vendredi, 15 décembre 2017

Manque de personnel

Bruxelles, le 15 décembre 2017

 

Madame la Secrétaire d’Etat

Cécile Jodogne

Botanic Buding

Boulevard Saint-Lazare 10

 

B-1210 Bruxelles

 

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

Messieurs du Conseil de direction,

 

 Personne n’ignore, que par défaut de prévoyance, il manque régulièrement des agents opérationnel afin d’assurer un départ avec tous les véhicules présents dans les différents postes et casernes. Souvent, nous jonglons et démarrons avec un véhicule, pour ensuite revenir au poste, et, avec un peu de chance, se laver ou manger, pour repartir rapidement avec un autre véhicule.

Le 20 décembre 2016, soit 1 an avant l’entrée en vigueur de l’obligation d’être 6 sur une pompe, nous essayons d’anticiper cette règle des 6 hommes.

Nous ne tenons pas le coup à cause du manque de personnel, et nous redescendons à 5 hommes sur la pompe avec un flou énorme quant aux procédures à utiliser en intervention.

La sécurité du personnel est menacée.

Le 27 février, avec 5 hommes sur une pompe, l’effectif de garde est fixé à 161 agents de jour et 151 de nuit.

Le 29 septembre 2017, toujours avec 5 hommes sur une pompe, l’effectif de garde est fixé à 163 agents de jour et 153 de nuit.

Le 12 décembre 2017, à partir du 02 janvier un départ avec 6 hommes sur pompe, l’effectif de garde est fixé à 171 agents de jour et 159 de nuit.

11 véhicules pompe sont disponibles dans nos postes et casernes et nous augmentons l’effectif de garde de, seulement, 8 agents de jour et 6 de nuit, soit une diminution d’effectif par rapport à l’augmentation des fonctions à assurer.

Que doit-on communiquer à nos affiliés. On supprime des secours à Bruxelles, toujours en niveau 3 ? On demande un renfort aux zones voisines ou, en plus, du VO2 max, des tests physiques, des 9, 10, 11 ou 12 jours de recyclage par an, ils doivent avoir le don D’ubiquité  (la capacité d'être présent en tout lieu ou en plusieurs lieux simultanément) ?

 L’air de rien, en publiant une note de service sans annonce, sans concertation syndicale l’effectif de garde est donc encore diminué au lieu d’être augmenté. Ce tour de passe-passe ne passe pas inaperçu en tout cas au SLFP.

 Les agents vont, bien évidemment, avoir une charge de travail supplémentaire. L’entreprise en charge du nettoyage de nos tenues, si ses factures sont honorées, aura du mal à suivre le rythme de nettoyage et de livraison de nos vêtements.

 Pendant ce temps, différents dysfonctionnements relatifs à l’attribution des marchés publics au SIAMU sont dénoncés. Certains, y compris au sein du Parlement, s’époumonent à dire que ces « dysfonctionnements » n’ont pas d’impact sur le service opérationnel ! Que dire du manque de vêtements propres pour éviter d’emporter du linge contaminé à la maison à cause d’une infraction de l’employeur ? Que dire des recrues qui effectueront leur garde en 24H00 sans une masse d’habillement identique aux autres agents ? Que dire de ces mêmes recrues qui n’auront pas le nombre de vêtements de travail suffisant pour prester dans des conditions d’’hygiène optimale ? Que dire du retard et du faible choix de notre masse d’habillement ?

 

  • Suite à différents scandales éclaboussant sans cesse notre service,
  • suite au manque de réaction de la ligne hiérarchique,
  • suite au manque de réaction de l’autorité politique, qui visiblement, n’en a rien à faire de nos problèmes,
  • suite aux différentes déclarations au parlement, en interne, etc..
  • suite aux pratiques plus que douteuses qui continuent à être pratiquées au sein du SIAMU malgré, vos paroles : «  des engagements et des mesures pour empêcher ces pratiques » ;

 

Le SLFP rappelle son préavis de grève et d’actions.   Nous sommes dans un processus de conciliation afin de rétablir le dialogue entre l’autorité et les représentants du personnel mais visiblement, nous sommes encore une fois, les dindons d’une mauvaise farce. Le SLFP appellera donc le personnel à agir d’une façon ou d’une autre.  Le SLFP a, en vain, pendant des mois essayé d’attirer l’attention des autorités sur la nécessité d’avoir un plan de politique générale pluriannuel pour le SIAMU. Nous n’avons obtenu aucune réponse ni de notre direction, ni de notre ministre compétent ni même du Ministre-Président qui est pourtant responsable en matière de prévention et de sécurité dans la Région bruxelloise.

De ce fait, le Ministre-président a sous son autorité directe le nouvel OIP créé « Bruxelles, Prévention & Sécurité » chargé du développement d'une politique régionale en matière de sécurité. Le directeur général ancien conseiller, est passé, directement du cabinet du ministre-Président de la Région à la tête de ce nouvel organe et, bizarrement, personne n’est capable de répondre à notre demande.

Apparemment certains de n’être inquiétés par rien ni personne, vivant dans un autre monde que le nôtre, les nombreux nouveaux mandataires qui sont apparus en nombre dans la Région de Bruxelles-Capitale, ne se préoccupent pas trop des « simples travailleurs » et de leurs problèmes. C’est le nouveau visage de la bonne gouvernance et de la bonne prévoyance des différents partis de la majorité de la Région de Bruxelles-Capitale.

Le personnel du SIAMU en a marre d’être pressé comme des citrons, en a marre de vivre dans un climat de peur, d’être à la merci d’une décision arbitraire de la part d’une seule personne et jeté dehors, marre de voir des avantages octroyés au un et pas aux autres, le personnel du SIAMU en a marre, après avoir été à l’honneur et cité en exemple à plusieurs reprises, de voir différents scandales entaché l’image de leur service par la faute de certains « intouchables » parachutés sans beaucoup d’expériences du service public ayant passé le plus clair de leur temps dans des cabinets !Le personnel du SIAMU demande que l’on s’occupe d’eux, de leurs conditions de travail, de leur avenir, de leur préoccupation et ne demande pas plus ! 

Le SLFP exige, rapidement, un plan d’actions pour le SIAMU à long terme afin d’éviter de se retrouver le nez dans le mur et sans réserve de recrutement ou en manque de personnel.

Quand allons-nous avoir des dirigeants dignes d’être à la tête de ce service ? Quand allons-nous cesser d’être la dernière préoccupation de nos dirigeants ? Combien de temps le personnel va encore rester tranquille derrière les bureaux ou dans les casernes ? Doit-on vraiment recommencer les manifestations spectaculaires ou trouver de nouveaux scandales pour qu’on prête attention à nous ?

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Eric LABOURDETTE  

SLFP-Secteur zones de secours

 

Dirigeant responsable

 

 

 

 

 

 

17:52 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 10 décembre 2017

Rapport Cour des Comptes

 Madame la Secrétaire d’Etat,

 

Suite aux remous provoqués par un rapport de la Cour des Comptes et les commentaires de certains « collègues », le S.L.F.P. désire réagir et rappeler les compétences des deux directions.

Sur le plan administratif et financier, la gestion journalière est assurée par le fonctionnaire dirigeant et le fonctionnaire dirigeant adjoint. Sur le plan technique et opérationnel, le Service d'incendie est dirigé sous sa seule responsabilité par l'officier chef de Service.

Il faut également rappeler que les faits dénoncés par ce rapport se situent de 2012 à 2015, alors qu’un Directeur général et un Directeur Général adjoint ont été désignés au SIAMU en 2012 par un arrêté du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale.

Après 13 ans le SIAMU retrouve une direction générale chargée du soutien logistique et administratif du personnel opérationnel par l'exécution des tâches administratives et logistiques, notamment en matière de gestion du personnel, de budget et finances, d'informatisation, d'information et de relations publiques, d'achats, de statistiques ainsi que d'entretien général des bâtiments, des effets et équipements (Voir règlement du 04 mars 1999 fixant les règles de fonctionnement du SIAMU)

Les règles de fonctionnement du SIAMU établissement, clairement, les compétences de chaque direction. Le rapport de la Cour des Comptes pointe, notamment, l’absence d’organigramme et de description de fonction. Il y a des années que le S.L.F.P. demande, à la direction, ces deux documents lors des comités de concertation. Encore une fois, nous n’avons jamais eu de réponse. Les choses s’améliorent enfin. Des descriptions de fonctions sont établies.

Il est également noté que les pompiers officiers chargés de la gestion des marchés n’ont pas un profil administratif et donc une plus grande difficulté à appréhender et à appliquer la réglementation relative à ces marchés. La formation de ces agents est sommaire et ils ne disposent pas d’un manuel spécifique qui facilite la mise en pratique de la réglementation.

Les services de la direction opérationnelle ne reçoivent en outre aucun appui de la direction administrative au cours du processus de passation des marchés que ce soit pour conseiller ou valider une décision ou garantir le respect de la législation des marchés publics. Il est également indiqué que le directeur général a approuvé formellement l’attribution des marchés.

Il est inutile que le gouvernement ou les différents DG se dédouanent en faisant porter le chapeau soit sur les agents opérationnels soit sur le personnel administratif de niveau C, D ou même B du SIAMU qui se sont démenés seul pour que les pompiers puissent exécuter leurs missions avec du matériel adéquat. Le rapport indique d’ailleurs que le directeur général approuve formellement l’attribution des marchés. Force est de constater que l’arrivée d’un DG et d’un DGA en 2012 n’a pas amélioré la situation au SIAMU.

Les manquements pointés dans ce rapport tels que plan de formation, organigramme et descriptions de fonctions ont été demandés par le SLFP pendant des mois lors des comités de concertation! Jamais nous n’avions été écoutés.

Il reste encore beaucoup de questions posées par le SLFP en attente de réponses. Il y a un mois, le SLFP a posé à la direction administrative des questions relatives à la masse d’habillement, aux coûts et au pauvre choix des articles proposés aux agents. Comme d’habitude pas de réponse. Il faudra sans doute attendre un nouveau scandale pour voir bouger les choses.

Il manque les procès-verbaux de plusieurs comités de concertation signés par le président et le secrétaire. La présidence a pourtant été assumée par une conseillère de votre cabinet.

Suite à divers manquements en relatifs au respect des règles de concertation, le SLFP a mandaté un avocat qui a rappelé à la direction administrative et à votre conseillère les infractions à la législation. Malgré ces courriers la situation n’a pas changé. Le SLFP a demandé l’intervention d’un conciliateur auprès du Service Fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale. Sans le respect de ces règles de concertation, le SLFP mandatera son conseil afin d’entamer des procédures devant les tribunaux compétents.

Le contrôle des engagements et des liquidations est désormais effectué en dehors du SIAMU par une équipe de Bruxelles Finances et Budget. Le problème est le temps beaucoup trop long que prend cette équipe pour effectuer ce contrôle.

Il faut pourtant reconnaître, que depuis quelques mois, les choses bougent. Nous avons une proposition de plan de formation opérationnelle, il manque toujours un plan de formation pour le personnel administratif, des descriptions de fonctions sont en cours, du personnel qualifié a été engagé, il faudra actualiser l’organigramme suite à ces recrutements.

Encore une fois, Madame la Secrétaire d’Etat, il n’est pas question pour le SLFP de rejeter la faute de cette situation sur le personnel administratif ou opérationnel comme certains délégués syndicaux d’une autre organisation syndicale essayent de le faire croire sur les réseaux sociaux, mais sur l’autorité qui n’a jamais donné les moyens au SIAMU de fonctionner correctement.

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

Eric LABOURDETTE

SLFP-Secteur zones de secours

 

05:27 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 04 décembre 2017

Concerne : Points S.L.F.P. secteur XV

 Monsieur le Président,

 

Conformément à l’article 23 de l’arrêté royal du 28 septembre 1984 portant exécution de la loi du 19 décembre 1974 organisant les relations entre les autorités publiques et les syndicats des agents relevant de ces autorités, le S.L.F.P. vous demande d’inscrire à l’ordre du jour du prochain comité de négociation, les points suivants :

1. Rectification de l’arrêté du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale portant le statut administratif et pécuniaire des agents du personnel opérationnel du Service d’Incendie et d’Aide Médicale Urgente du 24/08/2017: LIVRE II. - DU STATUT PECUNIAIRE, Titre III – Des indemnités ; nous souhaitons que ce titre soit adapté au type d’horaire presté par les pompiers dans le cadre des indemnités de déplacements à bicyclette (art 433 et suivants statut OIP). « l’agent qui utilise son vélo sur le chemin du travail au moins cinq fois par mois. » Cela vaut pour un agent qui vient en moyenne 18 fois par mois au travail dans un horaire normal, soit 28% des trajets par mois. Le pompier prestant des gardes de 24H00 vient en moyenne 6 fois par mois, 28% de 6 = 1,68

Le S.L.F.P. demande d’adapter cette disposition pour les agents opérationnels du S.I.A.M.U. afin de ne pas créer de différence de traitement envers le personnel de la Région de Bruxelles-Capitale. Par la même occasion, il faudrait lister toutes les dispositions du statut opérationnel qui renvoient au statut général afin de vérifier si elles sont applicables à des agents en service continu.

2. Précision de l’ Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale déterminant, au Service d'Incendie et d'Aide médicale urgente de la Région de Bruxelles-Capitale, les délégations de compétences et de signatures accordées au directeur général et au directeur général adjoint, les modalités d'exercice de l'avis du coordinateur administratif dans les matières relevant de sa compétence et portant dispositions diverses du 24 août 2017 ; l’article 4 et ce afin d’assurer la continuité du service publique.

Art. 4. § 1. Le coordinateur administratif a le droit de solliciter la réformation auprès du Ministre de toutes les décisions prises par le conseil de direction dans les matières visées par l'article 6bis de l'ordonnance ainsi que des décisions de confirmation visées par l'article 3 § 2, par demande écrite introduite au plus tard 2 jours après le Conseil de direction. § 2. Lorsque le coordinateur administratif exerce ce droit, la décision prise par le conseil de direction est suspendue jusqu'à la décision du Ministre.*

Le S.L.F.P. demande d’indiquer un délai pour rendre cette décision.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, nos salutations distinguées.

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

Anne WIBIN                                                             Eric LABOURDETTE

Mandataire permanente                                             Dirigeant responsable

 

 

16:41 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Point négociation

 

Cabinet de Madame la Secrétaire d’Etat

Fadila Laanan

Monsieur Hervé Gysels

Président Secteur XV

Boulevard du Régent 21-23

1000 Bruxelles

 

Concerne : Points S.L.F.P. secteur XV

 

Monsieur le Président,

 

Conformément à l’article 23 de l’arrêté royal du 28 septembre 1984 portant exécution de la loi du 19 décembre 1974 organisant les relations entre les autorités publiques et les syndicats des agents relevant de ces autorités, le S.L.F.P. vous demande d’inscrire à l’ordre du jour du prochain comité de négociation, les points suivants :

Quid du programme pluriannuel de politique générale du SIAMU mentionné à l’article 23 de la loi du 15 mai 2007 relative à la sécurité civile ?

Art. 23. § 1. Chaque zone établit un programme pluriannuel de politique générale qui tient compte de la situation existante et de l’analyse des risques. Ce programme est établi pour une durée de six ans et est susceptible d’adaptations.

Si, lorsque le programme pluriannuel de politique générale est établi pour la première fois, la durée restante du mandat des conseillers zonaux est inférieure à une durée de six ans, le programme est établi pour la durée restante.

Le programme pluriannuel de politique générale comprend un volet communal et un volet zonal des objectifs en matière de sécurité civile.

Le conseil approuve le programme pluriannuel de politique générale.

Le Roi arrête le contenu minimal et la structure du programme pluriannuel de politique générale.

Ce point a été inscrit à différents ordre du jour du comité de concertation du SIAMU et este sans réponse.

 

Un courrier daté du 04 septembre 2017 adressé au Ministre Président et à Madame la Secrétaire d’Etat, Fadila Laanan, reste également sans réponse (Copie en annexe)

Veuillez agréer, Monsieur le Président, nos salutations distinguées.

 

Anne WIBIN                                                              Eric LABOURDETTE

Mandataire permanente                                              Dirigeant responsable

 

 

16:39 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 01 décembre 2017

RED HONE LINE

«Nous combattons le feu en équipes, nous allons combattre le cancer en équipe »

“We bestrijden het vuur in teams, we zullen samen tegen deze ziekte vechten”

Ecussons à vendre au profit de l'ASBL au prix de 5 euro.

Patch te koop voor het VZW aan de prijs van 5 euro.

24174518_10215020877498819_5125494124047537205_n.jpg

04:49 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 28 novembre 2017

AVIS AU PERSONNEL-BERICHT AAN HET PERSONEEL


Suite au préavis de grève déposé, le S.L.F.P. demande au agents de ne plus participer à des exercices, des recyclages ou toute autre activité non-urgente qui pourraient salir vos tenues afin de garder un maximum de vêtements de travail propre. Soyez présent aux recyclages mais sans participer aux activités pratiques.

 

Ten gevolge van het stakingsbericht, vraagt het V.S.O.A. aan de personeelsleden om niet meer deel te nemen aan oefeningen, opleidingen of eender welke andere niet dringende aktiviteiten die jullie dienstkledij zouden kunnen besmeuren zodoende deze proper te houden. Wees aanwezig aan de opleidingen maar zonder aan de praktische aktiviteiten deel te nemen.

Le préavis de grève du S.L.F.P. couvre toutes les actions du personnel. Seules les missions d’urgence doivent être effectuées.

Het stakingsbericht van het V.S.O.A. dekt alle acties van het personnel.  Enkel de dringende missies moeten uitgevoerd worden.

Le S.L.F.P. demande au personnel de ne pas emporter ses vêtements de travail à domicile.

Het V.S.O.A. vraagt aan het personnel om hun dienstkledij niet mee naar huis te nemen

 

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

Voor het V.S.O.A- F.G.G.A.

 

Labourdette Eric

 

14:20 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

SIAMU-DBDMH

Mais que ce passe-t-il donc au Service d’Incendie et d’Aide Médicale Urgente de la Capitale ?

Après avoir constaté l’état de délabrement des casernes des pompiers de la capitale, d’autres problèmes graves se font ressentir en matière d’hygiène chez les pompiers. Pour plusieurs raisons, certains fournisseurs ne sont plus payés pour les prestations qu’ils effectuent soit à cause d’un programme informatique que la Région a imposé au service d’incendie soit à cause d’un manque de respect envers la législation relative aux marchés publics soit à cause d’un manque de personnel compétent dans certaines matières.

Un des problèmes majeurs est celui qui est relatif au nettoyage de nos vêtements de travail qui n’est plus effectué par l’employeur pour l’instant. Le fournisseur n’est plus payé donc il refuse de nettoyer et de livrer nos vêtements de travail. Certains membres du personnel emportent leur tenue à la maison afin de les laver commettant une infraction à l’article IX.3.4., titre 3 du code du bien-être au travail (L’employeur assure ou fait assurer, à ses frais, le nettoyage des vêtements de travail. Il est interdit de permettre au travailleur d’assurer lui-même la fourniture, le nettoyage, la réparation, etc.. de son vêtement de travail)

Le fournisseur nettoyait également nos essuies de cuisines qui sont, actuellement, lavés dans les machines à laver des postes en même temps que nos tenues imprégnées de substances hautement cancérigènes. En matière d’hygiène, il y a d’énormes efforts à faire.

Les premiers effets se font déjà ressentir, au lendemain de l’incendie industriel à Forest, faute de vêtements de rechange pour se changer, un agent a dû demander un pantalon à prêter à un de ses collègues.

Un autre problème est la livraison des vêtements de travail pour les recrues. Le problème est simple : ils n’ont pas le nombre de tenue ni les mêmes tenues que les collègues en service de garde ! Dans quelques semaines, ces recrues seront affectées à des missions opérationnelles sans être complétement équipées. Les excuses là encore sont multiples. Nonante recrues sont en formation, ces entrées en service étaient prévisibles de longue date et rien n’a été fait pour fournir leur équipement. Vont-ils devoir intervenir en maillot de bain et tong ?

La politique, désastreuse de recrutement, fait qu’il manque régulièrement des agents opérationnels pendant de long mois. La longueur des procédures de recrutement organisées par un organisme fédéral (SELOR) n’arrange rien. Régulièrement, nous manquons de personnel. Les agents accumulent les heures de compensation et leurs fonctions opérationnelles. Lors de gardes, ils sautent d’un véhicule de secours à un autre. Depuis longtemps, les organisations syndicales demandent l’augmentation de l’effectif dans les postes du service. Faute de personnel, ce n’est malheureusement pas possible.

 Des problèmes de fournitures de matériels ou de services sont récurrents, parfois il manque de l’eau en bouteille pour réhydrater nos pompiers, parfois du café, parfois des réparations ne sont plus effectuées par des prestataires de services faute de paiement. Les fournisseurs se pressent au S.I.A.M.U. pour poser des réclamations.

Plusieurs casernes connaissent de graves problèmes soit de sécurité soit de fonctionnement. Les chauffages de plusieurs casernes tombent en panne, les cuisines de certaines d’entre elles représentent des dangers d’explosion, à quelques jours des fêtes de fin d’année, les fours sont en panne, etc… malgré l’effort de quelques personnes engagées récemment, il faudra manifestement attendre encore longtemps avant que tous ces problèmes ne soient réglés. Au rythme de la construction d’une nouvelle caserne par Gouvernement, nous devrions encore attendre 24 ans pour connaître de nouveaux postes et probablement encore autant de temps pour remettre l’Etat-major aux normes de sécurité.

La situation s’améliore en terme de petit travaux rendant certains locaux plus agréables à regarder. Les peintures sont, enfin réalisées, des tentures correctes sont posées aux fenêtres de certains postes, les installations électriques sont remises, petit à petit aux normes, mais de gros problèmes font régulièrement surface. Les ascenseurs de l’aile administrative tombent en panne régulièrement ce qui nous permet d’évacuer les personnes à mobilité réduite par les escaliers. Les caves et les sous-sols sont squattés par les animaux du quartier qui n’hésite pas à déféquer sur nos tenues entreposées dans un ancien bunker anti atomique. Un des deux ascenseurs du bâtiment des agents opérationnels ne fonctionne plus depuis des années sans qu’aucune réparation n’ait lieu.

 Le mobilier des postes et des casernes est dans un état déplorable, les fauteuils de repos sont dignes de ceux d’un squat, il manque des chaises à la cantine et il a fallu attendre plus d’un an pour obtenir le remplacement de couvert prêté par une compagnie pour l’ouverture d’un poste.

Des infiltrations d’eau ont lieu dans la passerelle reliant les deux bâtiments de l’état-major depuis des années, l’eau dégoulinant par le long des câbles électriques. L’état des cours intérieures des casernes a déjà provoqué plusieurs chutes et blessures importantes à des membres du personnel, il n’existe pas de zones réservées aux travailleurs qi se déplacent à pied dans les zones utilisées par des véhicules, les appareils d’éclairages de secours ne sont pas tous en état de fonctionner, bref les manquements sont nombreux et certains présentent des risques pour la sécurité des travailleurs. Ces problèmes ne sont pas uniquement dénoncés par le S.L.F.P., mais par des inspecteurs du Ministère de l’emploi et du travail et figurent dans des rapports envoyés à la direction.

 Ces situations sont passées, généralement, sous silence. Mais trop c’est trop et le personnel commence à en avoir marre d’être le dindon d’une mauvaise farce. Des mouvements de mauvaise humeur commencent à se faire ressentir.

 Malgré les efforts indéniables du Cabinet de la Secrétaire d’ Etat, Cécile Jodogne, la situation s’aggrave au S.I.A.M.U. à tel point que l’on se demande s’il n’existe pas des sabotages pour en arriver à de telles situations.

 

Wat is er toch aan de hand bij de Dienst voor Brandbestrijding en Dringende Medische Hulp van de hoofdstad?

 

Nadat er verkrotting van brandweerkazernes in de hoofdstad werd vastgesteld, steken er nog bijkomende ernstige problemen de kop op m.b.t. de hygiëne bij de brandweer. Om verschillende redenen worden bepaalde leveranciers voor hun geleverde prestaties niet meer betaald hetzij door een IT-programma dat door het Gewest aan de brandweerdienst werd opgelegd, hetzij door een gebrek aan respect voor de wetgeving m.b.t. overheidsopdrachten, hetzij door een gebrek aan competent personeel in bepaalde materies.

 

Eén van de hoofdproblemen is het feit dat onze werkgever momenteel niet meer instaat voor de reiniging van onze werkkledij. De leverancier wordt niet meer betaald, dus weigert hij onze werkkledij te wassen en te leveren. Bepaalde personeelsleden nemen hun tenue mee naar huis om te wassen, waardoor zij een inbreuk plegen tegen artikel IX.3.4., titel 3 van de codex over het welzijn op het werk (De werkgever zorgt of laat op zijn kosten zorgen voor de reiniging van de werkkledij. Het is verboden de werknemer toe te laten zijn eigen werkkledij aan te schaffen, zelf voor de reiniging, de herstelling, etc. in te staan).

De leverancier waste eveneens onze keukenhanddoeken die momenteel in de wasmachines van de posten gewassen worden, en tegelijkertijd onze tenues die in hoge mate gecontamineerd zijn met kankerverwekkende substanties. Op het gebied van hygiëne moeten er enorme inspanningen geleverd worden.

De eerste effecten zijn reeds voelbaar zo kort na de industriële brand in Vorst: doordat er geen vervangingskledij voorhanden is heeft een personeelslid een broek moeten lenen van een collega.

Een ander probleem is de levering van werkkledij voor de rekruten. Het probleem is eenvoudig: ze beschikken niet over het aantal uniformen, evenmin over dezelfde tenues dan de collega's van de wachtdienst! Binnen een paar weken worden deze rekruten ingezet voor operationele missies zonder dat ze over een volledige uitrusting beschikken. De uitvluchten zijn ook hier talrijk. Negentig rekruten zijn in opleiding, deze indiensttredingen waren sinds lang voorzienbaar, maar niets werd ondernomen om hun uitrusting te leveren. Moeten ze misschien in badkleding en teenslippers uitrukken?

Het catastrofale aanwervingsbeleid maakt dat operationele personeelsleden regelmatig gedurende maanden afwezig zijn. De duur van de wervingsprocedures die door een federale instelling georganiseerd worden, komt dit niet ten goede. Regelmatig is er een tekort aan personeel. De personeelsleden accumuleren de compensatie-uren en hun operationele functies. Tijdens de wachtdienst springen zij van het één hulpverleningsvoertuig in het andere. Sinds lang vragen de vakorganisaties de verhoging van het aantal personeelsleden in de dienstposten. Door het tekort aan personeel is dit spijtig genoeg niet mogelijk.

Herhaaldelijk treden problemen bij de leveringen van materiaal of diensten op, soms is er een tekort aan flessenwater om de brandweerlieden opnieuw te hydrateren, soms aan koffie, soms worden herstellingen niet meer uitgevoerd door de dienstverleners omdat deze niet meer betaald worden. De leveranciers haasten zich naar de DBDMH om reclamaties in te dienen.

In verschillende kazernes bestaan ernstige problemen op het gebied van veiligheid en werking. De verwarming doet het niet meer in diverse kazernes, in de keukens van bepaalde kazernes heerst explosiegevaar, op enkele dagen van de eindejaarsfeesten zijn de ovens defect, etc. Desondanks de inzet van enkele geëngageerde personen, zal men blijkbaar nog lang moeten wachten alvorens al deze problemen opgelost zijn. Aan het tempo dat de Regering een nieuwe kazerne bouwt moeten wij nog 24 jaar wachten om nieuwe posten te zien en waarschijnlijk nog eens even lang om de Generale Staf op de veiligheidsnormen af te stemmen.

De situatie verbetert voor wat de kleine werken betreft... zo zijn bepaalde lokalen veel aangenamer geworden. Schilderwerken worden eindelijk gerealiseerd, schone gordijnen worden aan de vensters van bepaalde posten gehangen, beetje bij beetje worden elektrische installaties heringericht volgens de normen, maar regelmatig duiken er grote problemen op. De liften van de administratieve vleugel zijn regelmatig defect, waardoor wij personen met een beperkte mobiliteit via de trap moeten naar buiten brengen. Kelderruimtes en kelderverdiepingen worden door de dieren uit de wijk ingepalmd die niet aarzelen om hun behoefte op onze uniformen te doen die gestockeerd worden in een oude atoombunker. Sinds jaren werkt één van de twee liften van het gebouw van de operationele personeelsleden niet meer zonder dat er een herstelling gepland wordt.

De meubelen van de posten en de kazernes zijn in een erbarmelijke staat, de zetels om uit te rusten lijken op diegenen van krakers, er is een tekort aan stoelen in de refter en we hebben meer dan een jaar moeten wachten opdat het bestek vervangen werd dat door een compagnie werd uitgeleend voor de opening van een post.

Sinds jaren is er waterinsijpeling in de doorgang die de twee gebouwen van de Generale Staf verbindt en het water druipt zelfs langs elektrische kabels. Door de staat van de binnenplaatsen van de kazernes zijn er reeds meerdere valpartijen van personeelsleden geweest met als gevolg belangrijke kwetsuren, in zones waar voertuigen rijden bestaan er geen afzonderlijke zones die voorbehouden zijn voor werknemers die zich te voet verplaatsen, de toestellen die voor noodverlichting moeten zorgen, functioneren niet allemaal, kortom er bestaan talrijke tekortkomingen die soms veiligheidsrisico's inhouden voor de werknemers. Deze problemen worden niet alleen door het V.S.O.A. aangekaart, maar ook door de inspecteurs van het Ministerie van Tewerkstelling en Arbeid die de hele problematiek in verslagen neergeschreven en naar de directie opgestuurd hebben.

In het algemeen wordt over deze situaties in stilte gezwegen. Maar te veel is te veel en het personeel heeft er stilletjes aan genoeg van om de pineut te zijn. Meer en meer wordt de ontevredenheid merkbaar.

Desondanks het feit dat men de inzet van het Kabinet van Staatssecretaris Cécile Jodogne niet kan ontkennen, wordt de situatie bij de DBDMH alsmaar erger tot op het punt dat men zich afvraagt of er geen sabotage in het spel is om tot dergelijke situaties te komen.

  

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C

Voor V.S..O.A.-F.G.G.A.

 Labourdette Eric

14:19 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 24 novembre 2017

Après Forest

Déjeuner offert par le SLFP à la centrale et aux agents de garde à BXL pour reprendre des forces après l’incendie à Forest. Non, juré, c’est pas des gaufres !!!!!

 

23795855_799622963553414_4937418523705648487_n.jpg

 

 

16:30 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 23 novembre 2017

Paiement fournisseurs

Bruxelles, le 23 novembre 2017

 

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

Le S.L.F.P. souhaiterais connaître les raisons du non-paiement de plusieurs fournisseurs du S.I.A.M.U. et du retard de livraisons de certains articles indispensables au fonctionnement de notre service.

Le S.L.F.P. vous informe que la firme chargée du retrait, du nettoyage et de la livraison de nos vêtement de travail n’a plus été payé depuis avril 2017. Suite à ce non-paiement, cette firme ne vient plus chercher notre linge sale et ne procède même plus à la livraison de nos vêtements propres.
Si une solution n’est pas trouvée rapidement, nous n’aurons plus de vêtement de travail pour assurer nos missions. Allons-nous devoir intervenir en pyjama ou en jeans ?

La firme en charge de nous fournir des pièces de rechanges pour nos appareil de protection respiratoire ne livre plus. Elle est également en attente de voir ses facture honorées par le S.I.A.M.U. Allons-nous devoir intervenir dans la fumée avec un mouchoir devant la bouche comme protection des voies respiratoires lors d’un incendie ?

Pour continuer, le S.I.A.M.U. a été forcé de payer une amende de 20.000€ pour retard de paiement suite à la livraison de 2 autopompes !

Certains consommables utilisés par nos ambulanciers doivent être achetés dans les commerces du quartier.
Il semble que, malgré l’engagement d’agents administratifs supplémentaires, la situation du S.I.A.M.U. s’aggrave.

Le S.L.F.P. souhaite savoir qui était responsable de transcrire le fichier Excel de l’ancien programme vers ce nouveau programme ?
Pourquoi une priorité a-t-elle été donnée au marchés « administratifs » au détriment des marchés opérationnels ?

Pour terminer, les recrues presterons des gardes en 24H00 dès janvier sans avoir les mêmes vêtements de travail que leurs collègues ! En 30 ans de service au S.I.A.M.U., nous n’avons jamais connu pareil situation. Doit-on attendre les fameux mandataires pour voir enfin la situation de ce service s’améliorée ?

Le S.L.F.P. vous rappelle son préavis de grève qui couvrira TOUTES les actions entreprises par le personnel en dehors des participations aux missions d’urgence.

Dans l’attente de réponses à nos questions, veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

Labourdette Eric
Dirigeant responsable

18:29 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 21 novembre 2017

NEWS

Le S.L.F.P. informe par courriel ses affiliés des résultats des nombreuses négociations et des modifications relatives à nos conditions de travail. Le S.L.F.P. reste à l’écoute de ses affiliés.

Le S.L.F.P. reste disponible afin de relayer vos légitimes questions auprès de la direction ou de la ligne hiérarchique tout en garantissant l’anonymat lors des différents comités.

Vous pouvez nous joindre par mail, slfp-vsoa@firebru.brussels, ou par téléphone 02.208/82/ 57

Visitez note blog:

http://slfp-siamu.skynetblogs.be/

ou

notre website:

http://www.slfp-vsoa-zonesdesecours-hulpverleningzones.be/

CHERCHER SUR GOOGLE: SLFP FIREFIGHTER OU SLFP SIAMU

  

NEWS:

 

AUGMENTATION DU CHEQUE REPAS DE 1€ DES 2018

REMBOURSEMENT A 100% DE TOUS LES FRAIS DE TRANSPORT (TEC, De LIJN, SNCB) 1.000.000€

ALLONGEMENT DES ECHELLES BAREMIQUES (octroi de biennales jusqu'à la retraite)

Statutarisation plus grande avec organisation de sélection (surtout pour C et D)

Statutarisation des opérateurs du central 100 du SIAMU (Statut 3.0)

LE S.L.F.P. CONTINUE A REVENDIQUER UNE AUGMENTATION BAREMIQUE POUR TOUT LE PERSONNEL!!!

Nous refusons l’excuse du coût trop élevé avancé par le Gouvernement pour cette augmentation. Combien coûte les primes de mandats à la Région ?

D’AUTRES NEWS PAR MAIL? ENVOYEZ VOS ADRESSES MAIL:

 

slfp-vsoa@firebru.brussels

Het V.S.O.A. informeert haar leden per mail over de resultaten van de talrijke onderhandelingen en over de aanpassingen betreffende onze arbeidsvoorwaarden. Het V.S.O.A. heeft steeds een luisterend oor voor haar leden.

Het V.S.O.A. blijft beschikbaar om jullie terechte vragen bij de directie of de hiërarchische overste aan te kaarten terwijl jullie anonimiteit tijdens de discussies in de verschillende comités gewaarborgd blijft.

Jullie kunnen ons bereiken via mail: slfp-vsoa@firebru.brussels of telefonisch op het nummer 02/208.82.57

Neem een kijkje op onze blog:

http://slfp-siamu.skynetblogs.be/

of

op onze website:

http://www.slfp-vsoa-zonesdesecours-hulpverleningzones.be/

ZOEK OP GOOGLE: VSOA FIREFIGHTER OF VSOA DBDMH

 

NEWS:

 

VERHOGING VAN DE MAALTIJDCHEQUE MET 1€ VANAF 2018

100% VERGOEDING VAN ALLE TRANSPORTKOSTEN (TEC, DE LIJN, NMBS) 1.000.000€

Verlenging van de weddeschalen (toekenning van biënnales tot aan het pensioen)

Grotere statutarisering met organisatie van selectie (vooral voor C en D)

Statutarisering van de operatoren van de 100-centrale van de DBDMH( In het statuut 3.0)

Het V.S.O.A. blijft ijveren voor een baremieke loonsverhoging voor het voltallige personeel! Wij weigeren het excuus te aanvaarden van de te hoge kosten voor het brussels hoofdstedelijk gewest!! Hoeveel kosten de mandaten en de nieuwe gebouwen om de “vrienden” onder te brengen?

ANDER NEWS PER MAIL GEWENST? STUUR JULLIE ADRESSEN MAAR DOOR: slfp-vsoa@firebru.brussels

 

 

 

 

17:28 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Mobilité-Mobiliteit

REGION DE BRUXELLES-CAPITALE PUBLICATION DU 21.11.2017

 
Service d'Incendie et d'Aide Médicale Urgente. - Appel par mobilité externe d'officiers au grade de Lieutenant vers le Service d'Incendie et d'Aide Médicale Urgente (SIAMU) de la Région de Bruxelles-Capitale
Le SIAMU est un organisme d'intérêt public de catégorie A. Il est en charge de la lutte contre le feu, des premiers secours aux personnes malades ou blessées et de leur transport vers les institutions hospitalières, de même que de missions confiées aux services d'incendie relatives à la sécurité civile et de la remise d'avis en matière de prévention incendie.


Pour son personnel opérationnel, le SIAMU est soumis aux dispositions du statut administratif et pécuniaire ainsi qu'à l'arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 27 mars 2014 fixant le régime de mobilité au sein de certaines institutions de la Région de Bruxelles-Capitale.
Le SIAMU procède à l'appel par mobilité externe de candidats pour plusieurs postes d'officiers au grade de Lieutenant.
A dater de la mise en oeuvre du nouveau statut administratif, prévu au 1er mars 2018, les lauréats acquerront automatiquement le grade de capitaine.
Les candidats doivent satisfaire aux conditions suivantes :
o Etre agent opérationnel et professionnel avec le grade de capitaine dans sa zone de secours d'origine ;
o Etre en activité de service ;
o être titulaire du brevet de OFF 2 ou être titulaire du brevet de technicien en prévention de l'incendie;
o avoir obtenu une évaluation « bien » ou « très bien »;
o Etre titulaire du permis de conduire du type B.
Etre titulaire d'un diplôme universitaire (licence ou master) à orientation scientifique est un atout.
La description de fonction de cet emploi est disponible à l'adresse mail suivante : job@firebru.brussels
Les personnes intéressées sont invitées à faire parvenir leur candidature par courriel à job@firebru.brussels, à l'attention de Jean-Paul L., Commandant en Second, Avenue de l'Héliport 15, à 1000 Bruxelles, dans un délai de 21 jours. Ce délai commence à courir le jour qui suit la publication de la présente vacance d'emploi au Moniteur belge.
L'acte de candidature doit obligatoirement mentionner le nom, les prénoms, la date de nomination, la position administrative du/de la candidat(e) et les coordonnées précises de la zone de secours dont il/elle est originaire. Il doit être accompagné d'un curriculum vitae détaillé et d'une lettre de motivation circonstanciée.
Les candidats répondant aux conditions mentionnées supra seront invités à participer à un entretien de sélection, éventuellement précédé par un test pratique.

Dienst voor Brandweer en Dringende Medische Hulp. - Oproep via externe mobiliteit van officieren in de graad van Luitenant naar de Dienst voor Brandweer en Dringende Medische Hulp (DBDMH) van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest
De DBDMH is een instelling van openbaar nut van categorie A die verantwoordelijk is voor de brandbestrijding, de eerste hulp aan zieke of gewonde personen en hun transport naar de ziekenhuizen. De brandweerdienst krijgt ook opdrachten toevertrouwd inzake civiele veiligheid en het uitbrengen van adviezen inzake brandpreventie.
Voor zijn operationeel personeel, is de DBDMH onderworpen aan de bepalingen van het administratief en geldelijk statuut evenals aan het besluit van de Brusselse Hoofdstedelijke Regering van 27 maart 2014 houdende regeling van de mobiliteit in sommige instellingen van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest.
De DBDMH gaat over tot de oproep via externe mobiliteit van kandidaten voor meerdere posten van officier in de graad van Luitenant.
Vanaf het in werking treden van het nieuw administatief statuut voorzien op 1 maart 2018, worden de laureaten automatisch kapitein.
De kandidaten moeten voldoen aan volgende voorwaarden:
o Operationeel en professioneel personeelslid zijn met de graad van kapitein in zijn/haar hulpverleningszone van oorsprong;
o In dienstactiviteit zijn;
o Houder zijn van het brevet van OFF 2 of houder zijn van het brevet van technicus brandvoorkoming;
o De evaluatie "goed" of "zeer goed" hebben verkregen;
o In het bezit zijn van een rijbewijs type B.
Houder zijn van een universitair diploma (licentie of master) in een wetenschappelijke richting is een troef.
De functiebeschrijving van deze betrekking is beschikbaar op het volgende adres : job@firebru.brussels
Belangstellenden worden verzocht hun kandidatuur in te dienen via mail op job@firebru.brussels, ter attentie van de heer Jean-Paul L., Commandant tweede in bevel, Helihavenlaan 15 te 1000 Brussel, binnen een termijn van 21 dagen. Die termijn gaat in op de dag volgend op de bekendmaking van deze vacature in het Belgisch Staatsblad.
In de kandidatuur moeten verplicht de naam, voornamen, benoemingsdatum, administratieve toestand en de precieze gegevens van de brandweerzone waaruit de kandidaat afkomstig is worden vermeld. Er dient een gedetailleerd curriculum vitae bijgevoegd te worden alsook een uitvoerige motivatiebrief.
De kandidaten die aan bovenvermelde voorwaarden voldoen, zullen worden uitgenodigd voor een sollicitatiegesprek, eventueel voorafgegaan door een praktische proef.

 

 

15:58 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 20 novembre 2017

C'est pas tous les jours dimanche

https://www.rtl.be/tv/rtltvi/replay/19-11-2017-bruxelles-mais-qu-a-fait-la-police

15:33 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 19 novembre 2017

Avis motivé plan annuel

Bonjour,

 

le SLFP demande de rajouter les motivation suivante à son avis motivé relatif au plan annuel d'actions 2018:

 

Le plan d'action annuel décrit l'élaboration concrète des mesures consacrées au bien-être au travail. Ces plans sont déjà prédéfinis dans le plan global de prévention. En tant qu'employeur, vous êtes tenu d'établir ce plan en concertation avec :

  • Les services de prévention et de protection au travail
  • La ligne hiérarchique.

Le plan d'action annuel comporte :

  • Les objectifs prioritaires de la politique de prévention pour l'année de service qui suit
  • Les moyens et méthodes pour réaliser ces objectifs
  • Les missions, obligations et moyens de toutes les personnes concernées
  • Les adaptations à apporter au plan global de prévention en raison de :
    • Circonstances modifiées
    • Accidents et incidents qui se sont produits dans l'entreprise
    • Rapport annuel de l'année écoulée rédigé par le service interne de prévention et de protection au travail
    • Les avis émis par le CPPT au cours de l'année écoulée

Vu que le plan présenté par l'employeur (et pas le SIPP) ne respecte pas la législation, le S.L.F.P. confirme son avis motivé négatif relatif au plan d'action annuel 2018

 

Cordialement,

 

S.L.F.P.-A.F.R.C.

V.S.O.A.-F.G.G.A.

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Verantwoordelijke leider

Président du secteur "Zones de secours"

Voorzitter sector "Hulpverleningszones"

0475/86 75 85

08:20 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Position SLFP modification statut

Mesdames, messieurs
 
Suite à la réunion du Secteur XV du 13 novembre dernier et à la demande du Cabinet Jodogne, nous vous invitons:
 
-        à nous confirmer votre position à l’issue de la négociation sur l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale modifiant l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale portant le statut administratif et pécuniaire des agents du personnel opérationnel du Service d’Incendie et d’Aide médicale urgente / Besluit van de Brusselse Hoofdstedelijke Regering tot wijziging van het besluit van de Brusselse Hoofdstedelijke Regering houdende het administratief statuut en de bezoldigingsregeling van het operationeel personeel van de Dienst voor Brandbestrijding en Dringende Medische Hulp.
 
-        à prendre contact avec le secrétariat du Secteur XV dès que possible pour venir signer le protocole y relatif (cf. pièce jointe) et y déposer vos éventuelles remarques. Pour votre information, la CGSP/ACOD a remis un accord.
 
POSITION DU SLFP:
 

Malgré quelques rectifications positives, le S.L.F.P. procédera à la signature d’un désaccord à l’issue de la négociation sur l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale modifiant l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale portant le statut administratif et pécuniaire des agents du personnel opérationnel du Service d’Incendie et d’Aide médicale urgente pour les raisons suivantes :

  

  • Pour le S.L.F.P. les modifications apportées ne sont pas suffisantes :

 

Il y a trop de renvoi aux dispositions du statut général.

Le S.L.F.P. s’oppose, toujours, à la disparition des grades intermédiaires alors que le   Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale n’était pas obligé de les supprimer mais de simplement prévoir les grades du statut fédéral (Voir accord de coopération)

La composition du Conseil de direction : Pourquoi un représentant de « Bruxelles Prévention-Sécurité » et le Ministre fonctionnellement compétent ou son représentant ? Le Ministre fonctionnellement compétent est déjà représenté par don D.G.

Les dispositions relatives à chambre de recours régionale sont applicables aux membres du personnel opérationnel : Le S.L.F.P. demande la création d’une chambre de recours en interne.

La commission de réaffectation n’est toujours pas effective. Les descriptions de fonction ne sont pas connues. L’évaluation n’est toujours pas d’application. Le règlement d’ordre intérieur n’est pas adopté de façon réglementaire.

Il n’y a toujours pas de RH opérationnel (Voir article 137 du statut ops)

Afin de rester cohérent avec nos revendications de l’accord sectoriel, le S.L.F.P. demande une révision générale des barèmes.

Le S.L.F.P. s’oppose toujours aux mandats.

Le S.L.F.P. demande les mêmes dispositions que celles prévues par l’arrêté royal du 19 avril 2014 portant statut pécuniaire des agents opérationnels des zones de secours en cas de réaffectation dans des tâches opérationnelles plus légères, dans des tâches administratives, techniques ou logistiques ou affecté à une fonction allégée (maintien d’un pourcentage fixe de l’allocation forfaitaire de garde)

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, mes salutations distinguées.

 

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C. 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

 

Labourdette Eric

05:40 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

samedi, 18 novembre 2017

Comportements indésirables-Ongewenst grensoverschrijdend

Le S.L.F.P. demande au personnel de remplir les formulaires en cas d’insultes, de menaces verbales ou physiques.

Het V.S.O.A. vraagt aan het personeel het formulier te invullen in geval van belediging, verbale of fysiek bedreigingen.

Formulaire Comportements Indésirables et Excessifs (CIET)_0 (1)1.pdfFormulier Ongewenst grensoverschrijdend gedrag (OGGW)1.pdf

18:22 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

OJ-Agenda

Agenda BOC 2017 11.pdf

Agenda CPBW 2017 11.pdf

OJ CCB 2017 11.pdf

OJ CPPT 2017 11.pdf

10:44 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 16 novembre 2017

Rellen te Brussel en agressie ten aanzien van de brandweerlieden

Mevrouw de Staatssecretaris

Cécile Jodogne

Botanic Building

Sint-Lazaruslaan 10

 

B-1210 Brussel

 

Betreft : Rellen te Brussel en agressie ten aanzien van de brandweerlieden

 

Mevrouw de Staatssecretaris,

 

Na de gebeurtenissen met betrekking tot de aanvallen tijdens de rellen van 11 november 2017, heeft de DBDMH uiteindelijk besloten om een ​​klacht in te dienen om de agenten die het slachtoffer waren van deze agressie te ondersteunen. Het VSOA dankt u ook voor uw reactie.

Het VSOA heeft herhaaldelijk gevraagd dat de werkgever bij elke agressie tegen een van zijn agenten een klacht indient, een verzoek dat telkens onbeantwoord bleef. Om onze geschriften te bewijzen, volstaat het om ons schrijven van 12 juli 2016 opnieuw ter hand te nemen als reactie op de agressie op een personeelslid tijdens een interventie in een gebouw tegenover de kazerne. Het onderwerp werd ook besproken tijdens een basisoverlegcomité zonder dat er enige actie werd ondernomen door ons management.

Na de aankondiging van de indiening van deze klacht, heeft het VSOA gevraagd een kopie hiervan te verkrijgen. Als deze klacht daadwerkelijk is ingediend, wenst het VSOA dat dit niet de laatste is en dat bij elke agressie waarbij de directie ervan op de hoogte wordt gebracht die het onderwerp van de neerlegging van een klacht zou vormen.

Het VSOA zou willen dat het management het personeel herinnert aan de te volgen procedure in het geval van fysieke of verbale agressie tegen hen tijdens een interventie. Voor het VSOA zijn deze acties tegen leden van een hulpdienst ontoelaatbaar, veel te talrijk en worden zij te vaak doodgezwegen!

Het personeel moet ook rapporteren over de aanvallen op hen, zodat het management stappen kan ondernemen om de daders dezer feiten te vervolgen. Een paar dagen geleden werd een bemanning die in een ambulance werkte bedreigd door een persoon met een mes, op dinsdag 14 november kreeg een collega een knieblessure terwijl hij tussenbeide kwam met een ambulance, nog op dinsdag moesten collega’s tussenbeide komen tussen een patiënt onder invloed, een arts en een verpleegster.

De agressie van 11 november jegens onze collega's werd wijd verspreid door de pers dankzij de sociale netwerken. Andere dagelijkse aanvallen worden het niet, maar moeten niet worden genegeerd.

Het VSOA verzoekt om de procedure voor het melden van ongewenst en buitensporig gedrag bij elk personeelslid in herinnering te brengen.

Ten slotte informeren we u dat dit onderwerp werd besproken tijdens een vergadering op het kabinet van de minister van Binnenlandse Zaken, Jan Jambon, en dat het onderwerp zal zijn van bijzondere opvolging door het VSOA

Met onze vakbondsgroeten.

 

Pour het VSOA-FGGA

 

 

Labourdette Eric                                                                                                Wibin Anne

Verantwoordelijk leider                                                                                 Bestendig mandataris

 

 

15:50 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Agressions

Bruxelles, le 16 novembre 2017

 

Madame la Secrétaire d’Etat

Botanic Buding

Boulevard Saint-Lazare 10

 

B-1210 Bruxelles

 

Concerne : Emeutes à Bruxelles et agressions envers les pompiers

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

 

Suite aux évènements relatifs aux agressions lors des émeutes du 11 novembre 2017, le S.I.A.M.U. a, enfin, décidé de déposer plainte afin de soutenir les agents victimes de ces agressions. Le S.L.F.P. vous remercie également pour votre réaction.

Le S.L.F.P. a demandé, à plusieurs reprises, que l’employeur porte plainte lors de chaque agression envers un de ses agents, demande restée à chaque fois sans suite. Afin de prouver nos écrits, il suffit de reprendre notre courrier daté du 12 juillet 2016 suite à l’agression d’un membre du personnel lors d’un intervention dans un immeuble en face de la caserne. Le sujet a également été abordé lors d’un comité de concertation de base sans qu’aucune action n’ait été entreprise par notre direction.

Suite à l’annonce du dépôt de cette plainte, le S.L.F.P. en demande une copie. Si cette plainte a effectivement été déposée, le S.L.F.P. souhaite que ce ne soit pas la dernière et que à chaque agression dont la direction soit mise au courant face l’objet également du dépôt d’une plainte.

Le S.L.F.P. souhaite que la direction rappelle au personnel la procédure à suivre en cas d’agression physique ou verbale envers eux lors d’une intervention. Pour le S.L.F.P. ces agissements envers des membres d’un service de secours sont inadmissibles, beaucoup trop nombreux et passé, également, trop souvent sous silence !

Le personnel doit, également, faire part des agressions dont il est victime afin de permettre à la direction de prendre des dispositions pour poursuivre les auteurs de ces faits. Il y a quelques jours, un équipage intervenant en ambulance a été menacé par un individu armé d’un couteau, le mardi 14 novembre, un collègue a reçu un coup de genoux en intervenant avec une ambulance, toujours ce mardi, des collègues ont du s’interposés entre un patient sous influence, un médecin et une infirmière.

L’agression de ce 11 novembre envers nos collègues a été largement diffusé par la presse grâce aux réseaux sociaux. D’autres agressions quotidiennes ne le sont pas mais ne doivent pas être passées sous silence.

Le S.L.F.P. demande que la procédure relative à la déclaration des comportements indésirables et excessifs soit rappelés à chaque membre du personnel.

Pour terminer, nous vous informons que ce sujet a été abordé lors d’une réunion au cabinet du Ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, et fera l’objet d’un suivi particulier de la part du S.L.F.P.

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

 

 

Labourdette Eric                                                                             Wibin Anne

Dirigeant responsable                                                                    Mandataire permanente

08:44 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 12 novembre 2017

Nuit du 11 au 12.11.2017

Quelques 300 personnes ont provoqué des bagarres, samedi soir dans le centre-ville de Bruxelles.
Ils ont commencé à saccager les installations déjà montées en vue des Plaisirs d'Hiver. Une voiture a été incendiée Place Fontainas. Une camionnette a été renversée. Les pompiers de Bruxelles doivent intervenir pour voiture et poubelles en feu, et évidement, comme à chaque fois, ces énergumènes qui manquent totalement de respect, s'en prennent aux Pompiers!!
Pas d'interpellations par... la police.... 

23472404_10214868422447538_2108904634941117809_n.jpg

23380168_10214535210071264_1075750065999000595_n.jpg

23435272_10214868423687569_2604687688879031143_n.jpg

23380286_10214535210111265_8697559410913789396_n.jpg


 

10:32 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Nuit du 11 au 12.11.2017

Quelques 300 personnes ont provoqué des bagarres, samedi soir dans le centre-ville de Bruxelles.
Ils ont commencé à saccager les installations déjà montées en vue des Plaisirs d'Hiver. Une voiture a été incendiée Place Fontainas. Une camionnette a été renversée. Les pompiers de Bruxelles doivent intervenir pour voiture et poubelles en feu, et évidement, comme à chaque fois, ces énergumènes qui manquent totalement de respect, s'en prennent aux Pompiers!!
Pas d'interpellations par... la police.... 

23472404_10214868422447538_2108904634941117809_n.jpg

23380168_10214535210071264_1075750065999000595_n.jpg

23435272_10214868423687569_2604687688879031143_n.jpg

23380286_10214535210111265_8697559410913789396_n.jpg


 

10:32 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Le S.L.F.P. vous informe- Het V.S.O.A. informeert u

 

Pour nos collègues volontaires dans une zone : 1 page par zone

Voor onze vrijwilliger medewerkers in een zone: 1 pagina per zone

 

(Google : SLFP Firefighter):

http://www.slfp-vsoa-zonesdesecours-hulpverleningzones.be/

 

Laissez-nous vos commentaires ou envoyez-nous un mail

Laat ons uw commentaar achter of stuur ons een mail

 

06:07 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

samedi, 11 novembre 2017

SLFP-VSOA

Collega’s,

Onze organisatie hecht grote waarde aan het individu en onze mensen zullen steeds jouw individuele noden zo persoonlijk mogelijk aanpakken.

Kiezen het V.S.O.A., is namelijk kiezen voor vertrouwen, een luisterend oor door deskundige personen, het geven van juiste informatie. Dit betekent het onmiddellijk verkrijgen van gratis interne juridische bijstand met behulp van onze juristen en advocaten. Na 27 jaar in operationele dienst, onze vaste afgevaardigden heeft besloten te wijden zich enkel slechts aan de verdediging van zijn collega's. Sinds 2004, hij deel aan alle onderhandelingen en het overleg op alle niveaus. Hij wordt omringd door een panel uit experts uit alle categorieën personeel.

Onmiddellijk na aansluiting : Geniet u administratieve assistentie: onze vertegenwoordigers komen tussen bij administratieve en politieke overheden en kunnen u met raad en daad bijstaan tegenover de administratieve overheid, tenslotte kunnen ze u nuttige informatie verstrekken enz.

Als lid van het VSOA kan je immers van leuke extraatjes en kortingen genieten voor brandstoffen, verzekeringen, bloemen, alle leden kunnen tegen een voorkeurtarief bellen, surfen en tv-kijken, ook als u al klant bent bij Proximus, exclusief voordeel bij Planet Parfum, voordelige voorwarden voor verblijven in appartementen in Cavalaire-sur-Mer, in Ampuriabrava, voor verblijen in chalets in de Cantal in Auvergne, voor verblijven in stacaravans in Croatië, Spanje, Franhrijck, Italië en Portugal. Korting op de verblijven in Hotel in Oostende en De Haan.

Na één jaar aansluiting, geniet u, in het kader van de verdediging van uw beroepsbelangen, juridische bijstand voor administratieve, burgerlijke, strafrechtelijke en arbeidsrechtbanken, op voorwaarde dat uw dossier door de juridische cel aanvaard wordt, en dit met onze eigen advokatenkantoren.

 

Tenslotte geniet u ook van:

 

  • Een huwelijkspremie, een geboortepremie,
  • een premie voor opruststelling,
  • een tussenkomst bij overlijden,

Maandelijkse bijdragen 2017 : 14 € voor voltijds, 9 € voor haalftijds (Terugbetaling van 90€ per jaar)

Wij zijn actief binnen alle segmenten van de openbare sector en verdedigen er de belangen van alle personeelscategorieën, zowel statutairen als contractuelen.

 Website : http://slfp-siamu.skynetblogs.be/ mailadress : slfp-vsoa@firebru.brussels

 

GOOGLE: SLFP FIREFIGHTER

Collègues,

 

Notre organisation attache une grande valeur à l’individu et nos délégués aborderont toujours vos besoins de façon aussi personnelle que possible.

Choisir le S.L.F.P. c’est opter pour la confiance, pour une écoute attentive par des gens compétents et recevoir des informations correctes. C’est obtenir immédiatement une assistance juridique gratuite en interne à l’aide de nos juristes et avocats. Après 27 ans de service opérationnel, notre délégué permanent a décidé de se consacrer uniquement à la défense de ses collègues. Depuis 2004, il participe à toutes les négociations à tous les niveaux de pouvoir. Il est entouré d’experts issus de toutes les catégories de personnel.

 

Dès l’affiliation, vous bénéficiez de l’assistance administrative : intervention de nos représentants auprès des autorités administratives et politiques, conseils de nos spécialistes, aide devant les autorités administratives, conseils, informations.

 

Comme affiliés du S.L.F.P. vous pouvez bénéficier de jolies réductions pour les carburants, assurances, fleurs, systèmes de navigation «TOMTOM», des gsm et des produits PHILIPS, tarif préférentiel sur le téléphone, internet et la TV chez Proximus, même étant déjà client, avantage exclusif pour les membres du SLFP chez Planet Parfum, conditions avantageuses pour des séjours en appartement à Cavalaire-sur-Mer en France, à Empuriabrava en Espagne, pour des séjours en chalets, location de chalets dans le Cantal en Auvergne, pour des séjours en mobile-home-Homair vacances en Croatie, en Espagne, en France, en Italie et au Portugal. Réduction pour des hotels à Oostende et De Haan.

 

Après une année d’affiliation, vous pouvez obtenir dans le cadre de la défense de vos intérêts professionnels, après acceptation du dossier par la cellule juridique, l’assistance juridique, que ce soit devant les juridictions administratives, civiles, pénales ou du travail et ce via nos bureaux d’avocats.

Par ailleurs, vous bénéficiez des avantages suivants :

  • La prime de mariage
  • La prime de naissance
  • La prime de pension
  • L’intervention dans les frais de funérailles

Cotisations mensuelles 2017 : 14 € pour un temps plein, 9 € pour un mi-temps (Remboursement de 90€ par an)

Website : http://slfp-siamu.skynetblogs.be                   mailadress : slfp-vsoa@firebru.brussels

 

You tube : chercher-zoek SLFP VSOA

 

GOOGLE : SLFP FIREFIGHTER

08:38 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 10 novembre 2017

Masse d'habillement- Kledingsfonds

Le S.L.F.P. vous informe – Het V.S.O.A. informeert u

 

La masse d’habillement 2017 sera ouverte le vendredi 10.11.2017

Les commandes de masse sont à remettre au plus tard le 27.11.2017

 

Het kledingfonds zal geopend zijn op vrijdag 10.11.2017

Bestellingen moeten ten laaste op 21.11.2017doorgegeven worden.

 

Comme l’année dernière, les commandes se feront exclusivement :

 

-Par fax

-Par courrier

 

Net zoals vorig jaar zullen de bestellingen uitsluitend gebeuren:

 

-Per fax

-Per brief

 

Vous trouverez sur l’intranet, dans l’onglet Logistique, Masse:

Le catalogue, votre dotation 2017 et le formulaire de commande.

 

U vindt op het intranet door te klikken op de tab Logistiek, kledingfonds:

De catalogus, uw dotatie en het bestelformulier.

17:25 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 09 novembre 2017

Réaction du SLFP suite à un courrier

Bruxelles, le 09 novembre 2017

 

Monsieur le Directeur Général,

 

Il semble que la direction s'intéresse, à juste titre, depuis quelque temps, à la vérification du fonctionnement des organisations syndicales au S.I.A.M.U. Le S.L.F.P. vous rappelle que nous avons attendu de nombreux mois pour obtenir, à notre demande, la somme totale des crédits d'heures employés par le S.L.F.P. afin d'être certains de respecter le quota d'heure annuel attribués à notre organisations syndicales.

Le S.L.F.P. vous remercie pour votre réponse même si cette demande aurait pu être rencontrée en 10 minutes au lieu d'attendre plusieurs semaines. Nous vous rappelons que les crédits d'heures sont octroyés en fonction de l'article 83 de l'arrêté royal du 28 septembre 1984 et sont utilisés, en principe, dans les bâtiments de l'institution dont dépend le bénéficiaire de ces crédits d'heures.

Pour continuer vos vérifications, en date du 08 novembre 2017, vous demandez aux organisations syndicales les noms des éventuels permanents, par organisation syndicale, dont ils disposeraient au S.I.A.M.U. afin de vérifier si le SIAMU respecte bien les §1 en 2 de l'article 78 du statut syndical. Le S.L.F.P. constate que la direction semble ignorer le nombre de permanents syndicaux qui oeuvre au S.I.A.M.U. ce qui nous semble étonnant vu que l'agrément est octroyé par l'autorité dont il dépend !

Le S.L.F.P. peut comprendre et approuve totalement ces vérifications suite à la réception d'un courriel, ce 08 novembre, d'un délégué qui a signé « délégué permanent » alors que d'après un courriel de son organisation syndicale du 09 novembre 2017 à 08H33, elle n'a pas désigné de mandataire permanent au sens de l'article 78 du statut syndical au sein du SIAMU ( L'article 78 concerne les délégués permanent et pas les mandataires permanent)

Soit ce délégué est permanent et son organisation syndicale rembourse à l'autorité une somme égale au montant total des payements effectués au cours du trimestre précédent au délégué permanent ou à ses ayants-droit en raison de sa qualité de membre du personnel soit ce délégué ignore le statut syndical qu'il devrait connaître afin de défendre au mieux le personnel (chose qu'il affirme faire en accompagnant ses collègues à l'intervention)

Le S.L.F.P. vous rappelle que le titre VI chapitre 1er article 71, 72 et 73 énumère les différentes sortes de délégués syndicaux à savoir :

1° les dirigeants responsables d'une organisation syndicale mentionnés dans une des listes visées à l'article 7; 2° les mandataires permanents de ces dirigeants responsables; 3° les "délégués permanents", c'est-à-dire les membres du personnel qui défendent de façon régulière et continue les intérêts professionnels du personnel et qui, en tant que tels, sont agréés et mis en congé.

Il va de soi que, dans la pratique, une même personne peut rentrer dans diverses catégories de délégués syndicaux, telles qu'elles sont énumérées.

Par délégués permanents, il faut entendre les membres du personnel qui s'occupent d'une manière régulière et continue de la défense des intérêts professionnels du personnel. Ils quittent leur administration et sont mis à la disposition de leur organisation syndicale; ils sont censés être en activité de service.

Les différents services du personnel continuent à remplir leur rôle normal vis-à-vis des délégués permanents.

Les traitements, allocations et indemnités qui sont alloués au délégué permanent sont cependant remboursés par les organisations syndicales (article 78).

Suite à la réception d'un courriel en date du 08 novembre 2017 de la part d'un délégué syndical qui signe en tant que délégué permanent, il semble que certains membres du personnel, membre des comités de concertation, ne maîtrise pas le statut qu'il leur est applicable ! Non content de signer en usurpant un titre dont il n'est officiellement pas pourvu, il critique un dirigeant responsable et délégué permanent du S.L.F.P. en s'enfonçant encore un peu plus dans son ignorance des différents statuts qui lui sont applicables en raison de sa fonction de représentant du personnel. Si ce délégué si compétent en intervention estime qu'il trouve évident de connaître son sujet pour pouvoir en parler autour de la table des négociations ou concertations et que discuter de choses que l'on ne connaît pas ou que l'on ne vit pas relève plutôt du folklore que d'une technicité relevant de son poste de travail, que pense-t-il de son ignorance des règles relatives à son propre statut de délégué syndical ? N'est- ce pas également un cas de folklore ?

Le S.L.F.P. examine la possibilité de réagir de façon officielle devant d'autres instances.

Le S.L.F.P. demande quelle sera la réaction de la direction vu que cette direction est en copie du courriel précité (celui signé permanent syndical). Pour terminer, le S.L.F.P. vous rappelle que le délégué permanent est censé être en activité de service, mais nous supposons que ce vaillant guerrier du feu et défenseur du personnel ne l'ignore pas non plus.

S.L.F.P.-A.F.R.C.

17:03 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 02 novembre 2017

CCB/BOC- 26.09.2017

La prochaine réunion du CCB du service d’Incendie aura lieu à la caserne de l’Héliport, le jeudi 26 octobre 2017 à 14 heures

2.1. Direction :

2.1.1. Tableau de suivi (sera transmis par courriel avant la réunion)....
2.1.2. Principe « promotion = mutation » : clôture du point
2.1.3. Procédure retour après une absence de longue durée.
2.1.4. Information : plan de formation rouge.
2.1.5. Règlement de travail des agents administratifs (et techniques).

3.9.1. A la demande du S.L.F.P. :


3.9.1.1. Comment sont validées les heures supplémentaires du personnel opérationnel
- Quand les interventions se prolongent au-delà de 8h ?
- Quand le personnel est en mission ?
- Qui valide ces heures et auprès de qui ?
- Que deviennent les heures et minutes avant la montée de garde durant lesquelles le personnel est quand même présent, s’équipe, endosse son uniforme et même sort à la place de ses collègues de la garde descendante pour que ceux-ci puissent être libérés à 8h ?
- Comment le personnel est-il informé de la validation de ses heures supplémentaires ? Par qui ? Comment se procure-t-il les détails de cette validation ? (La réponse de l’administration à cette question est « Il faut consulter les détails sur IRMA ». Nous ne savons pas très bien si c’est une blague ou de la provocation).
3.9.1.2. Quid des heures supplémentaires ?

De volgende vergadering van het BOC-Brandweer zal plaatshebben in de Helihavenkazerne op donderdag 26 oktober 2017 om 14 uur.

2.1. Directie :

2.1.1. Tabel follow-up (zal voor de vergadering via e-mail worden verstuurd).
2.1.2. Principe “bevordering = mutatie” : afsluiting punt.
2.1.3. Procedure terugkeer na langdurige afwezigheid.
2.1.4. Informatie : rood opleidingsplan.
2.1.5. Arbeidsreglement administratief (en technisch) personeel.

3.9.1. Op verzoek van het VSOA :

3.9.1.1. Hoe worden de overuren van het operationeel personeel gevalideerd :
- Wanneer de interventies tot na 8 uur duren ?
- Wanneer het personeel in opdracht is ?
- Wie is betrokken bij de validering van deze uren ?
- Wat gebeurt er met de uren en minuten vóór het opkomen van de wacht maar waarop het personeel toch al aanwezig is, zich klaarmaakt, z’n uniform aantrekt en zelfs uitrukt in plaats van de collega’s van de afgaande wacht zodat deze na 8 uur kunnen vertrekken ?
- Hoe komt het personeel te weten dat hun overuren werden gevalideerd ? Door wie ? Hoe raakt men aan de details van de validatie ? (de administratie antwoordt op deze vraag dat “men de details op IRMA terugvindt”. We weten niet goed of dit een grap is of een provocatie).


3.9.1.2. Is er nieuws over de overuren ?

 

09:39 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 31 octobre 2017

Concertation au SIAMU

Madame la Présidente,

Messieurs les Présidents,

Chers membres du comité,

 

 Le S.L.F.P. déplore depuis longtemps la façon dont est menée la concertation au sein du Service d’Incendie et d’Aide Médicale Urgente de la Région de Bruxelles-Capitale.

La personne chargée de la gestion journalière du S.I.A.M.U. n’a jamais présidé les différents comités de concertation jugeant, sans doute, y perdre son temps et pour cause.

Aucun point n’est clôturé et les ordres du jour sont, quasiment, les mêmes depuis des mois. On parle d’un règlement de travail pour les agents opérationnels depuis des années et subitement, ce point disparait de l’ordre du jour d’un comité annoncé le 09 novembre 2017 pour faire place au point relatif à un règlement de travail pour les agents administratifs (et techniques). Encore une fois, aucune documentation n’est jointe à la convocation. Le dernier comité de concertation a subitement été reporté, en séance par le président du jour, provoquant une réaction d’incompréhension des trois organisations syndicales.

Il est facile de rejeter la faute, à chaque fois, sur les organisations syndicales, mais en analysant les règles de négociation et/ou de concertation décrites dans la législation, il semble que l’autorité a sa part de responsabilité dans le blocage des comités.

En effet, eu égard à la grande importance qui doit être accordée au bon fonctionnement des comités l’arrêté du 28 septembre 1984 prévoit le respect de formalités et de délais concernant les convocations aux réunions, le déroulement de celles-ci, etc.

Une procédure de concertation entre les autorités publiques et les organisations syndicales de leur personnel devra, obligatoirement précéder la prise de certaines mesures.

Les dispositions de l’arrêté du 28 septembre 1984 qui ont trait à l’organisation de la concertation font, dans la mesure du possible, référence aux articles relatifs au fonctionnement des comités de négociation.

Il s’agit plus précisément des dispositions relatives :

- au délai d’envoi des convocations (article 27 alinéa 1 : Le secrétaire envoie les convocations contenant l'ordre du jour aux membres de la délégation de l'autorité ainsi qu'aux organisations syndicales au moins dix jours ouvrables avant la date de la réunion. La date de la poste fait foi de l'envoi.) à la documentation à mettre à la disposition des organisations syndicales représentatives (article 23, alinéa 2 : les organisations syndicales représentatives reçoivent toute documentation nécessaire et article 27 alinéa 3 : Chaque convocation est accompagnée de la documentation nécessaire pour la négociation.) ;

– au rôle du président pendant les réunions du comité (article 24, alinéa 2) ;

à la mention, dans l’ordre du jour, du délai dans lequel la concertation doit être terminée (article 24, alinéa 3) ;

aux délais dans lesquels la concertation doit être menée et close (article 25) ;

– au bon fonctionnement et au secrétariat des comités (article 26) ;

 

La négociation et la concertation sont des formalités substantielles : si elles ne sont pas observées, les mesures prises dans ces circonstances sont annulables (Voir rapport au Roi)

 Les points qui figurent à l’ordre du jour d’un comité sans documentation doivent, pour le S.L.F.P., être reportés à une date ultérieure.

 Le S.L.F.P. refuse, systématiquement, les projets de procès-verbaux des comités parce que il n’est jamais mentionné le délai dans lequel la concertation doit être terminée, menée ou close et les procès-verbaux ne sont plus signés par le Président et le secrétaire depuis des mois.

 Le S.L.F.P. demande que les représentants de l’autorité respectent la législation et suivent une formation relative aux relations entre les autorités publiques et les syndicats des agents relevant de ces autorités.

  

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

  

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours »

19:37 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 29 octobre 2017

Respect du personnel

Monsieur le Directeur Général,

 

 Le S.L.F.P. vous remercie pour la discussion de ce vendredi 27 octobre dans le couloir du quatrième étage de l’Etat-Major.

Le S.L.F.P. doit néanmoins éclaircir certains points. Vous vous demandez pourquoi le S.L.F.P. à demander d’attendre 5 minutes avant de débuter le comité de négociation pour qu’un collègue à mobilité réduite ait le temps de nous rejoindre vu la panne des ascenseurs, ce n’est certainement pas, comme vous l’avez affirmé, parce que le S.L.F.P. ne défend que les officier mais tout simplement par respect pour un collègue gravement handicapé.

Vos propos sont d’ailleurs étonnants et sont identiques aux propos d’une autre organisation syndicale ou d’une précédente direction, propos largement répandus au sein du personnel qui heureusement, dans son ensemble, n’est pas dupe. Ces propos pourraient d’ailleurs être interprétés par le S.L.F.P. comme calomnieux. Etes-vous conseillés par nos collègues de cette autre organisation syndicale ou par une précédente direction ?

Doit-on vous rappeler que le S.L.F.P. est la seule organisation syndicale à avoir eu une réaction outrée de la façon dont vous avez procédé au licenciement d’un agent administratif du plus bas niveau ? Le S.L.F.P. a d’ailleurs transmis ce dossier à un de ses avocats.

Avez-vous oublié que le S.L.F.P. dénonce le fait que des agents doivent aller acheter des tigettes pour l’appareil permettant de mesurer rapidement le taux de glucose dans le sang ? Croyez-vous que ce sont des officiers qui courent dans les pharmacies du quartier et assurent les départs ambulance ?

Avez-vous oublié que le S.L.F.P. dénonce le manque de personnel et la multiplication des fonctions lors des gardes ? Pensez-vous que ce sont les officiers qui sautent d’une ambulance à un véhicule de signalisation ou dans une citerne ou encore un véhicule de salvage ?

Avez-vous oublié que le S.L.F.P. s’oppose à l’organisation des tests VO2max comme indiquée dans la note de service ? Croyez-vous que ce sont les officiers qui vont changer de caserne plusieurs fois par an ?

Des affirmations pareilles datent du temps des mines et sont mensongères ! Nous sommes actifs dans tous les segments du secteur public et y défendons les intérêts de toutes les catégories de personnel, aussi bien statutaires que contractuels, cadre de base, cadre moyen et cadre supérieur. Selon vous certains agents n’ont pas droit au respect ?

Nous exerçons nos activités syndicales en toute indépendance philosophique et politique. Le respect des principes de liberté, de solidarité et de tolérance est pour nous, d’une importance capitale. En Belgique, il n’existe pas de syndicat pour « officier » Il existe seulement une fédération dans laquelle les officiers sont surreprésentés.

Pour le reste, Monsieur le Directeur Général, le S.L.F.P. est tout disposé à travailler avec la direction dans l’intérêt du personnel. Faut-il encore que la direction ait la même envie mais vu la façon dont sont tenues les concertations au S.I.A.M.U., le S.L.F.P. en doute fortement ! Encore une fois, dans l’intérêt des agents du S.I.A.M.U., le S.L.F.P. reste à votre disposition afin de connaître les motifs des raisons de notre colère, à savoir :

 

  • Pourquoi il n’y a plus de tigettes pour l’appareil permettant de mesurer rapidement le taux de glucose dans le sang.

 

    • Pourquoi certains locaux de travail ressemblent à des chancres ?
    • Pourquoi la masse d’habillement est en retard chaque année ?
    • Pourquoi nous manquons régulièrement d’équipement de protection individuelle ?
    • Pourquoi des fournisseurs ne sont pas payés et refusent de nous livrer ou de faire des réparations ou force le S.I.A.M.U. a payé des sommes considérables comme amendes ?
  • Pourquoi les pompiers de Bruxelles sont pratiquement les seuls qui doivent absolument réussir un test à l’effort pour faire son métier ?
  • Pourquoi malgré les études alarmantes relatives à la contamination de nos équipements par des substances hautement cancérigènes, ceux-ci sont toujours stockés de façon inadéquate représentants un danger supplémentaire pour notre santé et ne sont pas envoyés pour un nettoyage en profondeur dans une firme spécialisée alors que plusieurs zones de secours le font (NAGE, WESTHOEK, VLAAMS BRABANT WEST, WEST VLAANDEREN 1, etc.…) ?

 

  • Pourquoi refuser la transmission d’un rapport circonstancié suite à un licenciement ?
  • Pourquoi refuser de transmettre les PV de l’audition et du conseil de direction à un agent dans le cadre de sa défense suite à une procédure de promotion ?
  • Pourquoi l’autorité bafoue les règles de concertation ?

Nous voulons identifier les causes de ces nombreux dysfonctionnements et nous ne permettons plus que certains agents puissent tout se permettre et d’autres sont sanctionnés à la moindre erreur.

L'agent a le droit d'être traité avec dignité et courtoisie tant par ses supérieurs hiérarchiques, ses collègues que ses subordonnés et le devoir de traiter ses collègues, ses supérieurs hiérarchiques et ses subordonnés avec dignité et courtoisie. Il évite toute parole, toute attitude, toute présentation qui pourrait compromettre cette dignité et cette courtoisie ou obérer le bon fonctionnement du service ? Croyez-vous que ce soit le cas au S.I.A.M.U. ? La façon dont vous avez licencié un agent, sans à aucun moment l’avertir d’un possible licenciement, en envoyant un agent du service du personnel lui demander de quitter les lieux sur-le-champ, a été exécutée avec dignité et courtoisie ? Le fait de ne pas vouloir attendre 5 min un représentant du personnel afin de commencer la concertation, quitté et reporté la réunion, est-ce un comportement digne d’un futur mandataire ? Vous êtes arrivé en retard au comité dans la matinée et pourtant les représentants du personnel ont attendu !
 

Le S.L.F.P. vous rappelle son préavis de grève déposé par recommandé à l’attention de Madame la Secrétaire d’Etat, Cécile Jodogne. Toutes les actions du personnel, hormis les interventions urgentes, sont couverte par ce préavis. Par la présente, nous demandons aux adjudants de compagnie de ne pas prévoir de remplacement d’agents dans les postes pour l’organisation du test VO2MAX.

 Veuillez agréer, Monsieur le Directeur Général, l’expression de nos salutations syndicales.

  

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

 

Labourdette Eric

 

 

09:32 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

samedi, 28 octobre 2017

Pour information-Ter informatie

Concerne : Préavis de grève du S.L.F.P.

Madame la Secrétaire d’Etat,

le S.L.F.P. vous rappelle son préavis de grève et nous le prolongeons pour les motifs suivants :

 Absence de dialogue et de concertation entre les autorités publiques et les syndicats des agents relevant de ces autorités.


 Licenciements abusifs, sans respecter les règles indiquées dans un arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, sans rapport circonstanciés et sans informer l’agent qu’une procédure de licenciement est en cours.


 Absence de règlement de travail ou de règlement de pointage pouvant mener à des menaces de licenciement.


 Attitude indigne d’un représentant d’un service public de la Région de Bruxelles-Capitale qui, lors d’une panne d’ascenseur, a refusé d’attendre 5 minutes que l’équipage d’une autopompe monte un agent à mobilité réduite en le portant dans les escaliers et à de ce fait annulé une réunion de contestation.


 Absence de statutarisation.


 Absurdité du test VO2 max.


 Manque récurent de réserve de recrutement. Que compte faire l’autorité?

 Le S.L.F.P. souhaite être informé des causes des différents autres problèmes tels que :

1. Absence de tigettes pour l’appareil permettant de mesurer rapidement le taux de glucose dans le sang et si besoin de faire les actions nécessaires selon le résultat.
2. Retard dans la masse d’habillement.
3. Le non-paiement de certains fournisseurs.
4. Le S.L.F.P. demande également dans quels délais aurons-nous un plan de formation, une de procédure d’évaluation, un règlement de travail, un règlement d’ordre intérieur respectant la législation, un schéma d’organisation opérationnelle et un plan pluriannuel de politique générale.

Conformément au protocole du 2 mars 2010 et afin d’éviter des actions immédiates, le S.L.F.P. vous rappelle que l’autorité doit organiser une concertation avec l’organisations syndicales représentatives dans les plus brefs délais. En tant que partisans du modèle de concertation, nous donnons toujours la priorité au dialogue.

Cependant, nous prenons tout autant nos responsabilités lorsque l’action semble constituer l’ultime arme afin de faire valoir nos revendications légitimes.
Dans l’attente de réponses à nos questions, veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

Labourdette Eric                                              Wibin Anne
Dirigeant responsable                                       Mandataire permanente

 

Betreft: Stakingsaanzegging van het VSOA

Geachte mevrouw de Staatssecretaris,

Het VSOA herinnert u aan de stakingsaanzegging en wil u hiermee informeren dat wij deze om de volgende redenen verlengen:


 Gebrek aan dialoog en overleg tussen de overheid en de vakbonden van het overheidspersoneel.


 Ongerechtvaardigde ontslagen zonder de regels te volgen die in een Besluit van de Regering van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest vastgelegd zijn, zonder uitvoerig verslag en zonder het personeelslid in te lichten dat een ontslagprocedure lopende is.


 De afwezigheid van een arbeidsreglement of een tijdregistratiereglement, wat tot ontslagbedreigingen kan leiden.


 Onwaardig gedrag van een vertegenwoordiger van een overheidsdienst van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest die, wanneer de lift niet werkte, weigerde 5 minuten te wachten zodat het team van een autopomp een personeelslid met beperkte mobiliteit de trappen kon opdragen, en hierop een overlegvergadering heeft geannuleerd.

 Gebrek aan statutarisering.


 Absurditeit van de VO2 max-test.


 Voortdurend gebrek aan wervingsreserve. Welke stappen denkt de overheid te ondernemen?

 Het VSOA wenst geïnformeerd te worden over de redenen van talrijke andere problemen zoals:

1. Gebrek aan teststrips voor de glucometers die snel het glucosegehalte in het bloed meten zodat indien nodig gepast gereageerd kan worden in functie van het resultaat.
2. Vertraging bij het kledingfonds.
3. Het niet-betalen van bepaalde leveranciers.
4. Het VSOA vraagt eveneens binnen welke termijn een bijscholingsplan, een evaluatieprocedure, een arbeidsreglement, een huishoudelijk reglement dat de wetgeving respecteert, een operationeel organisatieschema en een meerjarenplan algemeen beleid zal voorgeld worden.

Conform het protocol van 2 maart 2010 en om spontane acties te vermijden herinnert het VSOA u eraan dat de overheid een overleg dient te organiseren met de representatieve syndicale organisaties binnen de kortst mogelijke termijn. Als voorstander van het overlegmodel geven wij steeds voorrang aan de dialoog.

Niettemin nemen wij evenzeer onze verantwoordelijkheid wanneer actie het ultieme middel blijkt te zijn om onze legitieme eisen kracht bij te zetten.

In afwachting van uw antwoorden op onze vragen verblijven wij, mevrouw de Staatssecretaris, met vriendelijke en syndicale groeten.

Voor het V.S.O.A.-F.G.G.A.

Labourdette Eric                                                             Wibin Anne
Verantwoordelijke leider                                                  Permanente mandataris

18:56 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 27 octobre 2017

Ambiance de travail, respect et licenciement

Une chasse aux sorcières a débuté au S.I.A.M.U., tout commence par le licenciement brutal, sans respecter aucune règle, sans qu’aucun rapport n’ait été établit, sans jamais informé l’agent d’une éventuelle proposition de licenciement et sans l’intervention de notre autorité de tutelle qui semble avoir les pieds et poings liés face aux décisions arbitraires de leur DG f.f. L’histoire se répète !!

Les courriers de mise en demeure à la direction restent lettre morte. POURQUOI ?

 

Ce jeudi 26 octobre 2017 c’est au tour d’un agent opérationnel, de se voir menacer d'une éventuelle démission d’office.  Un agent à mobilité réduite, représentant syndical à qui la direction n’a pas laissé 5 minutes pour accéder au 4ième étage pour assister à une réunion de concertation alors que les ascenseurs sont en panne depuis plusieurs jours !! Une attitude indigne, révoltante et choquante ! On lui reproche de ne pas pointer et d’être en absence illégale depuis 10 jours alors que son pointage est fait de façon manuelle et alors que son chef direct a confirmé ses présences. Cette direction n’a donc rien à se reprocher ?

 

  • Nous devons courir dans des pharmacies pour acheter des tigettes pour l’appareil permettant de mesurer rapidement le taux de glucose dans le sang et si besoin de faire les actions nécessaires selon le résultat : injection d'insuline ou prise de sucre. A qui la faute ?

 

    • Certains locaux de travail ressemblent à des chancres ? A qui la faute ?
    • La masse d’habillement est en retard chaque année ? A qui la faute ?
    • Nous manquons régulièrement d’équipement de protection individuelle ? A qui la faute ?
    • Des fournisseurs ne sont pas payés et refusent de nous livrer ou de faire des réparations ou force le S.I.A.M.U. a payé des sommes considérables en termes d’amendes ? A qui la faute ?
    • A votre avis qui signe les bons de commande et les ordres de payement, qui supervise la gestion journalière de notre service ?
  • Les pompiers de Bruxelles sont pratiquement les seul qui doivent absolument réussir un test à l’effort pour faire son métier ? A qui la faute ? Qui fait pression pour continuer ce test ?
  • Malgré les études alarmantes relatives à la contamination de nos équipements par des substance hautement cancérigènes, ceux-ci sont toujours stockés de façon inadéquate représentants un danger supplémentaire pour notre santé ! A qui la faute ?
  • Malgré un nombre d’interventions élevés de missions dans les postes et casernes, nous ne recevons pas de renfort en agent ! Pourquoi et à qui la faute ?

 

  • Pourquoi refuser la transmission d’un rapport circonstancié suite à un licenciement ? A qui la faute ?
  • Pourquoi refuser de transmettre les PV de l’audition et du conseil de direction à un agent dans le cadre de sa défense suite à une procédure de promotion ? A qui la faute ?
  • Bientôt, il y aura une armée de mandataires au SIAMU. Les nombreuses primes vont tomber ! Et pour le personnel, rien de rien sauf des pressions, des menaces à peine déguisées ou mieux des C4. Certaines personnes sont à l’abri de tout, leurs erreurs ne sont jamais sanctionnées, il n’y a pas que la faute d’un seul département si tout ne fonctionne pas ! Qui s’occupe de liquider les factures, qui crée les adresses mail professionnels des agents alors que les recrues n’en disposent pas encore et que leur facture de réfectoire leurs sont envoyés sur une adresse qui n’existe forcément pas ! A qui la faute ?
  • Il n’y a pas de plan de formation, pas de procédure d’évaluation, pas de règlement de travail et encore moins de règlement de pointage alors qu’on licencie des agents sur base d’un règlement qui n’existe pas, pas de règlement d’ordre intérieur respectant la législation, bref les manquements sont légions au S.I.A.M.U.    A qui la faute ?

 

Montrez qu’au sein de notre profession la solidarité existe encore et que nous ne sommes pas des moutons !! Le S.L.F.P. appelle à un front commun syndical élargi. Il est de notre devoir de défendre le personnel. Il est de notre droit d’exiger le respect de notre autorité à d’autres moments qu’un 22 mars !!

Montrons notre mécontentement. Le S.L.F.P. a déposé un préavis de grève et les actions de protestations sont couvertes par ce préavis. Toutes les actions respectant la légalité sont entièrement couvertes. Seuls les missions d’urgence doivent être exécutées.

Même le Cabinet de notre Secrétaire d’Etat, d’habitude aux commandes des comités de concertation au S.I.A.M.U., reste impuissant et silencieux ne répondant pas au dépôt d’un préavis de grève déposé selon la législation ! La bonne gouvernance en Région de Bruxelles-Capitale a encore de beaux jours devant-elle !!

Le S.L.F.P. appelle le personnel à défendre ses droits et à faire preuve d’unité et de solidarité face à une dictature qui s’installe dans certains organismes et particulièrement chez les pompiers de Bruxelles chez qui UNE seule personne peut décider de vous licencier comme un malpropre! Il est à noter que même l’officier chef de service a signé le courrier adressé à notre collègue alors qu’il n’a rien à voir avec les actes administratifs !!!

La direction faisant fonction n’est donc pas qualifiée d’agent ???? Les sacro-saints mandataires (qui sont considérés comme plus que respectables intouchable) aux yeux du Gouvernement sont donc pire que des dieux vivants, des êtres supérieurs, surnaturels !

L'agent remplit ses fonctions avec loyauté, conscience et intégrité. A cet effet, il est tenu de :

respecter les lois et règlements en vigueur ainsi que les directives parmi lesquelles les règles de conduite concernant la déontologie, de l'autorité dont il relève ;

2° formuler ses avis et rédiger ses rapports avec rigueur et exactitude ; 3

° exécuter les décisions avec diligence et conscience professionnelle.

 

La direction faisant fonction n’est donc pas qualifiée d’agent ???? Les sacro-saints mandataires qui sont considérés comme plus que respectables et intouchables, aux yeux du Gouvernement sont donc pire que des dieux vivants, des êtres supérieurs, surnaturels !

 

 

Montrez qu’au sein de notre profession la solidarité existe encore et que nous ne sommes pas des moutons !! Le S.L.F.P. appelle à un front commun syndical élargi. Il est de notre devoir de défendre le personnel. Il est de notre droit d’exiger le respect de notre autorité à d’autres moments qu’un 22 mars !!

 S.L.F.P.-A.F.R.C.

 

04:48 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 26 octobre 2017

Handicap et concertation au SIAMU

Bruxelles, le 26 octobre 2017

 

 

 

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

  

Ce jeudi 26/10/2017, avait lieu le comité de prévention et de protection au travail à 09H00 et ensuite le comité de concertation de base à 13H30, dans la salle du conseil de direction au 4ème étage Héli 2.

Après avoir été cherché le directeur Général dans son bureau car il n’avait visiblement pas envie d’assister à ces comités, le comité bien-être au travail s’est déroulé correctement sous la présidence de l’Officier chef de service. Le Directeur Général n’a pas ouvert la bouche !

Les ascenseurs sont toujours en panne, comme depuis plusieurs jours car à 07H30 il y a eu un appel pour que l’équipage de la pompe se rende dans le garage afin de porter un agent à mobilité réduite à son lieu de travail (Le dispatching situé au troisième étage)

L’équipage de la pompe s'est également présenté à 13h30 et s'est préparé à faire la même mission afin de monter par les escaliers un agent à mobilité réduite représentant syndical.

Par respect et correction, les délégués des "2 autres organisations syndicales non concernées" ont demandé d'attendre quelques minutes avant de commencer le CCB, pour permettre à l’équipage de monter par les escaliers l’agent à mobilité réduite, le Directeur Général s'est levé en disant "la réunion est terminée" et a quitté la salle. Nous avons simplement rappelé que les ascenseurs sont en panne et que ce n’est pas la faute des agents. Il a rétorqué immédiatement, d’un air de condescendance fort blessant « Je ne vais tout de même pas réparer les ascenseurs moi-même »   Le S.L.F.P. a rappelé au Directeur Général que le comité de concertation est un organe obligatoire mais le Directeur Général n’en a visiblement rien à faire de la concertation au S.I.A.M.U. et a quitté la salle de réunion.

De ce fait, le CCB, organe de concertation obligatoire, n'a pas eu lieu, et tout le monde, représentants syndicaux comme représentants de la direction s'est déplacé pour rien, à cause d'un mouvement d'humeur du Directeur Général. Madame la Secrétaire d’Etat, le S.L.F.P. est outré de cette attitude scandaleuse et irrespectueuse de la part d’un cadre supérieur.

Le S.I.A.M.U. a montré une belle façade, vis-à-vis du handicap, lors de la soirée de Cap 48 le 8 octobre 2017 en mettant en avant la belle intégration du handicap au S.I.A.M.U., force est de constater que ce n’était qu’une façade.

Le S.L.F.P. n’attend aucune mesure de votre part. Les différents agissements de vos mandataires ne vous permettent même pas d’agir à cause d’un statut mal rédigé. Avez-vous une idée de pour qui l’emploi vacant d'assistant (h/f/x) au service rémunération (rang B1 ou B2) au cadre linguistique francophone ou néerlandophone est à conférer par mobilité intrarégionale ?

Le S.L.F.P. vous rappelle que son préavis de grève et d’action est toujours actif. L’attitude de la ligne hiérarchique du S.I.A.M.U. envers les agents, la poursuite des travaux relatif au test à l’effort, le manque d’EPI ou de matériel afin d’exécuter nos missions en toute sécurité et le manque de dialogue au sein des organes de concertation ne favorise pas l’instauration d’un climat de confiance envers les partenaires sociaux et l’autorité.

Le S.L.F.P. vous rappelle également que le courrier du conseil du S.L.F.P. du 05 octobre 2017 relatif au non-respect, habituel et répété, de la règlementation organisant les relations entre les autorités publiques et les syndicats, ainsi que de celle relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail, qui vous a été adressé, reste sans réaction ! Le S.L.F.P. doit-il également conclure que la concertation avec les représentants du personnel n’a aucune importance à vos yeux ? Est-ce là une preuve de bonne gouvernance ?

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

  

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours »

17:35 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook