jeudi, 14 mai 2015

Réforme

A nos (très) chers élus

Messieurs, Mesdames,

 

Vous avez été élus par le peuple.

 

Pour le sortir de la misère grandissante dans laquelle vos prédécesseurs l'ont plongé peu à peu à force d'abus, de mauvaise gestion, d'incompétence politique, d'abrutissement d'une classe

ouvrière et moyenne.

 

Entre ceux qui prétendent faire du socialisme en descendant de berlines de luxe; ceux qui se prétendent libéraux en se soumettant eux même au dictat d'idéologies extrêmes pour assouvir leur besoin de pouvoir; ceux qui osent se dire humanistes alors que le vent les fait tourner tels des girouettes de la politique belge; ceux qui sous la dénomination d'écologistes ont trouvé que la solution à l'équilibre économique et écologique ne pouvait que passer par une rage taxatoire effrénée et tous les autres.

 

La sécurité.

 

Parlons-en de la sécurité, parce que celle de vos électeurs est plus que fréquemment mise en danger par votre gestion déplorable ! Une réforme que personne n'avait vraiment demandée est venue pourrir le quotidien de vos pompiers. Elle devait rétablir l'équilibre, harmoniser le statut des pompiers, harmoniser la formation, disposer les moyens de manière correcte sur le territoire, valoriser les potentiels existants... Elle n'est qu'économie sur le compte des pompiers de cette pauvre Belgique.

 

Elle devait être faite par des pompiers, pour des pompiers, pour le citoyen

Elle a été réalisée, principalement, par des bureaucrates et des politiciens. Par des gens qui n'y connaissent rien en la matière mais feront tout pour rattraper sur le compte de la sécurité du citoyen et des acteurs de cette sécurité une partie des dettes que leur incompétence à gérer le pays depuis des années a générées.

 

Pas par des pompiers, pas pour des pompiers, pas pour les belges.

Parce que VOUS NE SAVEZ PAS et vous ne saurez jamais sans doute ce que c'est, un pompier.

 

Vous ne pourriez pas comprendre qu'avant d'être un sportif de haut niveau ou une montagne de muscles à disposition de l'image qui vous fait plaisir dans les défilés, un pompier c'est un esprit.

 

Vous ne pourriez pas comprendre qu'une vocation pousse un homme, une femme, volontaire ou professionnel(le) à se lever n'importe quand, à partir sur tous les fronts, à risquer sa vie si besoin en est pour aider son prochain et sans autre prétention que de le faire bien, vous

qui budgétisez la valeur d'une vie et tranchez impunément, à l'abri du risque dans vos jolis costumes.

 

Vous ne pourriez pas comprendre la force et la détermination d'une équipe, ni l'esprit d'un corps de pompiers. Quand des pompiers sortent d'un feu c'est parce qu'ils ont cette capacité de tendre la main à celui qui est coincé et au mépris de leur propre vie. Chacun ses priorités.

 

Vous ne pourriez pas comprendre les angoisses, les cauchemars, le mal-être qui s'installe quand un homme donne le meilleur de lui-même pendant des années et que l'amalgame des situations que vous ne voyez pas vient hanter ses jours et ses nuits parce qu'il est un être humain à part entière: humain, social, se battant pour que chacun puisse se développer dans un monde dont il assure aussi la protection... Un être intègre

 

Vous ne pourriez pas comprendre la fierté qui se mêle à la peine des familles lorsqu'un des nôtre s'en va trop tôt, vaincu par cette maladie insidieuse à force de s'être exposé pour protéger les autres, ou tombé directement dans la lutte contre un incendie, dans un des accidents qui nous menacent chaque jour et dont nous faisons fi...

Parce que les proches, les familles et les amis savent, eux, qu'un pompier digne de ce nom à déjà donné sa vie à sa cause, à son métier et à sa passion le jour où il est entré dans la confrérie.

 

Vous ne pourriez pas comprendre le regard que nous posons sur nos enfants en sachant tout ce qui les menace.

 

Vous ne pourriez pas comprendre parce que tout simplement, vous n'êtes pas fait de ce bois-là.  Si l'un d'entre vous s'estime différent, alors qu'il embrasse notre cause et nous défende vraiment. Mais nous avons besoin de preuves, nous n'avons plus confiance.

Pour l'instant nous ne voyons que promesses non tenues, pressions, menaces de sanctions, restrictions financières et mépris total des conséquences pour la population.

 

Nous voyons un ministère qui a juré de participer au financement des zones et tranche aveuglément dans les règlements pour ne pas avoir à respecter ses engagements. Le résultat est catastrophique, plusieurs zones de secours sont en actions, des plongeurs privés de leur prime, des primes de rappel différentes selon le statut des pompiers, des zones sans service interne de prévention et de protection au travail, sans médecine du travail, des méthodes d’octroi de primes différentes selon les zones, un pouvoir fédéral qui a l’air impuissant sauf quand il s’agit de diminuer notre formation, nos primes et nos droits acquis.  Nous voyons des zones où sous le couvert de la démocratie, des gens se cachent derrière d'autres pour faire régner une ambiance abjecte.  Le citoyen mais aussi le pompier est de plus en plus en danger.

 

Nous voyons et ressentons cette force maléfique qui tente de diviser les hommes du feu, volontaires et professionnels, pour instaurer une récession aveugle et assassine sur le monde de la sécurité.  Bref, l’esprit de la réforme promise n’est plus au rendez-vous !!

 

Et nous voyons peu de gens prêts à affronter réellement leurs responsabilités.

 

Alors, messieurs et mesdames, vous qui devez-vous sentir concernés et excluant ceux qui ne le doivent pas... Mettez vos conjoints, vos enfants, vos maîtresses et vos chiens à l'abri de services de secours privés et payez-les encore avec l'argent du peuple s'il le faut; parce que lorsque vous aurez achevé d'assassiner les défenseurs de la sécurité de tous, vous serez seuls face au feu.

 

Le pompier lambda

 

19:47 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

Ce récit est tout simplement un ouvre coeur. Bravo à l'auteur et merci à lui pour cette sincérité.

Écrit par : Arnaud | vendredi, 15 mai 2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.