vendredi, 06 avril 2018

Propos diffamatoires et réaction du SLFP

Cher Maître,

 

Pour répondre aux propos calomnieux affirmant que depuis de nombreux mois, certains délégués du SLFP agissent en autonomie totale et en déconnexion complète avec la base et que deux représentants du SLFP mène une guerre personnelles contre l’autorité, dans une attitude  d’opposition systématique et stérile en ralentissant considérablement l’implémentation de mesures visant à protéger les sapeurs-pompiers de la contamination liée  aux particules cancérigènes présentes dans les fumées d’incendie, le SLFP se permet de rajouter que les représentants du SLFP applique, scrupuleusement, la législation relative au bien-être au travail.

Avant de donner un avis relatif à certaines mesures, le SLFP n’étant pas expert en tous les domaines, demande l’avis auprès de l’autorité, de médecins ou de conseiller en prévention afin d’être certains de ne pas donner un avis qui pourrait s’avérer encore plus dangereux pour les agents.

Suite aux avis de 2 médecins, de conseiller en prévention, de l’avis du Ministre de l’intérieur, d’un professeur anesthésiste et spécialisé en médecine d’urgence de l’hôpital universitaire de Zurich et également officier chez les pompiers Suisse, le SLFP a émis un avis négatif sur le port de gants en nitrile à l’intervention ou lors d’exercice à chaud pour les agents opérationnels UNIQUEMENT et donc pas pour les instructeurs indépendants ou travaillant pour une autre structure.

Suite à cet avis négatif, et c’est une première, l’autorité de la zone II de Liège à interdit, suite à des brûlures aux mains, le port de tels gants.  L’autorité a pris ses responsabilités mais n’est nullement obligé de suivre un simple avis négatif d’un organisation syndicale.

Suite à cette interdiction, certaines personnes traitent deux représentants du SLFP de « véritables terroristes de la concertation sociale, rendent celle-ci totalement impossible et ne rendent que des avis négatifs, refusent de participer aux réunions et parlent à tort et à travers sur des sujets pour lesquels ils n’ont, le plus souvent, aucune maîtrise technique »

Le SLFP rappelle que dans une zone de secours de la Province de Liège, les 3 organisations syndicales ont quittés la table de la concertation face à l’attitude de l’autorité.  Encore une fois, il n’y a que le SLFP qui est visé par des propos qui semble toucher à l’intégrité et à l’activité syndicale.

Suite au désaveu de leur propre autorité, certains agents n’hésitent pas à lancer une pétition pour demander la démission de 2 représentants du SLFP, cette pétition est lancés par d’autres agents à l’ensemble du personnel de la zone de secours Brabant Wallon et semble également colportée par des formateurs ou instructeurs uniquement alors que ces mêmes agents ne sont pas visés par une interdiction de porter de tels gants !

Pire, certains agents transformes la vérité et les avis du SLFP prétendant que nous sommes contre les procédures de décontamination et l’achat de nouvelles protections alors que nous faisons tout le contraire et nous vous invitons à prendre connaissance des différents points envoyés à l’ensemble des zones de secours du pays (Wallonie, Flandre et Bruxelles)

Le SLFP demande le nombre d’agents opérationnels qui ont eu un AT avec brulures aux mains lors d’interventions ou d’exercices depuis le 1er janvier 2017.

Le SLFP demande l’analyse des risques de la zone BW relative au port de gants en nitrile en dessous des gants d’interventions.

Suite aux déclarations du SPF Intérieur relatif, aux vêtements de travail qui sont classifiés comme EPI, le SLFP rappelle les articles suivants du CODEX :

- IX.2-18. - Les travailleurs ne pourront, en aucun cas, emporter chez eux les EPI.

-IX.2-20.- L’employeur doit assurer à ses frais l’entretien, le nettoyage, la désinfection, la réparation et le renouvellement en temps utile des E.P.I., et ceci pour en assurer le bon fonctionnement. L’entretien, le nettoyage, la désinfection et la réparation des EPI sont effectués conformément aux indications contenues dans la notice d’utilisation du fabricant.

-Art. IX.2-21.- L’employeur prend les mesures nécessaires pour veiller à ce qu’un membre de la ligne hiérarchique ou un autre travailleur qui a reçu un mandat spécifique à cet effet et qui possède la formation nécessaire, s’assure, qu’à chaque utilisation, l’EPI est toujours conforme aux dispositions du présent titre. Il veille à ce que les EPI soient écartés à l’expiration de leur durée de vie ou de la date de péremption. Le SLFP demande à la zone BW quels sont les moyens utilisés par la zone pour le nettoyage des différents EPI.

Le SLFP demande à la zone d’examiner la possibilité de l’achat de cagoules de avec membrane antiparticules. Cette cagoule offre d’excellents blocages de particules sur toute la surface de la cagoule et pas seulement à certains points sélectionnés. Certains modèles dépassent les exigences pour la protection thermique. Elles protègent les régions à risque entre le casque et le manteau grâce à une couche barrière contre les particules cancérigènes tout en offrant une perméabilité à l’air et qui couvre totalement les épaules et offre une protection intégrale sur l’ensemble de la cagoule.

Le SLFP demande communication de la procédure sur les lieux de l’intervention pour rincer, changer de vêtements, manipuler et transporter les tenues d’intervention, les appareils respiratoires, le matériel utilisé après les interventions incendie, concernant la décontamination suite à des particules cancérigènes libérées pendant l’incendie et déposées sur les équipements.

Le SLFP demande la communication de la procédure sur les lieux de l’intervention pour rincer, changer de vêtements, manipuler et transporter les tenues d’intervention, les appareils respiratoires, le matériel utilisé après les interventions incendie pendant lesquelles se sont libérées des particules d’amiante, concernant la décontamination suite à des particules cancérigènes libérées pendant l’incendie et déposées sur le matériel ciblé.

Le SLFP demande communication du mode d'entretien de la zone des équipements de protection individuelle et d’équipement complémentaire (conforme à l’article 5 et suivant de l’arrêté royal du 30 août 2013 déterminant les normes minimales en matière d’équipement de protection individuelle et d’équipement complémentaire que les zones de secours mettent à la disposition de leur personnel opérationnel) , des appareils respiratoire et autre matériel d’intervention. Dans quels lieux sont effectués ces entretien et nettoyage ? Quels est le matériel à disposition des agents chargés du nettoyage et de l’entretien des appareils respiratoire ? Quelle est la formation dont ces agents ont bénéficié?

Le SLFP souhaite la garantie de la part d’un laboratoire agréé que la réduction de tous les produits toxiques jusqu’au-dessous du niveau légalement autorisé est atteinte (sur les vêtements d’intervention, appareils respiratoire autonome et matériel utilisés à l’intervention) avec le type de nettoyage employée par la zone ainsi que la même garantie de la part du fournisseur de l’équipement de protection. Si le nettoyage est effectué par une firme externe, le SLFP désire recevoir les garanties de cette diminution de la part de cette firme (conforme aux normes en avec une attestation d’un test par un laboratoire reconnu)

Le SLFP demande l'inscription du personnel engagé dans TOUTES les interventions d'incendie ou d'interventions impliquant des substances éventuellement cancérigènes ou présentant des risques pour la santé dans une fiche individuelle d’intervention.

Le SLFP demande un suivi du personnel opérationnel en ce qui concerne les examens médicaux et la détection des symptômes associés au cancer chez ces membres du personnel.

Jamais des représentants du personnel, excepté le SLFP,  n’ont fait de telles demandes !!!!

Sans doutes frustrés du désaveux de leurs idées par des médecins, quelques agents s’en prennent au SLFP colportant de fausses informations auprès des agents de certaines zones de secours.

Nous tenons à votre disposition les différents avis ainsi que les courriels envoyés par  instigateurs ou diffuseurs de cette pétition calomnieuse et vous demandons d’intervenir auprès des autorités des zones de secours à laquelle sont attachés ces agents.

 

Pour le SLFP

 

Peter VANDENBERK                                    Eric LABOURDETTE

13:08 Écrit par SLFP | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.