vendredi, 21 juillet 2017

Schéma d'organisation opérationnelle

Monsieur l’Officier-Chef de service,

 

 Le S.L.F.P. a déjà souligné, à plusieurs reprises, que la rédaction d’un schéma d’organisation opérationnelle est une obligation légale que le S.I.A.M.U. ne respecte pas. Nous entendons toujours la même excuse de la part de l’autorité, nous attendons la désignation des mandataires ! Cette excuse ne figure pas dans l’arrêté royal du 25 avril 2014. En effet, l’absence de mandataires n’empêche nullement les agents en place d’avancer sur certains dossiers (D’autant plus que les agents en place seront probablement les futurs mandataires)

Le S.L.F.P. souhaite que, l’actuelle direction opérationnelle, mette en place une partie du contenu du schéma :

Les points relatifs à la sécurité en intervention, au soutien logistique pour le personnel et au soutien psychologique pour le personnel méritent une attention particulière pour le bien-être des travailleurs et sont une priorité pour le S.L.F.P. Le S.I.A.M.U. dispose déjà d’un véhicule de soutien pour les agents en opération (C12). Il suffit de revoir légèrement son aménagement afin d’assurer d’un côté, un plus grand confort pour les agents en intervention et de l’autre côté respecter une obligation légale.

Sécurité en intervention

La sécurité du personnel, en intervention, est assurée par la conjonction de divers moyens de prévention :

- Des formations et exercices réguliers, en garde et hors garde afin de maintenir un niveau de compétence suffisant ;

- D’équipements de protection individuels adaptés et étudiés pour faire face aux risques ;

- De la surveillance et de la supervision de l’intervention par la chaîne hiérarchique déployée (du caporal à l’officier de garde) ;

- Du respect des procédures d’interventions.

 Soutien logistique pour le personnel

Le véhicule Soutien Logistique (C12) sera équipé d’une réserve en bouteilles d’eau. Une partie de celles-ci seront contenues dans un frigo afin de les garder fraîches. Des additifs en sels-minéraux y seront incorporés afin de combler les pertes en sels. Un contrôle de l’état d’hydratation des binômes réengagés sera effectué par le personnel du soutien sanitaire. Ceci permettra :

  • D’assurer un état d’hydratation suffisant du personnel soumis à de fortes chaleurs (climatique, incendie, …).
  • Prévenir un malaise, coup de chaleur, troubles cardiaques et permettre une efficacité physique opérationnelle optimale dans le temps en sécurité.

 

Le véhicule Soutien Logistique (C12) sera équipé d’une réserve en aliments à haut niveau énergétique et glucidique. Un contrôle de l’état d’épuisement et glycémique pourrait être effectué en cas de symptômes d’épuisement physique ou de troubles de la conscience par le personnel du soutien sanitaire.

Ceci permettra :

  • D’assurer un état suffisant du personnel soumis à un effort intensif et long.
  • Prévenir un malaise, épuisement, hypoglycémie et permettre une efficacité physique opérationnelle optimale dans le temps en sécurité. Assurer le confort contre le froid, la chaleur, l’humidité, l’hygiène : Le véhicule Soutien Logistique (C12) sera équipé de couvertures et de vêtements de rechanges afin de permettre au personnel effectuant une mission longue dans des conditions de froids, d’humidité importante de se reconditionner et se réchauffer.

 

Ceci permettra :

  •  D’assurer un confort suffisant au personnel afin d’effectuer sa mission dans de bonnes conditions en évitant l’épuisement psychique du au froid, et/ou l’humidité, ceci afin de permettre une efficacité physique opérationnelle optimale dans le temps en sécurité. Le véhicule Soutien Logistique (C12) sera équipé également du nécessaire afin de garantir des conditions d’hygiène suffisantes, à savoir : possibilité de se laver et désinfecter les mains, le visage ou toute autre partie du corps ayant été souillée. Nécessaires disponibles pour les besoins sanitaires de base. Ceci permettra :

 

Le véhicule Soutien Logistique (C12) disposera aussi d’un matériel destiné à refroidir le personnel soumis à un stress thermique (Porteur ARI soumis à une forte chaleur ou exposé longtemps à celle-ci). Ce matériel se compose de ventilateurs, brumisateurs, siège de refroidissement, poches de glace, …  

  • D’assurer un état d’autorégulation thermique suffisant du personnel.
  • Prévenir un malaise, coup de chaleur, troubles cardiaques et permettre une efficacité physique opérationnelle optimale dans le temps en sécurité. Soutien psychologique pour le personnel

 

Pour porter ses fruits, il importe que le soutien psychologique soit disponible sur le terrain immédiatement après l’exposition. En outre, il a été démontré que le succès de l’assistance psychologique auprès des pompiers est fortement subordonné au respect du principe de comparaison sociale (De Soir 1999 : 28, 32). C’est sur la base de ces exigences et de ces constats qu’ont été créés les Firefighters Emergency Stress Teams (FiST). Il s’agit d’équipes de pompiers spécialement formés aux méthodes de prévention et de gestion du stress post-traumatique.

Ces équipes sont capables d’intervenir rapidement puisqu’elles sont disséminées dans une bonne partie du service et satisfont au principe de la comparaison sociale puisqu’elles consacrent le soutien par les pairs.

 

Dès que le besoin s’en fait ressentir (Par ex : Plusieurs blessés ou DCD) le commandant de garde préviendra le responsable du FIST qui activera l’équipe.

La mise sur pied d’une équipe FiST poursuit un triple but :

  • mettre en place une ligne de prévention primaire composée d’antennes au sein de chaque équipe (sur une base volontaire) ;
  • mettre en place une ligne de prévention secondaire des traumatismes psychologiques ;
  • mettre en place une ligne de prévention tertiaire des traumatismes psychologiques.

 Le reste du contenu obligatoire du schéma existe déjà au S.I.A.M.U. mais dans plusieurs autres documents. Il suffit de les rassembler (il ne faut pas être mandataire pour savoir organiser ce travail !)

 PREMIERE PARTIE : DISPOSITIONS GENERALES.

 1. GENERALITES.

1.1. Raison d'être du schéma d'organisation opérationnelle (portée et limites territoriales de l'action du schéma)

1.2. Table des matières

 2. COMPETENCES ET MISSIONS DE LA ZONE

 3. ORGANISATION ADMINISTRATIVE DE LA ZONE

 Il s'agit de définir les différentes directions au sein de la zone et de définir le rôle du commandant de zone.

 3.4. Composition et mission de la commission technique et de l'équipe de direction (état-major)

3.5. Organigramme de la zone.

 DEUXIEME PARTIE : ELEMENTS GEOGRAPHIQUES ET DEMOGRAPIQUES DE LA ZONE.

 Commune Localisation des infrastructures (poste, bâtiment administratif, bâtiment logistique...) Population, Superficie, Densité population

 Une carte géographique de la zone avec la localisation des infrastructures est annexée.

 N.B. : Pour cette partie, l’analyse des risques de la Région de Bruxelles-Capitale doit pouvoir vous aider.

 TROISIEME PARTIE : ORGANISATION TERRITORIALE ET MISE EN OEUVRE OPERATIONNELLE.

  •  LES POSTES DE LA ZONE ET L'AIDE ADEQUATE LA PLUS RAPIDE - MOYENS ADEQUATS.

 

 1.1. Missions des postes.

1.1.1 Missions générales (missions opérationnelles et missions d'appui réalisées par tous les postes de la zone).

1.1.2 Missions particulières (missions opérationnelles et missions d'appui réalisées par certains postes de la zone).

Le schéma d'organisation opérationnelle renseigne les plans particuliers d'urgence et d'intervention et les plans préalables d'intervention qui seront listés en annexe du schéma

 

1.2. Responsable hiérarchique des postes.

 

Les postes sont placés sous l'autorité hiérarchique d'un officier responsable. Un même officier peut être responsable pour plusieurs postes. L'officier responsable rend compte au commandant de zone ou à son délégué. Le schéma d'organisation identifie l'officier responsable.

 

1.3. Véhicules d'intervention des postes sous forme de tableau. (Ce tableau existe déjà)

 

Poste

Pompe

Echelle aérienne

Petit service

Faubourg

Ambulances

Autres

E.M.

 

 

 

 

 

 

Cité

 

 

 

 

 

 

Anderlecht

 

 

 

 

 

 

Chenaie

 

 

 

 

 

 

HSP

 

 

 

 

 

 

Delta

 

 

 

 

 

 

UCL

 

 

 

 

 

 

Paul Brien

 

 

 

 

 

 

VUB

 

 

 

 

 

 

 

1.4. Effectif minimum de garde en caserne ou rappelables par poste sous forme de tableau. (Ce tableau existe déjà sous la forme d’une note de service)

 

Poste

Jour

Pompier en caserne par grade

Nuit

Pompier en caserne par grade

E.M.

 

 

Cité

 

 

Anderlecht

 

 

Chenaie

 

 

HSP

 

 

Delta

 

 

UCL

 

 

Paul Brien

 

 

VUB

 

 

N.B. : Afin de déterminer le nombre d’agents de garde de jour et/ou de nuit par poste, il faut tenir compte de certaines données comme le pourcentage d’absentéisme, les statistiques d’interventions, le nombre et le type de missions à effectuer, les conditions minimales de l’aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats. Ce n’est pas le cas actuellement. Des postes avec un nombre égal de véhicules que d’autres ont plus d’agents de garde que d’autres, des postes avec un nombre incalculable de véhicules n’ont pas assez de personnel de garde. Cela engendre des situations qui ne sont pas dignes d’un service comme le nôtre !

Le 20 juillet, il n’y avait que deux ambulances qui tournaient à Anderlecht, le faubourg a dû sortir en protection de l’ambulance, la première pompe était en intervention avec l’échelle, les hommes de la deuxième pompe ont dû partir avec le faubourg. Donc plus de deuxième pompe. Régulièrement, les agents doivent intervenir avec en « sautant » d’un véhicule à l’autre ! Plusieurs fois, des pompes (Delta et Paul Brien) ont été envoyé comme premier secours sanitaire faute d’ambulance disponible.

 1.5. Déploiements des moyens.

 Le principe de l'aide adéquate la plus rapide prévaut dans l'envoi des moyens. En cas d'indisponibilité des moyens adéquats du ou des poste(s) le(s) plus rapide(s), ce sont les moyens des deuxièmes postes les plus rapides avec les moyens adéquats qui sont envoyés sur place. Ce principe d'envoi des moyens adéquats les plus rapides en cascade se répète autant de fois que nécessaire.

Le schéma décrit comment est organisée l'aide adéquate la plus rapide au sein de la zone et entre zones. Il établit également les secteurs d'intervention pour les différents postes de la zone en tenant compte de l'aide adéquate la plus rapide. Les secteurs des deuxièmes et troisièmes postes les plus rapides et disposant des moyens adéquats doivent également être mentionnés. Selon l'analyse des moyens disponibles, le principe du réseau de postes est également retenu pour l'envoi des moyens nécessaires. Ainsi, les moyens nécessaires pour une même intervention peuvent provenir de postes différents.

 1.5.1. Incendie

 

 

1er poste le plus rapide

2e poste le plus rapide

3e poste le plus rapide

Secteur 1

 

 

 

Secteur 2

 

 

 

 

N.B. : Il faudra faire les mêmes tableaux pour les autres interventions (Balisage, Faubourg, ambulance, etc.

 3. TRAITEMENT DE L'ALERTE.

 

Le schéma d'organisation opérationnelle détaille comment est traitée l'alerte (de la réception de l'appel à l'envoi des secours) et décrit le fonctionnement et les moyens mis en œuvre pour le traitement de la chaîne d'alerte, par les centres 100-112 jusqu'à l'envoi des moyens à partir des postes de la zone. La collecte des données statistiques est également expliquée.

Si du personnel de la zone est impliqué dans un des maillons de la chaîne d'alerte, le schéma d'organisation opérationnelle décrit les fonctions assurées, les compétences requises et le mode de travail du personnel. Si des procédures particulières sont définies par la zone et mise en œuvre par les éléments de la chaîne d'alerte, celles-ci sont décrites.

 4. MOYENS SPECIFIQUES. (Pour les risques spécifiques)

 La zone identifie les moyens spécifiques utiles à l'exécution des missions liées à des risques

spécifiques sur son territoire. Elle peut faire appel, par convention, aux moyens des autres zones. Une convention décrit les moyens, les modalités d'engagement et les modalités administratives (par exemple : la facturation).

Les conventions par lesquelles la zone de secours s'est engagée à intervenir sur d'autres zones sont également mentionnées.

Pour chaque moyen spécifique que la zone utilise, elle réalise une fiche descriptive qui reprend au moins :

- Le matériel ;

- Le personnel nécessaire et ses qualifications spécifiques nécessaires ;

- Le lieu de stationnement des moyens ;

- Le mode d'alerte des moyens ;

- Le temps

 

  1. COORDINATION OPERATIONNELLE ET GESTION OPERATIONNELLE DU COMMANDEMENT.

 

Le schéma d'organisation opérationnelle décrit la chaîne de commandement. La chaîne de commandement permet la montée en puissance du dispositif de secours d'une manière cohérente et dimensionnée en rapport avec la nature et la gravité des interventions. (N.B. Ces procédures existent déjà au S.I.A.M.U.)

 La loi du 15 mai 2007 relative à la réforme des services de secours avait pour but de moderniser une organisation archaïque des services de secours qui datait de 1963. Si nous pouvons critiquer les statuts des agents opérationnels, il n’en va pas de même pour beaucoup d’arrêtés d’exécution de cette loi. Beaucoup d’arrêtés permettent d’éclaircir ou de moderniser l’organisation des services de secours, d’autres arrêtés prennent en compte la sécurité ou le bien-être des travailleurs (Moyen minimum, équipements de protection minimum en fonction de la fonction, etc.…) Ces arrêtés on fait l’objet d’un protocole d’accord unanime des organisations syndicales.

Pour faire ce schéma, vous disposez de forces (vives ?) au sein du conseil de direction.

Un responsable du département « opération » devrait, en toute logique, remplir une bonne partie de ce schéma (Pas besoin d’attendre le sacré mandat), pour ce qui est de la logistique, vous avez un responsable du département qui pourrait vous aider pour ce qui est de l’aménagement éventuel du véhicule de soutien logistique, pour ce qui est des plans d’intervention, des postes les plus rapides, etc… vous disposez d’un responsable du département compétent, pour décrire les différentes directions, il existe un directeur-général, pour rédiger ce plan sous forme de note de service, il existe 3 secrétaires de direction. Il manque quoi ? Le mandat pour l’exécuter ?

 En rédigeant ce plan, nous ne travaillerons plus à l’aveugle ou au petit bonheur la chance en remplissant des postes de tout un tas de véhicules sans aucune réflexion, sans y mettre le quota de personnel nécessaires et en jouant avec le « feu » En rédigeant ce plan, certaines personnes constateront la situation délicate de certains postes et de nombreux agents qui vont bientôt se retrouver sur les rotules !

 

Veuillez agréer, Mon Colonel, l’expression de nos salutations syndicales.

 

 

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.,

                                                                                     

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

 

 

06:27 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.