mercredi, 03 janvier 2018

Mise au point

Chers ami(e)s (ou pas),

 

Après une actualité mouvementée ayant comme sujet le SIAMU ou les pompiers en général, il y a lieu de procéder à quelques précisions relatives à certains événements ou sujets.

  •  Si le fait de dénoncer, en direct à la télévision, des pratiques pas très éthiques en matière de gestion des finances publiques, ont dérangés certains membres du personnel, nous avons pu constater qu’ils sont, heureusement, minoritaires.   Ceux qui trouve la façon de faire « inadéquate » font peut-être partie des membres du personnel qui savaient mais n’osaient rien dire. Pas peur de représailles ou par simple manque de courage, ils ont préférés simplement se dire, à mi- mots : « pourquoi eux et pas nous ? » Le SLFP a prouvé que de telles pratiques existaient, sans aucun contrôle, en décidant simplement de rembourser des achats sur simple présentation d’un ticket de caisse !

Pendant ce temps, et depuis des mois, le SLFP demande que la masse d’habillement des pompiers soit un peu plus étoffés et que les recrues, qui seront affectés en 24H00 bientôt, puissent disposer d’une masse d’habillement complète. A ce jour, ces questions restent sans réponses. Certaines recrues ne disposent même pas d’un équipement de protection individuelle. Pour le SLFP, il n’est pas normal d’envoyer en intervention un agent sans un équipement complet ! Si la direction estime que des agents administratifs doivent bénéficier d’une masse d’habillement, le SLFP ne s’y oppose évidemment pas.

  •  Les attaques contre les agents opérationnels lors de certaines interventions. Le SLFP a effectivement dénoncé ces agressions gratuites et intolérables contre un service de secours dans plusieurs médias. Les personnes qui critiquent et préfèrent que l’on se taise seront fortement déçus car il n’entre pas dans nos intentions de cacher ces actes intolérables !
  •  Le passage à 6 hommes sur une autopompe est une obligation découlant d’un arrêté royal du 10 novembre 2012. Les zones de secours et le SIAMU ont l’obligation, depuis le 1er janvier 2018, de s’y conformer. Nous ne pouvons pas nous opposer à un réel progrès pour la sécurité des intervenants et de la population par rapport à d’anciennes règles. Il est toujours possible de décaler à 4 dans une autopompe pour autant qu’une deuxième autopompe avec 4 hommes décale en même temps d’un autre poste. Il est désolant de constater qu’avec un délai de 6 ans, différentes zones de secours n’ont pas procédés aux recrutements nécessaires pour respecter la législation.
  •  Concernant l’achat d’I Pad et d’I Phone pour les officiers, le SLFP n’était pas informé de ces achats et ne l’a été, comme les autres organisations syndicales, que fortuitement, lors d’un comité de concertation.
  • La mise en service des nouveaux casques d’incendie. La distribution de ces casques se fait au compte-gouttes. Par contre les nouveaux masques pour protection respiratoire, achetés il y a plus d’un an, ne sont pas distribués aux agents opérationnels. Pourquoi ? Là encore le SLFP n’a pas de réponse.
  • Certains agents ont été recrutés pour une fonction, mais en occupent une autre. Le SLFP attend la présentation des descriptions de fonctions lors d’un comité de concertation. Dalida et sa fameuse chanson « j’attendrai…. »
  • Le SLFP ne trouve pas la diminution de l’effectif de garde dans certains postes normale alors que les missions augmentent. Le SLFP ne trouve pas normal que les agents sautent d’une ambulance à un petit service ou à une citerne par simple envie d’économie sur le nombre d’hommes de garde ou par manque d’effectif ! Qui est responsable de la politique de recrutement ? Le pompier lambda ? Le SLFP demande les statistiques d’interventions des secours jaunes et rouges postes par postes. Le SLFP demande que les différents groupements soient renforcés en personnel dès l’entrée en service des stagiaires.
  • Le SLFP demande une véritable politique de statutarisation des agents contractuels au sein du SIAMU ainsi qu’une possibilité d’avancée barémique pour certaines fonctions. Le SLFP demande que l’octroi d’une prime pour insalubrité pour certains membres du cadre technique. Nous attendons l’avis du conseiller en prévention relatif aux fonctions qui pourraient en bénéficier.
  • Pour les autres questions, le SLFP invite les agents à les poser en direct aux délégués du SLFP. Vous serez certainement mieux informés qu’en écoutant les nombreuses rumeurs, mensonges, diffamations, etc.. colportées par les fameux bruits de couloir de certaines casernes !!

19:45 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.