of de minimum personeelsbezetting kan naar 48 gebracht worden, wat dan inhoudt dat de voertuigen uitrijden in functie van de aanvraag;
  • Het aantal personeelsleden met wachtdienst aan Paul Brien kan verlaagd worden met 2 eenheden of de minimum personeelsbezetting kan naar 13 gebracht worden, wat dan inhoudt dat de 3de ziekenwagen uitrijdt op aanvraag.

Bovendien wordt eraan herinnerd dat er overdag tijdens de week geen personeelsversterking dient voorzien te worden tijdens de zomervakantie (zie dienstnota 2017 062 die de voertuigen en de personeelsbestanden vermeldt die nodig zijn om de kazerne, de helihaven en de VOPO's te bemannen vanaf 1 maart 2017) »

 

Volgens het V.S.O.A. keren we terug in de tijd, t.t.z. de afschaffing van de diensten van 12u tijdens de vakantieperiode, maar met de mogelijkheid voor de compagnieadjudanten het personeelsbestand te verlagen in geval van bijkomende verlofaanvragen.

Het wordt tijd de beslissing terug over te laten aan de groepsadjudanten en de brandweermannen en -vrouwen de mogelijkheid te geven om verlof te nemen. Vanaf de operationele indiensttreding van de rekruten zal het V.S.O.A. vragen om het personeelsbestand van de grote posten te versterken.

  • De verplichting om de PPMO-tests en inspanningstests tijdens de wachtdienst te doen.

Vanaf september wordt de PPMO-test tijdens een bijscholing gedaan. De inspanningstest zal in een ingericht lokaal plaatsvinden bij de Generale Staf. Voor het V.S.O.A. was het altijd al duidelijk dat deze proeven tijdens onze wachtdiensten moesten ingepland worden.

 

  • Het operationeel organisatieschema

Het operationeel diagram dat o.a. voor elke post de personeelsleden en de voertuigen bepaalt die overdag en 's nachts gebruikt worden, dient met de operationele directie bestudeerd te worden tijdens de volgende vergadering. De personeelsleden met wachtdienst, het aantal en het type voertuigen per post moeten d.m.v. concrete elementen vastgelegd worden.

 

 VO2 max-test

De werkgroep die uit vakorganisaties, arbeidsgeneeskundigen en de operationele directie bestaat, is voor de eerste keer samengekomen. Verschillende pistes liggen op tafel. Het V.S.O.A. is voorstander van gezondheidstoezicht, maar niet van een proef die de functies van een personeelslid inperkt enkel en alleen omdat het personeelslid geen bepaalde waarde heeft bereikt. Het V.S.O.A. heeft aan de overheid een rapport overhandigd van een geneesheer specialist in de inwendige geneeskunde, arts bij de Belgische Franstalige Atletiekfederatie, Coach bij de ADEPS voor middellange en lange afstandslopers en oprichter van het "laboratoire de physiologie du sport GALIENIX".

 

De conclusies:

 

Het criterium dat geen rekening houdt met de leeftijd en het geslacht, is discriminerend en houdt geen rekening met de fysiologie.

Een andere parameter waarmee rekening moet gehouden worden is dat een persoon met een minder goede VO2max een beter uithoudingsvermogen kan hebben dan een ander persoon.

Daarom zien we bv. lopers van een bepaalde leeftijd die jongeren verslaan bij de marathon. Het uithoudingsvermogen wordt voornamelijk ontwikkeld door traag te lopen terwijl de VO2max bereikt wordt tijdens een intensieve sessie waarbij het opsplitsen van de oefening in kleine reeksen noodzakelijk is om de voorgeschreven intensiteit te bekomen.

Het criterium van 42ml/kg/minuut is niet noodzakelijk relevant om de prestatie op het terrein vast te leggen.

Voor het V.S.O.A. is het bereiken van een bepaalde waarde niet relevant. Het V.S.O.A. heeft gevraagd om het gezondheidstoezicht uit te breiden met een test die kanker opspoort bij operationele personeelsleden. Meerdere studies hebben de dringendheid hiervan aangetoond!

Aanwerving

Het V.S.O.A. vraagt aan de overheid beter te anticiperen in de creatie van een wervingsreserve en eveneens om regelmatig aan te werven in functie van de noden. Het is onverantwoordelijk om meer dan 100 rekruten in 3 maand aan te werven.   Een beleid om personen om de twee jaar te rekruteren lijkt ons logischer om kwaliteit te garanderen. De Staatssecretaris sluit de creatie van een nieuwe wervingsreserve vóór het einde van de legislatuurperiode niet uit om niet zonder reserve te vallen tijdens de creatie van een nieuwe regering.

Het niet voorhanden zijn van een arbeidsreglement

Het V.S.O.A. vraagt dat een werkgroep dringend zou opgericht worden om het arbeidsreglement op punt te stellen. In afwachting van dit arbeidsreglement vragen wij de publicatie van een tijdregistratiereglement om duidelijkheid te scheppen voor wat de distributie van de maaltijdcheques en de betaling van de overuren betreft.   Het V.S.O.A. vindt dat er te veel onjuistheden zijn die elke dag moeten worden rechtgetrokken. De verbetering van fouten neemt teveel tijd en energie in beslag.

Het opnemen van verantwoordelijk door de hiërarchische oversten.

Het V.S.O.A. vraagt dat de hiërarchische oversten en de directieraad hun verantwoordelijkheden nemen.

 

Het is niet omdat we ons in een overgangsperiode bevinden dat bepaalde dossiers bevroren moeten blijven. De overheid moet intelligente beslissingen nemen in overleg.

De Staatssecretaris zal binnenkort de hiërarchische oversten zien. Op korte termijn verwacht het V.S.O.A. concrete acties vanwege de directie (verschijnen van verschillende dienstnota's, oprichting van een werkgroep die zeker niet voor eeuwig moet bestaan, creatie van een echte communicatiepolitiek binnen de dienst, enz.). De volgende vergadering met de operationele directie, de administratieve directie, de 3 vakorganisaties en het Kabinet van Mevrouw Jodogne vindt plaats in de maand juli.

Aanvraag voor verlof voorafgaand aan de pensionering of voor pensionering.

  • Organisatie van het promotie-examen voor de specifieke functies.
  • Welzijn op het werk: herziening van de tredesprongen in de weddeschaal.
  • Toekenning van een premie onreine werkomstandigheden voor personeelsleden van het technisch kader.
  • Creëren van een specifiek statuut voor de administratieve en operationele personeelsleden van de DBDMH.
  • In het kader van een echt beleid dat gericht is op het stimuleren van werkgelegenheid en een herziening van de barema's die al lang aangevraagd, maar nooit bekomen werd, eist het S.L.F.P./V.S.O.A. een maandelijkse verhoging van 400 euro bruto (d.w.z. een baremaverhoging van 2.925,76 euro aan de index 138,01) gezien er sinds 2008 geen baremaverhogingen meer geweest zijn en de toekenning van een jaarlijkse premie voor de GOB Fiscaliteit van 8.203 euro (d.w.z. 5.000 € aan de index 138,01).
  • Statutarisering van de medewerkers bij de dienst 100 teneinde de sectorale overeenkomst van 2016 te respecteren.
  • Verhoging van de zichtwaarde van de maaltijdcheque (8 euro) zonder het aandeel van de werknemer te verhogen.
  • Volledige terugbetaling van de verplaatsingskosten van het woon-werkverkeer met de NMBS, TEC en De Lijn.

Voor bijkomende informatie kan u Eric Labourdette per mail of per telefoon contacteren.  

Het S.L.F.P./V.S.O.A. vraagt om geen aandacht te schenken aan de geruchten in de wandelgangen, maar om de informatie op onze blog http://slfp-siamu.skynetblogs.be/ te lezen of de communicatie te lezen die wij jullie via mail sturen.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

04:02 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 25 juin 2017

CCB-BOC

CCB 2017 06 convocation.pdf

BOC 2017 06.pdf

Notulen 18.05.2017.pdf

PV 2017 05 CCB.pdf

16:37 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

samedi, 24 juin 2017

ANDERLECHT

Mon Colonel,

 

Le vendredi 16 juin 2017, plusieurs incendies ont déjà entamé nos réserves d’appareils de protection respiratoire. Ce même vendredi, un troisième départ incendie à décalé sans officier. La journée du samedi 17 juin 2017 deux importants incendies se sont déclarés en journée. Tous les moyens disponibles en caserne ont été engagés. Très vite des moyens lourds ont été demandés mais n’ont pas pu être envoyés faute de chauffeur disponible.

Du personnel de la Croix-Rouge est venus rejoindre nos casernes pour remplacer nos hommes sur les ambulances.

A 18H00, il ne restait plus que 19 appareil de protection respiratoire de réserve.

 Le jeudi 22 juin en fin d’après-midi, 10 membres du personnel de la Croix-Rouge sont venus en renforts pour assurer des départs ambulance. La chaleur, un sommet européen, le ramadan, coldplay, les nouvelles mesures en cas de refus de transport de faire intervenir un SMUR, etc. Le nombre de sortie ambulance à 16H00 atteignait +/- les 250 sorties.

 Il faut trouver des solutions en urgence afin de ne pas avoir des dizaines de malades. La situation avec ces fortes chaleurs, les évènements récurrents à Bruxelles, les mesures pour éviter des plaintes en cas de refus de transport sans compter les appels à ces ambulances pour pratiquement rien !!

 Le personnel du poste d’Anderlecht doit fournir 7 hommes à Saint-Pierre pour faire l’ambulance, le PIT et le SMUR, 8 hommes à Anderlecht et 2 à chênaie, ce qui fait un total de 17 hommes pour l’ambulance par garde ! Il faut déduire du personnel de garde les sous-officiers qui doivent obligatoirement accompagner les secours « rouges », les malades du jour et les nombreux véhicules qui doivent sortir à la demande.

Vous avez trouvé un moyen pour ne pas imposer 8 hommes en 12H00 pendant les mois de juillet et d’août. Votre plan « bis » a été accepté sans problèmes par les organisations syndicales et les adjudants de compagnie. Il est temps de s’attaquer aux autres problèmes dont celui du poste d’Anderlecht. Pour le manque d’effectif dans toutes les casernes, nous ne savons, hélas, qu’attendre le renfort des recrues.

Le S.L.F.P. vous demande de réfléchir à des alternatives afin d’alléger la charge de travail du personnel du poste d’Anderlecht. Une première mesure serait de veiller à une bonne répartition de la charge de travail au sein de ce poste. Une autre piste, diminuer le nombre d’hommes du poste d’Anderlecht sur les ambulances et rapatrier certains véhicules de e poste. Le S.L.F.P. vous demande les statistiques des sorties ambulances à Anderlecht et Saint-Pierre du mois de décembre, du mois d’avril et du mois de juin 2017.

 Pour le S.L.F.P.- A.F.R.C.

 Labourdette Eric

14:34 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

vendredi, 23 juin 2017

Effectifs

C'est beaucoup mieux en attendant un renfort en effectif!!!!
 
NOTE DE SERVICE 2017-124
 
Concerne: effectif postes et casernes en juillet et août
Cette note de service annule et remplace la note de service 2017-119.
 
Afin de permettre au personnel de pouvoir prendre plus facilement ses congés (de compensation) en juillet et août, la direction opérationnelle a pris les décisions suivantes:
 
1. L'effectif de garde à l'Héliport peut être réduit de 4 unités ou effectif minimal porté à 48, impliquant alors une sortie des véhicules rouges en fonction de la demande;
2. L'effectif de garde à Paul Brien peut être réduit de 2 unités ou effectif minimal porté à 13, impliquant alors la sortie de la 3eme ambulance à la demande.
 
Par ailleurs, il est rappelé que l'effectif de jour renforcé en semaine ne doit pas être prévu pendant les vacances d'été (voir note de service 2017-062 reprenant les véhicules et effectifs à assurer à la caserne Héliport et dans les PASI à partir du ier mars 2017).
Il est également rappelé qu'en cas de besoin, et ce par exemple lors d'interventions de grandes ampleur et de longue durée ou de graves intempéries qu'il peut être fait appel aux ambulanciers de la Croix Rouge afin de dégager des pompiers affectés sur l'ambulance à l'héliport (et dans certains PASI au besoin).
 
 
DIENSTNOTA 2017-124
 
Deze dienstnota annuleert en vervangt dienstnota 2017-119.
Teneinde in juli en augustus gemakkelijker de (compensatie)verloven op te kunnen nemen, heeft de operationele directie de volgende beslissingen genomen:
 
1. Het effectief van wacht in de Helihaven kan met 4 eenheden verminderd worden of het minimaal effectief wordt op 48 gebracht, dit impliceert het uitrijden van rode voertuigen in functie van de vraag;
2. Het effectief van wacht in Paul Brien kan met 2 eenheden verminderd worden of het minimaal effectief wordt op 13 gebracht, dit impliceert het uitrijden van de 3e ziekenwagen op verzoek.
 
We herinneren u er overigens aan dat het versterkte dageffectief tijdens weekdagen niet voorzien moet worden tijdens de zomervakantie (zie dienstnota 2017-062 betreffende de te verzekeren voertuigen en effectieven in de Helihavenkazerrie en de VOPO's vanaf 1 maart 2017).
 
We herinneren u er eveneens aan dat, indien noodzakelijk, bijvoorbeeld bij interventies van grote omvang, lange duur of in geval van slechte weersomstandigheden, er een beroep gedaan kan worden op de ambulanciers van het Rode Kruis om de brandweermannen die op de ziekenwagen in de Helihaven (en in bepaalde VOPO's indien nodig) geaffecteerd zijn te kunnen vrijmaken.

17:50 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 22 juin 2017

Décèsde Monsieur Debock-Overlijden de heer Debock

 

 

2017 125 - Décès de Monsieur Christian Debock - Overlijden van de heer Christian Debock.pdf

17:02 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Index

Changement d'index - 1.6734
 
Fin juin 2017 pour les agents payés anticipativement et fin juillet 2017 pour les agents qui sont payés à terme échu.
 
Verandering index -1.6734
 
Eind juni 2017 voor de personeelsleden die voorafbetaald zijn en eind juli 2017 voor de personeelsleden die betaald worden na vervallen termijn.

13:32 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Commissie van het kledingfonds-Commission de la masse

Heren,

Hierbij bent u uitgenodigd op een vergadering van de Commissie van het kledingfonds die zal vergaderen op maandag 26 juni, om 9 uur, bij de Logistiek, 2de verdieping Heli II.

 

Agenda :

-          Uitrusting rekruten,

-          Brandweerhandschoenen : begin tests, procedures, aanstelling testpersonen,

-          Brandweerpakken (2de levering),

-          Brandweerpakken 2018-2021,

-          Kledingfonds 2017-2020,

-          SIB diensttenues 2017/2020,

-          Varia.

 

Met hartelijke groeten.

  

Madame, Monsieur,

 

Par la présente, vous êtes invité(e) à une réunion de la Commission de la Masse. Celle-ci se réunira le lundi 26 juin à 9h00 au département Logistique, 2ième étage Héli II.

 

Ordre du jour :

-          Equipement des recrues ;

-          Gants de protection feu : début des essais, procédures et désignation des essayeurs ;

-          Tenues feu (2ième livraison) ;

-          Tenues feu 2018-2021 ;

-          Masse d’habillement 2017-2020 ;

-          SIB tenues de service 2017-2020 ;

-          Divers.

13:05 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook