jeudi, 23 février 2017

TITA SIAMU!!

Brussel, le 23 februari 2017      

  

Mevrouw Staatssecretaris

Cécile Jodogne

Botanic Building

Sint-Lazaruslaan 10

 

B-1210 Brussel

 

Geachte mevrouw de Staatssecretaris,

 

 

Meerdere vragen die door het V.S.O.A. ofwel aan de directie ofwel aan de overheid gesteld werden, bleven onbeantwoord. Aan wie dienen wij vragen te stellen m.b.t. het personeel zodat we vroeg of laat toch een antwoord mogen verwachten? 

Wat is de stand van zaken i.v.m. de promotieprocedures in de verschillende rangen? Sinds maanden wordt deze vraag regelmatig gesteld! Heeft u enig idee wanneer deze procedures zullen worden afgerond? Deze procedures breken het record qua draagtijd van het grootste zoogdier ter wereld: de olifant! Zullen deze promoties met terugwerkende kracht werken? In geval van een negatief antwoord is het nutteloos de waarheid te ontkennen namelijk besparingen op de kap van het personeel!

Het V.S.O.A. wenst een antwoord te ontvangen op deze gegronde vraag. Is dit teveel gevraagd?

Omtrent de problematiek van de restpremie van het TAG (team anti-gas) voor bepaalde personeelsleden die naar het hoger kader gepromoveerd zijn, wachten wij ook nog steeds op een antwoord.

Hoe ver staat het met de problematiek rond de personeelsdatabase die momenteel niet bestaat? Is die ook in de vergetelheid geraakt?

De oprichting van een operationele HR-afdeling? Het niet respecteren van het ministerieel besluit HHR!

Het organigram van de DBDMH met de namen. Wie doet wat? Wie is voor wat verantwoordelijk? Wie besluit wat? Iedereen kan zomaar wat beslissen? Hieromtrent werd een opmerking gemaakt door de IDPB.

Het voorstel van de overheid m.b.t. de manier van het verdelen van de maaltijdcheques zoals gevraagd tijdens het onderhandelingscomité van 7 november 2016 door het Kabinet van de Staatssecretaris, Fadila Laanan.

De lijst van diverse punten die gedeponeerd werden tijdens het overlegcomité en eveneens zonder antwoord bleven zou te lang zijn om in dit schrijven op te nemen.   Het bewijs hiervan is dat reeds maanden bepaalde vragen altijd maar opnieuw terugkomen!

De eenvoudige vraag om het besluit van de Regering van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest te respecteren dat het administratieve en geldelijk statuut van de operationele personeelsleden van de DBDMH vastlegt, blijft dode letter.

De dames en heren die op deze vragen zouden moeten antwoorden zijn blijkbaar met belangrijkere dingen bezig: HET TOEKENNEN VAN MANDATEN!! Wedden dat het waarschijnlijk sneller gaat om mandatarissen te vinden!

Bepaalde vragen betreffen de loopbaan van de personeelsleden. Deze vragen onbeantwoord laten getuigt van een totaal gebrek aan respect tegenover het personeel.

Bepaalde vragen gaan over het respecteren van de geldende wetgeving; deze vragen onbeantwoord laten getuigt van een totaal gebrek aan respect voor de wetgeving.

Bepaalde vragen betreffen de inkomsten van het personeel; deze vragen onbeantwoord laten getuigt van...!

In afwachting van uw antwoorden op onze vragen verblijven wij, Mevrouw de Staatssecretaris, met vriendelijke en syndicale groeten.

 

Voor het V.S.O.A.-L.R.B.

 

Labourdette Eric

Verantwoordelijke leider

Voorzitter van de sector « Hulpverleningszones »

 

Bruxelles, le 23 février 2017

 

Madame la Secrétaire d’Etat

Cécile Jodogne

Botanic Building

Boulevard Saint-Lazare 10

 

B-1210 Bruxelles

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

 

 

Plusieurs questions posées par le S.L.F.P. soit à la direction soit à l’autorité restent sans réponse. A qui doit-on poser les questions relatives au personnel pour espérer, un jour, obtenir une réponse? 

Où en sont les procédures de promotions à différents grades ? Cette question est posée, régulièrement, depuis des mois ! Date de clôture, approximative, de ces procédures ? Ces procédures battent le record de durée de gestation du plus grand mammifère terrestre : l’éléphant ! Ces promotions seront-elles à effet rétroactif ? En cas de réponse négative, inutile de nier la vérité : des économies seront faites sur le dos des agents !

Le S.L.F.P. désire une réponse à cette légitime question. Est-ce trop demander ?

La problématique de la prime résiduelle du TAG pour certains agents qui sont passés dans le cadre supérieur. Nous attendons toujours une réponse.

La problématique de l’absence de base de données du personnel. Aux oubliettes ?

La création d’un RH opérationnel ? Non-respect de l’arrêté ministériel ROI !

L’organigramme du SIAMU avec des noms. Qui fait quoi ? Qui est responsable de quoi ? Qui décide quoi ? Chacun décide dans son coin ? Ce point à fait l’objet d’une remarque du S.E.P.P.

La proposition de l’autorité relative au mode de distribution de chèques repas demandé lors du comité de négociation du 07 novembre 2016 par le Cabinet de la Secrétaire d’Etat, Fadila Laanan.

La liste des nombreux points, déposés en comité de concertation, également sans réponse, serait trop longue à développer dans ce courrier. La preuve : certaines questions reviennent depuis des mois !

La simple demande de respecter l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale fixant le statut administratif et pécuniaire des agents du personnel opérationnel du SIAMU est une demande qui reste lettre morte.

Tout le petit monde qui devrait répondre à ces questions semble préoccupé par quelque chose de beaucoup plus important : LA MISE EN PLACE DES MANDATS !! Gageons que pour trouver les mandataires, se sera, probablement plus rapide !

Certaines questions sont relatives à la carrière du personnel. Ne pas donner de réponse, c’est manquer de respect envers ce personnel.

Certaines questions sont relatives au respect de la législation en vigueur, ne pas donner de réponse c’est manquer de respect envers la législation.

Certaines questions sont relatives aux revenus du personnel, ne pas y donner suite, peut être considéré comme du … !

Dans l’attente de réponses à nos questions, veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

 

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours »



16:24 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 17 février 2017

6 hommes sur pompe

Objet : Procédures d’interventions à 6 hommes

 

 Madame la Secrétaire d’Etat,

 

L’arrêté royal du 10 novembre 2012, déterminant les conditions minimales de l’aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats, détermine l’effectif minimal dans les véhicules par type d’intervention. Ces moyens peuvent être complétés en fonction de l’analyse des risques opérationnelle. 

A partir du 1er janvier 2018, l’équipage de l’autopompe multifonctionnelle doit être composé de 6 pompiers pour un certain nombre de type d’intervention.

Le S.I.A.M.U. a désiré anticiper cette obligation et, la mettre en vigueur au 2 janvier 2017. Moins de 2 mois après, la direction s’est rendu compte, que vu le manque de personnel et vu le solde des congés qui n’ont pas su être octroyé, cette décision n’était pas tenable à long terme.

Les causes de cette situation sont multiples. Le manque de personnel dû à un manque d’anticipation des Gouvernements successifs de la Région de Bruxelles-Capitale relatif aux procédures de recrutement.  La longueur des procédures du SELOR, le niveau d’alerte « attentats » et l’augmentation de l’effectif de garde pour assurer une parfaite couverture opérationnelle de la sécurité civile de la Région de Bruxelles-Capitale. Si depuis la démission de Madame Soleil, il est difficile de présager de l’avenir, au vu des expériences avec le SELOR, cette situation était prévisible.

La procédure d’intervention à 6 hommes assurait une plus grande sécurité et un plus grand confort pour les agents opérationnels lors des interventions.  Face à ces manquements de la part de l’autorité, nous diminuons à nouveaux la sécurité des

intervenants. Il est vrai que la sécurité des citoyens reste la même en prenant cette mesure qui permet de ne pas fermer un poste de secours ni de diminuer le nombre de véhicules d’intervention.

Le S.L.F.P. souhaite connaître les mesures qui seront prises à l’avenir, pour penser, ne fût-ce qu’une fois, à la sécurité des intervenants et éviter, à nouveau, dans 1 ou 2 ans, la même situation ?

A quand une politique de recrutement à longs termes ? Quelles sont les mesures que le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale compte prendre pour que telle situation ne se représente plus ? Pensez-vous organiser une nouvelle campagne de recrutement avant la fin de votre mandat pour ne pas laisser votre successeur sans réserve de pompiers ? Le Gouvernement compte-t-il augmenter le nombre d’agents dans cette réserve ?  Que faire pour résoudre le problème pour le 1er janvier 2018 ?

 

Autant de questions qui méritent une réponse.

 

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

 

 

Eric LABOURDETTE

Dirigeant responsable

0475 86 75 85

 

08:14 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Ontwerp nieuwe statuut - Projet nouveau statut

Beste leden, uw advies word gevraagd per mail over het ontwerp van bevorderingsvoorwaarden.

Chers affiliés, vote avis est demandé par mail sur le projet de condition de promotion.

04:47 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 16 février 2017

6

NEWS POMPE A 6

 

Ce mercredi 15 février 2017, à l’issue d’une réunion avec la direction, il a été décidé d’abandonner, provisoirement, le passage à 6 sur les autopompes.

Après analyse de la somme d’heures de congés restant de 2016, c’est-à-dire +/- 400 heures par agents, la direction a pris conscience qu’il était impossible de tenir ce rythme.

Le recrutement sera, probablement, accélérer et le nombre d’agents dans la réserve sera peut-être augmenté.

Deze woensdag 15 februari 2017, na een vergadering met de directie, het is besloten, momenteel, om het pump beman met 6 te uitstellen.

Na een analyse van het aantal blijvende verlofuren van 2016, ongeveer 400 uren per agent, de directie heeft gezien dat het onmogelijk is om dit rythme te behouden.

Het rekrutering zal, waarchijnlijk, versneld zijn en het aantal agent in de reserve zal misschien naar omhoog getrokken zijn.

 

S.L.F.P. – V.S.O.A.

 

Labourdette Eric

12:47 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Promotions

                                                                        

                                                                              S.I.A.M.U. – R.B.C.

                                                                             Directeur Général a.i.

                                                                              Avenue de l’Héliport, 11-15

                                                                             1000 Bruxelles

 

Monsieur le Directeur Général,

 

A plusieurs reprises, le S.L.F.P. s’est inquiété de la longueur des procédures de promotions en cours au S.I.A.M.U. En effet, plusieurs mois, voire plusieurs années s’écoulent entre l’appel à candidatures et la clôture de ces procédures de promotions.

En analysant les conditions à réunir pour certaines promotions de niveaux C et D, il y a, effectivement, de quoi se poser certaines questions.

L'avis du conseil de direction prend en considération, avant tout autre élément d'appréciation, l'ancienneté de niveau de l'agent au cadre opérationnel du SIAMU et, en cas d'égalité d'ancienneté de niveau, l'ancienneté de service de l'agent au cadre opérationnel du SIAMU. En cas d'égalité d'ancienneté de niveau et de service au cadre opérationnel du SIAMU, l'avis du conseil de direction préfère la candidature de l'agent le plus âgé.

Le S.I.A.M.U. est-il dans un état si pitoyable qu’il n’existe même plus une banque de donnée indiquant la date d’entrée en service des agents ? Est-ce le conseil de direction qui est incapable d’effectuer un classement par ancienneté de service ? Le manque de moyens humains pour les vérifications des conditions de promotions ? Le manque de tenues adaptées aux différents grades ? La peur de prendre les mauvaises décisions ???

De bonnes excuses en stratégies d’évitement, on peut rapidement devenir un spécialiste du détour par la cave où l’on remise prudemment le sac à dos histoire de ne pas se mouiller la liquette sur des pentes qu’on imagine savonneuses sans même y avoir posé un demi-crampon.

Nous vivons une époque dans laquelle les injonctions d’excellence, de performance, d’efficacité nous mettent sur la calebasse une telle pression de prendre les “bonnes décisions” que nous finissons devenir des obsessionnels de la décision et de ses conséquences. Depuis la démission de Madame Soleil, il est difficile de présager de l’avenir et de connaître les résultats futurs de nos décisions.

Vouloir à tout prix prendre la “bonne décision” revient quasiment à se garantir d’en prendre une mauvaise, ou de ne pas en prendre du tout.

Le S.L.F.P. attend, simplement, une réponse à cette question : Quand le conseil de direction prendra une décision relative aux promotions ? Auront nous droit, cette fois-ci, à une réponse ? Le personnel est, aussi, en droit d’attendre une réponse à ses attentes en terme d’évolution de carrière.

 

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

  

Anne WIBIN                                                            Eric LABOURDETTE

Mandataire permanente                                           Dirigeant responsable

0492 917 387                                                                    0475 86 75 85

04:08 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Prise de décisions au SIAMU

 

Madame la Secrétaire d’Etat

Cécile Jodogne

Botanic Building

Boulevard Saint-Lazare 10

 

B-1210 Bruxelles

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

 

Le S.L.F.P. constate que les prises de décision au S.I.A.M.U. sont rares ou tardent extrêmement longtemps à venir. De trop nombreuses personnes sont, peut-être, impliquées au niveau décisionnelle.

En effet, nous avons le Gouvernement, le Parlement (pour certains textes), le ministre compétent, la Secrétaire d ‘Etat, le Conseil de direction, le DG et l’officier-chef de service ayant, d’après l’ordonnance de création du SIAMU, chacun ses compétences.

Une première depuis la création du S.I.A.M.U., une responsable de la cellule S.I.A.M.U. de votre Cabinet, dirige les différents comités de concertation et assiste à toutes les réunions du S.I.A.M.U. y compris au Conseil de direction.

Devant un tel déploiement de ressources pour décider et gérer un service, nous aurions pu croire que les choses allaient, enfin, avancer à une vitesse normale.

Force est de constater, que c’est tout le contraire qui se passe !

Outre les procédures de promotions exagérément longues, toutes les autres prises de décisions ou d’autorisations le sont également. Outre les procédures de promotions exagérément longues, toutes les autres prises de décisions ou d’autorisations le sont également. Pourquoi ne pas donner, tout simplement, la raison de la longueur de ces procédures au personnel? Laisser le personnel dans l’ignorance c’est laisser libre court à son imagination. 
 

Quand une décision tombe (enfin), la structure du pouvoir est tellement compliquée, qu'on en identifie rarement l'origine. Il est donc difficile de savoir auprès de qui exprimer son désaccord. Qui a décidé ? Personne ne le sait. Est-ce le but recherché ?

Souvent, nous avons l’impression que le S.I.A.M.U. est géré en ne prenant pas de décisions et en laissant les choses progresser naturellement, en attendant les suivants sur qui nous pourrions rejeter la responsabilité des non-prises de décisions.

Le S.L.F.P. a l’impression que plus personne ne gère le S.I.A.M.U. mais que par contre, tout le monde attend l’arrivée du Messie ou plutôt des messies (LES MANDATAIRES) Présentés comme les véritables sauveurs ou libérateurs du S.I.A.M.U., nous attendons avec impatience leur venue afin de remettre à flots ce beau et grand navire qu’était, jadis, le S.I.A.M.U.

Si cette vision est une représentation optimale de l’avenir, un bon manager la maintient aussi brillante et réaliste que possible. Il pense à Christophe Colomb que ses hommes étaient prêts à jeter par-dessus bord parce qu’ils désespéraient de voir la terre. Mais Christophe Colomb était capable de voir « les Indes » derrière la ligne d’horizon et de la leur communiquer avec assez d’énergie pour motiver l’équipage à naviguer encore un peu! C’est exactement ce que l’on fait croire au personnel du S.I.A.M.U. pour qu’il continue à s’impliquer encore un peu pour ce service, mais il désespère de voir arriver un jour un changement au sein de son activité professionnelle.

Les relations avec une direction complètement déconnectée de la réalité du terrain, à mille lieux de se rendre compte des problèmes rencontrés quotidiennement par le personnel, sous l’emprise et la gestion complétement politisées d’un service opérationnel, sont devenues inexistantes, ces situations ont créé un fossé jamais observé auparavant dans notre milieu opérationnel.  

 

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

 

 

Anne WIBIN                                                            Eric LABOURDETTE

Mandataire permanente                                           Dirigeant responsable

0492 917 387                                                                    0475 86 75 85

04:02 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 14 février 2017

Brevet extérieur

Bruxelles, le 14 février 2017

       

S.I.A.M.U.

Officier chef de service

Avenue de l’Héliport 15

 

B-1000 Bruxelles

 

 

 

Mon Colonel,

 

Puisque, apparemment, personne dans cette magnifique boîte qu’est le SIAMU ne maîtrise la législation, le S.L.F.P. prendra ses responsabilités, à chaque fois, devant les juridictions compétentes !

Pour ce qui est de la signature pour une autorisation de suivre un brevet de caporal dans un autre centre de formation, le S.L.F.P. vous rappelle que SEUL l’avis favorable du commandant de zone est demandé !  Il reste à définir au S.I.A.M.U. quelle est l’autorité qui remplace le commandant de zone dans ce cas.

L’officier chef de service ? Le conseil de direction ? Le DG ? La responsable de cellule du Cabinet de la Secrétaire d’Etat ? Le concierge de l’immeuble d’en face ?

Nulle part, ni dans l’arrêté royal formation ni dans les règles de fonctionnement du SIAMU, il est indiqué qu’il faut demander l’autorisation à toute les personnes que l’on rencontre dans les couloirs de la caserne !

Le manager a des responsabilités pas toujours simples à assumer: il passe du temps à gérer égos et bobos, exigences et gémissements, noyades dans des verres d’eau et véritables difficultés. Il suffit d’avoir une fois dans sa vie établi un planning de vacances dans un service de 15 personnes pour s’en persuader, et avoir envie d’ouvrir un forum à jérémiades pour boss stressés sur Doctissimo.

En principe, le dirigeant de l'entreprise est responsable de tous les actes qui engagent la société. Toutefois, il peut déléguer une partie de ses pouvoirs lorsque ni la loi ni les statuts de la société ne l'interdisent.

Le S.L.F.P. vous demande d’assumer vos responsabilités et d’accorder ou de refuser le droit à un agent de suivre des cours ailleurs. Dans ce cas, vous ne pouvez pas déléguer vos pouvoirs.

 Veuillez, Monsieur, recevoir nos salutations distinguées,

 

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

 

 

 

Anne WIBIN                                                          Eric LABOURDETTE

Mandataire permanente                                          Dirigeant responsable

0492 917 387                                                                 0475 86 75 85

 

12:51 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 10 février 2017

Pas de vague, nous attendons les postes à mandats!!!

Bruxelles, le 09 février 2017

  

 

 

Monsieur le directeur général,

Monsieur l’officier chef de service,

Messieurs les membres du conseil de direction,

 

Le S.L.F.P. est conscient que, en partie à cause de nos éminentes autorités politiques, la situation n’est pas simple au S.I.A.M.U. Néanmoins certains problèmes peuvent et doivent être réglés en interne. Le S.I.A.M.U. dispose d’un conseil de direction qui compte 8 personnes, une première depuis des années. On eut pu penser à une gestion, plus ou moins rapide, des différentes questions en suspens. Au vu du peu de réponses à nos différents questionnements, il semble que ce n’est pas le cas. Le S.L.F.P. ne désire pas mettre en cause, uniquement, les deux directions mais mets en cause aussi certains responsables de service ou département (pour peu qu’il y en a !)

Un exemple de question ou demande de respect de la législation qui reste sans réponse est celui des mutations. Le S.L.F.P. n’a toujours pas de réponse à son courrier relatif à cette problématique et au manque de respect de l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 27 juin 2002.

En plus de ce manque de respect, d’autres problèmes entre agents sont venus rajouter un sentiment de gestion à la légère de la part de la direction pour régler ces problèmes.

Exemple : un agent a rencontré des problèmes dans son groupement, le département opérations décide de le muter ailleurs, on se rend compte que sa future destination n’est pas idéale non plus à cause d’autres problèmes avec d’autres agents, on décide de le muter encore ailleurs mais avant il fera un passage dans un groupement de l’état-major dans lequel il a aussi eu des problèmes et a même déposé plainte contre plusieurs agents.

Il est vrai qu’une gestion saine est parfois compliquée à cause de certains agents. Jamais au S.I.A.M.U. on ne pense à régler le vrai problème, on préfère le déplacer pour en créer là où il n’y en a pas. Les paroles de membres du conseil de direction « qu’est-ce qu’on doit faire ? » ou « on ne sait rien faire » laissent penser que tout est permis au S.I.A.M.U. et qu’aucune décision de la direction ne pourra être prise face à certains comportements.

Faire preuve de courage, c’est avant tout réussir à sortir de sa zone de confort.

Avant d’accepter d'occuper des postes à responsabilités tels que ceux de fonctionnaires dirigeants, il aurait été impératif de ne pas perdre de vue la position de manager est potentiellement aussi inconfortable que des godasses trop petites et a les mêmes conséquences. A force de se faire des ampoules, il devient de plus en plus difficile d’avancer et on n’a plus qu’une envie : troquer lesdites godasses pour des tatanes qui vont laisser les doigts de pieds s’épanouir en bouquet de violettes. En d’autres termes : plus de plaisir au travail et moins de responsabilités. Manager des êtres humains, tout en respectant des délais et objectifs imposés par une « hiérarchie » politique déconnectée, c’est tout sauf une promenade de santé.

 

Voici quelques pistes d’apprentissage ou d’évolution personnelle, à choisir en fonction de sa propre personnalité et de ses besoins :

  • Sortir de l’égo, pour éviter de régler ses propres petits besoins de reconnaissance et ses petites et grandes peurs sur le dos de ses collaborateurs.
  • Renforcer la confiance et l’assurance, pour développer une affirmation de soi saine et sereine, la capacité à prendre des décisions, y compris difficiles, la capacité à s’affirmer face à sa hiérarchie comme à ses collaborateurs, en particulier au travers d’une communication apaisée et efficace.
  • Développer ses compétences émotionnelles, pour comprendre ses propres mécanismes internes et les besoins à combler que les émotions indiquent, et comprendre les mécanismes d’autrui.
  • Développer les compétences relationnelles, pour des interactions saines et efficaces avec ses collaborateurs.
  • Renforcer la connaissance de soi, pour une organisation ou une efficacité en fonction de soi, de ses propres talents et mécanismes, plutôt qu’en fonction d’idées reçues.
  • Renforcer la capacité à entretenir son niveau d’énergie et de bonne humeur pour parvenir à faire face aux difficultés inhérentes aux responsabilités, ainsi qu’aux aléas d’une fonction complexe.
  • S’outiller en alternatives innovantes et pleines de bon sens au management traditionnel : principes agiles, sociocratie, pyramide inversée, leadership tribal etc.C’est tout ce qu’il faudrait à nos managers, non ?

Ce qui se passe aujourd’hui au S.I.A.M.U. est tout simplement déplorable, il n’y a aucune gestion, aucune réponse apportée aux nombreux problèmes, aucun dialogue, aucune décision franche, motivée et honnête n’arrive, bref, tout laisse à penser que seul l’orchestre (le cadre inférieur et subalterne) est encore à bord !

Sylvaine Pascual Compétences relationnelles, Objectifs, décisions et solutions, Vie professionnelle

Salutations syndicales,

  

S.L.F.P.

  

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

04:14 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 06 février 2017

Promotions

Bruxelles, le 6 février 2017

 

Madame la Secrétaire d’Etat

Cécile Jodogne

Botanic Building

Boulevard Saint-Lazare 10

 

B-1210 Bruxelles

 

 

Objet : Procédures de promotions

 

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

 

Depuis le remplacement du cadre par un plan du personnel, qui est un outil dynamique et qui est en évaluation constante, nous n’avons aucune idée du nombre de promotions dans les différents grades. Ce qui est désagréable et anormal pour le personnel, c’est la longueur de ces procédures.

Les notes de service 2016-204 et 2016-206 communique les dernières promotions au grade de sergent et d’adjudant. Selon le tableau des statistiques du personnel daté du 02 janvier 2017, il y a 37 adjudants et 167 sergents et sergent-major au cadre.

Le plan du personnel 2017, prévoit 42 adjudants ainsi que 191 sergents et sergent-major.

Les dernières notes de services d’appel à candidatures datent du mois d’août 2016 et ne sont pas encore clôturées !

Le S.L.F.P. demande que ces procédures soient clôturées dans les plus brefs délais. Le classement sur base d’une ancienneté est-il si compliqué à établir pour un conseil de direction composé de 8 personnes (un record par rapport au passé) ?

Pour ce qui est des procédures de promotions aux grades de commandant, le S.L.F.P. se pose la même question, à savoir, quand pensez-vous clôturer ces procédures.

Ce n’est pas aux agents à payer ces retards dans les procédures ni à l’incapacité d’un conseil de direction à vous transmettre une proposition de classement, d’autant plus, que les nominations ne seront pas à effet rétroactif et que les agents ne rattraperont jamais le retard dans leurs avancées barémiques. Le S.L.F.P. n’acceptera jamais que la Région de Bruxelles-Capitale fasse, encore une fois, des économies sur le dos des travailleurs !

 Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

  

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

 

 

 

Anne WIBIN                                                                                           Eric LABOURDETTE

Mandataire permanente                                                                  Dirigeant responsable

0492 917 387                                                                                                       0475 86 75 85

 

13:45 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 02 février 2017

Trajet réintégration agents inaptes

 

trajet réintégration Spf1.pdf

15:55 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 01 février 2017

Procès-verbaux CCB- Notulen BOC

04.02.2016

 

  • A la demande du S.L.F.P. - Op verzoek van het VSOA. :  

 

 

  • Quid de l’adaptation de la feuille de garde ?

 

 

Le SLFP informe que certains agents cumulent plusieurs fonctions sur la feuille de garde et de ce fait on impose en début d’année beaucoup de congé. Par conséquence, d’ici septembre les agents n’auront plus de congé. Le SLFP propose d’augmenter l’effectif de garde.

La direction est conscient que c’est un problème mais il faut également voir le nombre de sorties de certains véhicules. Il est impossible de mettre 2 personnes sur chaque véhicule.

 

  • Is er nieuws over de aanpassing van het dienstblad ?

 

 

Het VSOA informeert ons dat bepaalde personeelsleden meerdere functies cumuleren op het dienstblad en dat er bij het begin van het jaar daardoor veel verlof opgelegd wordt. Bijgevolg zullen de personeelsleden tegen september geen verlof meer hebben. Het VSOA stelt voor om het effectief van wacht te verhogen.

De directie is er zich van bewust dat dit een probleem is, maar er moet ook rekening gehouden worden met het aantal uitrukken van bepaalde voertuigen. Het is onmogelijk om 2 personen op ieder voertuig te zetten.

 

  • Quid de la statutarisation du personnel administratif ?

 

 

La direction explique que ceci fait partie de l’accord sectoriel et qu’il s’agit également un chantier 2016 de la GRH.

Le SLFP propose qu’on réserve déjà des créneaux au Selor pour pouvoir organiser les tests.

 

Is er nieuws over de statutarisatie van het administratief personeel ?

 

 

De directie legt uit dat dit deel uitmaakt van het sectoriaal akkoord en dat dit eveneens een project 2016 is van de HRM.

Het VSOA stelt voor dat we reeds "slots" reserveren bij Selor om de testen te kunnen organiseren.

 

2.3.9.Quid de la création du service RH opérationnel ?

 

Le SLFP signale que ceci est prévu au ROI (point 7.3) et qu’on donne des missions au sein du département Opérations.

La direction répond que ce point fait l’objet d’une discussion avec le Cabinet.

 

Is er nieuws over de creatie van een dienst Operationeel HRM ?

 

 

Het VSOA merkt op dat dit voorzien is in het HR (punt 7.3) en dat er opdrachten gegeven worden binnen het departement Operaties.

De directie antwoordt dat dit punt het voorwerp uitmaakt van een discussie met het kabinet.

 

2.3.12.Quid de l’organigramme de la centrale 100 ?

 

Le SLFP rappelle que ceci a déjà été demandé il y a quelques mois.

La direction informe qu’une restructuration en est route et que donc l’organigramme est également en préparation et devrait être finalisé au mois de mai de cette année.

 

  • Is er nieuws over het organogram van het HC100 ?

 

 

Het VSOA herinnert eraan dat dit reeds enkele maanden geleden gevraagd werd.

De directie informeert dat er een herstructurering aan de gang is en dat het organogram eveneens in voorbereiding is en af zou moeten zijn in de maand mei van dit jaar.

 

21.04.2016

 

  • Quid du respect de l’article 76 de l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 27 juin 2002 portant le statut administratif et pécuniaire des agents du personnel opérationnel du S.I.A.M.U. (formulaire et base de données relatives à la demande de mutation) ?

 

Le S.L.F.P. rappelle que la GRH doit disposer d’une base de données reprenant toutes les demandes de mutations et que les agents souhaitant demander une mutation doivent compléter un formulaire de demande. Les deux sont inexistants.

La direction explique qu’un marché va être fait pour la remise en route d’IRMA et la gestion de l’outil avec comme but d’avoir une base de données.                                                                                          

Le S.L.F.P. demande un deadline pour ce marché et la remise en route d’IRMA. La direction répond qu’il est impossible pour l’instant de communiquer une date car le marché doit encore être réalisé mais il espère pouvoir donner des nouvelles avant l’été.

 

  • Hoe staat het met de naleving van artikel 76 van het besluit van de Brusselse Hoofdstedelijke Regering van 27 juni 2002 houdende het administratief statuut en de bezoldigingsregeling van het operationeel personeel van de DBDMH (formulier en databank m.b.t. aanvraag mutatie) ?

 

 

Het VSOA herinnert dat het HRM over een database met alle mutatieaanvragen moet beschikken, alsook dat alle personeelsleden die een mutatie willen aanvragen een formulier moeten invullen. Zowel de database als het formulier bestaat niet.

De directie legt uit dat er een overheidsopdracht zal komen om IRMA herop op te starten en voor het beheer van het programma met de bedoeling te beschikken over een database.

Het VSOA vraagt naar de deadline voor deze aanbesteding en de heropstart van IRMA.

De directie kan onmogelijk nu een deadline geven aangezien de overheidsopdracht nog moet worden opgesteld maar hij hoopt op meer nieuws tegen de zomer.

 

  • Quid du respect des articles 78 et 79 de l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 27 juin 2002 portant le statut administratif et pécuniaire des agents du personnel opérationnel du S.I.A.M.U. ?

 

 

Le S.L.F.P. explique que dans les listes de promotions les agents en service léger doivent également être repris. Il n’y a pas de raison que ces agents soient pénalisés.

 

La direction informe que cette semaine une réunion concernant les inaptes a eu lieu et qu’une remise à niveau du plan de personnel est prévu au mois de mai dans le conseil de direction. En fonction de cette remise à niveau, on adapte le plan et on peut déjà prévoir les futures promotions. Cela permettra de satisfaire le maximum d’agents.

Le plan du personnel adapté pourra être présenté au C.C.B. du mois de juin.

Les procédures de promotions en cours pourront être clôturées cette année.

 

Wat met de naleving van de artikels 78 en 79 van het besluit van de Brusselse Hoofdstedelijke Regering van 27 juni 2002 houdende het administratief statuut en de bezoldigingsregeling van het operationeel personeel van de DBDMH ?

 

 

Het VSOA legt uit dat de promotielijsten ook de personeelsleden moeten vermelden die in lichte dienst werken. Er is geen enkele reden dat deze personeelsleden gestraft worden.

 

De derectie informeert dat er deze week een vergadering omtrent de arbeidsongeschikten heeft plaatsgevonden en dat het personeelsplan geüpdatet moet worden in de directieraad in mei. Overeenkomstig deze update wordt het personeelsplan aangepast en kent men op voorhand de komende promoties. Dit laat toe om een maximum aan personeelsleden gelukkig te stellen.

De aangepaste versie van het personeelsplan zal voorgesteld worden tijdens het BOC van juni.

De lopende promotieprocedures kunnen dit jaar worden afgerond.

 

Quels sont les critères pour mettre le personnel opérationnel en service journalier ?

Le S.L.F.P. a l’impression que pour l’instant ces décisions sont prises c’est à la tête du client. Il faudrait une même ligne de conduite.  

La direction remettra ce point à l’ordre du jour du prochain conseil de direction.

 

  • Welke zijn de criteria om operationeel personeel in dagdienst te zetten ?

 

 

Het VSOA informeert dat ze momenteel het gevoel hebben dat er sprake is van favoritisme. Voor iedereen moet dezelfde procedure worden toegepast.

De directie zal dit punt op de volgende agenda van de directieraad plaatsen.

 

S.L.F.P.-V.S.O.A.

08:45 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 31 janvier 2017

NEWS POSITION DU S.L.F.P. – POSITIE VAN HET V.S.O.A.

NEWS POSITION DU S.L.F.P. – POSITIE VAN HET V.S.O.A.

 

Règlement sur l’affectation d’agents opérationnels inaptes.

La direction explique la documentation transmise. Il estime qu’un agent qui n’a pas réussi ses tests physiques bisannuels, passe d’office en 8h. Le projet envoyé concerne uniquement les agents qui ont été déclarés temporairement inaptes. Les membres du personnel qui sont définitivement inaptes doivent être réaffectés, conformément à l’AR sur le bien-être des travailleurs du 27 mars 1998.  La direction a déjà eu plusieurs entretiens avec des agents qui souhaitaient être réaffectés. Il en informe ensuite la direction générale ainsi que la GRH. Pour l’instant environ 85 personnes seraient (partiellement) inaptes, dont la plupart ne peuvent pas porter un appareil respiratoire.

Le S.L.F.P. demande de définir clairement ce qu’on entend par aptitude et inaptitude (partielle/temporaire/définitive). Le service devra faudra prévoir un poste adapté pour les agents temporairement inaptes. Il veut également obtenir les descriptions de fonction pour les emplois de sapeur-pompier, caporal, sergent, sergent-major et adjudant et une analyse des risques de chaque fonction. Ensuite seulement, une décision pareille peut être prise en connaissance de cause.

Le Dr  renvoie au principe d’une grille de fonctions qui permet d’objectiver davantage une déclaration d’inaptitude et elle ajoute que la médecine du travail se prononce par rapport à un risque, que celui-ci soit présent en 24h ou en 8h. Elle confirme aussi qu’une inaptitude définitive devrait entraîner une réaffectation.

La C.S.C. et la C.G.S.P. sont d’avis que pour pouvoir exercer le métier de sapeur-pompier, il faut être à 100% apte à la fonction. Elles admettent en même temps qu’il faut prévoir des dispositions spécifiques pour des agents qui ont eu un accident du travail.

 Reglement inzake de affectatie van arbeidsongeschikte operationele personeelsleden.

 De directie verduidelijkt de bezorgde documentatie. Hij is van oordeel dat een personeelslid dat niet slaagde voor zijn tweejaarlijkse fysieke tests ambtshalve in 8 uur geplaatst wordt. Het verstuurde ontwerp betreft enkel de personeelsleden die tijdelijk arbeidsongeschikt werden verklaard. Voor definitief arbeidsongeschikt verklaarde personeelsleden moet er een affectatiewijziging komen, conform het KB van 27 maart 1998 over het welzijn van de werknemers. M. SIMONART heeft al verschillende onderhouden gehad met personeelsleden die om een affectatiewijziging vroegen. Hij informeert er vervolgens de algemene directie over en het HRM. Op dit ogenblik zouden ongeveer 85 personen (gedeeltelijk) arbeidsongeschikt zijn, waarvan de meeste geen ademhalingstoestel meer mogen dragen.

Het VSOA vraagt een duidelijke definitie van wat men verstaat onder (tijdelijke/gedeeltelijke/ definitieve arbeidsongeschiktheid). De zal een aangepaste werkpost moeten geven aan de tijdelijk arbeidsongeschikte personeelsleden. Het wil eveneens de functiebeschrijvingen ontvangen voor de betrekking van brandweerman, korporaal, sergeant, sergeant-majoor en adjudant alsmede een risicoanalyse voor elke werkpost. Vervolgens kan pas een dergelijke, weloverwogen beslissing worden genomen.

Dr. verwijst naar het principe van een functietabel voor een betere objectivering van verklaringen van arbeidsongeschiktheid. Ze voegt eraan toe dat de arbeidsgeneeskunde zich uitspreekt m.b.t. een risico, of dit nu in 24 uur bestaat of in 8 uur. Ze bevestigt eveneens dat een definitieve arbeidsongeschiktheid moet leiden tot een affectatiewijziging.

Het ACV en de ACOD vinden dat men om de job van brandweerman uit te oefenen 100% geschikt moet zijn voor deze betrekking. Ze erkennen daarbij dat er specifieke bepalingen moeten zijn voor personeelsleden die een arbeidsongeval hadden.

 Le point sur la politique alcool et drogues.

La direction rappelle que le Comité a donné au mois de mai de cette année son accord à la mise en œuvre de la politique alcool et drogues. Celle-ci a ensuite été publiée sur l’intranet afin d’en informer le personnel. L’objectif initial avait été d’appliquer entièrement cette politique à partir du 1er janvier 2017, mais cela s’avère problématique étant donné que pas tous les membres du cadre intermédiaire ont déjà pu suivre la formation sur la procédure à suivre.

Faut-il dès lors déjà instaurer des contrôles réguliers et aléatoires à partir de début 2017 ou attendre 2018 quand tout le monde aura pu suivre cette formation ?

Avis motivé sur les contrôles dans le cadre de la politique alcool et drogues :

C.G.S.P. : préfère attendre le 1er janvier 2018.

C.S.C. Services Publics : ne s’oppose pas à ce que cette politique soit déjà appliquée à partir du 1er janvier 2017.

S.L.F.P. : souhaite d’abord avoir un avis juridique sur le principe des contrôles aléatoires et réguliers, à défaut de quoi, il remet un avis négatif sur des contrôles à partir du 1er janvier 2017.

Stand van zaken betreffende het alcohol- en drugbeleid.

 De directie herinnert eraan dat het comité in mei akkoord ging met de tenuitvoerlegging van het alcohol- en drugbeleid. Dit werd vervolgens gepubliceerd op het intranet ter informatie van het personeel. Oorspronkelijk was het de bedoeling het beleid volledig toe te passen vanaf 1 januari 2017, maar dat bleek problematisch omdat nog niet alle leden van het middenkader de opleiding over de te volgen procedure al konden volgen.

Moeten we dientengevolge de regelmatige en willekeurige controles vanaf begin 2017 starten of wachten tot 2018, wanneer iedereen deze opleiding heeft gekregen.

 

Met redenen omkleed advies over de controles in het kader van het alcohol- en drugbeleid :

ACOD : verkiest te wachten tot 1 januari 2018.

ACV-Openbare Diensten : verzet er zich niet tegen dat het beleid reeds vanaf 1 januari 2017 wordt toegepast.

VSOA : wil eerst een juridisch advies over het principe van de willekeurige en regelmatige controles. Bij gebrek hieraan verstrekt het een negatief advies m.b.t. de controles vanaf 1 januari 2017.

Quid de l’adaptation de la feuille de garde dans les différents postes ?

Le S.L.F.P. voudrait un téléphoniste par PASI. Il critique aussi le fait que des agents doivent assurer plusieurs véhicules. Le niveau d’alerte 3 n’arrange rien et augmente la charge de travail pour ces équipages. En outre, la question du compteur 907 n’est toujours pas réglée.Le point est reporté à la prochaine réunion.

La direction signale que chaque été les sous-officiers se montrent très généreux avec les congés avec comme conséquence qu’à cette époque, on est souvent en sous-effectif.

Is er nieuws over de aanpassing van het dienstblad in de verschillende posten ?

Het VSOA zou graag voor elke VOPO een telefonist hebben. Het hekelt ook het feit dat de personeelsleden verschillende voertuigen moeten bemannen. Het terreurniveau 3 bemoeilijkt de zaken nog en verhoogt de werklast voor deze bemanningen. Bovendien is de kwestie van de teller 907 nog steeds niet geregeld.Het punt wordt verdaagd naar de volgende vergadering. 

De directie wijst erop dat elke zomer de onderofficieren erg kwistig zijn met het toekennen van verlof met als gevolg dat we in die periode vaak onderbemand zijn.

L’adaptation de la feuille de garde dans les différents postes.

La direction distribue un document reprenant les effectifs prévus à partir du 2 janvier 2017, date à partir de laquelle l’effectif de garde croîtra avec 10 unités : 2 hommes pour équiper l’E10 et 8 autres pour compléter les équipages des autopompes qui seront désormais à 6 conformément à l’AR du 10 novembre 2012 déterminant les conditions minimales de l’aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats. Dans le projet, le véhicule faubourg à l’Etat-major serait supprimé. Il rappelle que le niveau d’alerte est toujours à Le S.L.F.P. demande quelle solution sera adoptée pour le reliquat du compteur 907. En effet, en 2016, les agents ne pourront pas prendre toutes leurs heures de compensation. L’autorité est-elle prête à rémunérer les collègues, comme c’est notamment prévu par le statut fédéral et ailleurs aussi ? Le S.L.F.P. insiste sur l’importance de pouvoir disposer d’une base de données du personnel fiable car en fonction des sources, même les chiffres sur le nombre d’agents réellement opérationnels peuvent varier sensiblement. Cette base de données doit être consultable par tous les agents qui interviennent dans la gestion du personnel. La G.R.H. doit avoir une cellule opérationnelle qui l’épaule, comme c’est par ailleurs prévu par le R.O.I.   

La Présidente ne sait pas répondre aujourd’hui à cette question sans en avoir analysé tous les aspects.

Le S.L.F.P. se demande comment le service parviendra à concilier, avec l’effectif actuel, les besoins opérationnels tant actuels que futurs et la législation en vigueur, comme par exemple celle sur le temps de travail ; le personnel aura-t-il encore l’occasion de prendre tous ses congés ? Etant donné que les prochains recrutements sont prévus pour l’année prochaine, l’effectif global ne sera pas renforcé à court terme. Quid si on réinstaure le niveau d’alerte 4 ?

Aanpassing wachtblad in de posten.

De directie deelt een document uit met het gepland effectief vanaf 2 januari 2017, de dag waarop er 10 personen bijkomen bovenop het huidige effectief van wacht : voor de E10 en 8 andere om tot 6-koppige bemanningen te komen van de autopompen, conform het KB van 10 november 2012 tot vastlegging van de minimale voorwaarden van de snelste adequate hulp en van de adequate middelen. In dit project zou de voorstadswagen van de hoofdkazerne verdwijnen. Hij herinnert eraan dat het dreigingsniveau 3 nog steeds van kracht is. Kolonel antwoordt dat het effectief er niet op voorzien is om continu het hoofd te blijven bieden aan uitzonderlijke situaties zoals het dreigingsniveau   Het VSOA vraagt welke oplossing zal worden aangenomen voor het saldo van de teller 907 ? In 2016 zal het personeel immers niet al zijn compensatie-uren kunnen opnemen. Is de overheid bereid deze collega’s te betalen, zoals bepaald door het federaal statuut en elders eveneens ? Kolonel verduidelijkt dat de dienst het principe van de 6-koppige bemanningen op de autopompen wilde instellen een jaar voor de invoegetreding van deze bepaling teneinde het personeel eraan te laten wennen. Indien we in de loop van 2017 te kampen hebben met een personeelstekort, dan zullen de autopompen door 5 personen worden bemand Het VSOA benadrukt het belang van een betrouwbare gegevensbank, want afhankelijk van de bron kunnen zelfs de cijfers over het aantal daadwerkelijk operationele personeelsleden aanzienlijk verschillen. Deze gegevensbank moet kunnen worden geraadpleegd door iedereen die met personeelsbeheer te maken heeft. Het HRM moet een operationele cel hebben die het bijstaat, wat overigens ook vastgelegd is in het HR. 

De voorzitster kan vandaag niet op deze vraag antwoorden zonder eerst alle aspecten ervan bekeken te hebben. 

Het VSOA vraagt zich af hoe de dienst met het huidig effectief zowel de huidige als de toekomstige operationele noden zal kunnen rijmen met de geldende wetgeving, zoals bijvoorbeeld die op de arbeidstijd ; zal het personeel nog al zijn verlof kunnen opnemen ? Aangezien de eerstkomende aanwervingen voor volgend jaar gepland zijn, komt er op korte termijn geen versterking van het effectief. Wat indien het dreigingsniveau 4 weer wordt ingesteld ?

Les heures supplémentaires dues au recyclage obligatoire rapport ABI/Kit ATTENTAT.

Le S.L.F.P. se prononce en faveur d’un paiement du 10ième et éventuel 11ième jour de recyclage que les agents ont dû suivre. 

En ce qui concerne les jours supplémentaires de 2016, ils seront payés en 2016 ou 2017. Pour les années ultérieures (2017), une proposition est en voie d’élaboration.

 

11:34 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 29 janvier 2017

Psychosociale risico’s op het werk-Risques psychosociaux au travail

NOTE D’INFORMATION S.L.F.P. 2017/001- Risques psychosociaux au travail

Procédure

 

Moyens d’action du travailleur

Un travailleur qui estime subir un dommage psychique, qui peut également s’accompagner d’un dommage physique découlant des risques psychosociaux au travail dispose de différentes possibilités d’action.

Relations sociales habituelles

Le premier interlocuteur du travailleur reste l’employeur ou le supérieur hiérarchique du travailleur, directement compétents pour apporter une réponse au problème vécu.

La procédure interne

Lorsque la démarche auprès de ces personnes est restée infructueuse ou lorsque le travailleur ne souhaite pas l’entreprendre, il peut faire appel à une procédure interne spécifique présente dans toute les entreprises qui comprend deux types d’interventions : l’intervention psychosociale informelle et l’intervention psychosociale formelle.

Pour ce faire le travailleur prendra contact avec la personne de ou le conseiller en prévention aspects psychosociaux dont les coordonnées doivent se trouver dans le règlement de travail.

 Au plus tard 10 jours calendrier après ce premier contact, la personne de confiance ou le conseiller en prévention entendront le travailleur et l’informeront des possibilités d’intervention.

 L’intervention psychosociale informelle

 Le travailleur peut demander l’intervention de la personne de confiance ou du conseiller en prévention aspects psychosociaux en vue de chercher une solution au moyen de la voie informelle. Cela peut consister en des entretiens personnels au cours desquels le travailleur reçoit une écoute et des conseils, en une intervention auprès d’une autre personne de l’entreprise (employeur, membre de la ligne hiérarchique…) ou en une conciliation entre les personnes concernées si la problématique est d’ordre relationnel.

 Cette intervention informelle peut être demandée tant pour des faits de violence, de harcèlement moral ou sexuel que pour toute autre situation où il est question de souffrance psychosociale au travail.

 L’intervention psychosociale formelle

 Le travailleur peut introduire une demande d’intervention psychosociale formelle uniquement auprès du conseiller en prévention aspects psychosociaux. L’objectif de cette intervention consiste à demander à l’employeur de prendre des mesures de prévention appropriées.

 Le conseiller en prévention effectuera une analyse des risques de la situation de travail du demandeur et remettra un avis à l’employeur qui comprend entre autres, les résultats de cette analyse ainsi que des propositions de mesures individuelles et collectives à prendre.

 L’inspection contrôle du bien-être au travail

Un travailleur dispose toujours de la possibilité de faire appel lui-même à l’inspection contrôle du bien-être au travail. Cette possibilité est ouverte à l’égard de tous les risques psychosociaux au travail.

L’inspection n’interviendra toutefois qu’en seconde ligne : quand un travailleur dépose directement une plainte individuelle auprès de l’inspection elle informe le travailleur de l’existence de la procédure interne et le renvoie vers le conseiller en prévention aspects psychosociaux compétent. Si le travailleur a déjà fait appel à la procédure interne, l’inspection tentera de normaliser la situation par exemple en imposant des mesures, éventuellement celles qui avaient été proposées par le conseiller en prévention aspects psychosociaux.

Auditorat du travail

Quand l’intervention de l’inspection a échoué, elle peut dresser un pro-justitia, qui est remis à l’auditeur du travail en cas d’infraction pénale. En effet, l’employeur, ses préposés et mandataires ainsi que les auteurs de comportements abusifs peuvent être poursuivis pénalement s’ils ne respectent pas les obligations découlant de la législation relative au bien-être des travailleurs. L’auditeur du travail est le membre du ministère public chargé de poursuivre ces infractions devant le tribunal correctionnel.

Si le travailleur a directement déposé une plainte auprès de l’auditorat sans passer par la procédure interne, l’auditeur invitera le plus souvent le travailleur à utiliser cette procédure plus opportune pour les problèmes psychosociaux que la procédure judiciaire.

Médiation

Afin d’éviter une procédure judiciaire souvent longue, coûteuse et qui aboutit à un jugement imposé aux parties, il est également possible de faire appel à un médiateur agréé, indépendant, impartial et tenu au secret professionnel. Le médiateur a pour rôle d’accompagner les parties dans la recherche d’un accord acceptable pour chacune d’elles. La médiation est organisée par le code judiciaire.

La procédure pénale

L’auditorat du travail évalue lui-même la nécessité et l’opportunité d’engager une poursuite pénale.

Quand l’auditeur ne classe pas le dossier, il peut assigner devant le tribunal correctionnel l’auteur des comportements abusifs et dans certaines circonstances, l’employeur, ses mandataires et préposés qui auraient commis une infraction à la législation.

La procédure civile

La compétence des tribunaux du travail a été élargie à l’ensemble des risques psychosociaux au travail. Il est en effet possible que la responsabilité de l’employeur soit engagée pour d’autres problèmes que la violence, le harcèlement moral ou sexuel au travail, comme le stress ou le burn-out.

Dienst informatie V.S.O.A. 2017/001 - Psychosociale risico’s op het werk

Procedure

 

Actiemiddelen voor de werknemer

Een werknemer die meent psychische schade te ondervinden, die al dan niet kan gepaard gaan met lichamelijke schade, ten gevolge van psychosociale risico’s op het werk, beschikt over verschillende actiemogelijkheden.

De gewone sociale verhoudingen

De eerste aanspreekpunten van de werknemer blijven de werkgever of de hiërarchische meerdere van de werknemer die rechtstreeks bevoegd is een oplossing te bieden voor het gestelde probleem.

De interne procedure

Wanneer het inschakelen van deze personen zonder succes blijft of wanneer de werknemer een dergelijke stap niet wenst te ondernemen, kan hij gebruik maken van een specifieke interne procedure die aanwezig is in alle ondernemingen en die bestaat uit twee types interventie: de informele psychosociale interventie en de formele psychosociale interventie.

Hiertoe zal de werknemer contact opnemen met de vertrouwenspersoon of de preventieadviseur psychosociale aspecten waarvan de coördinaten moeten vermeld worden in het arbeidsreglement.

Uiterlijk 10 kalenderdagen na dit eerste contact zullen de vertrouwenspersoon of de preventieadviseur psychosociale aspecten de werknemer horen en hem informeren over de mogelijkheden tot interventie.

De informele psychosociale interventie

De werknemer kan de interventie vragen van de vertrouwenspersoon of de preventieadviseur psychosociale aspecten met het oog op het zoeken naar een oplossing door middel van de informele weg. Dit kan bestaan uit het voeren van persoonlijke gesprekken waarbij wordt geluisterd naar de werknemer en hem advies wordt gegeven, een interventie bij een andere persoon van de onderneming (werkgever, lid van de hiërarchische lijn, …) of een verzoening tussen de betrokken personen wanneer het een relationeel probleem betreft.

Deze informele interventie kan gevraagd worden zowel voor feiten van geweld, pesterijen of ongewenst seksueel gedrag als voor alle andere situaties waarbij er sprake is van psychosociaal leed op het werk.

De formele psychosociale interventie

De werknemer kan een verzoek tot formele psychosociale interventie enkel indienen bij de preventieadviseur psychosociale aspecten. Het doel van deze interventie bestaat erin de werkgever te vragen om passende preventiemaatregelen te nemen.

De preventieadviseur psychosociale aspecten zal een risicoanalyse uitvoeren van de arbeidssituatie van de verzoeker en aan de werkgever een advies verstrekken dat onder meer de resultaten van deze analyse bevat evenals voorstellen over de te treffen collectieve en individuele maatregelen.

De inspectie van het Toezicht op het Welzijn op het Werk

Een werknemer beschikt steeds over de mogelijkheid om zelf een beroep te doen op de inspectie van het Toezicht op het Welzijn op het Werk. Deze mogelijkheid staat open ten aanzien van alle psychosociale risico’s op het werk.

De inspectie zal evenwel slechts in tweede lijn optreden: wanneer een werknemer rechtstreeks een individuele klacht indient bij de inspectie dient zij de werknemer te informeren over het bestaan van de interne procedure en hem door te sturen naar de bevoegde preventieadviseur psychosociale aspecten. Indien de werknemer reeds beroep heeft gedaan op de interne procedure zal de inspectie proberen de situatie te normaliseren door bijvoorbeeld maatregelen op te leggen (eventueel deze die door de preventieadviseur psychosociale aspecten werden voorgesteld).

Arbeidsauditoraat

Wanneer de interventie door de inspectie mislukt is, kan deze dienst een pro-justitia opstellen, dat in geval van een strafrechtelijke inbreuk bezorgd wordt aan de arbeidsauditeur. De werkgever, zijn aangestelden en lasthebbers alsook de daders van onrechtmatige gedragingen kunnen strafrechtelijk vervolgd worden wanneer zij de verplichtingen die voortvloeien uit de wetgeving betreffende het welzijn van de werknemers niet naleven. De arbeidsauditeur is het lid van het Openbaar Ministerie dat bevoegd is deze inbreuken te vervolgen voor de correctionele rechtbank.

Indien de werknemer rechtstreeks een klacht heeft ingediend bij het arbeidsauditoraat zonder eerst gebruik te maken van de interne procedure, zal de arbeidsauditeur in de meeste gevallen de werknemer verzoeken deze procedure te gebruiken aangezien deze beter geschikt is voor het oplossen van psychosociale problemen dan de gerechtelijke procedure.

Bemiddeling

Om een vaak lange en dure gerechtelijke procedure, die leidt tot een uitspraak die wordt opgelegd aan de partijen, te vermijden is het eveneens mogelijk een beroep te doen op een erkende bemiddelaar die onafhankelijk en onpartijdig is en gehouden is door het beroepsgeheim. De rol van de bemiddelaar bestaat erin de partijen te begeleiden bij het zoeken naar een akkoord dat voor elk van hen aanvaardbaar is. De bemiddeling wordt geregeld in het Gerechtelijke Wetboek.

De strafrechtelijke procedure

Het arbeidsauditoraat oordeelt zelf over de noodzaak en de opportuniteit om strafvervolging in te stellen.

Wanneer de auditeur het dossier niet seponeert, kan hij de dader van de onrechtmatige gedragingen, en in bepaalde omstandigheden de werkgever, zijn aangestelden en lasthebbers die een inbreuk op de wetgeving zouden hebben gepleegd dagvaarden voor de correctionele rechtbank.

De burgerrechtelijke procedure

De bevoegdheid van de arbeidsrechtbanken werd uitgebreid tot het geheel van de psychosociale risico’s op het werk. Het is namelijk mogelijk dat de werkgever zou aansprakelijk worden gesteld voor andere problemen dan geweld, pesterijen of ongewenst seksueel gedrag op het werk, zoals stress of burn-out.

 

05:15 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 25 janvier 2017

SIAMU- Situation

Bruxelles, le 25 janvier 2017

 

Madame la Secrétaire d’Etat

Cécile Jodogne

Botanic Building

Boulevard Saint-Lazare 10

B-1210 Bruxelles

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

 

Le S.L.F.P. souhaite vous faire un petit inventaire de la situation au S.I.A.M.U.

Tout d’abord, nous avons une direction incapable de prendre des décisions ou du moins dans des délais raisonnables et qui donne l’impression de se laissez vivre au jour le jour de façon nonchalante. Cette situation est, sans doute, due au fait que les fonctions dirigeantes ne sont en place que de façon temporaire.

Pour rappel, nous fonctionnons avec des at-intérim, faisant fonctions, et encore tout un tas de nouveaux mots pour décrire ces fonctions de passage ! Cette situation devait être temporaire, mais elle est devenue de longue durée, est certainement la cause des non-prises de décisions du conseil de direction face aux promotions, à l’état de nos casernes, aux refontes de groupements, aux mutations, aux questions des organisations syndicales, à divers courriers envoyés, etc… bref, il n’y a plus de commandant à la barre du S.I.A.M.U. rebaptisé « TITANIC ».

Quelques exemples des dysfonctionnements :

Les promotions : Plusieurs notes de services ont été publiées pour un appel à candidatures, plusieurs déclarations d’intentions de nommer prochainement des sergents, des adjudants, des commandants, etc.. Ces procédures ont été initiées il y a des mois ! Nous sommes toujours en attente de ces promotions !

La situation du personnel : Malgré de nombreuses demandes de disposer d’un outil de gestion correcte du personnel, le vigie (à bord d'un navire, homme de veille qui était chargé de surveiller tout l'horizon)du TITANIC ne voit rien arriver. Le service du personnel est débordé à cause des procédures de recrutement pour les sapeurs-pompiers, pour les officier et pour les adjoints au 100 et fait de son mieux pour suivre tous ce qu’on leur demande. Les notes de services relative à l’engagement de nouveaux membres du personnel ne sont pas publiées ou publiées tardivement, certains candidats à la fonction d’adjoint au 100 reçoivent une lettre datée du 18 janvier pour annoncés qu’ils ont ratés l’examen alors que cet examen a eu lieu le 19 janvier, ces mêmes candidats, néerlandophones, ont passé l’examen de topographie en français ! Les agents du service du personnel sont de bonnes volonté mais complètement submergés !

La communication au sein du S.I.AM.U. : La communication au S.I.A.M.U. fait cruellement défaut. Elle est inexistante ! Certains agents font un travail qui a déjà été fait par d’autres. Les mutations se font sans dialogue avec l’agent (ce dialogue est prévu par le statut) Le personnel et les organisations syndicales ne sont tenus au courant de rien !

Le personnel est en attente d’informations qui doivent être publiées par note de service, là encore, le ne voit rien arriver

 

Les comités de concertation : Malgré que la présidence est assurée par un membre de votre Cabinet, ces comités donnent l’impression qu’ils ne servent à rien. Les mêmes points reviennent depuis des mois voire des années et restent toujours sans réponses. Le S.L.F.P. est de bonne volonté, motive et essaye d’aider le comité comme prévu par la législation, mais rien n’y fait. Dernier exemple, le S.L.F.P. à rédiger un document nommé « suivi des actions » qui doit servir à suivre les points et les problèmes identifiés au sein des comités, de désigner une personne responsable du suivi et de décider des moyens mis à disposition pour régler ces problèmes. La direction l’a envoyé au membre du comité sans le compléter ! C’est à mourir de rire (ou plutôt de pleurer) Ce tableau est utilisé de manière correcte dans les zones rurales les plus reculées du pays sans difficultés ! Dans un service de la Capitale de l’Europe, on y arrive pas.

Le S.L.F.P. a demandé et, reformule sa demande, vu le peu de compétences en matière de bien-être au travail de la part de certains membres du comité, des deux côtés de la table, une formation au bien-être au travail.

Le service interne de prévention et de protection au travail : Lors de la dernière réunion, le 23 janvier 2017, le conseiller en prévention présente une nouvelle collaboratrice pour son service. Le conseiller en prévention ne connait visiblement pas la législation en matière de bien-être au travail, un comble ! L’article 17 de l’arrêté royal du 27 mars 1998 stipule que l'employeur détermine, après avis préalable du Comité, le mode de composition du service interne et les moyens techniques et scientifiques, les locaux et les moyens financiers ainsi que le personnel administratif mis à la disposition du service interne. Le comité n’a jamais donné d’avis motivé relatif à du personnel administratif mis à la disposition du S.I.P.P. Il est évident que le S.L.F.P. ne s’oppose pas à une aide pour le S.I.P.P. mais dans le respect de la législation.

La direction administrative et financière : L’ordonnance de 1990 étant toujours en vigueur, et donc sur le plan administratif et financier, la gestion journalière est assurée par le fonctionnaire dirigeant et le fonctionnaire dirigeant adjoint. Allo, il y a quelqu’un ! Pas de réponse au courrier, pas de présidence ni de décisions des différents comités, etc…

Le S.L.F.P. ne vous désigne pas comme responsable de cette situation mais désigne les Gouvernements successifs de la Région de Bruxelles-Capitale de ne pas avoir donné les moyens nécessaire au S.I.A.M.U. pour fonctionner de manière optimale. The right man at the right place, n’a jamais été la préoccupation de nos autorités. Le Ministre-Président fait tout le contraire de ce qu’il dit ! Dans un interview il déclare vouloir diminuer le nombre de mandataires, dans le fait avec la création de nombreuses nouvelles OIP, il fait le contraire. Encore une fois, le S.L.F.P. ne le rends pas responsable, les autres partis politique on la même politique, avant de placer les bonnes personnes, ils placent les bonnes couleurs, souvent, à la mauvaise place !

Pour terminer, Madame la Secrétaire d’Etat, le S.L.F.P. doit reconnaître que vous essayez de donner une aide conséquente au S.I.A.M.U. et que vous n’êtes pas responsables de toutes les décisions, qui manque de vigueur intellectuelle, de puissance, d'efficacité prises en interne, prises en interne.

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

 

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours »

12:54 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Communiqué de presse-Persbericht

                             

Communiqué de presse :

 

La confiance est rompue entre les syndicats et le Gouvernement de la région de Bruxelles-Capitale, les 3 organisations syndicales ont quitté, lundi 23 janvier, la table des négociations.

A l’ordre du jour, notamment, plusieurs points soumis à la négociation à la demande du Gouvernement relatif aux statuts administratif et pécuniaire de certains agents du Service public régional de Bruxelles (ancien ministère), des agents des organismes d’intérêt public de la Région de Bruxelles-Capitale, des membres du personnel contractuel du Service public régional de Bruxelles (ancien ministère), des membres du personnel contractuel des organismes d’intérêts public de la Région de Bruxelles-Capitale et des agents du personnel opérationnel du SIAMU (Service d’Incendie de la Région de Bruxelles-Capitale)

D’entrée de jeux, les organisations syndicales ont refusé de commencer à négocier ces statuts en l’absence de vision à long terme par rapport à la fonction publique, ainsi que l’absence de communication sur les stratégies adoptées par le Gouvernement.

Les organisations syndicales ont rappelé que sous cette législature de nombreux organismes d’intérêt public ont vu le jour. Ces nouveaux organismes videront non seulement de sa substance le ministère de la Région de Bruxelles-Capitale mais coûtent, aussi, à la Région de l’argent (achat ou location de nouveaux bâtiments, nombreuses désignations de mandataires, octroi d’obscures primes à certains agents, etc..) et rendent le service à la population inaccessible, décentralisé, créent des conflits de compétences entre Région et commune. 

De plus, les principaux organismes d’intérêt public et le Service public régional de Bruxelles auront un nouveau statut alors que celui des agents opérationnels du S.I.A.M.U. modifie l’ancien. Bizarre alors que le projet soumis en négociation est, intégralement, un nouveau statut. Pourquoi et que cache cette différence ?

Le projet de statut pour les agents du personnel opérationnel du SIAMU renvoie à plusieurs reprises au statut des organismes d’intérêt public de la Région de Bruxelles-Capitale alors que ce renvoi a déjà prouvé à plusieurs reprises qu’il était inadéquat pour un service opérationnel qui fonctionne en service continu (24h/24h et 7/7 jours)

Pour rappel, un autre organisme opérationnel de la Région a un statut purement spécifique, englobant les agents statutaires et contractuels alors qu’il fonctionne 20h/24H.

Pourquoi cette différence de traitement ? Pourquoi le Service d’Incendie et d’Aide Médicale Urgente paye, depuis plus de 20 ans, cette politique et ce statut inadapté de la part du Gouvernement de la Région ?

En avril 2011, l’actuel ministre en charge du S.I.A.M.U., alors dans l’opposition, posait une question orale en commission des affaires internes au Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale (07-04-2011 n°68 ): « La problématique du statut des pompiers, et du SIAMU en particulier, est une épine dans le pied du gouvernement bruxellois depuis 1989. Depuis sa formation en 1989, nous avons choisi de sortir les pompiers de l'Agglomération et donc d'un statut communal et d'organiser le service dans le cadre d'un organisme d'intérêt public (OIP). Différentes raisons justifiaient alors ce choix, mais il comportait surtout des inconvénients dont nous n'avions pas mesuré l'ampleur. Aujourd'hui, nous nous rendons tous compte que ceux-ci constituent des obstacles à la bonne gouvernance. En politique, il ne s'agit pas de vouloir absolument avoir raison au risque de contrevenir à toutes les règles d'équité. La lucidité, c'est d'admettre que nous avons peut-être eu tort. Est-ce que réellement ce statut est le statut le plus opérationnel ? »

 

Maintenant qu’il est en charge du S.I.A.M.U. qu’elle est sa position ?

  

Rudi De Coster                                                                   Labourdette Eric

Secretaris Brussels Gewest                                              Dirigeant responsable

02 208 23 93                                                                        02/208 82 57

+32476 77 06 63                                                                 0475 86 75 85

rudi.decoster@acv-csc.be                                                   eric.labourdette@firebru.brussel

Persbericht

 

Het vertrouwen tussen de vakbonden en de regering van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest is ernstig geschaad. De drie vakbondsorganisaties hebben op maandag 23 januari de onderhandelingstafel verlaten.

Op de regeringsagenda staat onder meer de heronderhandeling van het administratief en geldelijk statuut van bepaalde ambtenaren van de Gewestelijke Overheidsdienst Brussel (voormalig ministerie), van de ambtenaren van de instellingen van openbaar nut van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest, van het contractueel personeel van de Gewestelijke Overheidsdienst Brussel (voormalig ministerie), van het contractueel personeel van de instellingen van openbaar nut van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest en van de ambtenaren van het operationeel personeel van de BHDBDMH (Brusselse Hoofdstedelijke Dienst voor Brandbestrijding en Dringende Medische Hulp).

De vakbondsorganisaties weigeren over deze statuten te onderhandelen zolang de regering haar langetermijnvisie op het openbaar ambt niet verduidelijkt en niet openlijk communiceert over haar strategie.

De vakbondsorganisaties wijzen erop dat meerdere instellingen van openbaar nut onder deze legislatuur opgericht werden. Deze instellingen zorgen niet enkel voor een uitholling van het ministerie van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest, maar kosten ook handenvol geld (aankoop of huur van nieuwe gebouwen, benoeming van verschillende mandatarissen, toekenning van duistere premies aan bepaalde ambtenaren, enz.). Ze  zijn gedecentraliseerd, niet gemakkelijk toegankelijk voor de bevolking en veroorzaken bevoegdheidsconflicten tussen Gewest en gemeente.

Bovendien verwerven de voornaamste instellingen van openbaar nut en de Gewestelijke Overheidsdienst Brussel een nieuw statuut, daar waar het oorspronkelijke statuut van de operationele ambtenaren van de BHDBDMH enkel gewijzigd wordt. Het ontwerp dat op de onderhandelingstafel ligt, voorziet echter een volledig nieuw statuut. Zijn er addertjes onder het gras? 

Het ontwerp betreffende het statuut van de ambtenaren van het operationeel personeel van de BHDBDMH verwijst meerdere malen naar het statuut van de instellingen van openbaar nut van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest. Dit houdt echter geen steek voor een operationele dienst die op basis van een continudienst werkt (24 uur op 24 en 7 dagen op 7).

Een andere operationele instelling van het Gewest, die slechts 20 uur op 24 draait, beschikt al over een specifiek statuut, zowel voor statutaire als voor contractuele ambtenaren.

Vanwaar deze ongelijke behandeling? Waarom moet de Dienst voor Brandbestrijding en Dringende Medische Hulp al meer dan 20 jaar gebukt gaan onder een statuut dat Gewestelijke regering maar niet wijzigt?

In april 2011, heeft de minister Gosuin belast met de BHDBDMH, toen nog in de oppositie, een mondelinge vraag gesteld in de commissie voor binnenlandse zaken van het Brussels parlement (07-04-2011 n°68 ): « De problematiek inzake het statuut van de brandweerlui en meer bepaald van de DBDMH, blijft ons achtervolgen sinds 1989. In 1989 beslisten wij om de brandweerdienst om te vormen van een agglomeratiedienst tot een instelling van openbaar nut (ION). Meerdere elementen verantwoordden toen die keuze, maar jammer genoeg ging die keuze ook gepaard met een aantal nadelen waarvan wij de gevolgen niet goed hebben ingeschat en die het bestuur van de dienst bemoeilijken. Het komt er niet op aan gelijk te hebben, met het risico onrechtvaardig te zijn. Toegeven dat men misschien ongelijk had, is een teken van luciditeit. Is een ION wel de best mogelijke structuur voor de brandweerdienst?

 

Wat is het standpunt van de minister nu hij belast is met de DBDMH ?

 

Rudi De Coster                                                                   Labourdette Eric

Secretaris Brussels Gewest                                             Verantwordelijke leider

02 208 23 93                                                                        02/208 82 57

+32476 77 06 63                                                                  0475 86 75 85

rudi.decoster@acv-csc.be                                                   eric.labourdette@firebru.brussel                                                                         

 

 

12:49 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 13 janvier 2017

CCB -BOC 23.01.2017

La prochaine réunion du C.C.B. aura lieu, le jeudi 26 janvier 2016 à 9 heures

 

A la demande du S.L.F.P. :

 

  • Bilan des Compteurs 907 par groupe, etc. (voir points énoncés dans notre courrier du 08/11/2016 – délais avis motivé) ?
  • Quid de la base de données concernant le personnel (IRMA) ? N’y avait-il pas un consultant extérieur engagé pour 50 jours pour régler ce problème ?
  • Explication de la note de service sur les congés (2016-237) ?
  • Quid du R.O.I. C.C.B. (documentation en annexe) ?
  • Position de la Secrétaire d’Etat concernant le mode de distribution des chèques-repas comme demandé lors du secteur XV du 07/11/2016 (voir points énoncés dans notre courrier du 08/11/2016 – délais avis motivé) ?
  • Avis motivés de chaque parti pour lesquelles les délais de concertation sont clôturés.
  • Nous souhaitons pouvoir disposer du bilan du recrutement officier ? Le S.L.F.P. souhaite participer à la commission d’évaluation de ce recrutement afin de ne pas refaire les mêmes erreurs. Idem pour le recrutement pompier : quand ce bilan sera-t-il disponible ?
  • Quid de la statutarisation du personnel administratif contractuel ?
  • Précisions sur le plan du personnel comme demandé lors du précédent C.C.B. ?
  • Quid de la création du service RH Ops (cf. réunion du 04/12 dernier) ?
  • Quid d’un organigramme du service avec les noms correspondant aux fonctions et aux responsabilités et ce pour tous les niveaux (A, B, C, D) ?

 

De volgende vergadering van het BOC zal plaatshebben op donderdag 26 januari 2017 om 9 uur.

 

Op verzoek van het VSOA:

 

  • Balans van de teller 907 per groep enz. (zie aangehaalde punten in ons schrijven van 8 november 2016 – termijn met redenen omkleed advies)?
  • Is er nieuws over de database over het personeel (IRMA) ? Ging men geen beroep doen op een externe consultant om dit probleem in 50 dagen te regelen?
  • Meer uitleg over de dienstnota betreffende de verloven (2016-237)?
  • Hoever staat het met het HR van het BOC (documentatie in bijlage)?
  • Standpunt van de staatssecretaris over de verdeling van de maaltijdcheques zoals gevraagd op de vergadering van Sector XV op 7 november 2016 (zie de aangehaalde punten in ons schrijven van 8 november 2016 – termijn met redenen omkleed advies)?
  • Vanwege alle partijen het met redenen omkleed advies waarvoor de overlegtermijn verstreken is.
  • Graag de balans van de aanwervingsprocedure van officier. Het VSOA wil zetelen in een evaluatiecommissie teneinde een herhaling van de fouten te vermijden. Idem voor de wervingsprocedure van brandweerman: wanneer zal er een balans zijn?
  • Is er nieuws over de vaste benoeming van het administratief contractueel personeel?
  • Verduidelijkingen over het personeelsplan zoals gevraagd op het vorig BOC?
  • Is er nieuws over de creatie van een dienst HR Ops (cf. vergadering van 4 december jl.)?
  • Hoever staat het met een organogram van de dienst waarin de namen overeenstemmen met de functies en bevoegdheden en dat voor alle niveaus (A, B, C, D)?

  

S.L.F.P.-V.S.O.A.

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

0475/86 75 85

 

03:48 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 12 janvier 2017

Mutations et congés

Bruxelles, le 12 janvier 2017                      

 

  

 

Monsieur l’Officier Chef de service,

 

 

Le point 2.3.3.3.2.  du R.O.I. prise des congés et des compensations stipule que les congés et les compensations doivent être demandés avant le 15 du mois précédent. Au plus tard le 20 de chaque mois, les congés accordés, refusés et les compensations accordées, refusées ou éventuellement imposées pour le mois suivant sont portés à la connaissance du personnel.

 

Trop souvent, les notes de services relatives aux mutations sont publiées trop tardivement. Ces retards de prises de décisions mettent à mal le travail des sous-officiers des différents groupements.

 

Le S.L.F.P. vous demande de prendre en considération les dispositions en vigueur pour le personnel opératif afin de respecter le travail effectué par les agents.

 

Veuillez agréer, Monsieur l’Officier chef de service, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours »

12:08 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

CPTT-CPBW

La prochaine réunion du CPPT du service d’Incendie aura lieu à la caserne de l’Héliport, le lundi 23 janvier 2017 à 13 heures

Direction :

 Présentation d’une nouvelle hache créée par un membre du personnel opérationnel.

Suivi des points :

Personne de confiance : désignation.

Droits et devoirs des agents : suite des réflexions, politique en matière de stress, de burnout et de gestion des conflits. Avis du S.E.P.P. spécialisé en stress et burn out et avis motivé.

A la demande du S.L.F.P. :

  • Quid du rafraîchissement du local « contrôle » (Article 4 de la loi relative au bien-être des travailleurs, article 3, 5°, 6° et article 8 de l’arrêté royal du 3 mai 1999) ?
  • Quid de la sécurisation de l’entrée du personnel au contrôle (Article 4, 1° de la loi relative au bien-être des travailleurs) ? Pour rappel, un seul agent est présent de nuit dans ce local.
  • Quid de la sécurisation des fenêtres et des accès à la CS100 (Voir PV des 19 mai 2016 et 23 juin 2106) ?
  • Quid du planning des travaux ?
  • Comment seront équipés les équipiers TAG (Article 3 de l’arrêté royal du 3 mai 1999) ? Que prévoyez-vous pour équiper ces équipiers contre le froid, la pluie, etc.. en cas d’intervention de longue durée (Voir intervention à la mosquée) ?
  • Quid de l’achat de sac pour transporter l’équipement individuel pour le TAG (Voir sacs RISC) ?
  • Le bien-être est recherché par des mesures qui ont trait à la sécurité du travail (Article 4 de la loi relative au bien-être des travailleurs). Le S.L.F.P. demande quelles mesures l’employeur prendra suite à la promotion de sergents qui n’ont jamais assumés la fonction de chef de section pour assurer une remise à niveau ? Pour information, les descriptions de fonctions ont été publiées au Moniteur, ils doivent assurer la direction opérationnelle d’une équipe de collaborateurs grâce à une intervention efficace, en tant que premier intervenant sur place, il doit établir un plan provisoire, etc.. Suite au refus de créer des sous-cadres, il faudra revoir la formation de certains nouveaux sergents afin qu’ils puissent assumer leur fonction en toute sécurité.
  • Quid du tableau de suivi des actions ?

De volgende vergadering van het CPBW-Brandweer zal plaatshebben in de Helihavenkazerne op maandag 23 januari 2017 om 13 uur.

 Directie:

 Voorstelling nieuwe door een operationeel personeelslid ontworpen bijl.

Follow-up punten:

Vertrouwenspersoon: aanstelling.

Rechten en plichten van het personeel: vervolg denkoefening, beleid inzake stress, burn out en conflictbeheer. Advies van gespecialiseerde EDPB voor stress en burn-outs en met redenen omkleed advies.

 

Op verzoek van het VSOA :

 

  • Hoever staat het met de renovatie van het “controlelokaal” (artikel 4 van de wet betreffende het welzijn van de werknemers, artikel 3, 5°, 6° en artikel 8 van het koninklijk besluit van 3 mei 1999)?
  • Hoever staat het met de beveiliging van de personeelsingang bij de controle (artikel 4, 1° van de wet betreffende het welzijn van de werknemers)? Ter herinnering: ’s nachts zit er maar 1 personeelslid in dat lokaal.
  • Hoever staat het met de beveiliging van de ramen en de toegangen tot het HC100 (zie notulen 19 mei 2016 en 23 juin 2016)?
  • Is er nieuws over de planning van de werken?
  • Hoe zullen de leden van het TAG-team worden uitgerust (artikel 3 van het koninklijk besluit van 3 mei 1999) ? Wat ligt in het verschiet om hen te beschermen tegen de koude, regen, enz. in geval van een langdurige interventie (zie de interventie aan de moskee) ?
  • Is er nieuws over de aankoop van de zak op het individueel materieel voor de TAG in te vervoeren (zie zakken van de RISC) ?
  • Het welzijn wordt nagestreefd door maatregelen die betrekking hebben op de arbeidsveiligheid (artikel 4 van de wet op het welzijn van de werknemers). Het VSOA vraagt welke maatregelen de werkgever zal nemen om er na de bevordering in de graad van sergeant van collega’s die nooit de functie van sectiechef uitoefenden, voor te zorgen dat ze de vereiste kennis opdoen ? Ter informatie: de functiebeschrijvingen zijn verschenen in het Staatsblad en ze moeten de operationele leiding over een team medewerkers op zich nemen door een efficiënte interventie, als eerste leidinggevende ter plaatse moeten ze een voorlopig plan maken, enz. Na de weigering om subkaders te creëren moet de opleiding worden herzien van een aantal nieuwe sergeanten opdat ze hun functie in alle veiligheid kunnen uitoefenen.

 

S.L.F.P.-V.S.O.A.

Labourdette Eric

04:56 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 09 janvier 2017

6 mannen

Gezien de inzet en de inspanningen die iedereen voor deze nieuwe procedure voor de 6-koppige bemanning gedaan heeft en de niet te verwaarlozen bijdrage van deze procedure aan de veiligheid van de manschappen, is het S.L.F.P./V.S.O.A. absoluut voor de toepassing van deze procedure, en dit zo snel mogelijk, maar zonder enig nadelig effect op de toekenning van verlof aan het personeel dat al zwaar op de proef gesteld werd door de verhoogde veiligheidsniveaus als gevolg van de aanslagen.

De syndicale organisaties hebben hieromtrent op donderdag 5 januari deelgenomen aan een vergadering.

De proefperiode zal behouden blijven tot in de maand februari. Gezien de overgang naar 6 bemanningsleden verplicht is en de DBDMH hieraan niet zal kunnen ontsnappen, zullen er daarna maatregelen genomen worden voor een goede implementatie hiervan zonder enig gevolg voor het verlof van het personeel, en deze maatregelen zullen voorgesteld worden aan de syndicale organisaties tegen 15 februari.

De syndicale organisaties hebben gevraagd om definitief afstand te doen van de procedure met een 5-koppige bemanning om voorgoed over te gaan naar een procedure met een 6-koppige bemanning. Voor de syndicale organisaties is dit een kwestie van veiligheid voor het personeel. Ter herinnering, de interventieprocedure met een 5-koppige bemanning zou zelfs moeten doorgevoerd worden indien er maar 4 personen ter beschikking zouden staan in de autopomp (zie vooruitgeschoven posten en de man die doet al de boodschappen)

De operationele directie geeft toe dat er een gebrek is aan personeel. Resultaat van deze bijeenkomst:

- positief advies met betrekking tot de verlenging van de proefperiode van een 6-koppige bemanning in de autopomp tot eind februari.

- mededeling tot 15 februari van de structurele maatregelen die genomen zullen worden vanaf 1 maart 2017 om het gebrek aan personeel op te vangen en zo steeds een autopomp met 6 personen te bemannen.

- definitieve afstand van de procedure met 5 bemanningsleden om een mengeling van de procedures te vermijden, wat natuurlijk gevaarlijk zou kunnen zijn voor het personeel. Voor het S.L.F.P./V.S.O.A. kan er geen sprake zijn om tussen twee voertuigen te jongleren. Het uitrukken met 6 in de autopomp wordt verzekerd, er kan dus geen sprake zijn om 1 of 2 personen uit een voertuig weg te halen om deze in een ander voertuig te plaatsen. Ofwel is de autopomp niet beschikbaar, ofwel rukt deze uit met 6 personen aan boord.

Het S.L.F.P./V.S.O.A. wenst een actualisering van het manoeuverreglement door een handboek betreffende de 6 persoons-interventieprocedures en de onmiddellijke publicatie van een dienstnota waarin de nieuwe procedures toegelicht worden.

Het S.L.F.P./V.S.O.A. herinnert eraan dat wij te kampen hebben met een personeelstekort en dat de personeelsleden hiervoor niet moeten opdraaien.

Het S.L.F.P./V.S.O.A. vraagt een actualisering van de dienstnota 2016-107: aanpassing van het aantal personeelsleden dat de wachtdienst bemannen en eveneens een evaluatie van de geweigerde vakantiedagen tegen eind februari.

Ter herinnering van de situatie:

Totaal aantal personeelsleden op 02/01/2017 = 992 operationele personeelsleden – 13 personeelsleden in diensttijd – 18 personeelsleden op de dispatching.

 

Totaal: 961 brandweerlui in operationele dienst : 4 = 240 brandweerlieden per compagnie – 5% zieken (gemiddelde van 2015) = 228 beschikbare brandweerlui.

 

Voorbeeld van verlofsaldo van 2016 voor de 41= 41.895 : 85 (aantal personeelsleden) = 492.88 : 24H00 = gemiddeld 20 wachtdiensten per personeelslid

 

Het S.L.F.P./V.S.O.A. vraagt om de saldo's van de verlofuren van alle groeperingen te krijgen en dankt de adjudanten van de groeperingen voor de hulp hieromtrent.

Voor bijkomende informatie kan u het S.L.F.P./V.S.O.A. contacteren op het volgende telefoonnummer 02/208.82.57 of per mail slfp-vsoa@firebru.brussels of u kan Dhr. Eric Labourdette bereiken op 0475/86 75 85.

Het S.L.F.P./V.S.O.A. zal aandacht blijven schenken aan de voorbereiding van de autopompen, het ter beschikking staande materiaal en de toekenning van verlof aan de personeelsleden.

Met betrekking tot de renovatiewerken van de posten en kazernes, zal er een nieuwe NEWSLETTER in de volgende dagen rondgestuurd worden.

Voor het S.L.F.P.-A.L.R./V.S.O.A.-L.R.B.

 

Labourdette Eric

11:54 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

samedi, 07 janvier 2017

Rénovation des infrastructures du S.I.A.M.U. - Renovatie van de infrastructuur van de DBDMH

Rénovation des infrastructures du S.I.A.M.U.

 

Historique 

Le mauvais état des infrastructures du SIAMU n’est pas neuf ! Les promesses et les études non plus.

PARLEMENT DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

Compte rendu intégral des interpellations et des questions orales,

03 mai 2007

 

- Question à M. Benoît Cerexhe, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-

Capitale, chargé de l'Emploi, de l'Economie, de la Recherche scientifique et de la Lutte contre l'incendie et l'Aide médicale urgente, concernant "le mauvais état des infrastructures du SIAMU".

 

« Les syndicats dénoncent le mauvais état de la caserne des pompiers et des postes avancés. La patience du personnel s'épuise et les syndicats ont posé un ultimatum à la direction. Qu'avez-vous entrepris pour résoudre les problèmes ? Des projets existent-t-ils pour le futur établissement des postes avancés ? Quelles mesures urgentes prendrez-vous concernant l'implantation des postes avancés et l'entretien des infrastructures ? »

 

Benoît Cerexhe, ministre.

Les postes et les casernes du SIAMU fonctionnent 24/24 h. L'infrastructure s'use beaucoup plus vite que dans d'autres bâtiments. En outre, ces postes et casernes ayant été construits entre 1975 et 1980, d'importants travaux de rénovation sont à réaliser dans un même temps.

Depuis 2005, un million d'euros par an est inscrit au budget du SIAMU. Des marchés publics ont été lancés pour la rénovation des différents postes, mais en l'absence d'une véritable réponse positive émanant d'entrepreneurs potentiels, une nouvelle méthode de travail a été développée. Ainsi, un expert devra dresser une liste de tous les travaux

de rénovation et d'entretien nécessaires et établir un contrat-cadre.

Les trois casernes les plus anciennes seront rénovées après les congés du bâtiment (de 2007 !!)

Des budgets sont prévus à long terme pour la création d'un poste d'incendie et d'ambulances sur le site de l'hôpital Molière à Forest, afin de combler une lacune opérationnelle au croisement des communes de Forest, Saint-Gilles et Uccle.

06 mars 2008

- Question à M. Benoît Cerexhe, ministre du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé de l'Emploi, de l'Économie, de la Recherche scientifique et de la Lutte contre l'Incendie et l'Aide médicale urgente, concernant "la rénovation des infrastructures du SIAMU".

« Voici un peu moins d'un an (donc en 2007 !!), un plan Marshall visant à la rénovation des infrastructures du SIAMU a été lancé. Pour rappel, les syndicats et les hommes du feu évoquaient la présence de rats, de moisissures, de toits percés, de circuits électriques non conformes.

Il s'agissait également de remplacer des châssis de fenêtres et de revoir l'isolation des installations. Un ingénieur et un bureau conseil avaient été désignés afin de réaliser un inventaire complet des problèmes de sécurité et de salubrité en vue d'établir un calendrier précis des chantiers. Il me revient que, à l'heure actuelle, un ingénieur a effectué l'état des lieux sur seulement trois des neuf sites. Est-ce exact ? Le cas échéant, quel est l'agenda concernant les autres sites ?

Par ailleurs, le contrat programme concernant les réparations doit nécessairement respecter les délais, comme tout marché public. Je voudrais donc connaître la situation de l'attribution de ces marchés et savoir si les travaux de rénovation seront bientôt entamés.

Enfin, il semblerait que certains sites aient besoin de réparations urgentes afin d'éviter tout risque d'incendie ou d'électrocution, ce qui est paradoxal s'agissant du SIAMU ! On y trouverait des prises d'électricité détruites et des fils électriques dénudés. Ces réparations seront-elles effectuées ? Les électriciens seront-ils envoyés, comme ce fut le cas l'année passée, pour procéder à ces réparations ? Si des gestes ont été posés, comme le remplacement du vieux mobilier, des armoires vestiaires ou de plusieurs appareils électroménagers, afin de favoriser le confort du personnel, il convient de mettre tout en oeuvre pour assurer la sécurité sur les lieux de travail et fournir au personnel, le plus rapidement possible, un cadre de vie optimal pour l'exercice de ses fonctions. »

 

Réponse de M. Benoît Cerexhe, ministre.

 

« Il est vrai que plusieurs postes avancés du SIAMU nécessitent des travaux de rénovation, bien que la situation ne soit pas apocalyptique. C'est la raison pour laquelle des crédits importants ont été réservés pendant plusieurs années, et encore maintenant, à cet effet.

Voilà également pourquoi un plan d'action a été mis sur pied, en collaboration avec le SIAMU.

Ce plan peut être divisé en deux volets : L'un concerne les petits travaux ; l'autre concerne les projets plus volumineux de rénovation complète. Les petits travaux sont assurés par les membres du personnel du casernement et se font selon un planning. En cas d'urgence, il est bien sûr prévu que les réparations soient effectuées prioritairement au respect du planning.

En ce qui concerne la rénovation proprement dite : Comme vous l'annoncez, il a été décidé d'inventorier précisément tous les travaux à faire dans les trois PASI (poste avancé du service incendie) les plus anciens - Anderlecht, VUB et Chênaie - qui étaient prioritaires vu leur état.

Ce travail préalable était nécessaire pour compléter le plus fidèlement possible une grande partie du cahier des charges rédigé dans le cadre de la seconde procédure, c'est-à-dire la désignation de l'entreprise générale qui effectuera les travaux.

L'inventaire des travaux est terminé depuis longtemps, le cahier des charges a été publié, des offres ont été remises et une société a été désignée.

Les travaux de rénovation vont donc commencer sous peu. Cela a par ailleurs fait l'objet d'une information auprès des représentants du personnel.

Qu'en est-il pour le futur ? Puisque cette méthode de travail s'est avérée payante, il sera procédé ainsi pour trois autres PASI dans le courant de cette année. Un montant a d'ailleurs été spécialement prévu à cet effet, tant pour les travaux eux-mêmes que pour les études préalables.

Cette situation est due à l'insuffisance des moyens budgétaires qui ont été investis dans le passé dans l'entretien et la rénovation des bâtiments. Notre priorité aujourd'hui est de résorber ce retard »

Questions du S.L.F.P. :

Les rapports des visites casernes indiquent les mêmes problèmes depuis plus de 7 ans !

Combien d’études, d’ingénieur et de bureau conseil seront encore nécessaire avant d’entamer des travaux ?

Où sont les montants prévus depuis 2007 pour les travaux de rénovations des infrastructures ?

Suite au manque d’entretien des tunnels, certains s’écroulent pratiquement. Devons-nous nous attendre à la même chose pour nos casernes ?

 Le S.L.F.P. souhaite :

 Que, cette fois-ci, les études servent à quelque chose.

Que la direction participe aux visites casernes.

Un renfort en personnel au département logistique.

Renovatie van de infrastructuur van de DBDMH

Historiek:

De slechte staat van de infrastructuur van de DBDMH is niet nieuw! De verklarinegen en de studies ook niet.

BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK PARLEMENT

Integraal verslag van de interpellaties en mondelinge vragen

03 mei 2007

Vraag aan aan de heer Benoît Cerexhe, minister van de Brusselse Hoofdstedelijke Regering, belast met Tewerkstelling, Economie, Wetenschappelijk Onderzoek, Brandbestrijding en Dringende Medische Hulp, betreffende "de slechte staat van de infrastructuur van de DBDMH"

 

« In het paasweekend konden we in de krant lezen dat de vakbonden aan de alarmbel trekken omdat de kazerne en de voorposten van de brandweer in slechte staat verkeren.

Blijkbaar is het onderhoud van de infrastructuur verwaarloosd. Er moeten overal dringend werken worden uitgevoerd. Het geduld van het personeel van de brandweer is op. De vakbond heeft de directie voor een ultimatum gesteld.

Er stellen zich problemen met de voorposten. Hoe is deze situtatie, die blijkbaar al tientallen jaren aansleept, kunnen ontstaan? Wat hebt u ondernomen om de problemen op te lossen?

Zijn er plannen voor de toekomstige vestiging van de voorposten? Welke dringende maatregelen zult u nemen op gebied van de inplanting van de voorposten en van het onderhoud van de infrastructuur ? »

De heer Benoît Cerexhe, minister.

De posten en kazernes van de DBDMH draaien 24 uur op 24. De infrastructuur verslijt dan ook twee tot drie maal sneller dan in gewone gebouwen. Bovendien werd het merendeel van deze posten en kazernes gebouwd tussen 1975 en 1980. Dat betekent dat heel wat grote renovatiewerken op hetzelfde tijdstip moeten gebeuren.

Sinds 2005 worden aanzienlijke kredieten, zowat 1 miljoen euro per jaar, in de begroting van de DBDMH ingeschreven. Er werden overheidsopdrachten voor de renovatie van de verschillende posten uitgeschreven, maar er is geen enkel positief antwoord gekomen van de potentiële aannemers. Er werd dan ook een nieuwe werkmethode ontwikkeld, namelijk de aanstelling van een expert, die een lijst van alle nodige renovatie- en onderhoudswerken en een kadercontract moest opmaken. De drie oudste kazernes zullen na het bouwverlof (van 2007 !!) gerenoveerd worden. Budgetten zijn gepland voor de inrichting van een brandweer- en ziekenwagenpost op de site van het Molièreziekenhuis in Vorst.

06 maart 2008

Questies aan de heer Benoît Cerexhe, minister van de Brusselse Hoofdstedelijke Regering, belast met Tewerkstelling, Economie, Wetenschappelijk Onderzoek, Brandbestrijding en Dringende Medische Hulp, betreffende "de renovatie van de infrastructuur van de DBDMH".

 « Nadat de vakbonden de slechte staat van de kazerne en de acht voorposten in het gewest hadden aangeklaagd, kwam er ongeveer een jaar geleden (dus in 2007 !!) een plan voor de renovatie van de infrastructuur van de DBDMH. De vakbonden klaagden over ratten, schimmel, gaten in het dak en elektriteitsleidingen die niet in orde zijn. De ramen moeten worden vervangen en de isolatie vernieuwd. Een ingenieur en een adviesbureau werden aangeduid om de problemen te inventariseren en een agenda op te stellen van de werken. Klopt het dat deze ingenieur nog maar drie van de negen sites bezocht heeft? Wanneer zal hij de overige zes bezoeken? Zoals bij alle openbare aanbestedingen, moet alles binnen bepaalde termijnen gebeuren. Gaan

de renovatiewerken spoedig van start?

Sommige gebouwen moeten dringend worden hersteld om de brandveiligheid te garanderen.

Zullen er inderdaad elektriciens komen, zoals vorig jaar, om deze reparaties uit te voeren? Er zijn een paar zaken gebeurd, zoals de vervanging van het oude meubilair, maar u moet dringend zorgen voor de veiligheid van de gebouwen en voor optimale werkomstandigheden. »

De heer Benoît Cerexhe, minister

 

Verschillende voorposten van de DBDMH zijn inderdaad aan renovatie toe, al stelt

u de situatie erger voor dan ze is. We maken daar dan ook al enkele jaren aanzienlijke kredieten voor vrij en hebben samen met de DBDMH een actieplan opgesteld.

Enerzijds omvat het plan kleine klusjes die het personeel van de kazerne zelf zal uitvoeren volgens een planning, waarvan het in noodgevallen natuurlijk kan afwijken.

Anderzijds zijn er de grote renovatiewerken.

Daarvoor moest eerst een inventaris opgesteld worden van de werken die nodig zijn aan de drie oudste voorposten, die ook in de slechtste staat zijn: Anderlecht, VUB en Eikenbos.

Dat was nodig om een zo gedetailleerd mogelijk bestek te kunnen opstellen. De inventaris en het bestek zijn klaar, de offertes zijn ontvangen en er is een onderneming aangeduid om de werken uit te voeren. Die zullen dus spoedig beginnen en de vertegenwoordigers van het personeel zijn daarover ingelicht.

Aangezien die werkmethode haar doeltreffendheid heeft bewezen, zal ze voor nog drie andere voorposten worden gebruikt. Er zijn al de nodige middelen vrijgemaakt voor de voorbereidende studies en de werken.

Er is in het verleden te weinig in het onderhoud en de renovatie van de gebouwen

geïnvesteerd. Wij trachten nu dit euvel zo snel mogelijk te verhelpen.

 

Vragen van het V.S.O.A. :

 

De verslagen van de werkplatsbezoeken aantonen dezelfde problemen voor meer dan 7 jaar!

 

Hoeveel studies, ingenieur en adviesbureau zijn nog nodig voordat werken te beginnen ?

Waar zijn de nodige middelen vrijgemaakt vanaf 2007 ?

Naar het gebrek van onderhouden van de tunnels, bepaalde instorten ! Moeten we verwachten hetzelfde voor onze kazerne?

Het V.S.O.A. wensen :

Deze keer de studies zijn voor iets.

Dat de directie participeert in de bezoeken kazerne.

Een versterking van het personeelsbestand voor de logistieke.

Voor het V.S.O.A.

 Labourdette Eric

Verantwoordelijke leider

0475/86 75 85

 

 

 

10:12 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 06 janvier 2017

Procédure 6 hommes

Quelques nouvelles de la procédure à 6 hommes sur la pompe.

 

Au vu de l’implication et des efforts que chacun a mis dans cette nouvelle procédure à six et l’apport de sécurité non négligeable que cette procédure apporte aux équipages, le S.L.F.P. est absolument pour la mise en application de cette procédure le plus rapidement possible mais sans aucune conséquence sur l’octroi de congé au personnel qui a déjà été à fortement sollicité à cause des niveaux d’alerte aux attentats.

Les organisations syndicales ont assisté, à une réunion relative à ce point, le jeudi 05 janvier.

La période d’essai sera maintenue jusqu’au mois de février. Ensuite, le passage à 6 étant une obligation à laquelle le S.I.A.M.U. n’échappera pas, des mesures pour assurer ce départ, sans conséquences pour les congés du personnel seront présentées aux organisations syndicales pour le 15 février.

Les organisations syndicales ont demandé l’abandon définitive de la procédure à 5 hommes pour adapter la procédure à 6 hommes tout le temps. Pour les organisations syndicales il s’agit d’une question de sécurité pour le personnel. Pour rappel, la procédure d’intervention à 5 s’appliquait même lorsqu’il n’y avait que 4 hommes sur la pompe (Voir postes avancés et homme des courses)

La direction opérationnelle reconnaît qu’il manque du personnel. Suite à cette réunion :

- avis positif relatif à la prolongation de la période d’essai à 6 hommes sur la pompe jusque fin février.

- communication pour le15 février les mesures structurelles qui seront prises dès le 1er mars 2017 pour pallier au manque de personnel afin de continuer à monter à 6 sur la pompe.

- abandon de la procédure à 5 hommes de façon définitive même si l’équipage n’est pas de 6 hommes afin d’éviter le mélange des procédures ce qui pourrait s’avérer dangereux pour le personnel.

Le S.L.F.P. souhaite la mise à jour du règlement de manœuvre par un manuel des procédures d’intervention à 6 hommes et la publication immédiate d’une note de service explicative des nouvelles procédures.

Le S.L.F.P. rappelle que nous sommes en manque de personnel et que ce n’est pas aux agents à payer cette situation.

Le S.L.F.P. demande la mise à jour de la note de service 2016-107 : adaptation de l’effectif de garde ainsi qu’une évaluation des congés refusé pour fin février.

Rappel de la situation :

Effectif total au 02/01/2017 = 992 agents opérationnels – 13 agents en service journalier – 18 agents au dispatching.

 

Total :961 pompiers en service opérationnel : 4 = 240 pompiers par compagnie – 5% malades (moyenne 2015) = 228 pompiers disponible.

 

Exemple de reliquat des congés de 2016 pour la 41= 41.895 : 85 (nombre agents) = 492.88 : 24H00= 20 gardes en moyenne par agents

 

Le S.L.F.P. demande le reliquat des heures de congés de tous groupements et remercie les adjudants de groupement pour l’aide apportée dans ce dossier.

Pour tout autre renseignements vous pouvez contacter le S.L.F.P. au numéro de téléphone suivant 02/208.82.57 ou par mail slfp-vsoa@firebru.brussels ou joindre Labourdette Eric au 0475/86 75 85.

Le S.L.F.P. restera attentif à la préparation des pompes, aux matériels à disposition et à l’octroi des congés aux agents.

Pour ce qui est des travaux de rénovation des postes et casernes, une nouvelle NEWS LETTER sera envoyé dans les prochains jours.

06:58 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 03 janvier 2017

Etat Chenaie

http://bx1.be/news/la-caserne-duccle-tombe-en-decrepitude/

16:17 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 02 janvier 2017

Maisons de vacances - Vakantiehuizen

 

S.L.F.P.-V.S.O.A. Brochure-maisons de vacances.pdf

 

VSOA-brochure-vakantiehuizen.pdf

 

05:49 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 30 décembre 2016

Voeux SLFP SPF Intérieur

Brussel de 30 december 2016

 

 

Mijnheer de minister van Veiligheid en

Binnenlandse Zaken

Jan Jambon

Wetstraat 2

 

1000 Brussel

 

 

Monsieur le Ministre,

 

 Quelques réflexions pour bien commencer 2017 :

1- Petit bilan sur la réforme des Services de secours :

Cela fait presque 10 ans que la loi sur la sécurité civile est publiée au moniteur belge suite à la catastrophe de Ghilenghein. Les services d’incendie communaux allaient disparaître pour former 34 zones de secours + le Service d’Incendie et d’Aide médicale de la Région de Bruxelles-Capitale (dont les agents auront le même statut que les autres agents zonaux, avec quelques adaptations propres à sa particularité, mais qui ne bénéficie pas du même financement que les autres zones de secours).

Après 1 ou 2 ans de passage en zone, le constat de cette réforme est déplorable. Les agents de terrain et le S.L.F.P. ne partage pas votre enthousiasme ou celui de vos collaborateurs quant au travail des différents Gouvernement face à cette réforme et ces conséquences pour les agents.

En Belgique, la population peut, théoriquement, compter sur quelque 18.000 membres des services d'incendie, volontaires et professionnels. (En réalité, il y en a moins de 18.000 car certains professionnels sont volontaires dans une autre zone).

Le système de pompiers volontaires commence à poser problème depuis quelques années car leur nombre diminue de plus en plus. Avec l'évolution de l'hygiène de vie et les attentes des gens en matière de temps de repos ou de loisirs, le nombre de personnes désirant encore donner son temps libre pour être pompier est de plus en plus rare (Ce phénomène est connu dans d’autres pays également ; l’importance de la famille reprend sa place).

Dans toutes les zones de secours, l’arrêté royal du 10 novembre 2012 déterminant les conditions minimales de l'aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats qui impose, la présence de 6 hommes sur une pompe, entre en vigueur le 1er janvier 2018. Les zones de secours et le Service d’Incendie et d’Aide médicale de la Région de Bruxelles-Capitale avaient 6 ans pour anticiper l’entrée en vigueur de cette imposition. Les organisations syndicales ont négocié cet arrêté et ont exigés 6 hommes sur une pompe afin d’avoir 2 binômes, plus un chauffeur, plus un chef et d’intervenir en plus grande sécurité pour les agents.

Un attendant le 1er janvier 2018, les équipes doivent intervenir avec six hommes minimums mais répartit sur plusieurs véhicules, le chef des premiers secours doit être un sous-officier. Ces dispositions ne sont déjà pas respectées dans plusieurs zones. Il est donc fort à craindre que l’arrêté royal du 10 novembre 2012 ne soit pas plus respecté. (Tout comme d’autres arrêtés royaux relatif à cette réforme qui feront l’objet d’un autre courrier ou communiqué de presse).

L’accord de gouvernement du 10 octobre 2014 indiquait que la réforme des services d’incendie constituera une priorité majeure. Le ministre de l’Intérieur « veillera à garantir une information précise et un accompagnement intensif des autorités locales dans le cadre de la mise en œuvre des zones de secours. » ( ????)

Le gouvernement achèvera la réforme de la sécurité civile. Les arrêtés relatifs à la formation, à l'inspection générale de la sécurité civile et au centre de connaissances seront pris prioritairement. Le statut administratif et pécuniaire du personnel de la protection civile sera adapté. Une partie de la formation de base sera commune, de manière à permettre la mobilité entre les unités de la protection civile et les zones de secours.

 Au vu des différents manquements relatifs à cette réforme, à l’état de votre service d’inspection qui semble réduit à peau de chagrin, à l’inexistence des négociations relatives aux arrêtés relatif au statut administratif et pécuniaire du personnel de la protection civile, à l’incapacité du pouvoir fédéral à faire respecter les différentes législations, permettez-nous de douter de votre sincérité quand vous affirmé que la réforme de la sécurité civile constitue pour vous une priorité majeure.

Le manque de personnel est flagrant et dénoncé à plusieurs reprises par les organisations syndicales et la presse. De l’aveu même des autorités zonales, le plan du personnel est établi sur des critères financiers et non sur des critères objectifs. Les arrêtés royaux relatifs à l’établissement d’un plan de personnel ne sont pas respectés. Réaction de votre pauvre service d’inspection : NULLE ! Aucune étude sérieuse n’est menée au sein des zones de secours, qui sont de véritables zones de non-droit.

Le bien-être au travail des agents opérationnels des zones de secours est la dernière des préoccupations des employeurs ! La presse a déjà fait étalage de l’état de certaines casernes. Les services d’inspection du bien-être au travail ont fait des tas de rapports. Ils font même interdire l’accès à certaines casernes, dans le Brabant Wallon (Tubize). Au contraire de certaines zones de la Province du Hainaut ou de Liège dans lesquelles les inspecteurs doivent être débordés puisque aucune mesure n’est envisagée malgré des constats officiellement dramatiques !

Votre collègue, Kris Peeters, Vice-Premier ministre et ministre de l’Emploi, est en copie de ce courrier. Les infractions au bien-être au travail sont légions dans les zones de secours, certaines n’ont pas encore de comité de prévention et de protection au travail, d’autres non pas de service interne de prévention et de protection au travail, les arrêtés royaux relatifs aux vêtements de travail ou aux équipements de protection individuelle et collective ne sont pas respectés, etc, etc,…

Tous ces manquements sont régulièrement dénoncés par les représentants du personnel et pourtant rien ne change.

Le S.L.F.P. est conscient des moments difficiles que nous vivions à cause des menaces terroristes qui nous connaissons, mais n’oubliez pas, qu’en plus de nos policiers et de notre armée, la sécurité civile est aussi mobilisée de façon exceptionnelle.
 

  1. La sécurité a évidemment un coût !

Toutes les nouvelles normes et mesures prisent en fonction de nouvelles législations relatives à la réforme de la sécurité civile, comme les équipements de protection individuelle et les équipements complémentaire que les zones de secours mettent à disposition de leur personnel opérationnel, comme les conditions minimales de l’aide adéquate la plus rapide. Ces normes et mesures sont rendues totalement indolores pour les finances communales par l’octroi de dotations aux zones de secours. En effet, malgré un contexte budgétaire difficile, la précédente ministre de l’Intérieur a obtenu au fil des conclaves budgétaires de la législature des moyens supplémentaires importants pour financer la réforme.

La dotation fédérale aux zones de secours est composée de la dotation de base ainsi que de la dotation complémentaire.

L’ensemble des moyens alloués par le Fédéral vise à protéger les finances des pouvoirs locaux et ce, conformément à l’article 67 de la loi du 15 mai 2007 relative à la Sécurité civile qui précise que tant que la part du Fédéral dans les dépenses liées à la sécurité civile n’égale pas les 50%, le Fédéral assume l’ensemble des coûts inhérents à la réforme.

C’est ainsi que la dotation de base de la zone 1 de la Province d’Anvers, de 1.822.087,2000€ sera augmenté de 8.649076,7637€ pour atteindre la somme de 10.471.163,9637€ en 2017. Cette dotation de base sera à nouveau augmentée de 9.205.778,95 € pour atteindre 11.027.866,1456€ pour 2018 et 2019, soit une nouvelle augmentation par rapport à 2017 de 556.703€.

 

Pour la zone Hainaut-Centre (Mons-La Louvière) la dotation de base de 1.786.800,3000€ sera augmenté de 6.251.981,1803€ pour atteindre la somme de 8.038.781,4803€ en 2017. Cette dotation de base sera à nouveau augmentée de 6.480.578,13 € pour atteindre 8.267.378,4331€ pour 2018 et 2019, soit une nouvelle augmentation par rapport à 2017 de 228.597€.

Ces dotations complémentaires sont censées couvrir les frais imposés par les arrêtés royaux relatifs aux fonctions opérationnelles, à l’aménagement de fin de carrière, au statut administratif et pécuniaire et au mandat de Commandant de zone.

Dans les tableaux relatifs aux dotations, le Service d’Incendie et d’Aide médicale de la Région de Bruxelles-Capitale ne figure nulle part. Les 20% des pompiers professionnels qui couvre par ailleurs les besoins en services d’incendie pour au moins 10% de la population belge (1,1 million d’habitants et 500.000 navetteurs, sans compter les interventions dans la périphérie) ne mérite aucun financement de la part du fédéral ?

Bizarre, eux qui étaient en première ligne lors des attentats du 22 mars, à côté de leur collègue de la zone Vlaams Brabant West à l’aéroport de Zaventem, trop peu pour un évènement de cette ampleur et ensuite sur leur propre territoire lors du deuxième attentat dans le métro, et sans autre aide que leur courage.

 

Les nombreuses ambassades, les institutions Européennes et leurs nombreux sommets, le siège de l’OTAN, les Services Publics Fédéraux, les entreprises SEVESO, les bâtiments élevés, etc.. présents à Bruxelles, méritent une attention particulière et une mobilisation sans précédent de nombreux services de secours, tels que la police, l’armée et aussi les sapeurs-Pompiers.

 

  1. Nos vœux :

 

Le S.L.F.P. fait le vœu que 2017 soit l’année de nombreuses actions de la part des décideurs politiques en faveur des services de secours et nous osons espérer des changements relatifs à la gestion des zones de secours.

 

Le S.L.F.P vous souhaite une bonne année 2017.

 

 

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations syndicales.

 

S.L.F.P.-A.L.R.

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours »

0475/86 75 85

17:20 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 29 décembre 2016

Communiqué front commun

Aux officiers de groupement,

Aux adjudants,

 

Suite à la réunion de concertation du 22 décembre et l’avis unanime de ne pas monter à 6 hommes sur une pompe suite au manque de personnel, aux mois passés en niveau 3 allégé et à l’hésitation de la direction à pouvoir tenir longtemps ce rythme, les organisations syndicales ont envoyés un préavis d’action prenant effet dès le 1er janvier.

Suite aux mails contradictoires envoyés par certains officiers, la C.G.S.P-A.C.O.D., le S.L.F.P.-V.S.O.A. et la C.S.C.- A.C.V. demande aux adjudants de compagnie de ne pas tenir compte de la note de service 2016-263 et de ne pas monter à 6 hommes sur une pompe.

Le front commun syndicales attend toujours le reliquat d’heures de congés que les agents n’ont pas pu prendre à cause de l’augmentation de personnel de garde depuis le niveau 3 d’alerte terroriste.

 Pour les organisations syndicales, l’autorité n’a pas anticipé l’entrée en vigueur le 1er janvier 2018 de l’arrêté royal obligeant les départs avec 6 hommes.

 Pour les organisations syndicales, il est dangereux de mettre en œuvre une procédure à 6 hommes pour ensuite revenir à une procédure à 5 hommes.

 Pour les organisations syndicales, il est hors de question de partir à 6, puis à 5 ou de jongler en fonction de la demande d’une pompe à une ambulance !

Les organisations syndicales rappellent qu’elles sont POUR un départ à 6 hommes depuis qu’elles ont négociés l’arrêté royal l’imposant MAIS les organisations syndicales veulent de véritables mesures structurelles viables en attendant des renforts en personnel qui ne sont pas prévus avant mars 2018.

 La direction doit opérer un choix stratégique qui aura, de toute façon, une implication au niveau de la couverture opérationnelle des pompiers dans la Région de Bruxelles-Capitale. Pour information, deux véhicules de secours ont déjà été supprimer, l’auto-échelle du poste Cité et le camion Faubourg (citerne) à l’état-major.

 

Pour la C.G.S.P.-A.C.O.D.     Pour le S.L.F.P-V.S.O.A.      Pour la C.S.C.-A.C.V.

 

Willems André                           Labourdette Eric                     Van Der Ougstraete Dirk

04:33 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 28 décembre 2016

Financement SIAMU

Brussel de 28 december 2016

 

 

Mijnheer de minister van Veiligheid en

Binnenlandse Zaken

Jan Jambon

Wetstraat 2

 

1000 Brussel

 

 

 

Monsieur le ministre,

 

En réponse à votre courrier du 16 novembre 2016, dans lequel vous nous indiquiez que 85% des zones de secours disposent d’un plan du personnel et au vu des problèmes récurrents et nombreux de personnel dans les zones de secours, le S.L.F.P. constate que ces plans du personnel ont été rédigé, uniquement, sur des considérations budgétaires et non sur des critères objectifs et sérieux imposés par la législation.

En effet, pour rédiger un plan du personnel qui reflète de façon objective les besoins humains, la législation impose aux zones de secours, d’exécuter une analyse des risques présents dans la zone, le contenu de cette analyse de risques figure dans un arrêté royal.

Après avoir identifié les risques présents dans la zone, il faut établir un schéma d’organisation opérationnelle. Ce schéma identifie les moyens spécifiques utiles à l'exécution des missions liées à des risques spécifiques sur son territoire.

Il détermine l’effectif minimum de garde en caserne ou rappelables par poste sous forme de tableau. Le schéma décrit comment est organisée l'aide adéquate la plus rapide au sein de la zone et entre zones. Il établit également les secteurs d'intervention pour les différents postes de la zone en tenant compte de l'aide adéquate la plus rapide. Les secteurs des deuxièmes et troisièmes postes les plus rapides et disposant des moyens adéquats doivent également être mentionnés. Le contenu de schéma d’organisation figure dans un arrêté royal.

Toutes les nouvelles normes et mesures prisent en fonction de nouvelle législation relatives à la réforme de la sécurité civile, comme les équipements de protection individuelle et les équipements complémentaire que les zones de secours mettent à disposition de leur personnel opérationnel, les conditions minimales de l’aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats sont rendues totalement indolores pour les finances communales par l’octroi de dotations aux zones de secours. En effet, malgré un contexte budgétaire difficile, la précédente ministre de l’Intérieur a obtenu au fil des conclaves budgétaires de la législature des moyens supplémentaires importants pour financer la réforme.

 La dotation fédérale aux zones de secours est composée de la dotation de base ainsi que de la dotation complémentaire.

L’ensemble des moyens alloués par le Fédéral vise à protéger les finances des pouvoirs locaux et ce, conformément à l’article 67 de la loi du 15 mai 2007 relative à la Sécurité civile qui précise que tant que la part du Fédéral dans les dépenses liées à la sécurité civile n’égale pas les 50%, le Fédéral assume l’ensemble des coûts inhérents à la réforme.

Qu’en est-il de la dotation fédérale pour la Région de Bruxelles-Capitale. Pour rappel, le service d’incendie de la Région de Bruxelles-Capitale représente 20% des pompiers professionnels. qui couvre par ailleurs les besoins en services d’incendie pour au moins 10% de la population belge (1,1 million d’habitants et 500.000 navetteurs, sans compter les interventions dans la périphérie). ?

Exclue du financement des zones de secours, Bruxelles s'est tournée vers la Justice en 2014.

Le fédéral doit reconnaître le SIAMU en tant que zone de secours spécifique. Une telle reconnaissance s’accompagnerait d’un mécanisme financier équivalent à la dotation fédérale mise en place pour l’ensemble des zones de secours, tenant compte du rôle important joué par le SIAMU comme service incendie de la capitale belge et européenne.

L’analyse des risques de la Région de Bruxelles-Capitales est en cours. Il ne faut pas être un grand spécialiste pour constater, même sans cette analyse, que les risques dans la Région de Bruxelles-Capitale sont énormes et que tous les types de risques sont présent sur seulement 161 kilomètres carrés, Bruxelles-Capitale est classée deuxième centre industriel de Belgique après Anvers.

La Région de Bruxelles-Capitale compte plusieurs bâtiments élevés, des gares, des stations de métro, un port, des sites SEVESO, de nombreux ministères, de nombreuses ambassades, des institutions Européenne, l’OTAN, nos secours interviennent à l’aéroport de Zaventem. En tant que Capitale, la Région accueille de nombreuses manifestations en tous genres. Bref tous les risques présents sont concentrés sur, seulement 161 kilomètres carrés et sont extrêmement nombreux.

La dotation fédérale pour Anvers, suite à l’entré en vigueur de nouveaux arrêtés royaux, dont l’obligation d’être 6 hommes sur une pompe, atteindra le montant de plus de 11.000.000 € en 2017, celle de la zone Hainaut-Centre atteindra plus de 8.000.000€.

Quelle sera l’aide du fédéral pour la Région de Bruxelles-Capitale ?

Dans ces périodes difficiles pour tous et toutes, nous ne devons pas oublier, qu’en plus de nos policiers et de notre armée, la sécurité civile est aussi mobilisée de façon exceptionnelle. L’effectif de garde chez les pompiers de Bruxelles a été augmenté dès les attentats de Paris en novembre 2015 et le sont encore à l’heure actuelle. Le S.L.F.P. vous demande quels seront les moyens financiers que vous comptez mettre à disposition pour le Service d’Incendie et d’Aide Médicale Urgente de la Région de Bruxelles-Capitale.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations syndicales.

 

 

S.L.F.P.-A.L.R.

 

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours » du groupe A.L.R.

0475/86 75 85

05:24 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 27 décembre 2016

NEWS 6 hommes sur pompes.

 Historique de l’intervention à 6 hommes sur la pompe :

 

C’est l’arrêté royal du 10 novembre 2012 déterminant les conditions minimales de l'aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats qui impose, dès le 1er janvier 2018, d’intervenir à 6 hommes.

Les services d’incendie avaient 6 ans pour anticiper le fait de devoir intervenir à 6 hommes et procéder aux recrutements nécessaires. Force est de constater que rien n’a été anticipé !

Pour rappel, les organisations syndicales ont négocié cet arrêté et ont exigés 6 hommes sur une pompe afin d’avoir 2 binômes, plus un chauffeur plus un chef.

Le S.L.F.P. s’oppose aux changements constants de procédure pour des raisons de sécurité.

Pour le S.L.F.P. soit on monte à 5 jusqu’au 31 décembre 2017, soit on monte à 6 dès le 1er janvier 2017 sans retour en arrière et on prend d’autres décisions opérationnelles qui assureront la possibilité d’octroyer aux agents leurs congés.

Au vu de l’implication et des efforts que chacun a mis dans cette nouvelle procédure à six et l’apport de sécurité non négligeable que cette procédure apporte aux équipages, le S.L.F.P. est absolument pour la mise en application de cette procédure le plus rapidement possible mais pas sans mesures d'accompagnement de cette décision.

Il appartient à la direction de trouver une solution viable qui garantisse l’octroi des congés aux agents ainsi que leur sécurité. Des pistes existent. Ne pas prendre ses décisions maintenant ne fera que reporter le problème au 1er janvier 2018 quand la règle du départ avec 6 hommes sera obligatoire. La direction doit prendre une décision aujourd’hui qui aura, de toute façon, une implication au niveau de la couverture opérationnelle des pompiers pour la Région de Bruxelles-Capitale.

Aucun renfort humain n’est attendu avant mars 2018 alors que 30 départs en pension auront encore lieu en 2017. Le problème en personnel sera encore plus lourd à supporter.

 

S.L.F.P.-A.L.R.

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

17:26 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 26 décembre 2016

Communiqué front commun – Bericht gemeenschappelijk front.

 

Vu l’avis unanime négatif des organisations syndicales lors du comité du 22 décembre relatif aux 6 hommes sur la pompe ;

Gelet op het unaniem negatief advies van de 3 vakbonden in het BOC van 22 december, aangaande 6 manschappen op de auto pomp.

Vu le manque de personnel ;

Gelet op het te kort aan personeel.

Vu le doute affiché par la direction quant à la faisabilité de cette décision sur un long terme ;

Gelet op de onzekerheid van de directie, om hun beslissing op lange termijn te kunnen handhaven.

Vu que tous le personnel n’a pas encore eu l’instruction relative à la procédure d’intervention à 6 hommes ;

Gelet op dat alle personeelsleden de nodige opleiding voor de nieuwe tussenkomst procedure nog niet hebben genoten.

Vu la mise en danger du personnel quant aux changements, fréquent, de procédure relative aux interventions à 5, puis à 6 et souvent à 4 dans les postes avancés ;

Gelet op het veiligheidsgevaar voor het personeel, door voortdurend te wisselen van tussenkomst procedure met 5, dan toch 6 en dikwijls in de voorposten maar met 4.

Vu que le bien-être au travail est recherché par des mesures relatives à la sécurité des travailleurs ;

Gelet op het welzijn op het werk, dat voorschrijft in de nodige maatregelen te voorzien op vlak van veiligheid voor het personeel.

Vu que l’arrêté royal imposant 6 hommes sur une pompe entre en vigueur le 01 janvier 2018 ;

Gelet op het koninklijk besluit, dat 6 man op een auto pomp voorziet, pas in werking treed op 1 januari 2018.

 

                                                               Arrêté

Le front commun syndical dépose un préavis d’action débutant le 1er janvier 2017 et demande aux adjudants de compagnie de ne pas tenir compte de la note de service 2016-263.

 

                                                               Besluit

 

Het gemeenschappelijk vakbondsfront legt een aanzegging tot actie neer vanaf 1 januari 2017 en vraagt aan de adjudanten van de compagnies geen rekening te houden met DN – 2016 -263.

 

 

S.L.F.P.-V.S.O.A.                           C.S.C.-A.C.V.                                         C.G.S.P.-A.C.O.D.

 

 

Labourdette Eric                       Van Der Ougstraete Dirk              Willems André                 

 

14:20 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

dimanche, 25 décembre 2016

Constat

Bruxelles, le 24 décembre 2016

 

Le S.L.F.P. constate que le Conseil de direction est composé, en majorité, d’officiers (5), donc d’agents opérationnels !

Nous pouvions penser, qu’en toute connaissance de cause, des décisions, sensées, allaient enfin être prises pour un service opérationnel.

Force est de constater, que ce n’était qu’une illusion.

Pourquoi ?

Le fait de monter à six sur une pompe, dès le 1er janvier, alors que nous manquons de personnel, est une des causes de notre illusion. Pour masquer ce manque de personnel, la direction prend les mesures suivantes :

  • Les deux personnes supplémentaires de la V.U.B. sont utilisées comme sixième homme sur la pompe de la V.U.B. et de chênaie.
  • Les deux personnes supplémentaires de Delta sont utilisées comme sixième homme sur la pompe de DELAT et de l’U.C.L.
  • Des quatre personnes supplémentaires d’Anderlecht, deux sont utilisées comme sixième homme sur les pompes d’Anderlecht.
  • Les deux personnes supplémentaires de l’état-major sont utilisées comme sixième homme sur la pompe de Cité et de Paul Brien.

Pourquoi faire simple quand on peut compliquer la gestion quotidienne de plus de 150 hommes ? En plus des fonctions spécifiques de chauffeur ou de sous-officier à envoyer en remplacement d’éventuels absents dans un poste, l’adjudant de compagnie ou le sous-officier de semaine à l’état-major devra envoyer un homme, d’office, à Paul Brien. Jusqu’à quel effectif total, en 24H00, l’état-major peut-il descendre ?

Nous diminuons le nombre d’ambulance, réelle, en jonglant avec les équipages qui montent sur l’un ou l’autre véhicule supplémentaire alors que la menace d’alerte n’a pas diminué et quelques jours après un nouvel attentat non loin de chez nous !

Toutes ces mesures sont prises afin d’anticiper l’entrée en vigueur de l’arrêté royal du 10 novembre 2012 déterminant les conditions minimales de l’aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats qui impose un sixième homme sur la pompe. L’entrée en vigueur de cet arrêté prend effet au 01 janvier 2018. Il n’y aura aucune recrue opérationnelle en 2017 et +/- 30 départs sont déjà programmés.

Il ne faut pas être universitaire pour constater que les difficultés ne feront que s’accentuer à assurer un effectif minimum sur les départs sans supprimer d’autres fonctions !

 

Pendant la période transitoire, les zones planifient la mise en œuvre progressive, des dispositions de l’arrêté royal du 10 novembre 2012 déterminant les conditions minimales de l’aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats et prennent les mesures utiles et ceci en tenant compte des crédits mis à disposition par l'Etat fédéral. Ces crédits ont été demandés par nos autorités ?

La deuxième cause de notre désillusion est la refonte des groupements sans savoir vraiment quelle méthodologie a été employée !

Certains officiers responsables de groupement, font leur propre règlement, agissant en toute impunité, chacun de son côté sans avoir une concertation avec d’autres responsables.

L’un décide qu’une promotion équivaut à une mutation, ignorant simplement un arrêté du Gouvernement qui règle la façon de faire une mutation. On décide de faire tourner un poste avec 3 ambulances en lieu et place de 4 alors que ce poste à une des charges les plus élevées d’intervention ambulance. Les agents remercient le responsable pour la charge de travail supplémentaire, tout en sachant que la 4ème ambulance sortira quand même à la demande en dégarnissant une pompe ! Bravo pour l’ordre d’assurer 6 hommes sur un départ.

Pour rappel, en février, avec la reprise de l’hôpital Saint-Pierre et Chênaie, le poste Anderlecht assumera 10 ambulances pour 3 pompes ! Il ne faudra pas s’étonner du nombre de demandes de mutations pour quitter ce poste.

Il s’agit, effectivement, d’une refonte mûrement réfléchie !

L’hésitation affichée par la direction lors du comité de concertation du 22 décembre nous donne raison de penser que ces décisions ont été prisent sans réelle motivation.

Les promotions dans le cadre subalterne et le temps exceptionnellement long pour établir un classement basé, pratiquement uniquement, sur l’ancienneté est encore une des causes ne pas se réjouir ! Pour rappel, si le conseil de direction établit une liste avec un accord unanime, l’autorité suit cette proposition et procède aux promotions. Rien ne motive ou n’excuse ce retard dans les procédures.

Quand aurons-nous le droit d’avoir des nominations, promotions, ect.. aussi rapide que les célèbres mandataires parachutés dans tous les services de la Région de Bruxelles-Capitale ? Pour désigner des agents à certains rangs du pouvoir, la procédure est beaucoup plus rapide !

 

Pour le S.L.F.P.

Labourdette Eric

07:36 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

samedi, 24 décembre 2016

Réaction immédiate du SLFP 6 hommes sur pompe

Bruxelles, le 23 décembre 2016

 

 

Madame la Présidente du comité de concertation

 

Objet : Avis motivé S.L.F.P. présence d’un sixième homme sur la pompe.

 

Le S.L.F.P. rappelle l’article 5 de la loi du 04 août 1996 :

« L’employeur prend les mesures nécessaires afin de promouvoir le bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail.

A cette fin, il applique les principes généraux de prévention suivants :

  1. a) éviter les risques ;
  2. j) donner des informations au travailleur sur la nature de ses activités, les risques résiduels qui y sont liés et les mesures visant à prévenir ou limiter ces dangers :

2° chaque fois que cela s'avère nécessaire à la protection du bien-être ;

  1. k) donner des instructions appropriées aux travailleurs et établir des mesures d'accompagnement afin de garantir d'une façon raisonnable l'observation de ces instructions.»

Le S.L.F.P. demande le report de la présence du sixième homme pour les motifs suivants :

    • Tout le personnel n’a pas encore été formé à la procédure d’intervention à 6 hommes ;
  • L’hésitation d’une organisation syndicale sur la faisabilité de la procédure (P.V. C.P.T.T. du 25 novembre 2016, CGSP : Elle suggère d’instaurer une période d’essai de trois mois avec des équipages de 6 personnes à bord et d’ensuite faire le point. Convocation du C.P.T.T. du 22 décembre, C.G.S.P. : Quid du manque de personnel ?)

 

  • L’hésitation de la direction, pendant 1H30, affichée sur la faisabilité du projet lors de la réunion du 22 décembre. L’hésitation de la direction est confirmée par l’instruction donnée ce vendredi 23 décembre, on évaluera la situation en janvier, si cette situation pose problème, on arrête en février. Fameux professionnalisme !
  • Le manque de certitude exprimée par la direction sur le fait savoir payer les recyclages pendant plus de trois mois, comme expliqué lors de la réunion, suite au manque de personnel. Pour le S.L.F.P. cette situation est intolérable ! Les premiers agents inscrits seront payés, et ensuite les suivants, peut-être ou peut-être pas !
  • La direction est incapable de nous fournir le bilan des compteurs 907, groupement par groupement, bien que demandé depuis des mois ! Sans ce bilan, il est impossible d’avoir une vue sur la situation du personnel et le solde des heures de congés.
  • La direction méprise les règlements en vigueur au S.I.A.M.U. pour l’octroi des congés aux agents opérationnels, etc… Le S.L.F.P. demande une formation pour la ligne hiérarchique au R.O.I.
  • La direction manque de respect envers le cadre subalterne qui gère les congés, les fonctions des agents, etc…
  • La direction manque de respect envers les agents moins de 10 jours avant l’entrée en vigueur de cette procédure.

 

Les pompiers opérationnels sont au nombre de +/-905, alors qu’il faudrait être 980 au minimum pour assurer les missions actuelles. Pour pouvoir assurer des départs à 6, sur chaque pompe, il faudrait atteindre le chiffre de 1070 pompiers opérationnels. Le SLFP demande le recrutement, le plus rapidement possible, de 135 pompiers alors que le plan du personnel 2017 ne prévoit que le recrutement de 45 pompiers.

 

Les futures recrues seront opérationnelles en mars 2018. 29 départs sont déjà programmés en 2017, ce qui accentuera encore le manque de personnel !

La suppression de la présence de la nouvelle échelle à Cité, quelques jours après l’inauguration en grande pompe de ce poste et le départ de la presse, est la preuve du manque de personnel.

 

A cause du manque de personnel pour assumer un départ pompe avec 6 hommes, quid de l’octroi des congés ? L’autorité compte t’elle payée les heures de compensation restante sur nos compteurs ?

 

Suite à l’attentat de Berlin, la ville de Bruxelles a pris de nouvelles mesures, le S.I.A.M.U. aussi pour assumer un départ à 6 hommes, on supprime le niveau 3 « allégé » et on redistribue les 6 hommes comme on distribue les cartes au poker ! Les deux hommes de la VUB sont employés comme 6 ième homme sur la pompe à la VUB et Chenaie, les deux de Delta sont employés pour compléter la pompe de Delta et de l’UCL, Les deux personnes de la caserne état-major sont employées pour une pompe à Paul Brien et à Cité (NS 2016-264) Question : dans quel poste est envoyé le concierge de la pompe à essence ?

 

Pour compléter, le muppet show, série présentée par Kermit la grenouille dans le rôle du régisseur de théâtre (représenté au SIAMU par….), propose une succession de sketches et de numéros musicaux réalisés par les membres de la troupe (les agents du SIAMU) autour d'une guest star humaine, issue du monde du cinéma, du théâtre ou de la musique, il faut lire la note de service 2016-264.

 

 

Veuillez agréer, Madame la Présidente, l’expression de nos salutations syndicales.

 

 

Pour le S.L.F.P.-A.L.R.

 

 

 

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours »

0475/86 75 85

 

09:05 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook