samedi, 20 mai 2017

Demande de réunion

Bruxelles, le 19 mai 2017

 

 

Madame la Secrétaire d’Etat

Cécile Jodogne

Botanic Buding

Boulevard Saint-Lazare 10

 

B-1210 Bruxelles

 

 

Madame la Secrétaire d’Etat,

 

 

Le S.L.F.P. souhaite faire le point avec l’autorité au sujet de certains points à l’ordre du jour, et notamment, suite à la réunion du comité de concertation du 18 mai. Au vu des incertitudes, des imprécisions, des hésitations, du manque de réponses ou encore du manque de respect envers la législation relative à certains dossiers, nous pensons que l’autorité à, certainement, des explications que nous ne comprenons pas directement. Nous demandons donc, un rendez-vous afin d’essayer de comprendre pourquoi les décisions du Gouvernement, inscrite dans un arrêté, ne sont pas respectées par une autorité alors que ces mêmes dispositions figurent toujours dans le futur arrêté.

Lors de ce comité, il a été expliqué que des agents ont reçu des instructions pour procéder de telles ou telles manières pour des procédures de promotions. Il faut encore préciser, que curieusement, ce ne sont pas des agents du service du personnel qui s’occupent des promotions mais la direction elle-même (????) Les représentants du personnel demandent qui a donné ces instructions et pourquoi. Un membre du conseil de direction présent lors de ce comité, n’était pas au courant ! Pourtant, l‘article 61 du statut des agents opérationnels indique que c’est le conseil de direction qui émet un avis motivé et qu’il prend en considération, avant tout autre élément d'appréciation, l'ancienneté de niveau de l'agent au cadre opérationnel du SIAMU et, en cas d'égalité d'ancienneté de niveau, l'ancienneté de service de l'agent au cadre opérationnel du SIAMU. En cas d'égalité d'ancienneté de niveau et de service au cadre opérationnel du SIAMU, l'avis du conseil de direction préfère la candidature de l'agent le plus âgé.

Nous supposons donc, que le classement proposé n’est certainement pas dû à de l’incompétence mais à une faute d’inattention de la part du conseil de direction qui sera, sans doute, rectifiée ou expliquée lors de notre entretien.

Ci-dessous, les autres points qui nous souhaiterions abordés :

Promotions et personnel :

 

Quelle sera la décision finale de l’autorité relative aux promotions au grade de sergents, d’adjudants et de commandants ?

  • Respect des conditions statutaires ?
  • Classement par ordre alphabétique ? Promotions par contingentement (Tous les agents entrés en service en juin, juillet, octobre, etc. 2001 pour les sergents et tous les agents nommés sergent en 2005 et 2008 pour les candidats adjudants) ?
  • Quand seront finalisées les procédures en cours (année) ?
  • Le Gouvernement rectifiera le plan du personnel ?
  • L’avenir des agents affectés à la centrale 100 ou au dispatching après les bruits d’un éventuel déménagement décidé par un Gouvernement qui ne maîtrise visiblement pas la chose ! Qu’en est-il de l’information au personnel ?
  • La statutarisation promise pour 2016 aux adjoints au 100 est oubliée ?

 Recrutement :

  •  Après maintes discussions, combien de recrues seront engagés finalement en juin 2017, septembre 2017 et en 2018 ?
  • Quel est le nombre de départ déjà programmé en 2017 et en 2018 ?
  • Quelle sera le nombre de recrues par session ?
  • Combien sont-ils dans la réserve de recrutement ?
  • Quand l’autorité compte t’elle mettre au point une politique de recrutement régulière ?
  • Quand l’autorité prendra t’elle conscience qu’il faut une vision d’avenir pour le S.I.A.M.U. et pas attendre qu’il n’y ait plus de réserve de recrutement avant de penser à organiser un recrutement dont les épreuves durent plus d’un an ?
  • Le stock de vêtement de travail et d’équipement de protection individuelle est-il suffisant pour toute les recrues et le personnel déjà en service ?
  • Le nombre de casier pour le personnel est-il suffisant ?

Documents :

  • Quid du schéma d’organisation opérationnelle (Article 22/1 de la loi du 15 mai 2007) Il s'agit notamment de définir les différentes directions au sein de la zone et de définir le rôle du commandant de zone, les missions des postes, les missions générales (missions opérationnelles et missions d'appui réalisées par tous les postes de la zone, les missions particulières (missions opérationnelles et missions d'appui réalisées par certains postes de la zone). Le principe de l'aide adéquate la plus rapide prévaut dans l'envoi des moyens. En cas d'indisponibilité des moyens adéquats du ou des poste(s) le(s) plus rapide(s), ce sont les moyens des deuxièmes postes les plus rapides avec les moyens adéquats qui sont envoyés sur place. Bref, ce schéma facilitera l’organisation opérationnelle, la justification de l’effectif de garde en caserne, etc….Le schéma d'organisation opérationnelle renseigne les plans particuliers d'urgence et d'intervention et les plans préalables d'intervention qui seront listés en annexe du schéma, les responsables hiérarchiques des postes. Les effectifs minimums de garde en caserne ou rappelables par poste sous forme de tableau. Ce schéma renseigne le nombre et le type de véhicules par postes. Le déploiement des moyens.
  • Quid du programme pluriannuel de politique générale. Ce schéma détermine, en ce qui concerne les missions opérationnelles, administratives et logistiques, l'analyse de la situation actuelle, les objectifs stratégiques à réaliser durant la durée du programme, accompagnés d'une évaluation financière, les niveaux de service et les moyens nécessaires pour atteindre les objectifs fixés et les niveaux de service.  Ce programme exprime la vision du SIAMU pour accomplir ses tâches.

  • Quid de l’établissement d’un règlement de travail ? Un règlement de travail est obligatoire depuis le 1er juillet 2003 dans tous les services publics. En plus de 10 ans, nous avons eu des dizaines et des dizaines de réunions avec les différentes directions ou autorités. Malgré toutes ces réunions, l’accouchement s’avère difficile voire impossible. Ce document faciliterait l’organisation au S.I.A.M.U. Un règlement de pointage figurerait, comme l’y oblige la législation, dans ce règlement. Peut-être que personne n’a envie de voir fonctionner correctement notre service ?
  • Base de données du personnel. Malgré de nombreuses demandes de disposer d’un outil de gestion correct du personnel, le vigie (à bord d'un navire, homme de veille qui était chargé de surveiller tout l'horizon) du TITANIC ne voit rien arriver.
  • La création d’un RH opérationnel ?
  • L’organigramme du SIAMU avec des noms. Qui fait quoi ? Qui est responsable de quoi ? Qui décide quoi ? Chacun décide dans son coin ? Ce point à fait l’objet d’une remarque du S.E.P.P.
  • Notre demande relative à la question posée de connaître les fonctionnaires désignés par l’autorité pour visés les avis des organisations syndicales avant affichage ? Ce visa est donné immédiatement (AR du 28/09/1984) Il ne peut être refusé que si l'avis porte atteinte à la dignité des personnes, des institutions ou des autres organisations syndicales, ou s'il contient des faits auxquels l'autorité compétente a préalablement attribué un caractère secret. Cette même question posée ailleurs a trouvé une réponse en 10 minutes ! La question posée au SIAMU date du 15 avril et n’a toujours pas de réponse !!! Personne n’ose endosser cette lourde responsabilité ? On préfère ne pas respecter un arrêté royal ?Après l’arrivée des mandataires, ces véritables messies, ces sauveurs du SIAMU, ces redresseurs de torts, ces spécialistes du renflouement des épaves, gageons que tout rentrera dans l’ordre suite aux réponses que nous obtiendrons. Nous constatons aussi, qu’il règne, une certaine opacité malsaine, dans le recrutement de certains agents administratifs. Nous ne voyons pas d’appel à candidatures, rarement de note de service. On retrouve beaucoup d’agents touchant de près ou de loin à la politique.Nous ne doutons pas que la faute de certains dysfonctionnements retombera sur la direction ou les cadres du S.I.A.M.U., alors même qu’une conseillère, issue en droite ligne de votre Cabinet, assiste au conseil de direction, préside les différents comités de concertation et est donc au courant de tout ce qui se passe au S.I.A.M.U.Il nous semble légitime de poser, non seulement des questions en relation avec la carrière des agents, mais aussi de recevoir des réponses. Force est de constater que ce n’est, pas le cas.

 

 

Veuillez agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, l’expression de nos salutations syndicales.

 

S.L.F.P.

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

15:33 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.