mardi, 03 octobre 2017

Demande intervention conciliateur social

Madame la secrétaire d’Etat,

 

Par la présente, le S.L.F.P. vous invite à prendre connaissance des motivations spécifique au S.I.A.M.U. de son préavis de grève déposé pour les institutions de la Région de Bruxelles-Capitale :

  • Le bien-être et la sécurité des pompiers.

 

 

Le SLFP veut savoir où sont les nouveaux gants, les nouvelles tenues incendie, l’équipement complet des recrues, etc.. ? A quand un rangement adéquat de nos tenues d’interventions dans les postes et casernes ? On déplace les tenues d’interventions qui contiennent des substances hautement cancérigènes pour les mettre dans un local qui n’est pas convenablement aéré, sans porte et qui donne dans le hall d’entrée d’un immeuble dans lequel travaillent des dizaines d’employés mais aussi dans lequel passent des dizaines d’enfants pour effectuer des visites casernes. Dans certaines casernes, les tenues sont entreposées derrière les camions, ajoutant encore un peu plus de particules nocives sur nos tenues, et ce malgré les études alarmantes relatives au cas de cancer chez les pompiers. 

Les nouvelles tenues d'incendie ont été distribuées. Malheureusement, certains ne l'ont pas reçue immédiatement (problème de taille, recrues, et nouveaux sous-officiers) et, à ce jour nous ne les voyons toujours pas venir. Le problème n'est pas tant le fait de ne pas avoir cette nouvelle tenue mais bien le fait de n'en avoir qu'une seule qui sert aussi bien pour les interventions que pour les recyclages.

Souvent, trop souvent, pour obtenir le remplacement, d’une paire de bottes ou de gants, il faut attendre des mois. Il y a 2 ans que des agents commandent des essuies dont ils n’ont jamais vu la couleur. Sommes-nous obligés d’attendre les mandataires pour avoir droit au respect de la législation relative aux vêtements de travail ou aux équipements de protection ? Pouvons-nous avoir droit à un peu d’attention relative à notre sécurité ou à notre bien-être ?

  • Le test à l’effort

L’HUMILIATION A ASSEZ DURÉE !! Le SLFP ne supporte plus voir des pompiers chevronnés écartés du service opérationnel. Nous sommes pratiquement les seuls pompiers du pays à devoir arriver à un score X pour continuer à porter un appareil respiratoire dans n’importe quelle condition malgré une circulaire ministérielle qui autorise une distinction entre le port de la protection respiratoire avec effort et le port de la protection respiratoire sans effort.   Pourquoi toujours des règles plus strictes pour les pompiers de Bruxelles ? 

 

  • Les pompiers ont trop d’heures de compensation

Ce n’est pas nouveau.  Certaines personnes nous accusent de profiter, à la limite de frauder parce que, d’après elles, rien ne justifie ces heures de compensation !

 

Le SLFP ne laissera pas ACCUSER LES POMPIERS DE FRAUDEURS alors qu’ils prestent ces heures, qu’ils donnent de leur temps, qu’ils sacrifient leurs vacances et que c’est la faute de ces accusateurs mêmes que nous avons tant d’heures de compensation ! On multiplie les fonctions sur plusieurs véhicules !! Qui n’a pas recruté à temps le personnel nécessaire pour assurer nos gardes et nos missions ?  Au lendemain des attentats de Paris, en novembre 2015, l’effectif de garde a été considérablement augmenté sans aucun recrutement mais en refusant d’innombrable jour de congés aux agents. LES POMPIERS NE SONT PAS DES PROFITEURS !!!

 

  • Les heures supplémentaires sont limitées à l’heure de rentrée des véhicules 

 

Le SLFP en a marre de réclamer et veut agir ; faire un rapport, prendre une douche, se changer, reconditionner des équipements, c’est également du temps de travail. Pourquoi doit-on pointer si seul l’heure d’entrée du véhicule dans le garage compte ?  Nous restons, bien souvent, encore longtemps à la caserne afin de nous doucher, reconditionner les véhicules, laver nos équipements, etc… après simplement être rentré à la caserne. POURQUOI TOUJOURS ECONOMISER SUR LE DOS DES POMPIERS ?

  • Programme de recyclages indéfini 

Certains pompiers n’ont toujours pas eu l’occasion de s’inscrire à leur recyclage obligatoire par manque de disponibilité de la part de l’école du feu. 48 heures de recyclage par an (feu) sont prévues en service journalier dans un arrêté du Gouvernement.  Pourquoi doit-on dans certains cas en faire plus alors que le statut fédéral n’impose que 24H00 par an ?  POURQUOI ENCORE ET TOUJOURS DES REGLES DIFFERENTES POUR LES POMPIERS DE BRUXELLES ?

  • Avenir incertain pour certains membres du personnel

Notre dispatching déménagera ou non ? Les informations contradictoires circulent, mais rien n’est communiqué au personnel.

-        Climat de peur qui s’installe au sein de certains services administratifs et licenciements incompréhensifs.

Ce climat semble, soigneusement, entretenu par certains ! Qui a intérêt à semer la discorde entre le personnel ?  Diviser pour mieux régner ? Où reste l’analyse des risques psychosociaux ? Où est passée la somme totale des heures supplémentaires du personnel administratif ?  Pourquoi seul certains membres du service peuvent-ils tout se permettre ? Pourquoi seul certains membres du service peuvent effectuer du télétravail et pas d’autres ?

Dans le cadre du licenciement de la secrétaire de l’Officier chef de service le S.L.F.P. a demandé, conformément à l’arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 27nmars 2014 portant réglementation de la situation administrative et pécuniaire des membres du personnel contractuel des organismes d'intérêt public de la Région de Bruxelles-Capitale, copie du rapport circonstancié établit envers l’agent licencié ainsi que la preuve de l’information donnée à l’agent de la proposition de licenciement. Nous attendons toujours !

Le S.L.F.P. regrette également la façon dont le DG a fait signifier le licenciement de l’agent concerné. L’agent a reçu en main propre de la part d’un agent de niveau C une lettre signifiant la fin de son contrat avec effet immédiat. L’agent a quitté le S.I.AM.U. en l’espace de quelques minutes. Est-ce vraiment l’attitude que doit observer un dirigeant ? Est-ce vraiment tout le respect que mérite les agents de la part de leur direction ?

  • Absence de règlement de travail

Depuis plus d’une dizaine d’année, il est régulièrement annoncé par nos autorités ! Aujourd’hui, il est communément appelé « Le monstre du Loch Ness » au S.I.A.M.U.

Il n’existe aucune règle claire en l’absence de règlement de travail. Régulièrement, au gré des envies et des nuits, probablement agitées de l’un ou l’autre responsable de service, une note de service est publiée instaurant des nouvelles règles ! Un curé y perdait son latin !Est-ce trop demandé, pour une organisation syndicale, d’exiger le respect du personnel et de la législation ? Il semble que cela dérange César !

 

Le S.L.F.P. vous rappelle le protocole d’accord relatif aux engagements réciproques des autorités et des syndicats du secteur public concernant le renforcement du dialogue social et la gestion des conflits dans le secteur public prévoyant que l'autorité organisera une concertation avec les organisations syndicales représentatives dans les plus brefs délais. En cas de conflit, l'autorité concernée et les organisations syndicales représentatives peuvent convenir, de commun accord, de faire appel à un conciliateur social spécifique. A cette occasion, ils peuvent décider aussi de prolonger le préavis de grève.

 

Le S.L.F.P. demande l’intervention d’un conciliateur social.

Le S.L.F.P. vous informe également que nos avocats ont été mandatés pour exiger le respect de la législation. Les services d’inspection sociale et du bien-être au travail ont pointés lors de leurs visites au S.I.A.M.U. plusieurs manquements datant, pour certains, de plusieurs années.

 

 

 

 

04:45 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.