samedi, 26 août 2017

Efefctifs de garde

Concerne : situation des postes et casernes

 

Monsieur l’Officier chef de service,

 

Un arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale est paru au moniteur belge prolongeant votre situation de chef de service f.f. Le S.L.F.P. vous félicite et espère que ce sera la dernière fois que nous devrons, encore une fois, fonctionner avec des f.f. Cette situation dure depuis trop longtemps et certains de vos collaborateurs, f.f. aussi, qui exercent donc des fonctions temporaires nous donnent l’impression de ne pas faire grand-chose pour le service de peur de faire des bêtises ou de déplaire à une autorité politique pouvant les conforter dasn un mandat dans quelques mois.

 

Le S.L.F.P. insiste depuis des lustres, pour qu’au sein du service, une véritable communication envers le personnel soit développée. Une communication correcte devrait permettre de limiter les nombreux bruits de couloir si cher au S.I.A.M.U.

 

Le dernier bruit de couloir parvenu au S.L.F.P. concerne le poste d’Anderlecht. Le département opérations a décidé de faire tourner que 3 ambulances au lieu de 4. La quatrième ambulance sortirait à la demande avec 2 hommes de la deuxième pompe.

 

Avant de prendre cette décision, le S.L.F.P. vous demande le schéma d’organisation opérationnel du S.I.A.M.U. L’article 22/1 de la loi du 15 mai 2007 est applicable à notre service et est obligatoire. Le S.L.F.P. ne doute pas un seul instant que votre chef du département « opérations » l’a rédigé et que les décisions relatives à l’effectif de garde repose sur des critères objectifs tels que statistiques des interventions, taux d’absentéismes, personnel nécessaire pour assurer les missions opérationnelles à partir de chaque poste de la zone en tenant compte des moyens adéquats arrêtés par la zone sur la base de l'arrêté royal du 10 novembre 2012 déterminant les conditions minimales de l'aide adéquate la plus rapide et les moyens adéquats, des règles applicables relatives au temps de travail, des congés accordés, du coefficient multiplicateur, calculé par le S.I.A.M.U. nécessaire pour assurer un service continu, des heures de formation nécessaires pour la carrière et obligatoires pour le maintien des compétences et des qualifications nécessaires à l'exercice de la fonction, etc..

 

Le schéma d’organisation opérationnel décrit, les véhicules d'intervention des postes sous forme de tableau, l’effectifs minimum de garde en caserne ou rappelables par poste sous forme de tableau, le déploiement des moyens.

Le principe de l'aide adéquate la plus rapide prévaut dans l'envoi des moyens. En cas d'indisponibilité des moyens adéquats du ou des poste(s) le(s) plus rapide(s), ce sont les moyens des deuxièmes postes les plus rapides avec les moyens adéquats qui sont envoyés sur place. Ce principe d'envoi des moyens adéquats les plus rapides en cascade se répète autant de fois que nécessaire.

 

Le schéma décrit comment est organisée l'aide adéquate la plus rapide au sein de la zone et entre zones. Il établit également les secteurs d'intervention pour les différents postes de la zone en tenant compte de l'aide adéquate la plus rapide. Les secteurs des deuxièmes et troisièmes postes les plus rapides et disposant des moyens adéquats doivent également être mentionnés. Selon l'analyse des moyens disponibles, le principe du réseau de postes est également retenu pour l'envoi des moyens nécessaires. Ainsi, les moyens nécessaires pour une même intervention.

 

Le plan décrit toutes les mesures qui sont mises en place par la zone pour assurer la sécurité du personnel durant les interventions. Si des moyens particuliers doivent être engagés pour soutenir la sécurité des intervenants, le plan décrit les procédures à respecter.

 

Comme vous pouvez le constater, Monsieur l’Officier chef de service, on ne décide pas n’importe quoi sans critères objectifs.

 

Le S.L.F.P. n’acceptera aucune excuse pour ne pas revoir l’effectif de garde des postes et casernes. Si de nouvelles modifications relatives à la charge de travail des agents sont apportées au petit bonheur la chance, le S.L.F.P. n’hésitera pas à prendre ses responsabilités.

 

Le S.L.F.P. insiste sur le fait que ce n’est pas mettre en péril notre horaire de travail que de réclamer une répartition de la charge de travail équitable pour le personnel dans TOUS les postes et casernes. Il est temps pour vos officiers de bataillon de faire respecter le R.O.I. et les notes de services relatives à la composition des équipes lors de l’envoi de secours.

 

Veuillez agréer, Monsieur l’Officier chef de service, l’expression de nos salutations syndicales.

 

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

 

                                                                                        

Labourdette Eric

Dirigeant responsable

Président du secteur « Zones de secours »

 

10:54 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.