dimanche, 29 octobre 2017

Respect du personnel

Monsieur le Directeur Général,

 

 Le S.L.F.P. vous remercie pour la discussion de ce vendredi 27 octobre dans le couloir du quatrième étage de l’Etat-Major.

Le S.L.F.P. doit néanmoins éclaircir certains points. Vous vous demandez pourquoi le S.L.F.P. à demander d’attendre 5 minutes avant de débuter le comité de négociation pour qu’un collègue à mobilité réduite ait le temps de nous rejoindre vu la panne des ascenseurs, ce n’est certainement pas, comme vous l’avez affirmé, parce que le S.L.F.P. ne défend que les officier mais tout simplement par respect pour un collègue gravement handicapé.

Vos propos sont d’ailleurs étonnants et sont identiques aux propos d’une autre organisation syndicale ou d’une précédente direction, propos largement répandus au sein du personnel qui heureusement, dans son ensemble, n’est pas dupe. Ces propos pourraient d’ailleurs être interprétés par le S.L.F.P. comme calomnieux. Etes-vous conseillés par nos collègues de cette autre organisation syndicale ou par une précédente direction ?

Doit-on vous rappeler que le S.L.F.P. est la seule organisation syndicale à avoir eu une réaction outrée de la façon dont vous avez procédé au licenciement d’un agent administratif du plus bas niveau ? Le S.L.F.P. a d’ailleurs transmis ce dossier à un de ses avocats.

Avez-vous oublié que le S.L.F.P. dénonce le fait que des agents doivent aller acheter des tigettes pour l’appareil permettant de mesurer rapidement le taux de glucose dans le sang ? Croyez-vous que ce sont des officiers qui courent dans les pharmacies du quartier et assurent les départs ambulance ?

Avez-vous oublié que le S.L.F.P. dénonce le manque de personnel et la multiplication des fonctions lors des gardes ? Pensez-vous que ce sont les officiers qui sautent d’une ambulance à un véhicule de signalisation ou dans une citerne ou encore un véhicule de salvage ?

Avez-vous oublié que le S.L.F.P. s’oppose à l’organisation des tests VO2max comme indiquée dans la note de service ? Croyez-vous que ce sont les officiers qui vont changer de caserne plusieurs fois par an ?

Des affirmations pareilles datent du temps des mines et sont mensongères ! Nous sommes actifs dans tous les segments du secteur public et y défendons les intérêts de toutes les catégories de personnel, aussi bien statutaires que contractuels, cadre de base, cadre moyen et cadre supérieur. Selon vous certains agents n’ont pas droit au respect ?

Nous exerçons nos activités syndicales en toute indépendance philosophique et politique. Le respect des principes de liberté, de solidarité et de tolérance est pour nous, d’une importance capitale. En Belgique, il n’existe pas de syndicat pour « officier » Il existe seulement une fédération dans laquelle les officiers sont surreprésentés.

Pour le reste, Monsieur le Directeur Général, le S.L.F.P. est tout disposé à travailler avec la direction dans l’intérêt du personnel. Faut-il encore que la direction ait la même envie mais vu la façon dont sont tenues les concertations au S.I.A.M.U., le S.L.F.P. en doute fortement ! Encore une fois, dans l’intérêt des agents du S.I.A.M.U., le S.L.F.P. reste à votre disposition afin de connaître les motifs des raisons de notre colère, à savoir :

 

  • Pourquoi il n’y a plus de tigettes pour l’appareil permettant de mesurer rapidement le taux de glucose dans le sang.

 

    • Pourquoi certains locaux de travail ressemblent à des chancres ?
    • Pourquoi la masse d’habillement est en retard chaque année ?
    • Pourquoi nous manquons régulièrement d’équipement de protection individuelle ?
    • Pourquoi des fournisseurs ne sont pas payés et refusent de nous livrer ou de faire des réparations ou force le S.I.A.M.U. a payé des sommes considérables comme amendes ?
  • Pourquoi les pompiers de Bruxelles sont pratiquement les seuls qui doivent absolument réussir un test à l’effort pour faire son métier ?
  • Pourquoi malgré les études alarmantes relatives à la contamination de nos équipements par des substances hautement cancérigènes, ceux-ci sont toujours stockés de façon inadéquate représentants un danger supplémentaire pour notre santé et ne sont pas envoyés pour un nettoyage en profondeur dans une firme spécialisée alors que plusieurs zones de secours le font (NAGE, WESTHOEK, VLAAMS BRABANT WEST, WEST VLAANDEREN 1, etc.…) ?

 

  • Pourquoi refuser la transmission d’un rapport circonstancié suite à un licenciement ?
  • Pourquoi refuser de transmettre les PV de l’audition et du conseil de direction à un agent dans le cadre de sa défense suite à une procédure de promotion ?
  • Pourquoi l’autorité bafoue les règles de concertation ?

Nous voulons identifier les causes de ces nombreux dysfonctionnements et nous ne permettons plus que certains agents puissent tout se permettre et d’autres sont sanctionnés à la moindre erreur.

L'agent a le droit d'être traité avec dignité et courtoisie tant par ses supérieurs hiérarchiques, ses collègues que ses subordonnés et le devoir de traiter ses collègues, ses supérieurs hiérarchiques et ses subordonnés avec dignité et courtoisie. Il évite toute parole, toute attitude, toute présentation qui pourrait compromettre cette dignité et cette courtoisie ou obérer le bon fonctionnement du service ? Croyez-vous que ce soit le cas au S.I.A.M.U. ? La façon dont vous avez licencié un agent, sans à aucun moment l’avertir d’un possible licenciement, en envoyant un agent du service du personnel lui demander de quitter les lieux sur-le-champ, a été exécutée avec dignité et courtoisie ? Le fait de ne pas vouloir attendre 5 min un représentant du personnel afin de commencer la concertation, quitté et reporté la réunion, est-ce un comportement digne d’un futur mandataire ? Vous êtes arrivé en retard au comité dans la matinée et pourtant les représentants du personnel ont attendu !
 

Le S.L.F.P. vous rappelle son préavis de grève déposé par recommandé à l’attention de Madame la Secrétaire d’Etat, Cécile Jodogne. Toutes les actions du personnel, hormis les interventions urgentes, sont couverte par ce préavis. Par la présente, nous demandons aux adjudants de compagnie de ne pas prévoir de remplacement d’agents dans les postes pour l’organisation du test VO2MAX.

 Veuillez agréer, Monsieur le Directeur Général, l’expression de nos salutations syndicales.

  

Pour le S.L.F.P.-A.F.R.C.

 

Labourdette Eric

 

 

09:32 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.